alexametrics
A la Une

Le pacte de Fakhfakh pour un cessez-le-feu

Temps de lecture : 4 min
Le pacte de Fakhfakh pour un cessez-le-feu

 

 

Formé dans la douleur, le gouvernement d’Elyes Fakhfakh obtient la confiance du Parlement le 27 février dernier. Après moultes tractations dues notamment aux tergiversations et caprices de certains partis, Elyes Fakhfakh tranche et malgré les pressions subies semble avoir pu imposer sa composition. Néanmoins, formé de partis que tout oppose, le gouvernement reste fragile et la nécessité de resserrer les liens devient primordiale dans un contexte où d’importantes décisions doivent être prises…

 

Il devrait inciter à la solidarité au sein de la coalition gouvernementale et mettre un terme aux conflits qui minent le gouvernement et l’affaiblissent. Le pacte de solidarité et de stabilité rédigé par la présidence du gouvernement devait être signé le 15 mai mais semble être encore en « gestation » comme l’a affirmé l’élu d’Attayar, parti membre de la coalition, Anouar Ben Chahed.

 

Le député a tenu à rappeler que l’objectif de cette convention est d’obliger les partis de la coalition à mettre de côté leurs conflits, on parle notamment des tensions entre Echaâb et Ennahdha, et d’œuvrer solidairement à réaliser les objectifs pour lesquels ils ont été désignés.

« Ce pacte n’a pas été encore signé mais son existence dénote d’une volonté des partis de la coalition gouvernementale de mettre de côté les différends qui les opposent pour s’engager dans une politique de stabilité » a ajouté le député.

Confiant quant à la réussite de ce pacte, Anouar Ben Chahed, a souligné que le document est le résultat d’un long dialogue et d’une volonté de calmer les tensions et de purifier l’atmosphère politique précisant que les partis concernés par ce Pacte « sont presque arrivés à une solution ».

 

Hier c’est Mohamed Ben Ammar, membre du bureau politique du parti Attayar, qui affirmait dans une déclaration à la TAP, que la « réticence du mouvement Ennahdha à propos du pacte de solidarité a retardé sa signature ». Une information qui avait été confiée la veille par le secrétaire général du mouvement Echaâb Zouhair Maghzaoui qui déclarait que le mouvement Ennahdha a refusé de signer le document.

Le dirigeant d’Attayar révèle même qu’Ennahdha pose ses conditions pour signer ce document et appelle notamment à élargir la coalition gouvernementale. Le parti islamiste avait, en effet, depuis le processeur de la formation du gouvernement insisté pour inclure Qalb Tounes dans l’équipe gouvernementale, chose que s’est abstenu de faire Elyes Fakhfakh évoquant « les suspicions de corruption » qui planent sur le parti de Nabil Karoui. Jusqu’à la dernière minute, Ennahdha a tenu bon au risque de bloquer tout le processus avant de décider après plusieurs réunions d’accorder son vote au gouvernement, obtenant en passant plus de portefeuilles. Les dirigeants du parti sous entendaient dans leurs déclarations que les choses pouvaient être modifiées une fois le gouvernement en place, et qu’Ennahdha revienne aujourd’hui à la charge n’est une surprise pour personne.

Mohamed Ben Ammar rappelait enfin l’importance de ce pacte qui permettra au gouvernement de défendre au mieux les dossiers très sensibles liés particulièrement à la réforme administrative et aux établissements publics.

 

Le pacte de solidarité est d’autant plus important que les chamailleries, pourtant prévues, s’intensifient entre le mouvement Echaâb et Ennahdha. Le président du conseil de la Choura d'Ennahdha Abdelkarim Harouni a expliqué cette relation tendue entre les deux partis par l’expérience nouvelle du mouvement Echaâb au pouvoir et avec la démocratie. Il a ajouté que son parti était conscient des difficultés au sein de la coalition gouvernementale dès les négociations pour la constitution du gouvernement car certains partis se sont habitués à être dans l’opposition et d’autres ont des problèmes idéologiques politiques avec Ennahdha.

« Ces partis se retrouvent aujourd’hui confrontés à l’examen du pouvoir, pour la première fois. Et nous voulons les encourager car gouverner est plus difficile qu’être dans l’opposition. Nous les encourageons à s’entendre avec Ennahdha et toute autre partie car le consensus est plus difficile que la dissension», a encore souligné Abdelkarim Harouni.

 

Echaâb ne le voit pas du tout de cet œil et les piques fusent contre Ennahdha. Le secrétaire général du mouvement Echaâb, Zouhair Maghzaoui l’a clairement exprimé, son parti n'a pas de problème idéologique avec le mouvement Ennahdha, mais estime qu'il y a une contradiction dans la position du mouvement qui s’allie au Parlement avec l'opposition (Qalb Tounes et la Coalition Karama) tout en gardant sa position dans le gouvernement.

 

Une réunion dédiée au pacte gouvernementale de solidarité et de stabilité était prévue cet après-midi à la Kasbah. A l’heure où nous rédigeons ces lignes aucune information n’a été publiée sur l’issue de cette réunion. Il est toutefois évident que mettre d’accord toutes les parties qui composent le gouvernement n’est pas chose facile. Un fait évident qui avait déjà alerté tous les observateurs alors que le gouvernement était en pleine formation.

Un pacte, s’il est signé, suffira-t-il à calmer les tensions, consolidera-t-il ce gouvernement de toutes les promesses ? Lui permettra t-il de prendre toutes les mesures douloureuses si souvent annoncées? Beaucoup en doutent et au vu des répercussions de la pandémie du Covid-19 qui ne tarderont pas à ébranler le pays, l’avenir du gouvernement est clairement en jeu…

 

 

Myriam Ben Zineb

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (7)

Commenter

ourwa
| 30-05-2020 21:26
Je suis d'accord avec toi, sauf sur deux points, en vous adressant fakhfakh ( en arabe, comme vous devez le savoir, ce patronyme signifie "pige", rpt 2 fos...) Ces 2 points, c'est : " tu as accept de jouer le fusible pour tes anciens copains de 2012, tout en exploitant le ct "Lgitimit" de KS."; question fusible, c'est clair et vous avez juste, mais en quoi consisterait cette variable "lgitimiste" de KS? Est-ce par rapport l'accord pr-requis de nahdha, groupe majoritaire l'ARP, paule par qalb tounes, pour le vote de confiance? Si c'sest le cas, a se tient, d'o la certitude de l'accession de "Double pige", pige de nahdha et pige de son larbin KS. c'est russi...
Second point, votre "conseil" Double pige, " Entre nous, change de camps tant qu'il est temps."; il le voudrait peut-tre bien, mais c'est trs peu probable, car Double pige n'est pas un dput qui pourrait changer la couleur de sa bouse au gr de ses humeurs; ou il continue sa popote infecte dans sa cuisine lui ayant t dsigne, en connaissance de connaissance, ou bien il jette sa toque de marmiton, dmissionne...et avec lui ses plucheurs de patates et plongeurs du gouvernement... Mais le pourrait-il? Nullement, constitutionnellement parlant. Donc il n' a qu' avaler les poisons qu'On lui avait servi...et qu'il nous lche les basques travers ses dclarations ridicules la TV et autres radios de me...de. Pas dans les journaux papier, ceux-l, ils sont morts, ils ne paraissent plus...

Raad
| 30-05-2020 21:09
La seule et unique raison pour rsoudre une fois pour toute ce problme quitte ou double, c'est la dissolution de la chambre ARP.
Le pays n'avancerait jamais avec ces nahdaouistes, ils ne tiennent jamais paroles, leurs buts c'est la destruction du pays, et l'enrichissement personnelle qui les intresse.
Alors pourquoi s'entt vouloir gouverner avec des gens pareils.
Notre constitution elle est bancale avec la mise en place d'un pouvoir parlementaire, en voulant soit disant ne pas accorder le pouvoir un seul homme le Prsident de la rpublique. Mais regarder aujourd'hui la merde dans laquelle nous sommes.
On voulu imiter la Turquie dans le temps, ce pays aujourd'hui c'est un pouvoir prsidentielle qui c'est install.
La dissolution est l'unique espoir pour remettre les pendules l'heure, et changer cette article qui nous fait dfaut.
Alors K.S vous de jouer.....et bonne chance.

cesarios
| 30-05-2020 15:12
tant que la stratgie d'ennahdha est d'avoir un pied la gouvernance et l'autre pied l'opposition, rien ne peut tre conclu, rien ne peut tre avanc dans notre chre TUNISIE, actuellement il faut tout REVOIR dmocratiquement et lgalement et revenir la case de dpart selon les dispositions, et ce que le permet et garantit notre destour, l'lection des nouveaux dput(e)s l'ARP est indniablement ncessaire dans les proches dlais pour dnouer la stagnation et la dtrioration de la vie politique , et le parti qui gagne les lections pourra lgalement faire participer d'autres partis qui acceptent le jonidre pour constituer son gouvernement ..... S'il a pu remdier mme progressivement nos dcadentes situations , nos marasmes et fiascos dans tous les domaines et les secteurs qui ont trop dur, ou mme s' il choit et n'enregistre aucune amlioration constate, on n'a qu' attendre les nouvelles lections de 2024 selon ncessairement un nouvel ajustement de notre destour et surtout de notre loi lectorale qui permettra dornavant au citoyen et au citoyenne de choisir librement, le ou la reprsentant(e) qui mrite sa confiance et sa voix et en appliquant la lettre les nouvelles dispositions et instructions de la loi lectorale qui sera labore dans l'urgence par nos minents et prestigieux juristes de droit public et spcialistes du droit constitutionnel

Ghazi
| 30-05-2020 14:45
Ils ont TOUS fait en sorte qu'en cas de "KHNEN", toi et toi seul, qui sautera, n'oublie pas, tu as accept de jouer le fusible pour tes anciens copains de 2012, tout en exploitant le ct "Lgitimit" de KS.
Entre nous, change de camps tant qu'il est temps.

Ennaj
| 30-05-2020 12:08
La seule solution... un rfrendum et le changement du rgime politique savoir que celui qui gagne aux lections gouverne et il est jug sur la qualit de ses services... Sinon il est vir ou maintenu et adieu la politique du chantage

DHEJ
| 30-05-2020 09:53
Notre MECANO oublie que tout frottement provoque de la chaleur

Alors un bon lubrifiant est plus que ncessaire!

Or notre MECANICIEN n'est pas rod dans la MECANIQUE INSTITUTIONNELLE, d'ailleurs je me demande comment il a pu devenir UN-GENIEUR!

Il faut innover mec!

ourwa
| 29-05-2020 23:23
" Il ( fakhfakh) devrait inciter la solidarit au sein de la coalition gouvernementale et mettre un terme aux conflits qui minent le gouvernement et l'affaiblissent.", autrement dit persuader sa troupe de ses ministres se soumettre au fameux " consensus" islamo-fasciste de nahdha et l'appliquer, les yeux ferms...ou plutt les yeux borns par des visires bien opaques...un peu comme le bloc parlementaire nahdha-karama et autres lcheurs d'cuelles nahdaouies du Bardo... Bien entendu, fakhfakh, cet ancien ministre nahdaoui sous le gouvernement troka de jebali, n'oserait jamais exhorter ghannouchi cadrer ses ministres et encore moins les allis des islamo-fascistes au parlement cadrer les leurs...Mon brave, dmerde-toi avec tes gratte-papiers, tu gouvernes et on n'a pas empiter sur ton immense pouvoir, mais n'oublie pas une chose et une seule, si ton gouvernement choue...et il en donne les prmices de preuves, ce sera de ta faute, toi tout seul. On est dans une dmocratie parlementaire ou on ne l'est pas. Assume ! Prsident du gouvernement, en Tunisie, ou prsident du conseil, comme en Italie, kif-kif bourricot, c'est toujours la foire d'empoigne, la malhonntet et la mauvaise foi qui tiennent le haut du pav; on ne construit pas une dmocratie et assure la croissance d'un pays avec une cohorte disparate de maons dont une minorit construit et les autres sabotent et dtruisent... C'est votre gouvernement, fakhfakl... Pvre bougre !

A lire aussi

Pour prserver les acquis du pays en matire de lutte contre le Covid-19 et pour garantir la

03/07/2020 19:59
2

Focus sur toutes les pistes

02/07/2020 19:59
5

L'Amen Bank a ralis un bnfice de prs de 120 MD, en hausse de

01/07/2020 19:59
3

La BH Bank a ralis un bnfice de prs de 142

30/06/2020 20:49
1