alexametrics
mardi 23 juillet 2024
Heure de Tunis : 10:12
A la Une
Migration clandestine : la misère ou la mort !
20/10/2022 | 14:11
7 min
Migration clandestine : la misère ou la mort !


Photo Rai 3 - Mardi 18 octobre - Une fillette tunisienne de quatre ans, arrivée à l’île de Lampedusa seule sur une embarcation de migration clandestine. Ses parents n’ont pas pu embarquer à temps et sont restés en Tunisie.  



Qu’est-ce qui pousse le citoyen d’un pays à vendre tout ce qu’il a pour sauter dans une embarcation clandestine et fuir vers un autre continent au risque d’y laisser la vie ? Qu’est-ce qui pousse des parents à jeter leurs enfants en mer les condamnant à une mort quasi certaine ? Qu’est-ce qui pousse des gens « ordinaires » avec des situations professionnelles « stables » à décider de tout plaquer pour partir ? Et surtout comment une personne sensée peut-elle envisager d’émigrer dans la clandestinité après avoir vu de ses propres yeux les tragédies que cela engendre et les cadavres en décomposition qui jonchent les plages ? Comment et pourquoi ? La Tunisie n’est pas un pays en guerre et pourtant…

 

Deux drames humains ont récemment secoué la Tunisie. Deux naufrages d’embarcations clandestines ont tué des dizaines de migrants. Certains corps ont été repêchés, d’autres sont encore portés disparus. A Zarzis et à Monastir, les familles des victimes sont effondrées, des mères pleurent leurs enfants, d’autres en sont à espérer qu’on leur ramène la dépouille de leur progéniture. Les cadavres sont dans un tel état de décomposition qu’ils sont impossibles à identifier sans indices et sans test ADN, ils échouent sur les plages ou sont retrouvés par la garde maritime ou les pêcheurs.

 

La migration clandestine n’a plus de profil, ni de sexe ni d’âge. Ils sont des adolescents, des hommes, des femmes et des enfants à se jeter en mer. Ils ne sont pas tous chômeurs, certains avaient une « situation » et leur geste a mis leur entourage dans l’incompréhension la plus totale. Il n’est plus rare d’entendre parler de toute une famille portée disparue en mer, cela devient même tristement courant.

 

La migration clandestine en chiffres

15.430 migrants Tunisiens ont, selon le ministère italien de l’Intérieur rejoint les côtes italiennes en 2022.

Depuis le mois de janvier et jusqu’à septembre la Tunisie a compté 507 morts et disparus selon le Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES).

Toujours selon le FTDES, 23.517 migrants ont été interceptés. 2424 mineurs ont rejoint l’Italie (316 en 2019) et 525 femmes (moins de cinquante en 2019), entre janvier et septembre 2022.

 

L’Etat cherche encore les « raisons »

 

Le président de la République, Kaïs Saïed, a ordonné d’approfondir les enquêtes dans l’incident du naufrage de l’embarcation à Zarzis, ainsi que les autres incidents ayant coûté la vie à de nombreux migrants. Il a évoqué des preuves concordantes prouvant l’implication de « parties bien déterminées » dans la traite des personnes.

Le chef de l’Etat a souligné l’impératif de poursuivre toute personne impliquée dans ces drames en collaboration avec le ministère public afin d’éviter l’impunité.

Le chef de l’Etat, qui ne s’est exprimé que tardivement sur l’affaire de Zarzis, a déclaré que « le devoir exige une étude sur les causes ayant conduit, même des enfants, à penser à se jeter dans des embarcations, désormais connues, sous la dénomination des embarcations de la mort ».

Il a souligné que mettre fin à ces drames ne peut se faire que dans le cadre d'une approche globale à la fois nationale et internationale.

Les déclarations de Kaïs Saïed ont suscité une vague d’indignation. D’abord pour leur retard et ensuite par leur inconsistance. Le président de la République qui devrait être la voix de l’apaisement et le porteur d’espoir et de solutions en est à se demander encore, alors que le phénomène ne cesse de prendre de l’ampleur depuis des années, ce qui a bien pu le causer… les citoyens n’en reviennent pas, les politiques ne ratent pas l’occasion de récupérer les drames à des fins politiciennes pour encore plus de populisme creux qui ne convainc plus personne et surtout qui ne retient plus personne.

 

La misère généralisée

La Tunisie est un pays en crise ou plutôt en crises. Sans rentrer dans les méandres de l’analyse économique, il est simple de comprendre l’impact de la crise sur le portefeuille des citoyens grâce à un chiffre, celui relatif au taux d’inflation.

L’indice des prix à la consommation familiale en Tunisie a atteint un nouveau record jamais égalé depuis une quarantaine d’années. En 1984, la Tunisie avait atteint la moyenne annuelle de 8,9%, selon les données référencées par la Banque mondiale.

L’inflation a augmenté passant à 9,1% au mois de septembre 2022, après 8,6% au mois d’août, 8,2% au mois juillet 2022, 8,1% au mois de juin 2022, 7,8% au mois de mai 2022 alors qu’il n’était que de 6,7% au mois de janvier.

Cette progression est expliquée essentiellement par l’accélération du rythme des hausses des prix des produits alimentaires à un taux de 13% contre 11,9% en août, des prix du groupe « logement, eau, gaz, électricité et autres combustibles » à 6,4% contre 6,2% en août ainsi que les prix des biens et services de transport à 8,3% contre 8,1% en août.

En septembre 2022, les prix de l’alimentation augmentent de 13% sur un an. Cette hausse provient principalement de l’augmentation des prix des volailles de 27,4%, des œufs de 25%, des huiles alimentaires de 21,8% et des fruits frais de 18,2%.

Le pouvoir d’achat du Tunisien s’est effondré, avec un salaire minimum d’un peu plus de 400 dinars, il est impossible de joindre les deux bouts. Manger, payer ses factures et son loyer, éduquer ses enfants et espérer avoir accès à un minimum de loisirs est devenu quasi impossible même pour un fonctionnaire.

 

Ajouter à cela, le pays vit dans l’instabilité politique avec un président qui s’est octroyé les pleins pouvoirs et dont la légitimité est mise en cause par tous ses opposants, tous courants confondus. Lors de récentes manifestations des milliers de citoyens sont descendus dans les rues pour appeler à sa destitution et au renversement du régime en place.

Le gouvernement est dépassé, noyé dans la crise il semble naviguer à vue et se contenter de politiques de rafistolage tant les chantiers sont colossaux et les moyens inexistants. Aucun indice, pas le moindre, ne présage une sortie imminente de la crise que traverse le pays, tous les indicateurs sont au rouge et personne ne veut porter la responsabilité d’informer les Tunisiens sur la situation réelle de leur pays. La cheffe du gouvernement, Najla Bouden, n’a pas pris la parole depuis un an, rien ne filtre de la Kasbah, et Carthage se contente d’accuser à tout va, de mener sa guerre politique loin de toutes les vraies préoccupations des citoyens. Les pénuries se succèdent, les médicaments, certaines denrées alimentaires de base puis le carburant. On se décarcasse, on piétine, on promet, on nie, on trouve des solutions jusqu’à la prochaine crise, inéluctable.

En Tunisie, la santé est devenue un luxe, l’éducation de qualité inaccessible, l’éducation publique est bloquée depuis la rentrée à cause notamment du boycott des enseignants remplaçants, les retraités vivent dans la peur du lendemain, craignent pour leur maigre pension. Les fonctionnaires ont des salaires qui ne suffisent pas à boucler le mois, la plupart des employés du privé ont le même problème en plus d’être privés de leurs augmentations, les entreprises qui les emploient subissent aussi la crise. Les départs des sociétés étrangères se succèdent. Les libertés sont menacées. Les jeunes sont aux abois. La bureaucratie est étouffante, elle ligote les potentiels, elle tue toute ambition. Dans la rue les mines sont déconfites, les épaules ploient sous le poids du quotidien. Les jeunes diplômés sont de plus en plus nombreux à quitter le navire, d’autres nourrissent ce projet, d’autres encore en rêvent sans en avoir les moyens et d’autres prennent le risque et osent braver l’interdit et le danger pour un espoir, pas certain, d’une vie meilleure.

 

« L’espoir fait vivre » dit le célèbre adage, mais que faire quand il semble n’y avoir aucun ? Les Tunisiens qui partent ou qui veulent partir ont souvent la même raison, celle de ne plus avoir rien à espérer de leur pays, celle de n’avoir aucune perspective, aucun moyen de réaliser leurs ambitions, celle d’être dans l’incapacité de planifier leur avenir ou même de le rêver. Il n’y a qu’à regarder un peu plus loin que le bout de son nez pour le voir, il n’y a qu’à ouvrir un tantinet les oreilles pour l’entendre si toutefois l’horreur des images ne suffit pas…

 

Myriam Ben Zineb

 

 

20/10/2022 | 14:11
7 min
Suivez-nous
Commentaires
AMMAR BEZZOUIR
Venezuela passe le bonjour!
a posté le 24-10-2022 à 15:06
Quand les gens ont faim, ils volent et pillent, c'est comme ça. Un jour ou l'autre, les propriétaires de magasins abandonnent et les étagères restent vides. Les entrepôts, les camions et les trains sont alors pillés. Quand il n'y a plus rien à voler ou à piller, on commence à mourir de faim et à fuir à l'étranger. C'est du moins ce qui s'est passé au Venezuela.
Morjane
A évoquer aussi
a posté le 21-10-2022 à 20:33
Bon article de M Ben Zineb mais elle a oublié deux choses. D'abord toute ses accusations se portent sur KS , il est vrai qu'il est dépassé et vit sur une autre planète mais il ne faudrait pas oublier qu'il récolte les fruits d'une décennie de gestion calamiteuse et catastrophique sans oublier les nombreuses magouilles. Et nul n'a une baguette magique. Par ailleurs la bureaucratie à été évoquée mais l'essentiel, la corruption généralisée dont celles qui touchent la justice et ce n'est pas rien et le marché de l'emploi ainsi que l'évolution de carrière qui s'en suit étaient absent de l'article. Et à tout cela ajouté une mentalité pourrie basée sur la cupidité, le matérialisme, le dénigrement, la calomnie et les mensonges. Une société qui rend les gens psychopathes , sociopathes etc.
********
Le bon sens
a posté le 21-10-2022 à 13:24
Le problème de nos jours ce qu'il n'y a plus "rahma" on avait vécu 100 fois pire la misère des années 60 et 70 et nos parents jamais ils auraient fait une chose pareille, mettre en danger leurs enfants. Nous étions heureux malgré la misère insupportable, aujourd'hui ils ne sont jamais satisfaits, ils regardent toujours l'assiette de leurs voisin.

Des malades, ils ont perdu la notion de bon sens
FALLAG
Aujourd´hui la génétique s'impose !
a posté le 21-10-2022 à 12:14
Ces autorités et ces politiciens doivent être considérés comme responsables des pires actes, d'où ma recommandation que tous les morts du cimetière de Zarsis soient analysés génétiquement et je n'exclus pas qu'il y ait entre eux de nombreux morts tunisiens enterrés arbitrairement et anonymement !

Irrakh Lé !
Irrakh Lè !
Irrakh Lé !
FALLAG
Il est vrai aussi ..
a posté le 21-10-2022 à 12:04
A l'exception des années 2012 et 2013, Abir Moussi et ses amis idéologues du PSD/RCD se sont emparés du pays et l'ont massacré depuis 1956. Et le plus beau, c'est que cela continue encore aujourd'hui !

Qui manipule l'import export en Tunisie ?
Qui contrôle les 23 banques privées en Tunisie et les citoyens exploite les prêts à intérêt extraterrestres ?
Qui contrôle la contrebande.. en Tunisie et en Libye ?
Qui a les militaires et les secrétaires sous leurs pantoufles en Tunisie..
Qui manipule les syndicats en Tunisie ?
Qui manipule et abuse maintenant de Kaiis S3aied ?
Qui contrôle la BCT ?
Qui gaspille nos devises?
...

*** !
VIO
@Carthage Libre Bonjour!
a posté le 21-10-2022 à 11:25
Mais BenouHilèl ne demissionnent jamais: A savoir Bou-petit-cou, Ben Ali, BCE, Kaiis Saied.. ils sont tous originaires du Yémen ou du pays de Boumanchar !
Carthage Libre
Qalek "ndhif" ; et bin le "ndhif" nous fait COULER, corps et bien
a posté le à 12:20
Tu sais pourquoi Ben Ali le Dictateur n'a pas eu d'opposition entre 1988/1990 C'est parcequ'il a rétabli une situation économique DESASTREUSE et on s'en rappelle bien à l'éqpoque!

N'oubliez pas que le Dictateur Ben Ali (que je haissais) a sauvé le pays du coup d'Etat d'Ennahdha et du nauffrage de la Tunisie avec la fin de règne du Leader Bourguiba!

Tout le monde avait fermé sa gueule, sauf Ennahdha, qui, par dépit à fait des attentats.

Mais..mais ce jghal, non seulement il n'a RIEN RIEN foutu mais plus grave encore a ENFONCE le pays, déjà à genoux avec Ennahdha, et en plus! Imaginez vous, en plus...il s'annonce comme Dictateur et prend les pleins pouvoir!!!

Rani je RAGE, pas pour lui, mais pour notre pays, qui va vers l'inconnu le plus total!

Les gens l'ont compris ; AUCUN espoir, AUCUNE perspective d'élection libre AUCUNE amélioration socio-économique avec ce bghal, ni aujourd'hui, ni demain!

Alors...ya7arquou. c'est le seul "espoir" qu'ils ont...terrible...terrible.

AMMAR BEZZOUIR
A chacun sa guerre..
a posté le 21-10-2022 à 11:15
La Tunisie en guerre ?
Selon la FTDES, 507 morts et disparus (dans le Freidhoff de Zirzis ?)

Nombre de victimes civiles blessées et tuées par la guerre en Ukraine en 2022. Selon les décomptes du Haut Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme (HCDH), la guerre russo-ukrainienne a fait au moins 6.221 morts parmi la population civile ukrainienne au 10 octobre 2022, dont au moins 396 enfants.

A vous de comparer !
Lol
Oui mais pas les enfants
a posté le 21-10-2022 à 11:03
La migration clandestine est un phénomène normal, aux frontières de l'Europe et des usa notamment.
Le nombre de migrants tunisiens est toujours inférieur aux pays du voisinage qui n'ont pas nos difficultés.
Mais embarquer des enfants et mettre leur vie en danger n'est pas admissible et criminel.
Les adultes auraient pu faire la traversée seuls puis demander un regroupement familial.
Ne cédez pas à la victimisation
kimdee
morts totalement inutiles
a posté le 21-10-2022 à 03:15
car ils ont pris des risques pour une Europe qui est sur le chemin de l'agonie, dans qqs mois plus personne ne va plus risquer sa vie pour y aller.
le monde est en train de devenir un cauchemar dans un cauchemar.
c'est le plan des élites satanistes, la guerre spirituelle du Mal contre le Bien.

Daoudaou
Quand on sait que les enfants de nahdga vivent royalement à Paris
a posté le 20-10-2022 à 23:38
Pendant ce tempss les adeptes de nahdha se chamaillent avec le gouvernement tunisien pour avoir plus d'argent soit sous forme de compensations ou de virer les prêts accordés par le FMI et les compenser pour leurs comptes personnels. 8
Alya
Oui Daouadou
a posté le à 13:48
Oui leurs enfants ont faits des études en France se surtout aux '?tats Unis. Tous leurs sympathisants qui bien sûr appartenaient à différentes tendances même intellectuelles , ont vu leurs enfants bénéficier de bourses via des organismes très sérieux.
Hannibal
Abir
a posté le 20-10-2022 à 22:09
Arrêté de critiquer Abir Moussi elle à été au pouvoir ? Non alors pourquoi cette acharnement sur elle.
C'est qui les responsables aujourd'hui de cette débâcle, vous le savais bien maïs cette haine sur une personne qui n'a rien à voir sur ce qui arrive en Tunisie vous rend aveugles ou stupides ou les deux.
Taher
Allah la trabahom
a posté le 20-10-2022 à 18:50
Kaboulha saafha tounes wellina mafdhouhin ya politiciens yalli 12 ans entouma taatarkou ala koursi ya Chebbi ya hamma ya abbou ya ghannouchi ya Abir ya.......... Allah la trabahkom
Carthage Libre
Ou winou ton Prophète Kaies saied, sa7eb el "Korsi" tawa? Houwa qalek ekteb contre Abir, qui n'a jamais été au Pouvoir?
a posté le à 23:37
La trab7ou houwa ; kamel a3lina : trah si té un homme dis le.

Si Abir Moussi avait le "korsi" rahi tounes bikhair tawa ya zokra.
Tahar
Nullards
a posté le à 19:53
Kol ala baathilhom we enti maahom
Tanit
Non non pas tous
a posté le à 19:03
Par exemple Abir Moussi n'a jamais été au pouvoir
Jupiter
@R
a posté le 20-10-2022 à 17:37
Tu racontes du n'importe quoi le premier revenu de la Tunisie en devises ce sont les transferts des immigrés sont leurs transferts tu n'aura jamais la possibilité d'acheter du blé et les médicaments.
A4
A la "signorina" de 4 ans
a posté le 20-10-2022 à 16:36
BRULER (2)
Ecrit par A4 - Tunis, le 30 Octobre 2017

Ils s'en vont, ils s'enfuient, emportés par la houle
Emportés par les vagues, par les bateaux qui coulent
Ils s'en vont ça et là, emportés par les vents
Emportés bien au loin, vers des rêves mouvants
Et ils s'en vont ...

Ils s'en vont malgré tout, vers l'horizon qui glisse
Vers des terres inconnues sans index ou indice
Ils s'en vont malgré vous, vos prières hypocrites
Vos discours idiots et vos promesses sans suite
Et ils s'en vont ...

Ils s'en vont voir ailleurs, sous des cieux même noirs
Pour vous fuir, vos échecs, vos revers et déboires
Ils s'en vont les mains vides, n'emportant aucune miette
Vous laissant tout bouffer, affamés comme vous êtes
Et ils s'en vont ...

Ils s'en vont sans regret, sans même se retourner
En vous laissant le désert pour y gouverner
Ils s'en vont dégoûtés, ils en ont bien assez
De tous ces bons à rien, de tous ces bras cassés
Et ils s'en vont ...

Ils s'en vont obligés, tenter d'autres portes
Les votres sont fermées, leurs lettres sont mortes
Ils s'en vont et vous laissent dans un décor sordide
Obsédés comme vous êtes des rondeurs de vos bides
Et ils s'en vont ...

Ils s'en vont plein la tête d'images que rien n'efface
De votre bassesse et votre instinct de rapace
C'est bien à cause de vous qu'ils délaissent leurs amis
Qu'ils oublient leurs familles et haïssent leur pays
Et ils s'en vont !!!
Ancien '?lu de la république française
L'image de la honte
a posté le 20-10-2022 à 16:04
Voilà l'héritage des islamistes et des traîtres tunisiens et tunisiennes, j'ai honte pour eux, la photo de la honte
Tanit
D'accord avec toi
a posté le à 19:06
Mais KS ne fait pas mieux, il contribue à cette cata
Carthage Libre
+2000% depuis que Kaies Saied a pris les pleins pouvoirs.
a posté le à 17:04
Ce sont les chiffres.

Ton président n'a RIEN foutu, et a enfoncé le clou à fond de la misère laissé par les salopards d'Ennahdha ; si c'est un homme, il annonce des élections libres et démissionne : Tu as échoué? You are FIRED.

Auj la PM de UK a démissionné après...40 jours où elle n'a pas pu rétablir la situation économique...alors, qu'est ce que tu me racontes!!
Tunisino
La misère ou la mort
a posté le 20-10-2022 à 15:56
C'est à cause de qui? C'est à cause de politiciens nuls qui oublient que la politique est pour servir le socioéconomique. C'est à cause des littéraires et des illettrés qui n'ont aucune fierté de soi, aucune intelligence, aucun patriotisme, et aucun sens de responsabilité. Deux noms ont marqué l'après indépendance, Bourguiba et Ghannouchi. La Tunisie n'a jamais été scientifiquement gérée, sauf que Bourguiba est patriote alors que Ghannouchi est traître. C'est toujours une histoire d'hommes, la Tunisie a besoin actuellement d'un Bourguiba scientifique pour la mettre sur les rails du progrès durable.
Naim
Serait-ce de la folie ou de l'incohérence ?
a posté le 20-10-2022 à 15:40
Commettre une pareille erreur sans garantie aucune pour que leur situation serai régularisée relève d'une impensable irresponsabilité. Heureusement qu'il resterait au moins les yeux pour pleurer.
Hamza Nouira
Et bien ...
a posté le 20-10-2022 à 15:22
La misère ou la mort C'est pas un peu exagéré votre titre? Il faut arrêter de faire croire aux gens que le pays va très mal!

Les gens quittent le pays parce que les réseaux sociaux et les médias Tunisiens en parlent et les encouragent directement ou indirectement. Et en plus on doit s'excuser pour ses familles qui volontairement veulent prendre des risques en mer! Personne ne leur a mis le couteau sous la gorge en leur disant de traverser!

Ces gens sont exploités par les passeurs et par les médias. J'ai lu sur webdo que la traversé de cette famille qui a abandonné leur fille leur a coûté 24000 dinars!!!!

Mais où ont ils trouvés cet argent

Mais 24000 dinars tu vis comme un pacha pendant 2 ans avec 1000 dinars par mois!

La Tunisie ce n'est pas n'ont plus la Libye pour prendre autant de risque. l'Europe est au bord du gouffre financier et énergétique.

Donc ils vont déchantés en voyant la réalité! Vivement que la nouvelle ministre italienne mettent fin à ces traversées de l'enfer!

Il faut aussi sanctionner ces familles et faire la chasse aux passeurs de la mort!

Cela devrait être une priorité pour l'état et pour les forces de l'ordre.

Arrêtons de s'apitoyer sur le sort de ces gens qui se disent désespérés et malheureux, pour leur bien et pour celui du pays! Sérieusement !


carthage
pauvre tunisie
a posté le à 16:20
quand je me rapelles que en 1990 je suis partis en suisse sans meme un Visa C fou walah alah latrabah le responsable de cette revolution de merde ....les nouazizi ont foutu la merde puis sont partis vivre dans le paradis canadien
carthage
merci pour ton cirque
a posté le à 16:17
vivre comme un pacha en tunisie avec 1000 dt par mois tu plaisantes ? un pays ou le kg des bananes à 9 dt ..le pays ou les pommes a 7 dt .....le pays ou 100 gr je dis bien 100 gr de fromage à 6 dt .... et la liste est longue
Alya
Reponse carthage
a posté le à 17:12
Je partage ce que vous dites. Mais comment expliquer que les fast-food poussent comme des champignons? Comment expliquer que plusieurs pères de famille consomment leur ration de bière dans les bars à raison de sceau ou de cajou? C est un pays impossible à mettre en equation
R
!
a posté le 20-10-2022 à 15:13
La misere ou la mort ?! Le ma7soub il vont avoir la gloire en italie. Ils vont finir soit trafiquant , soit des travailleurs au noir soit des prosititues . Eli yemchi wou yseb fi tounes , bon debarras.
veritas
Le Résultat du printemps de destruction'?'
a posté le 20-10-2022 à 15:07
Les seuls bénéficiaires du printemps atlantistes c'est les atlantistes eux mêmes avec leur mercenaires islamistes'?'la tunisie a gagner de ce complot sous couvert de révolution : la misère l'anarchie le chaos la pauvreté la disparition de l'état après sa destruction de l'intérieur par les mercenaires islamistes,les dettes pour plusieurs décennies ainsi que la faillite sans oublier la famine qui s'est installée chez plusieurs millions de tunisiens.
La Libye détruite par l'OTAN et ses alliés avec une complicité tunisienne n'a fait que compliquer la situation de l'économie tunisienne et libyenne'?'les instigateurs ont récolté le caviar et l'or de ce printemps maudit et les pays victimes ont signé leur descente aux enfers grâce à leur traîtres mercenaires islamistes qui ont amadoué les peuples avec leur drogue destructrice l'islam qui est pire qu'une bombe atomique destinée seulement pour effacer les musulmans de la terre '?'après tout ces muzz auront ce qu'ils méritent'?'bravo aux architectes du printemps islamistes.
Carthage Libre
Je pleure mon pays. Wine ouselna, entre Ennahdha et Kaies Saied...Un pays à la dérive, comme le bateau de Lampedusa...
a posté le 20-10-2022 à 15:03
J'ai vu la gamine. Un ange. Même les italiens sont heureux de voir cet ange, qui ressemble tellement à leur propres enfants.

Kaies saied avait comme objectif de nous mener à "bon port" en 1 moi, 2 max en organisant des élections anticipées après des corrections mineurs de la Constitution et Loi électorale...

Il nous a fait perdre 1 an et demi à ne rien foutre. Il s'est occupé de sa "petite personne", afin de tout vérouiller et de prendre les pouvoirs absolus.

Il savait que Abir Moussi allait gagner les élections. cette même Abir Moussi qui aurait constituer un gouvernement et se serait mise immédiatement au travail, avec son équipe, pour sauver ce qui pouvait être sauvé après 10 ans de destruction methodique du pays. Et alors si Abir Moussi avait rectifié le tir! Pourquoi l'insulter! Elle aurait redressé notre économie nationale en un premier temps! Elle est compétente, c'est certain! C'est pas ça que vous vouliez?

Les citoyens avaient espoir en ce 25 juillet 2021.

Ils ont déchanté en 2 mois, quand ils avaient compris que Kaies saied ne voulait QUE le Pouvoir et rien d'autre...pour faire quoi avec? Pour ne RIEN faire et bien au contraire, pour enfoncer notre pays dans la merde.

Beaucoup de citoyens ont compris que les HORIZONS étaient fermés, qu'il n'y avait plus d'espoir, qu'il n'y aurait plus d'élections libres, qui étaient, au moins, un mince espoir d'alternance.

Toutes les portes étaient fermés devant eux avec ce "nouveau" régime Dictatorial, qui s'éloigne de nos partenaires européens, pour nous réembarquer vers le panarabisme et l'islamisme, teinté de communisme/kadafisme.

Alors mes amis...alors...que voulez vous qu'ils fassent?

Ils se sont enfui.

Certains sont morts en mer, d'autres ont pu rejoindre l'Italie...cette même europe que les citoyens veulent joindre et que Kaies Saied déteste...

Le symbole de cet ANGE récupéré par les mains des femmes italiennes me fait mal, très mal au coeur...

Mon rêve aurait été le contraire ; que les italiens fuient et viennent dans cette Belle Tunisie, un pays développé sans idéologies destructrices et avec un islam non politique qui ne sort pas des mosquées...

Mais le destin voulait autre chose, car une grande partie du Peuple tunisien est resté bête, religieux, pro-idéologies panarabiste, rêveur avec les "expérience" de Kaies saied, conservateur...et voilà le résultat, et ce n'est qu'un début.

Va petit ange, je suis certain que nos voisins et ami(e)s italiens vont bien s'occuper de toi et tu vivras loin de cette FOLIE qui s'est emparé de notre pays...
retraité
la migration clandestine était alatoire avant la révolution
a posté le 20-10-2022 à 14:48
la migration clandestine était aléatoire et très pratiquée dans le pays avant la révolution bénie car nos frontières sont bien surveillées et la population est heureuse dans son pays la stabilité politique ,économique financière et sociale la majorité des tunisiens travaillent gagnent leurs vies et leur avenir est presque rose la révolution est arrivée la gestion catastrophique du pays par les nouveaux gouvernants pendant 12 ans a appauvri la population et le pays et par la forte crise économique sociale financière sanitaire et sécuritaire et l'arrivée massive des subsahariens et asiatiques clandestins dans le pays pour leur émigration clandestine vers les cotes italiennes au paravent ils les font des cotes libyennes ont encouragé le tunisiens hommes femmes et enfants à émigrer clandestinement vers les cotes italiennes pour chercher l'eldorado européen et une vie et un avenir meilleur pour eux et leurs enfants ils n'ont plus confiance aux nouveaux gouvernants et politiciens depuis 12 ans .