alexametrics
vendredi 24 mai 2024
Heure de Tunis : 18:15
How to
Participations et récompenses de la Tunisie au festival de Cannes
24/05/2023 | 22:10
2 min
Participations et récompenses de la Tunisie au festival de Cannes
 
Le Festival de Cannes, l'un des événements cinématographiques les plus prestigieux au monde, offre chaque année une plateforme internationale pour célébrer le talent et la diversité du cinéma mondial. La Tunisie a participé à plusieurs reprises à ce festival et remporté des prix prestigieux. 
 
 
Participations de la Tunisie :

Depuis son indépendance en 1956, la Tunisie a été un acteur important de l'industrie cinématographique en Afrique du Nord et au-delà. Le pays a participé au Festival de Cannes à plusieurs reprises, présentant des films qui ont captivé le public international par leur esthétique unique et leurs récits puissants.
 
Le premier film tunisien à être sélectionné pour le Festival de Cannes était "Les Sabots en or" réalisé par Nouri Bouzid en 1984. Depuis lors, la Tunisie a continué à marquer sa présence régulière sur la scène de Cannes avec des œuvres variées et remarquables.
 
Prix remportés par la Tunisie :

La participation de la Tunisie au Festival de Cannes a été couronnée de succès à plusieurs reprises, avec des réalisateurs et des acteurs tunisiens recevant des prix prestigieux.
 
En 1987, "Beyrouth, ma ville" réalisé par Borhane Alaouié a remporté le Prix du Jury, témoignant de la capacité du cinéma tunisien à capturer des histoires universelles et à les présenter de manière unique.
 
En 1994, le réalisateur tunisien Férid Boughedir a reçu le Prix de la meilleure première œuvre pour son film "Un été à La Goulette", une comédie dramatique racontant les aventures de trois adolescentes dans un quartier de Tunis.
 
En 2013, Abdellatif Kechiche a reçu la Palme d'Or pour son film "La Vie d'Adèle", une coproduction entre la France, la Belgique et la Tunisie. Ce film, acclamé par la critique du monde entier, a exploré l'amour et l'identité à travers l'histoire d'amour entre deux jeunes femmes. 
 
En 2022 l'acteur tunisien Adam Abassi remporte le prix de la meilleure performance dans la section " Un certain regard" pour son rôle dans "Harka" un long-métrage de fiction écrit et réalisé par Lotfi Nathan . Cet  américain d'origine égyptienne était à son premier film qui est une coproduction entre la Tunisie , la France , le Luxembourg , et la Belgique.
 
 
 
Alors que de nouveaux réalisateurs et acteurs tunisiens émergent, le Festival de Cannes reste une occasion précieuse pour la Tunisie de présenter ses talents et de partager son histoire avec le monde entier. La passion et la créativité des cinéastes tunisiens continueront à nourrir le paysage cinématographique mondial, offrant des perspectives uniques sur la société tunisienne et sur les enjeux universels.
 
Le Festival de Cannes demeure un objectif ambitieux pour les cinéastes tunisiens, car il représente non seulement une reconnaissance internationale, mais aussi une plateforme pour promouvoir leur travail auprès d'un public mondial. La sélection d'un film tunisien au festival peut ouvrir de nouvelles opportunités de distribution et d'exposition internationale, permettant ainsi à ces films de toucher un public plus large.
 
 
 
24/05/2023 | 22:10
2 min
Suivez-nous
Commentaires
Khaled MECHKENE
Commentaire
a posté le 25-05-2023 à 09:55
Cet article est bourré d'erreurs et d'omissions : en 1970, déjà, "Une si simple histoire" de Abdellatif BEN AMMAR a été sélectionné à Cannes ; Borhane Alaouié est un réalisateur Libanais; "Un été à la Goulette" est le deuxième long-métrage de fiction de Férid BOUGHEDIR et il date de 1996 (le premier étant "Halfaouine, l'enfant des terrasses"); En 1994, c'est "Les silences du Palais de Moufida TLATLI qui a reçu une mention spéciale du Jury de la caméra d'Or à Cannes; Abdellatif KECHICHE est d'origine tunisienne, mais ses films n'ont jamais représenté la Tunisie et il n'y a jamais eu de contribution tunisienne à ses films. Nous pouvons être fiers de son parcours mais le mettre à l'actif du cinéma tunisien serait une grossière erreur...