alexametrics
mardi 05 juillet 2022
Heure de Tunis : 23:25
Chroniques
Le droit des femmes se trouve-t-il entre leurs cuisses ?
Par Synda Tajine
08/03/2022 | 16:59
4 min
Le droit des femmes se trouve-t-il entre leurs cuisses ?

 

Philosophique ou anecdotique, la question de savoir s’il faut ou non continuer de fêter la femme est semblable à celle qui s’interroge qui de la poule ou l’œuf est venu le premier. Aucune réponse pour l’instant, ou alors pléthore de réponses. Qui des droits ou des femmes sont venus en premier ?

La femme est-elle née avec des droits propres à elle ou doit-elle se battre pour en acquérir un minimum ? Est-elle venue au monde avec un désavantage ou est-ce la société qui le lui inflige chaque jour ?  

 

Autre question de la plus haute importance, jugée totalement futile par certains, est-ce que la femme se porte bien en Tunisie ? A-t-elle encore des droits à réclamer, elle qui est si bien lotie par rapport à ses malheureuses voisines ?

 

Les droits des femmes sont-ils ce luxe inatteignable pour le Tunisien. Une préoccupation de riches – semblable au stress, aux maladies mentales ou à la notion de bien-être - qui n’a pas de place dans le quotidien de celui qui se bat pour son quota de farine, pour l’éducation de ses enfants, pour son salaire, pour son transport et pour un soupçon de dignité.

 

La femme doit-elle se taire à partir du moment où elle n’est plus brûlée sur un bucher, enterrée vivante ou lapidée sur la place publique ? Doit-elle s’estimer chanceuse puisqu’elle a acquis le droit de vote, la liberté de divorcer et le privilège de faire des études et de travailler ?

La fin des inégalités, des violences de toutes sortes exercées sur elle, des discriminations de genre sont-elles réellement des problèmes de riches ? Les inégalités salariales, les préjugés sexistes, les féminicides et les violences en tout genre sont-elles un véritable sujet ? Peut-on en parler ou faudra-t-il attendre d’avoir résolu la crise économique, la débâcle politique, les violences policières, la corruption, la contrebande et la faim dans le monde ?

 

Historiquement, le 8-Mars a pour origine les manifestations ouvrières et les mouvements de colère liés à l’exploitation des femmes dans les usines et c’est ainsi que la journée internationale des femmes est devenue la journée internationale des droits des femmes. Célébrée partout dans le monde, elle n’a pas pour but de fêter les femmes en leur offrant fleurs et flacons de parfum, mais plutôt de rappeler leurs luttes pour leurs droits et leurs revendications quotidiennes.

 

Dans le débat public tunisien, les luttes féministes restent largement mal vues. On les évoque comme celles de ces marginales qui veulent renoncer à leur féminité et devenir des hommes. Les plus élégants diront que pour une femme, vouloir être l’égale de l’homme dénote d’un manque d’ambition. Les plus rustres hurleront que les femmes veulent émasculer les hommes et prendre leur place. Il n’en est rien. Remarquez-bien que ce sont en majorité des hommes qui ne cessent de clamer que la femme n’a rien à demander de plus sous nos cieux et qu’elle a tout ce dont une femme puisse rêver. Ces mêmes hommes qui ont des opinions très tranchées sur la manière qu’une femme doit s’habiller, s’épiler, se maquiller, comment elle doit vivre sa maternité ou son absence de maternité et comment elle doit choisir de vivre dans l’espace collectif.

 

Mais entre les pays qui s’indignent de voir une crème hydratante glissée par le gouvernement dans un pack de naissance et ceux qui se battent encore pour le droit à l’avortement, où nous plaçons-nous ?

En Tunisie, les femmes ont été précurseures dans le droit de vote,  le droit à l’avortement et la liberté de divorcer. Elles sont actives, elles envahissent les bancs des universités et ont leur mot à dire dans les conseils d’administration et les réunions ministérielles. Mais elles restent fragilisées par une société qui ne leur est pas bienveillante.

Elles doivent relever les défis d’une durée honteuse de congé maternité (l’une des pires au monde, d’une parentalité assumée souvent seule, d’une réputation tributaire de ses choix de vie, de ses mœurs, de sa sexualité…

A force de vouloir être sur tous les fronts, elle sera cet édifice fragile de mère, épouse, employée, fille, qu’on pourra faire vaciller au moyen de remarques sexistes, de harcèlement et de violence. Des hommes lui diront ce qu’elle a le droit de dire ou de ne pas dire, de faire ou de ne pas faire, et surtout, ce qu’elle peut être et ce qu'elle n’a pas droit d'être. Ses choix, ses préférences, sa manière de s’habiller, de parler ou de vivre ne lui appartiendront pas, ils seront ceux d’un époux, un frère, un père ou n’importe quel homme dont l’honneur dépendra de ce qu’elle porte entre ses jambes.

Et peu importe si elle deviendra cheffe de gouvernement, cheffe de cabinet présidentiel, femme d’entreprise, rédactrice en chef, ouvrière, femme au foyer ou enseignante, elle dépendra toujours d’un homme qui sera le tuteur de ses enfants, ou la boussole de sa vertu…

 

 

Par Synda Tajine
08/03/2022 | 16:59
4 min
Suivez-nous
Commentaires
Melik
La Femme
a posté le 10-03-2022 à 19:18
Ah si je pouvais plonger ma tenue entre ses jambes
Gg
Hommage à Gisèle Halimi
a posté le 10-03-2022 à 10:15
Bonjour,
Nous devons, en cette journée pour les Droits des femmes, évoquer Gisèle Halimi, célébrissime avocate tunisienne, et farouche militante féministe.
On lui doit la loi de 1980, qui a posé le viol en crime (et en a établi une définition exhaustive), jugé en assises, alors que jusque là il n'était qu'un délit.
Elle a fait des femmes violées des victimes -ce qu'elles sont- et non des coupables.
Cette très grande dame est l'égale de Simone de Beauvoir
et d'Elizabeth Badinter, dont elle était amie, et aujourd'hui plus que jamais, sa contribution au Droit des femmes est gigantesque, sans égale.
Hommage et respect à cette très grande dame.

URMAX
@ Madame Synda
a posté le 09-03-2022 à 17:17
Nous avons eus l'énorme chance d'avoir eus comme Premier Président de la République, un homme visionnaire - un vrai - juste et équitable envers les sexes et qui avait - on ne peut mieux - compris, que l'avenir ; le développement d'une Nation, passait forcément par une modernisation de la société, elle-meme tributaire de l'égalité des sexes.
...
Le Zaim - Feu Si Habib BOURGUIBA - avait d'ores et déja bien compris qu'aussi, la Femme Tunisienne était bien plus active travailleure et responsable que nous autres - les hommes - dans notre grande majorité. Dans les champs, dans la manufacture, a la maison ... la Femme Tunisienne est partout, en tout temps et a n'importe quel moment de la journée ...
Nous autres les hommes ?
Majoritairements au café, avec chicha, belotte, rami, chkoba, ci ce n'est stade de foot, télé, journaux et nous trouvons le culot de rouspéter si le repas ne nous covient pas ... Honteux.
...
Une faute continue, est celle de l'éducation parentale.
Par je ne sais quelle malédiction, la majorité des jeunes garcons est "laissée pour compte" sans aucune responsabilisation. Au stade de foot avec son pere, sinon dans la rue avec les copains, il vit sa vie de jeune, sans aucune insouciance ... et responsabilité.
La fille elle, apprend des son plus jeune age, les rouages de l'organisation, du planning domestique, des nécessités, aidant sa maman dans la grandes majorité des multiples activités domestiques et dresse en elle, un parfait agenda de l'ordre familial.
...
Les jeunes devenant grands, arrivent alors progressivement, a l'age de se marier ; de faire leur vie (pour celles / ceux qui le souhaitent).
Vous avez alors une Femme - parfaitement responsable - capable de tout prendre en charge immédiatement et un homme - en fait, encore "un gros enfant" incapable de subvenir seul a ses besoins - ni meme, parfois, de plier sa chemise ... gateux ; incapable ...... et il finit par s'en rendre compte !
Cela fait naitre en lui un fort sentiment de frustration et de complexe, qui le pousseront a vouloir coute que coute, prendre l'ascendant sur son épouse ....... ainsi qu'envers ses collegues dans le milieu professionnel.
...
Ces frustrations, font aussi naitre en lui, des complexes de supériorité, le poussant a toujours se prévaloir vis a vis de la Femme, en général ; d'ou l'expression masculine - a tort - du sexe fort" et du "sexe faible" ; ce dernier désignant péjorativement La Femme.
...
Oui, Madame Synda ;
Nous sommes deja biens, par rapport a nombre de pays voisins, mais ce n'est pas encore terminé pour nous et nous ne devons certainement pas nous arreter avant que tout soit acquis pour la Femme.
Je parle de sa sécurité ; de ses droits.
* Le congé de maternité doit etre porté a 12 mois ;
* Le droit a l'héritage doit devenir l'équivalent de ses freres, ni plus, ni moins.
* Une Femme au foyer - n'ayant jamais travaillé - doit pouvoir recevoir a l'age de la retraité légal, une pension (comme c'est le cas aux Pays-Bas) ; les activités relevant du foyer, étants "une profession" a part entiere. Une sécurité financiere doit pouvoir lui etre accordé - surtout chez-nous, en Tunisie - vu qu'elle n'est que tres rarement secondée ; aidée par sont conjoint - profiteur, qui n'a - en fait - besoin que d'une esclave pour le servir, y compris sur le plan sexuel et qui - la aussi - ne prend meme pas la peine de penser au plaisir de sa partenaire ; de sa Femme et épouse.
Ne compte que "sa satisfaction personnelle".
...
Non, nous ne devons pas encore "nous estimer avancés" par rapport a d'autres contrées.
IL est nécessaire de continuer - et ce, jusqu'au bout - tant qu'une réelle équité en tout sens du terme et définitive, ne soit établie.
Mansour Lahyani
Ca ne durera pas éternellement !
a posté le 09-03-2022 à 15:31
"Peu importe si elle deviendra cheffe de gouvernement, cheffe de cabinet présidentiel, femme d'entreprise, rédactrice en chef, ouvrière, femme au foyer ou enseignante, elle dépendra toujours d'un homme qui sera le tuteur de ses enfants, ou la boussole de sa vertu'?'" ? Non : elle finira bien par recouvrer dignité, honneur et importance... cosmique !
zozo Zohra
Les vrais manifestations
a posté le 09-03-2022 à 15:16
https://fb.watch/bEs0FirAqu/
zozo Zohra
Désolée
a posté le à 15:52
Ce n'est pas la bonne vidéo, elle ne passe pas
jeune femme
A l´occasion de la journée internationale de la femme !
a posté le 09-03-2022 à 15:00
NE VOUS LAISSEZ PAS DIVISER ! C'EST L'UNION QUI FAIT LA FORCE !
On parle à nouveau de masculinité toxique. On parle du fait que l'homme est la cause principale de tous les malheurs féminins. Le féminisme moderne n'a pourtant rien fait de durable pour la femme pendant toutes ces décennies. Au contraire, il l'a affaiblie et a conduit à l'effémination et à la féminisation de l'homme.

Nous devons à nouveau définir des images claires pour l'homme et la femme. L'égalité des sexes est fausse et l'égalité des droits est une illusion. Les destinées de l'homme et de la femme sont tout simplement fondamentalement différentes par nature.

En cette journée de la femme, nous devrions nous mobiliser pour le retour des vrais hommes et célébrer la vie, le féminin et le maternel !
Warrior
ras le viol ..................................................
a posté le 09-03-2022 à 14:17
le violeur épouse la violée ... et voilà, c'est règlé !!
NON, NON et NON : le violeur doit allez en prison pour son crime.
après des années passées en prison, si elle veut l'épouser, OK.
le mariage ne saurait ètre, une réparation du viol !!
GROW UP !!!
Alya
La femme tunisienne
a posté le 09-03-2022 à 13:52
Synda Tajine, l intervention de Tulipe est la réponse à toutes vos craintes. La femme tunisienne a tout acquis pour moi. A elle de se comporter.Elle n est victime d aucun système, et doit vivre , se comporter sur le plan familial, social, professionnel, et surtout intellectuel comme un être humain a part entière , le reste n est que cliches
DIEH : kalam gamil
Oh! La coquine !!!
a posté le 09-03-2022 à 13:41
Doux Jésus, comment la femme Tunisienne s'est émancipée à 1 tel point qu'elle taquine son homme !!!
Comme on dit en Egypte de "Sissi" par Romy mais du Maréchal nous voilà!
Tout ça dirait un "Saidi" égyption du "Said" (sud de l'égypte", tout ça :
Kalam gamil qui me nourrit pas et ne satisfait pas les désirs du peuple bien que la femme soit l'avenir de l'homme ailleurs qu'en Tunisie et je peux chanter:
Où sont les hommes!Hommes!Hommes en Tunisie et leur droit se trouvent où?
Très bonne question à notre ST Nationale.
De la part d'1 papa gâteuuuuux!
FATIMA
Honneur du Moyen age !?
a posté le 09-03-2022 à 11:51
La grande erreur des hommes est de croire que l´ honneur de la femme est entre lses jambes. Pourquoi les hommes ne mettent-ils pas leur honneur entre leurs jambes ? C'est fini, les hommes sont victimes de leur naïveté culturelle !
Fehri
L'homme ou la société?
a posté le à 03:23
Peut-on vivre en paix en dehors de la boîte en Tunisie? C'est à dire en non-conformité avec les règles de la société? Qui décide quand la fille doit se marier et qui décide si la fille doit continuer ses études supérieures? Pas l'homme. C'est la société. Qui décidait d'enterrer les fillettes vivantes? Si un homme sort avec une fille libre qui va crier arrêtez de gadget votre vie? La société.
Tulipe
'?tre humain
a posté le 09-03-2022 à 11:25
En tant que femme, Je trouve désolant de scander de telles idées sur l'indépendance de penser et d'agir des femmes.

La victimisation est un refuge derrière lequel se cache les esprits fragiles.

Je suis libre de mes pensées et de mes actes. Je ne dois rien aux autres, encore moins aux hommes. Je les respecte et ils me respectent. J'arrive à m'imposer dans toutes mes entreprises.

J'ai vécu toute ma vie en Tunisie. J'ai grandi dans un village. J'ai côtoyer des collègues et amis de la gente masculine. J'étais toujours restée par eux.
J'ai réussi mes études, j'ai réussi mon parcours professionnel. J'ai intégré l'administration, j'ai intégré la profession libérale...
J'ai toujours été encouragée et respectée par les hommes que par les femmes.
J'ai eu l'occasion de représenter mon cher pays à l'étranger et dans des instances internationales. Je voyais le respect pour mon pays dans les yeux de mes hôtes.

Les freins et les barrières n'existent que dans les esprits fragiles

Histoire de dire qu'il faut s'imposer pour s'affirmer qu'on soit homme ou femme.
J'existe entant que femme et être humain, par dessus tout.
Pas entant que mère, fille, s'?ur ou épouse...

Les femmes de mon village ont leur mot à dire vis à vis de leurs maris. Si elles se laissent faire c'est à cause d'elles mêmes.
C'est parce qu'elles se laissent faire et non pas autrement.

Je n'ai jamais approuvé un jour de fête dédié aux femmes. '?a me donne le sentiment d'être réduite. Alors que je me sens très forte. Aussi forte qu'un être humain libre.
Convertissons ces jours de fêtes ridicules pour des jours de bataille contre des dangers imminents qui menacent l'humanité entière, à savoir les changements climatiques !!!
Cuir
C'est noté.
a posté le 09-03-2022 à 10:02
Vous voulez dire Synda:
"Avec les Femmes,Il faut y aller tout droit,entre les cuisses,en le maintenant bien droit";
Bien,c'est noté,si c'est vous qui le dîtes.
BIEN
La Femme tunisienne a son mot encore a dire !
a posté le 09-03-2022 à 00:06
https://www.youtube.com/watch?v=wJ79iEfus8E
chedli
Denrée rare
a posté le 08-03-2022 à 23:23
Merci Synda Tajine pour votre courage. Je vous trouve de plus en plus grave et cohérente.
Une femme mère
Droits des femmes
a posté le 08-03-2022 à 22:24
Entre ses cuisses c'est la où tu es né!!
C'est navrant ce matchisme indestructible '?'
Ali
Ce que je crois ..
a posté le 08-03-2022 à 21:40
Frauen müssen miteinander solidarisch sein, was oft nicht der Fall!

Elles devraient soutenir un parti politique, dirigé par des femmes, avec un programme clair avec des objectifs clairs pour les causes des femmes. Ce n'est pas une utopie, car les femmes sont majoritaires dans notre société, elles peuvent donc diriger la vie politique du pays.
Si les femmes pensent que les hommes travailleront pour les intérêts des femmes, je dis qu'elles ne connaissent pas les hommes et qu'elles se trompent totalement !
Abel Chater
Synda, Synda, Synda !!! Mais tu es plus vulgaire que moi et tu me dépasses dans mon "islamisme"!!!
a posté le 08-03-2022 à 21:12
Pour une fois, je donne à 100% raison à Syda Tajine, sans que je ne lui lise l'article.
Oui, absolument d'accord avec elle. Le droit des femmes de par le monde entier, se trouve entre leurs cuisses. A condition qu'elles aient un minimum de charme. Sinon, ni cuisses ni fesses. Rien ne l'aidera que leurs biceps.
Ce que je n'arrive pas à comprendre, c'est que partout où on va sur cette planète terre, les femmes n'ont pratiquement d'avantage sur les hommes, que par leurs fesses et par ce qu'elles ont entre les cuisses. Bien que nous ayons des hommes qui ne connaissent la chaleur, que dans la soupe, je n'ai jamais vu des hommes crier à l'égalité avec les femmes.
Donc, ce sont les femmes qui abusent des hommes de par l'avantage qu'elles ont entre les cuisses. Elles ne veulent être touchées par les hommes, que contre une rémunération. Malgré tout, elles protestent pour demander une égalité avec l'homme. Une égalité qui manque elle-même à l'homme, bien que les homosexuels et les travestis leur fassent concurrence.
Les femmes veulent le beurre et l'argent du beurre.
maya
Les clichés et rien que des clichés
a posté le 08-03-2022 à 20:45
Je suis une femme et fière de l'être, et je n'ai pas besoin de cette journée mondiale de la femme, ni de la fête nationale de la femme. Car ça donne l'impression qu'il s'agit d'une créature spéciale, amoindrie et ayant besoin de soutien et de reconnaissance. Chaque femme doit être droit dans ses bottes, et se sentir un être humain à part entière, ni une mégère, ni une soumise qui fait des enfants et du pain tabouna , qui travaille et se fait battre, puis dort dans le même lit que son bourreau de mari, meurtrie, cassée et en larmes. Un mot pour madame la ministre: brabbi arrêtez de mêler les fillettes dans les inaugurations folkloriques de nos responsables, vous rabaissez ces petites en les maquillant et les habillant des sempiternels tenues traditionnelles, et les faisant tenir un plateau et les ciseaux pour sa majesté le responsable qui va inaugurer .
nazou de la chameliere
Punaiiiiiise
a posté le 08-03-2022 à 20:01
Moi j'en demande pas tant !!!
Si j'arrive à ce que mon compagnon, se lave les mains, sans faire dégouliner de l'eau par terre, j'aurais gagné une grande bataille !!!
Ne parlons pas d'aspirateur.
Les hommes ne connaissent absolument pas les coins ,ou le dessous des meubles !!!
Et tellement d'autres choses, mais très terre à terre !!!
Mais c'est quand même un combat, de tout les jours !!!
Elena ELLE
be happy you're a woman
a posté le à 12:16
Le sale boulot est laissé pour les femmes.
Un mec qui aide aux tâches domestiques, c pas bon, c à dire que tu devras tout refaire toi même à zéro.
Donnez moi Messieurs une seule bonne raison pour ne pas rester misandre.
ali
bravo
a posté le à 23:12
j'adore votre commentaire.
DHEJ
Philosophiquement...
a posté le 08-03-2022 à 19:59
Par le devant du derrière des cuisses du bat en haut.

Geosexuel!

DIEHK
Oh! Mon cher DHEJ & à ST aussi....
a posté le à 13:53
Moi, je préfère l chanson :
Fruit de la passion (vas-y Francky c'est bon)
Te fais pas de bile
Fruit de la passion
Au top dans le ghetto
Le tourment d'amour
Il court il court
Sans chapeau
Pique-moi
Faut pas divorcer
Ton confort
Pour la frime
Viens dans mon duplex
Nigivir
Fruit de la passion (funkmix)
Alice ça glisse
Manzé Lola
Le lolo
Ma canne à sucre

Mohamed Obey
# Le droit des femmes...
a posté le 08-03-2022 à 18:18
Le droit inaliénable des femmes n'atteindra sa plénitude que quand les femmes seront capables de s'organiser en des associations qui pèsent par leur démographie et par un haut niveau de conscience qui se cristallise par leur refus d'être traitées comme des citoyennes appartenant à la catégorie B par rapport à une autre catégorie A. Les femmes devront veiller à être bien représentées dans les partis politiques... Mais c'est un travail de longue haleine, surtout dans une société qui, malgré le taux de scolarisation féminine dépasse celui des hommes, s'attache aux schémas mentaux asynchrones...
hlilef
Non
a posté le 08-03-2022 à 18:16
Tajine vous osez comme souvent voir toujours..
Seulement, ceci dénote de bon nombre de complexes qui vous envahissent sans pitié et qui vous empêchent de regarder la vie sous plusieurs angles et pourquoi pas de voler très haut dans l'espace des sciences où les normes sont très différentes et plus subtiles
BI
Quels droits les femmes doivent-elles avoir en Tunisie ?
a posté le 08-03-2022 à 17:58
Droit à la liberté et à une vie autodéterminée
Droit à l'organisation personnelle de votre temps libre.
Droit de choisir ses propres vêtements.
Droit à un choix indépendant de partenaire.
Droit de choisir où, comment et avec qui vous voulez vivre.
Droit à votre propre opinion.
Droit à l´égalité dans l´héritage avec l´homme (++++)
zozo Zohra
Synda
a posté le 08-03-2022 à 17:52
Vous m'avez fait trop rire avec votre titre, vous avez osé ?

Absolument l'inégalité des femmes pas seulement en Tunisie mais mondiale, même dans le berceau du droit de l'homme. Il y a beaucoup à faire au niveau égalité homme/femme
KAYS
QUEL TITRE!!!
a posté le 08-03-2022 à 17:40
Pour répondre à ce titre provocateur peut-être que le droit des femmes se trouve entre les cuisses...de l'homme

Je vous laisse méditer mais sachez qu'en matière de sexe au sens large celui des hommes n'a pas moins de prix, de valeur, d'intérêt pour les femmes que celui des femmes pour les hommes...Tout le monde le sait mais ça ne se fait pas de le dire...