alexametrics
mercredi 29 mai 2024
Heure de Tunis : 15:42
Sur les réseaux
Naufrage de Kerkennah : la banalisation d'un drame
03/06/2018 | 23:12
3 min
Naufrage de Kerkennah : la banalisation d'un drame

 

48 cadavres ont été repêchés ce dimanche 3 juin 2018 suite au naufrage de l’embarcation clandestine au large de l’île de Kerkennah à Sfax, et ce selon le dernier bilan du ministère de la Défense. 46 morts entre Tunisiens et étrangers qui ont perdu leur vie en quête d’une vie meilleure sous d’autres cieux, un destin macabre qui attend des jeunes marginalisés, qui ont perdu tout espoir et qui sont prêts à affronter la mort à la recherche d’un avenir qu’ils pensent prometteur.

 

Face à cette tragédie, on s’attendait aux messages d’indignations et de condamnations des hommes politiques qui déferleront sur la toile. Cependant, très peu de réactions ont été enregistrées du côté des personnalités politiques. Il faut dire que c’est la fin du week-end, à cela s’ajoute les soirées ramadanesques assez prenantes.  

 

Quelques-uns ont pourtant réagi à ce énième drame. Pour le député Machrouû Tounes à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), Sahbi Ben Fredj, Kerkennah est une île en dehors de l’autorité de l’Etat, critiquant ainsi l’attention prêtée à l’affaire de l’allemande niqabée ayant débarqué à la Goulette au détriment des véritables problèmes du pays.

 

 

Le secrétaire général du Courant démocratique, Ghazi Chaouachi est également revenu sur le drame en disant : « Nous sommes tous responsables devant Dieu et le monde entier de la noyade des centaines des Tunisiens en fuite de leur pays ».

 

 

En outre, le membre démissionnaire de l’Instance Vérité et Dignité (IVD), Zouheir Makhlouf a tenu pour responsable de cette tragédie les détenteurs du pouvoir en Tunisie qui « ont ignoré les préoccupations et les soucis des citoyens ». Selon lui, cet incident nécessite une révision exhaustive de la part de toutes les composantes de la société ainsi qu’une réforme des institutions de l’Etat.

 

 

Une position qui a été, par ailleurs, partagée par l’ancienne présidente de l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (Utica), Wided Bouchamaoui qui a écrit : « Naufrage de Kerkennah ! Une nouvelle tragédie ! Nos jeunes sont désespérés, ignorés et surtout malheureux ! Et voilà que nos politiques sont sur une autre planète ! ».

 

 

Le dirigeant au sein d’Ennahdha, Lotfi Zitoun a présenté ses condoléances aux familles des victimes, soulignant que ce fléau (l’immigration clandestine) était uniquement une tentative de fuir une réalité qui pourrait faire de ces jeunes des criminels et non pas dans l’objectif de mettre leur vie en péril.

 

 

Ce drame a aussi suscité la réaction d’Olivier Poivre d’Arvor, ambassadeur de France en Tunisie qui a exprimé sa compassion via un statut publié sur sa page Facebook.

« Nous sommes tous extrêmement bouleversés par le terrible drame qui vient de faire en cette nuit de samedi à dimanche des dizaines de victimes au large des îles Kerkennah », s’est exprimé l’ambassadeur.

 

 

B.L

03/06/2018 | 23:12
3 min
Suivez-nous

Commentaires (9)

Commenter

Taherbz2
| 04-06-2018 22:01
Voir titre

takilas
| 04-06-2018 21:17
Ils promettent monts et merveilles à leurs familles, pourvu qu'ils leurs rendent le geste lors d'éventuelles élections.
Seulement, comme dit le proverbe tunisien :
- "Ce n'est pas à chaque fois que la jarre soit indemne " .
La machination de ces terribles nahdha qui cherchent un dernier sursaut pour sauvegarder leur image nettement ternie même auprès de leurs seuls partisans originaires d'une partie de leur région du sud, s'est avérée vaine ; leur tour est dévoilé et ses conséquences sont graves.
Ils sont devenus hystériques et déboussolés ces nahdha et c'est eux-mêmes qui réduisent le laps de temps restant pour leur fin et le dévoilement des crimes et des délits qu'ils ont commis.

A4
| 04-06-2018 19:27
BRULER (2)
Ecrit par A4 - Tunis, le 30 Octobre 2017

Ils s'en vont, ils s'enfuient, emportés par la houle
Emportés par les vagues, par les bateaux qui coulent
Ils s'en vont ça et là, emportés par les vents
Emportés bien au loin, vers des rêves mouvants
Et ils s'en vont ...

Ils s'en vont malgré tout, vers l'horizon qui glisse
Vers des terres inconnues sans index ou indice
Ils s'en vont malgré vous, vos prières hypocrites
Vos discours idiots et vos promesses sans suite
Et ils s'en vont ...

Ils s'en vont voir ailleurs, sous des cieux même noirs
Pour vous fuir, vos échecs, vos revers et déboires
Ils s'en vont les mains vides, n'emportant aucune miette
Vous laissant tout bouffer, affamés comme vous êtes
Et ils s'en vont ...

Ils s'en vont sans regret, sans même se retourner
En vous laissant le désert pour y gouverner
Ils s'en vont dégoûtés, ils en ont bien assez
De tous ces bons à rien, de tous ces bras cassés
Et ils s'en vont ...

Ils s'en vont obligés, tenter d'autres portes
Les votres sont fermées, leurs lettres sont mortes
Ils s'en vont et vous laissent dans un décor sordide
Obsédés comme vous êtes des rondeurs de vos bides
Et ils s'en vont ...

Ils s'en vont plein la tête d'images que rien n'efface
De votre bassesse et votre instinct de rapace
C'est bien à cause de vous qu'ils délaissent leurs amis
Qu'ils oublient leurs familles et haïssent leur pays
Et ils s'en vont !!!

Zohra
| 04-06-2018 17:50
Très gentil merci beaucoup de cette attention touchante envers les tunisiens.

Ceuneau Roland
| 04-06-2018 16:29
Ma famille a de la peine et partage votre tristesse, je voulais vous le dire

Roland Ceuneau

Nephentes
| 04-06-2018 12:27
Le transbordement clandestin de milliers de migrants s'effectue quasi-quotidiennement à partir de nos côtes

C'est ce que confirment les rapports de la guarda costiera italienne

Ce que disent également ces rapports c'est cette migration clandestine est organisée

Au vu et au su des autorités locales, notamment sécuritaires

N'importe quel capitaine de chalutier vous affirmera que la migration clandestine organisée à partir de nos côtes bénéficie de la complicité de certains gardes nationaux et douaniers; et pas que du menu fretin.

Cet épisode illustre une fois de plus la complicité active de certains fonctionnaires censés défendre l'Etat dans des trafics remettant directement en cause la sécurité du Pays.

A une échelle choquante.

HatemC
| 04-06-2018 11:25
Le monde en a connu à travers le monde pour exemple les vietnamiens fuyant leur pays pour raison politique et économique ...
La Tunisie est un hub pour le transfert vers l'Europe, aussi bien des Africains que des Tunisiens fuyant l'austérité et un avenir incertain, les Tunisiens par contre sont déçu par le coup d'Etat qui a remplacé un Etat civil qui n'était pas parfait en un Etat TH'?OCRATIQUE avec son lot d'insécurité, perte de milliers d'emplois, fermeture de plusieurs entreprises, ils fuient aussi l'overdose religieuse qui s'est abattue sur le pays, overdose d'arabisme et d'Islam ...

L'Islam dit politique démocratique ( encore une hypocrisie ) a ruiné le pays, ruine sociale et morale, on nous saoul de Boukhari et Ghazali le converti, on connait le zele des converti ils deviennent plus royaliste que le roi, tel la nikabé zallemande, et ce Ghazali le converti prônait l'apprentissage du Coran et aucune autre sciences .... une des raisons du retard des zarabo musulman en tout domaine ..

On remarque bien que dans les foyers musulmans vous ne verrez aucun autre livre que Coran ... 2 abrutis qui ont officialisé grâce à la Charia et aux hadiths le pillage, le viol, l'inceste ...la déchéance d'un peuple.
Les Tunisiens fuient ... fuient ... fuient ... fuient les dejjel qui ont promis à ce peuple un avenir meilleur par la grâce d'Allah ...

Ces pauvres bougres ont été trompés et regardent cette nouvelle élite religieuse et pieuse se remplir les poches sans mêmes leur renvoyer des miettes ... ils fuient quitte à périr en mer mais fuir ces wjouh ellouh ... essabr w barra ...
Ce peuple il en a marre du FATALISME ... il n'est pas préparé à cela ... HC


Forza
| 04-06-2018 06:26
par contre la manif de Jendouba qui est en fait un fait divers a attiré beaucoup plus de commentateurs. Les gens ne veulent pas discuter les vrais problèmes du pays. et Kerkennah est aussi un désastre pour le ministère de l'intérieur. Il est impossible que 180 personnes étrangères a l'ile et dont des candidats non tunisiens passent inaperçu. C'est la corruption, certains parmi les forces de l'ordre travaillent avec et sécurisent la mafia de l'émigration clandestine. Le ministre doit faire un purge dans les structures a Sfax et Kerkennah.

Zohra
| 04-06-2018 00:49
Il y a trop de laxisme, tant que vous ne passez pas ces criminels de passeurs à la potence. tant qu'ils continueront à envoyer les gens en enfer. Il n'y pas plus horrible que ces crimes.
Quel genre d'humain ces monstres, ils dorment tranquilles, ils dépensent leurs sales argent sans problème, sans conscience aucune. C'est à vomir. Nettoyez au karcher ces vermines.