alexametrics
A la Une

Les conservateurs se déchaînent contre "Sourat Corona"

Temps de lecture : 5 min
Les conservateurs se déchaînent contre

 

"On peut rire de tout mais pas avec n’importe qui", dit-on. Cet adage n’a jamais été autant d’actualité que dans une société tiraillée entre deux identités. Une, moyenâgeuse, espérant dresser des bûchers partout pour brûler les hérétiques et une autre, en phase avec son époque où les droits des individus sont rétablis, du moins sur le papier. Encore aujourd’hui, dans nos contrées, toucher de la pointe du doigt au sujet épineux de la religion, c’est s’exposer aux représailles immédiates et souvent très violentes de nouveaux inquisiteurs qui prennent leur mission un peu trop au sérieux. Emna Chargui voulait plaisanter oubliant qu’avec ces gens-là, on ne plaisante pas…

 

 

Le monde entier est frappé de plein fouet par l’une des crises sanitaires les plus meurtrières de son histoire. Angoissés, confinés et déprimés, les citoyens de nombreux pays font tout ce qui est en leur pouvoir pour se maintenir à flot et rire encore malgré la peur et l’ennui. Des vidéos rigolotes inondent la toile, on danse, on se confie, on cuisine, on joue de la musique, on se filme dans des postures improbables, enfin on fait ce qu’on peut pour garder la pêche, chacun à sa manière.  La bloggeuse Emna Chargui ne s’attendait certianement pas à ce que la blague qu’elle n’a fait que partager tourne au vinaigre et en publiant un texte humoristique intitulé "Sourat Corona" (Verset Corona, ndlr) sur son compte, elle a déchaîné contre elle les foudres des conservateurs.

 

"Sourat Corona" est en fait un petit texte, reprenant les codes des versets coraniques, qui aborde le sujet de la pandémie du Covid-19 sous la forme d’une plaisanterie. Très vite le tollé de réactions, prévisible certes, a provoqué un véritable tsunami sur les réseaux. Entre ceux qui estiment que la bloggeuse a le droit de s’exprimer comme elle veut, plus modérés qui jugent la blague de mauvais goût sans toutefois vouloir dresser la potence et ceux qui estimant que la blague touche au sacré et aimeraient voir Emna Chargui pendre au bout d’une corde, la bloggeuse a joui d’une notoriété soudaine dont elle se serait finalement bien passé.

 

Démocratie, nouvelle constitution, liberté d’expression, liberté de culte, sanction des discours haineux et des appels à la violence, depuis la révolution la Tunisie s’est parée de tous les attributs des plus grandes démocraties mais sous ces ornements clinquants se cache une vérité bien plus sombre. Encore une fois, dans cette démocratie naissante et « modèle », enviée et saluée par le monde, le ministère public a permis à la brigade de la protection sociale de la Kasbah de convoquer une bloggeuse pour l’interroger sur un post partagé sur les réseaux. Devant les accusations d’offense au Coran lancées à l’encontre d’Emna Chargui Le Parquet a invoqué l’article 6 de la Constitution tunisienne qui stipule que « L’État protège la religion, garantit la liberté de croyance, de conscience et de l’exercice des cultes. Il assure la neutralité des mosquées et des lieux de culte de l’exploitation partisane.

L’État s’engage à diffuser les valeurs de modération et de tolérance et à protéger le sacré et empêcher qu’on y porte atteinte. Il s’engage également à prohiber et empêcher les accusations d’apostasie, ainsi que l’incitation à la haine et à la violence et à les juguler ».

 

L’affaire a aussi très vite fait réagir des organismes et des personnalités qui ont voulu apporter leur soutien à la bloggeuse. L’Observatoire national pour la défense du caractère civil de l’Etat a exprimé son étonnement face la démarche du ministère public, estimant que le texte publié sur le compte Facebook de Emna Chargui est non seulement fictif mais repris du compte d’une autre personne. L’Observatoire a estimé qu’en exerçant son droit à la liberté d’expression Mme Chargui s’est heurtée à des menaces de mort et de l’injure contestant le fait que les forces de l’ordre ont appréhendé la bloggeuse pour atteinte au sacré et incitation à la violence au lieu de poursuivre ceux qui ont réellement tenu des propos haineux et violents.

 

Le président du Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT) Néji Bghouri a aussi réagi à cette garde à vue, la qualifiant de scandale d'Etat et d’indice dangereux du retour de la politique de la répression et de la muselière. Il a accusé le gouvernement d’Elyes Fakhfakh d’être soumis au Conseil de la Choura.

 

L’ancienne porte-parole de la présidence de la République tunisienne, Saïda Garrach, a également exprimé son indignation et sa crainte d’une nouvelle vague de takfirisme suite à la convocation d’Emna Chargui appelant les autorités à cesser ces pratiques qui renouent avec le « carré du takfirsme et des restrictions de la liberté de conscience ».

 

Citant elle aussi l’article 6 de la Constitution, Saïda Garrach a évoqué « la bataille menée par les députés » et les péripéties qui ont accompagné la rédaction de cet article, en particulier les accusations d’apostasie à l’encontre du député Mongi Rahoui. 

 

« Cet article a été le fruit du militantisme des forces démocratiques, civiles et politiques progressistes et ça a failli nous coûter un assassinat politique », a-t-elle rappelé.

 

 

L’avocate d’Emna Chargui, Ines Trabelsi a dénoncé un vice de forme dans la convocation de sa cliente expliquant qu’on ne peut convoquer un citoyen sur la base des textes constitutionnels, devenus dans ce cas incriminants.  

Elle a signalé d’autres infractions durant l’interrogatoire de la bloggeuse, précisant que la prévenue avait été auditionnée par sept représentants du ministère Public, en même temps sans la présence de ses avocats.

 

L’avocate de la défense a expliqué que sa cliente n’avait pas rédigé la sourate détournée mais l’a seulement repartagé et qu’elle a été finalement maintenue en liberté avant d’être déférée devant la chambre correctionnelle près du Tribunal de première instance de Tunis, le 28 mai 2020 à 9h du matin.

 

La Tunisie est décidément le pays de toutes les contradictions. Alors que le blasphème ponctue le quotidien, que Dieu est évoqué dans la rue, sur les routes et presque à chaque fois qu’un Tunisien s’énerve, alors que des personnalités sur lesquelles planent des accusations de violence, d’incitation à la haine et voire même pire, ont bénéficié d’une amnistie et même d’indemnisations, un bloggeur peut se retrouver sur le banc des accusés pour avoir partagé un texte humoristique écrit en copiant un style tout simplement....

 

 

Myriam Ben Zineb

 

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (50)

Commenter

Abel Chater
| 11-05-2020 22:28
Va tuer les enfants de Gaza et cesse de jouer au malin avec nous tes Maîtres les Tunisiens, comme si nous donnons la moindre importance à ton avis de Dracula sangsue des territoires occupés.
Tu me fais vomir par ton insolence et par ta malhonnêteté.

Abel Chater
| 11-05-2020 21:59
Lorsque les Bédoins arabes Adeptes du Prophète Mohamed (sws) répandaient la civilisation musulmane de par l'ensemble du globe terrestre, le moyen-âge n'avait lieu qu'en Europe où les européens vivaient dans les grottes et dans la pire des misères de ce monde. Les Amériques, le Canada et l'Australie, n'ont été découverts et envahis par des Européens affamés, qu'avant 5 siècles seulement, lorsque les Musulmans régnaient déjà le monde depuis un millénaire. Ces mêmes Européens ne trouvèrent leur courage meurtrier, par lequel ils éradiquèrent les habitants d'origine des Amériques, du Canada et d'Australie, qu'après l'invention de l'arme à feu qui tue à distance en se cachant derrière les arbres et les rochers.
Lorsque les Européens se ruaient vers les Amériques pour échapper à la pauvreté, à la famine et aux maladies, les Arabes et les Musulmans vivaient au sommet de la civilisation humaine. D'aucuns des Arabes et des Musulmans, ne pouvaient avoir la moindre idée d'expatrier vers la misère des Amériques de l'époque. Les livres de l'histoire européenne, disent que les tribunaux de l'époque condamnaient leurs criminels à l'exile à vie vers les Amériques.
Donc, à ceux qui ne cessent de tomber dans le piège du mot "laïcisme", qu'ils sachent que les Arabes n'étaient Maîtres du monde et 8 siècles en Espagne, que lorsqu'ils se tenaient à leur religion musulmane, contrairement aux Chrétiens, qui n'ont pu trouver l'élan des Musulmans, qu'après s'être distancés de leur religion chrétienne.
La différence est énorme entre les Musulmans qui ne perdirent la gouvernance du monde que lorsqu'ils ont trahi leur religion musulmane, et le contraire chez les autres.
Mais la roue de l'histoire tourne toujours sans cesse.
Allahou Akbar.

YAEL STEIN YONI
| 08-05-2020 22:14
Shalom,

Chère Mme BEN ZINEB, je vous confirme que YAHVH est quotidiennement injurié en Tunisie et pas que ; dans tout le maghreb, (je suis itinérant entre les quatre pays du maghreb Tunisie, Algérie et Maroc avec la Libye quand cela est possible), je parle, je lis et écris l'arabe littéraire. Je parle et comprend tous les idiomes arabes de tous les pays arabes. Mais souvent, je me fais passer pour quelqu'un qui ne comprend rien. Et là, je peux vous assurer que je suis témoins auditif de pas mal de choses assez blasphématoires envers Yahveh (Dieu).
Comme c'est dommage que sur tout les pays arabes que je connais assez très bien, la TUNISIE est largement en avance dans pas mal de domaines, pourtant quand il y a des évènements style EMNA CHARGUI qui se manifestent, la réalité de certaines choses sous-jacentes nous ramènent au présent de la menace des idées scabreuses des barbus et surtout du danger que peuvent présenter la présence de ces mêmes menaces dans une société fragile et en pleine mutation.
J'ai une confiance dans la société TUNISIENNE pour qu'elle amène à terme la révolution de ses idées pour arriver à l'autre rive de la rivière des problèmes et de la déchéance et de pouvoir enfin vivre normalement avec sois-même et les autres.
Lehitrut o layla tov : Yoni

Gg
| 07-05-2020 21:53
Maxula| 07-05-2020 19:20

Ben oui... Bravo!

Maxula
| 07-05-2020 19:20
"Le saint Coran au dessus de tous"

Moi ça me rappelle le "Deutschland über alles" dont les nazis on fait un leitmotiv, alors que ce n'est en fait que le premier couplet de l'hymne allemand !
Donc le slogan des islamo-fachos "coran über alles" est le vôtre ?
Alors qu'il n'y a RIEN au-dessus de la vie et/ou de la Liberté ?
Maxula.

Maxula
| 07-05-2020 19:05
Hier vous dénonciez (2ème degré ?) :
"Les coeurs purs et les ames devoues au Bien sont ainsi"

Et aujourd'hui vous donnez raison à Léon "coeur pur et âme dévouée" à bouh'lahnine ?
Vous savez où vous habitez au moins ?
Maxula.

Maxula
| 07-05-2020 18:40
"d'avoir "forwarder"

D'avoir forwardé !
Autrement dit, renvoyé, redirigé, transféré, communiqué, transmis. . .
Mais pourquoi diable, ai-je employé cet horrible anglicisme(*) alors que la langue française est plus riche pour exprimer ce que je veux dire ?
Maxula.
(*) Et encore plus horriblement conjugué en français !

Maxula
| 07-05-2020 18:04
"Je souhaite longue vie à votre ami"
Merci pour lui et pour tous ceux qui le suivent. . .
"Corona n'est rien comparé à la connerie"
Vous avez trouvé le mot juste !
Maxula.

Maxula
| 07-05-2020 18:03
"Un conservateur de plus: Moi."
Certes. . .mais pourquoi "servateur" ?
Pouvez pas faire plus court ?

"parodier une sourate du Coran, elle en est à mille lieues. Aucune ressemblance! Rien!"

Mais alors qu'est-ce qui vous chagrine là-dedans, puisque votre saint-bouquin est inimitable (et imbitable tout autant !), sachant que tout ce qu'on reproche à Emna Chargui, ce ne sont point des insultes ou des blasphèmes ni même "une imitation", mais seulement d'avoir "forwarder" une manière de caricature marrante ou une parodie de bon aloi, n'en déplaise aux cons-serviteurs de votre espèce en voie de disparition ?

Il existe dans certains pays "libres" (comme la France, par exemple, ne vous en déplaise !), des plages "libres d'accès" aux baigneurs de toutes conditions et de toutes provenances. Certains y font du nudisme intégral, d'autres gardent au moins "le bas", certaines préfèrent même le topless.
Et tout le monde prend des bains de soleil en parfaite harmonie, sans s'occuper de ce que fait le voisin ni d'où qu'il vient !
Vous en tant que con-serviteur-allahique ou le dernier des "mohi-cons", vous n'irez pas sur ces plages, pas vrai ?
Vous n'y mettrez pas un orteil de peur de choper le priapisme ou d'être transformé en statue de sel (à l'image de la femme de Loth).
Et vous passerez votre chemin, n'est-ce pas ?
Alors qu'est-ce qui vous empêche dans le cas d'espèce de passer votre chemin et/ou de détourner le regard, façon "couvrez ce sein que je ne saurais voir" ?
Puisque personne ne vous demande rien. . .et qui ne demande rien n'a rien !
Maxula.

Citoyen de Tunisie
| 07-05-2020 17:53
Ce n'est pas un article ridicule rédigé par un journaliste d'un journal de concierge.
Ce n'est pas une liberté d'expression.
Ce n'est pas l'avis d'un syndicaliste ou d'un secrétaire général d'une quelconque organisation de pacotille ou les gays de shams qui vont imposer leurs avis sur ce genre de pratique.
Les obscurantistes exploitent ce genre de filon et nos super illuminés de la dYmocratie prouvent qu'il mènent une guerre contre l'Islam en pensant la faire contre ennakba.
Pauvre Tunisie où pullulent les ignares véreux.

A lire aussi

va-t-il se comporter en homme politique qui distribue les coups quand il en reçoit

25/09/2020 18:22
4

Envisager l'avenir sans plastique n'est pas réaliste

24/09/2020 19:59
4

les zones rurales, o� se cr�e la richesse du pays, sont les plus touch�es par la

23/09/2020 19:59
8

Et pourquoi pas un Tunisien à la tête de la Confédération africaine de football (CAF) ?

22/09/2020 21:00
4