alexametrics
mardi 16 juillet 2024
Heure de Tunis : 13:00
Dernières news
La BCT alarmée par le déficit énergétique
11/05/2018 | 10:46
2 min
La BCT alarmée par le déficit énergétique

 

 

La Banque centrale de Tunisie (BCT) a publié son analyse des échanges commerciaux de la Tunisie premier trimestre 2018. Dans ce document, l’institution financière s’alarme de l’aggravation du déficit énergétique, le prix du baril s’envolant sachant que la Loi de finances a été bâtie sur l’hypothèse d’un baril de pétrole ne dépassant pas les 56 dollars, alors qu’il est actuellement à plus de 75 dollars.

 

Ainsi, l’autorité monétaire a relevé la contraction du déficit commercial de 5,8% au premier trimestre 2018 par rapport à une année auparavant pour revenir à 3.655 millions de dinars (MD) représentant 3,4% du PIB (contre 4% du PIB une année auparavant). Elle a également constaté une forte accélération des exportations (+35,2%) qui s’est conjuguée à une progression moins rapide des importations (+21,3%), entrainant une amélioration du taux de couverture de 7,6 points de pourcentage pour se situer à 73,6%. Elle souligne aussi le redressement de la balance alimentaire (+223 MD contre -384 MD une année auparavant) suite à la forte hausse des exportations d’huile d’olive. Ceci dit, elle met en relief la détérioration de la balance énergétique dont le déficit s’est élargi de 199 MD pour atteindre -1.382 MD et un repli des ventes du secteur des mines, phosphates et dérivés (-26,5%) et ce, en relation avec la poursuite des perturbations au niveau des sites de production et de transport.

 

 

 

En outre, la BCT pointe un déficit commercial demeure élevé au cours du premier trimestre de 2018 et ce malgré la forte expansion des exportations d’huile d’olive et la poursuite de la bonne performance des ventes des secteurs des industries manufacturières.

Autre remarque alarmante, la balance énergétique dont le déficit est devenu structurel et exorbitant, risque de se détériorer davantage au cours des prochains mois en lien avec la montée des cours de pétrole qui ont franchi la barre des 75 dollars le baril et la baisse de la production nationale en produits énergétiques.

 

L’autorité monétaire note la nécessité de la mise en place d’un programme d’efficacité énergétique qui s’articule autour de la diversification des sources en l’occurrence l’exploitation des énergies renouvelables (solaires, éoliennes, etc…), la rationalisation de la consommation et l’accélération des investissements dans les domaines d’exploration et de développement. Autre recommandation, la reprise effective de la production et la commercialisation des produits phosphatés devient impérative afin de préserver les marchés extérieurs et conforter les flux en devises.

Par ailleurs, elle souligne la nécessité de remédier au dérapage des importations des produits non-essentiels, en poursuivant la dynamique engagée pour rationaliser la consommation notamment des produits importés et superflus qui n’ont aucun apport dans les chaînes de valeur nationales.

 

La Banque centrale estime également qu’il est essentiel de mettre en place une démarche efficiente pour la levée des obstacles entravant la conquête du marché libyen et ceux des pays de l’Afrique subsaharienne (facilités de financement, assurance et transport, amélioration de la compétitivité, …).

 

I.N (D’après communiqué)

 

11/05/2018 | 10:46
2 min
Suivez-nous

Commentaires (6)

Commenter

Rationnel
| 12-05-2018 12:31
Plusieurs pays et villes européennes vont interdire les voitures a combustion en Europe, les voitures électriques vont devenir le seul choix dans dix ans ou moins. Le taux de voitures électriques en Norvège a dépassé les 38%.
Le nombre de voiture électriques vendues en Chine a dépassé les 777 milles en 2017, une augmentation de plus de 57% par rapport a 2016.
Les 16359 bus de la ville de Shenzhen en Chine sont électriques, c'est une ville de 12 millions d'habitants.
A Londres les nouveaux taxis sont électriques.
Les terres rares ne sont pas rares, le Japon vient de découvrir un gisement qui peut couvrir les besoins du monde pour 400 ans ou plus (le lien est facile a trouver). Des gisements gigantesques de "terres rares" existent aux USA et un peu partout dans le monde ( https://www.energy.gov/maps/estimated-rare-earth-reserves-and-deposits ). Le Cobalt est concentre au Congo mais plusieurs société travaillent pour réduire la quantité de Cobalt nécessaires pour les batteries. BYD utilise des batteries LFP (LiFePO4: Lithium, Fer, Phosphate, Oxygène) et n'a pas besoin de Cobalt. Le Lithium est abondants sur terre.
Les panneaux solaires et l'éolien sont la solution pour le moment, c'est beaucoup moins cher que les stations solaires thermiques et plus flexible. Les panneaux solaires coûtent en moyenne moins de 2 cents US le KwH, les centrales thermiques solaires coûtent plus de 5 cents (US) le KwH. Le second problème des centrales thermiques c'est qu'il faut les placer dans le désert et transporter l'énergie vers le Nord ou se trouve majorité de la population donc il faut améliorer le réseaux de transport d'énergie ce qui est coûteux et dans un pays comme la Tunisie risqué. Le vol des câbles électriques un des problèmes potentiels, le sabotage ou le blocage de production un autre, la production de pétrole et de phosphates au sud sont totalement ou partiellement bloquées pour le moment.
@takilas - le covoiturage est une solution au monopole des taxistes, on peut encourager une Uber tunisienne ou l'entrée d'Uber ou Didi chuxing.

Gg
| 12-05-2018 10:40
La voiture électrique est un mirage.
Il faut fabriquer les batteries, à base de terres rares. Rares, c'est dire qu'il y en a très peu et qu'elles sont très chères. Donc il faut recycler les batteries usagées, par des procédés complexes et coûteux.
Ensuite, il faut recharger les batteries.
'? l'électricité issue des centrales à gaz et au charbon, le problème de surconsommation et de pollution n'est que déplacé
Nucléaire, on ne sait que faire des déchets ultimes, sauf les offrir en cadeau empoisonné aux générations futures.
La pile à hydrogène repose sur des électrolyses.
Les centrales solaires à panneaux photovoltaïques posent le même problème que les batteries.
Il ne reste comme électricité "propre" et pérenne que celle issue des centrales thermiques solaires (on fait de la vapeur qui fait tourner des alternateurs), des éoliennes, des hydroliennes et de la géothermie.
Mais de tout cela on ne parle pas...
En attendant que des solutions intelligentes se mettent en place, il faut économiser l'énergie: limiter les chauffages et les climatiseurs, réduire les déplacements, optimiser les circuits de production et de transport.
Dans un pays où il y a encore beaucoup de gens qui attendent l'électricité et se déplacent en louages, l'urgent est de satisfaire les besoins et de construire des centrales thermiques solaires.
Au moins, vous avez l'avantage de ne pas être manipulés par un lobby du nucléaire et d'avoir du soleil à profusion!

takilas
| 11-05-2018 23:12
Cela n'arrange que les affamés cambistes qui veulent s'enrichir avec l'argent du peur tout en étant assis et avoir une caisse pleine d'argent facile.
Les énergies renouvelables servent à servir et à améliorer l'économie nationale et non pour donner des opportunités d'enrichissement.
Par contre, il es impératif actuellement, et non trois décennies au minimum, de trouver des solutions urgentes et toute une politique et une stratégie pour changer tout ce processus par des initiatives et des règles censées diminuer la consommation de l'essence (des carburants) en premier lieu, et puis de l'électricité, et ce dans une première étape urgente.
Quant à l'économie des carburants (subventionnés par l'?tat) qui devient primordiale, elle consiste à instaurer de règles restrictives pour les véhicules administratfs, les véhicules utilitaires et des prix de pompe (distributeurs d'essence) variés selon le secteur et le modèle, de catalyseurs dans des modèles précis (camionnettes, camions , taxis, louages...), implanter des stations taxis tout en envisageant l'installation du GPS, et rajouter les allos-taxis, limiter les autorisations taxis et ne plus accorder de permis aux enfants (adolescents) de taxistes pêle-mêle (sous réserve de conditions) à assurer le suivi scolaire et la formation professionnelle par le biais d'une assistance sociale.
Exiger les déclarations de biens des propriétaires de taxis avant l'octroi du permis et même après une certaine période. Ne plus accorder des prêts pour achat de véhicules taxis et restreindre les avantages "insensés" qui furent accordés lors d'une certaine période pour répondre aux normes internationales, et ce avec l'appui d'économistes qui ont trouvé des solutions appropriées lors de ladite période, mais que les donnes ont changé maintenant.
Le problème c'est sue les taxistes ne veulent pas perdre cet avantage d'une part, et renient de s'être enrichis d'autre part.
Il faut exposer ce fléau social à des sociologues et des psychologues pour éradiquer cette obsession à vouloir imposer ce job, surtout que les syndicalistes de ce secteur sont d'abord concernés par cet apport d'argent pour eux-mêmes, et puis qui s'obstinent à ne pas soulager ce fléau social qui ronge indéfectiblement l'économie tunisienne.

Rationnel
| 11-05-2018 13:24
- "aggravation du déficit énergétique, le prix du baril s'envolant sachant que la Loi de finances a été bâtie sur l'hypothèse d'un baril de pétrole ne dépassant pas les 56 dollars, alors qu'il est actuellement à plus de 75 dollars."
- "la balance énergétique dont le déficit est devenu structurel et exorbitant,"
- " détérioration de la balance énergétique dont le déficit s'est élargi de 199 MD pour atteindre -1.382 MD"

On peut ajouter le contrat de 700 millions de dinars entre la STEG et l'entreprise italienne Ansaldo Energia pour la construction d'une centrale thermoélectrique d'une puissance de 625 MW qui aurait du financer des stations solaires ou photovoltaïque. Les mauvais choix énergétiques sont le plus grand fardeau pour la Tunisie et le plus grand obstacle au développement. Le gouvernement doit annuler le contrat de cette station et ré-orienter le budget pour des projets solaires et éoliens avec un contenu local de 30 a 50% minimum.

Le coût du baril peut atteindre les 100 dollars avec l'imposition de sanctions sur l'Iran qui vont engendrer une baisse de la production iranienne. Donc le déficit énergétiques voit devenir encore plus grave. Donc le déficit va être encore plus grave.

Les voitures électriques: la société chinoise BYD (Build Your Dream), leader mondial dans les voitures et bus électriques va construire quatre usines au Maroc: l'une pour les voitures électriques, une deuxième de batteries électriques, une autre de bus et camions électriques et la dernière pour fabriquer des trains électriques. BYD peut aussi aider les Tunisiens a bâtir leurs rêves mais il faut conquérir la peur et éliminer les obstacles qui nous empêchent de progresses comme les syndicats et la STEG.

byk
| 11-05-2018 12:44
une analyse brouillonne et mal écrite pour un sujet très sérieux

DHEJ
| 11-05-2018 10:55
Une consigne qui donne la chance au dinar de flotter... ce qui explique sa chute!


Bon BCT et le GAMIN Chef du Gouvernement ne peuvent plus rien...

Il doivent écouter le sinistre KORCHID et vendre le pays à "l'ALECA" et la "ROUTE DE SOIE"!

Car celui qui s'occupe des affaires étrangères et son secrétaire des affaires économiques sont perdus de vue!!!