alexametrics
B.N.CHECK

Le verdict de la CEDH sur l’atteinte au prophète Mahomet date de deux ans

Temps de lecture : 1 min
Le verdict de la CEDH sur l’atteinte au prophète Mahomet date de deux ans

Médias, politiciens et personnalités tunisiennes ont diffusé massivement, entre la nuit de dimanche 22 novembre et lundi 23 novembre 2020, le verdict rendu par la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) dans une affaire d’atteinte au prophète Mahomet. 

 

On a laissé entendre que ce verdict datait de jeudi dernier et était en lien avec l’affaire des caricatures de Mahomet et l’assassinat de Samuel Paty, un enseignant français tué par un extrémiste religieux. 

 

Vérification faite par BN Check, il s’est avéré qu’il s’agissait du jugement rendu par la CEDH, le 25 octobre 2018. Une citoyenne autrichienne ayant insulté le prophète Mahomet l’accusant de « pédophilie », avait, alors, perdu son procès devant la Cour européenne des droits de l’Homme. Celle-ci avait rejeté les arguments avancés assurant qu’aucune violation du droit à la liberté d’expression de la prévenue n’a été commise. 

La CEDH avait, en effet, validé le jugement rendu par la justice viennoise qui a condamné, en 2011, la prévenue pour « dénigrement de doctrines religieuses ».  

La prévenue avait, selon la presse internationale, organisé, en 2009, un séminaire pour un parti autrichien d’extrême droite, lors duquel elle avait accusé le prophète Mahomet d’avoir commis un acte pédophile en épousant Aïcha, alors qu’elle était encore mineure. 

La CEDH a statué dans l’affaire soulignant que les propos de l’accusée constituaient une « attaque abusive contre le prophète de l'islam » et étaient susceptibles d'attiser l'intolérance religieuse.

 

N.J. 

Votre commentaire

Commentaires
Carthage Libre
Haj Hmida s'est empressée de le faire savoir. Mais Ennahdha? Pas touche.
a posté le 23-11-2020 à 11:51
Encore une fois, elle montre sa lâcheté politique ; elle se PRECIPITE pour nous annoncer ce genre de nouvelle (qui s'avère périmé, kif el yaghort, comme Madame d'ailleurs)

Si, un jour, elle "militait" au MINIMA pour les "droits de l'homme" en Tunisie (j'étais avec elle dans la section Tunis Amnesty International à l'époque de Ben Ali, place Barcelone), aujourd'hui elle ne fait que caresser les khwenjias dans le sens du poil.

Normal. La "militante" veut rester tranquille, dans sa villa, à la Marsa et ne pas être attaquée par les khwenjias ; n'est pas Abir Moussi qui veut, n'est ce pas Chère Madame?

A lire aussi

Or, le chef du gouvernement a omis, un détail de taille. En effet, les dispositions de la

16/01/2021 18:49
6

Ces informations sont totalement

04/01/2021 13:03
1