alexametrics
Dernières news

Nomination de Seifeddine Chaalali et Moez Hrizi à la communication à Carthage

Nomination de Seifeddine Chaalali et Moez Hrizi à la communication à Carthage

Tel que paru dans le Jort du 9 novembre 2018, Seifeddine Chaalali vient d’être nommé conseiller à la présidence de la République, chargé de la communication numérique et des relations publiques. Aussi, Moez Hrizi a été nommé à la même date attaché à la présidence de la République chargé du suivi numérique et de la planification de la communication.

 

Les deux hommes occupaient des fonctions similaires au ministère du Tourisme aux côtés de Salma Elloumi, aujourd’hui cheffe de cabinet de Béji Caïd Essebsi.

 

S.T

 

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (6)

Commenter

Mansour Lahyani
| 01-06-2019 12:06
Aussi étrange que puisse paraître cette qualification, il y avait donc au sein du cabinet du Président de la République un fonctionnaire chargé de la "planification de la com'" ! Faut-il comprendre que ce quidam était chargé de choisir le moment où il convenait d'annoncer tel événement, et de retarder l'annonce de tel autre ? Je suis sans doute trop béotien pour y comprendre quelque chose ! Faut-il tout simplement comprendre "manipulation de la com' du Président", ou encore sa censure ?

HD
| 19-11-2018 14:45
Merci tata Selma reconnaissante envers ces deux gamins, l'un fils de et l'autre photographe de presse qui l'ont défendue contre les mauvaises langues durant son mandat au tourisme.

Frida
| 17-11-2018 21:23
Ces deux pigeons de Mme Elloumi, lexperte en sacs a mains, vont se faire payer grassement pour kelle contribution...le fameux Self nullissime etait paye au tourisme alors kil s okpait a plein temps de Nidaa

Halima
| 17-11-2018 18:14
Self chalalli digne fils de son père consul a paris, et très porte sur le business si vous voyez ce que je veux dire...
Une nullité de + à la présidence avec celui qui est le Neji Jalloul de Selma Elloumi

Mansour Lahyani
| 17-11-2018 18:09
Moez Hrizi est-il apparenté à l'autre Hrizi, ce député affilié à l'ex-très très provisoire, que le p'tit Daïmi a tenté un jour de supplanter, dans un but inexpliqué, en introduisant à l'ARP un inconnu en le faisant passer pour le véritable député ? Il faut rappeler ce haut-fait, que les services de l'ARP n'ont toujours pas élucidé, pas plus que la Police, du reste...

kameleon78
| 17-11-2018 18:04
Des recrutements en masse au palais de Carthage comme si c'était le centre du pouvoir alors que le président de la République n'a qu'une fonction honorifique.

Après les centaines de conseillers voici des postes créés de toutes pièces avec l'argent public afin d'assurer une hypothétique reconduction à BCE pour 2019. (un président Tartour).

Cela prouve que cette constitution a été mal conçue en n'ayant pas déterminé les prérogatives de chaque présidence, chaque président se croit le plus important. Le plus grand problème ce sont les prérogatives du président de la république qui est élu au suffrage universel alors qu'il n'a aucune prérogative au niveau de l'exécutif sauf le choix des ministres des affaires étrangères et celui de la défense, pour le reste le président de la république n'a aucun pouvoir donc pourquoi recruter une armée de conseillers aussi inutiles les uns que les autres (l'argent du FMI pour Ben Gharbia, Elloumi, Ticha et compagnie) surtout que personne n'a montré à BCE qu'il se trompait en recrutant Slim Riahi à Nidaa Tounès. (les conseillers diplômés de l'école primaire).

Des conseillers aussi incompétents les uns que les autres sur le budget de l'état pour la Gestion d'un palais (Carthage) comme s'il était le centre du monde, il n'en sort qu'un Tartour comme Marzouki le fut sous la Troïka.

Voilà la Gabegie de l'état, merci Madame Lagarde de payer la folie des grandeurs de BCE et compagnie.

A lire aussi

Le candidat à la présidentielle et président du parti la Tunisie en avant, Abid Briki a été présent,

20/08/2019 23:51
0

Marzouk insinue que la présidence de la République a pioché dans son programme

20/08/2019 21:35
0

e timing choisi pour sa publication ne peut s’inscrire que dans le cadre de la stratégie de

20/08/2019 19:48
3

seuls 34 partis politiques, sur les 219 existants, ont

20/08/2019 17:02
3

Newsletter