alexametrics
samedi 13 avril 2024
Heure de Tunis : 01:09
A la Une
Kaïs Saïed s'attire la colère des Libyens
19/03/2023 | 20:28
5 min
Kaïs Saïed s'attire la colère des Libyens

Une énième crise diplomatique pointe son nez entre la Tunisie et la Libye. Derrière cela, la dernière déclaration du président de la République Kaïs Saïed à propos du champ pétrolier de Bouri.


Assurant que la Tunisie n'avait obtenu que des miettes alors que l'accord initial de 1974 établissait un partage équitable entre la Tunisie et la Libye, le président de la République n’avait pas tardé à recevoir la réponse des parties libyennes, dont la colère était bien perceptible.


En se rendant au siège de l'entreprise tunisienne d'activités pétrolières (Etap), jeudi 16 mars, le président de la République était, à l’occasion de son entretien avec la PDG de l’entreprise, revenu sur l’affaire du champ pétrolier de Bouri. La carte géographique de la Tunisie entre les mains, Kaïs Saïed a indiqué : “Voici le champ pétrolier de Bouri, dont la Tunisie n’avait obtenu que des miettes. En réalité, et pour l’histoire, je dois rappeler qu’en 1975, l’intention allait vers le partage du champ pétrolier de Bouri. Ce champ pouvait couvrir tous les besoins de la Tunisie et même plus. La proposition du partage à moitié du champ pétrolier venait du ministre libyen des Affaires étrangères Ali Abdessalem Triki. Mais, malheureusement, après le 12 janvier 1974, date de la proclamation de l’union qui n’avait duré que quatre heures, et la dégradation des relations entre la Tunisie et la Libye, cette proposition avait été rejetée. En mai 1977, la Libye, avec l’aide d’une entreprise américaine au bord de la faillite, avait installé une plate-forme pour l’extraction du pétrole. Les relations entre les deux pays sont devenues encore plus tendues, qu’elles ne l’étaient déjà. Par la suite, et avec l’intervention de Mahmoud Riadh, secrétaire général de la ligue arabe, il a été convenu de soumettre le litige devant la cour internationale de Justice. Toutefois, la cour internationale de Justice n’a pas adopté les mêmes normes qu’elle utilisait pour définir le plateau continental, prenant en considération d’autres normes, notamment, une sorte d’accord tacite entre la Tunisie et la Libye. La Tunisie avait présenté un ensemble de cartes pour montrer que les plaques tectoniques étaient orientées vers l’Est, alors que les parties libyennes indiquaient que ces plaques étaient orientées vers le Nord. La cour internationale n’avait pas pris en compte ces données, mais uniquement l’accord tacite entre les deux pays. La Tunisie avait essayé de réviser le verdict de la cour internationale, et n’avait pu dresser qu’un huissier de justice à bord d’une embarcation pour notifier une plate-forme pétrolière”.


Face à ces propos et ces insinuations du chef de l’État, les autorités libyennes ont répliqué dans l’immédiat. En effet, le chef de la commission de l'énergie à la Chambre libyenne des représentants, Issa Arabi a affirmé, dans une déclaration à l’agence officielle libyenne, que la commission étudiait les déclarations du président tunisien, Kaïs Saïed, concernant le champ pétrolier de Bouri et le plateau continental, afin de répondre officiellement à ces propos.

Il a souligné qu'il n'est pas possible d'accepter ou de permettre un préjudice à la richesse de la Libye, qui appartient au peuple libyen, en aucune circonstance ou justification. A son tour, le ministre du Pétrole et du Gaz du gouvernement d'unité nationale, Mohamed Aoun, a commenté les déclarations de Saïed affirmant que l'affaire a été tranchée par une décision de la Cour de justice internationale. M. Aoun a expliqué dans un communiqué de presse que la décision était basée sur un accord libyo-tunisien, que les deux parties ont accepté et que les frontières maritimes entre la Libye et la Tunisie sont définies.

 

La Cour internationale de justice de La Haye a statué le 24 février 1982, dans le différend libyo-tunisien, en faveur de la Libye avec l'ensemble du plateau continental, à la majorité de dix voix contre quatre voix. En effet, la Cour internationale de justice a rendu un jugement dans l'affaire relative à la délimitation maritime dans le Golfe de Gabès, opposant la Tunisie à la Libye. La Cour a établi une délimitation maritime entre les deux États en utilisant une méthode de "ligne médiane modifiée", qui tenait compte des circonstances particulières de l'affaire.

Plus précisément, la Cour a tracé une ligne qui suivait la direction générale de la côte, en utilisant des points de référence pour tenir compte des îles et des récifs, et en ajustant la ligne pour éviter les chevauchements excessifs. Cette méthode a été utilisée pour établir une délimitation maritime entre la Tunisie et la Libye dans la zone litigieuse. La Tunisie a soutenu que la ligne de délimitation maritime devrait être tracée au nord de Bouri, ce qui placerait le champ pétrolier dans les eaux territoriales tunisiennes. En revanche, la Libye a soutenu que la ligne devrait être tracée plus au sud, ce qui placerait le champ pétrolier dans les eaux libyennes.

La Cour internationale de justice a conclu que le champ pétrolier de Bouri se trouvait en grande partie dans les eaux libyennes, mais qu'une petite partie du champ pétrolier était située dans les eaux tunisiennes. La Cour a donc tracé une ligne de délimitation maritime qui a permis à la Tunisie de revendiquer une partie du champ pétrolier de Bouri.

Cependant, en 1985, la Tunisie et la Libye ont signé un accord bilatéral qui a réglé définitivement la question de la délimitation maritime et du champ pétrolier de Bouri, en établissant une frontière maritime entre les deux pays qui reconnaissait la souveraineté de la Libye sur le champ pétrolier de Bouri.

 

Ainsi, le président de la République risque de provoquer des tensions entre la Tunisie et la Libye en évoquant une affaire réglée par la justice internationale, il y a de cela près de 40 ans. Ces derniers temps, la Tunisie enchaîne les crises diplomatiques, dont la dernière en date, avec les Subsahariens, à la suite des propos du président de la République ayant évoqué un plan criminel pour le changement de la composition démographique de la Tunisien, sans oublier les tensions avec l’Algérie à la suite de l’extradition de Amina Bouraoui vers la France, ou encore le Maroc après l’accueil du chef du Polisario à Tunis…

Au moment où la Tunisie a besoin de tous ses amis pour surmonter ses difficultés économiques et financières, il semble que le pouvoir ne rate aucune occasion pour s’isoler davantage.


Sarra HLAOUI

19/03/2023 | 20:28
5 min
Suivez-nous
Commentaires
EL OUAFI
oOn n'a pas assez de problèmes ?
a posté le 22-03-2023 à 19:06
Kaïs Saïed s'attire la colère des Libyens,
Remuez le couteau dans la plaie, satisfaits, vous pouvez dormir tr
Nephentes
En attandant les vrais problèmes ne sont pas abordés
a posté le 21-03-2023 à 04:11
Les caisses de l'Etat sont vides et en l'absence de versement du prêt FMI la Tunisie sera en cessation de paiement d'ici 10 a 24 mois
Il est débile et malsain de chercher a n'importe quel prix de faillir a ces impératifs de gouvernance pour tenter de trouver des pseudo-solutions loufoques

Ces délires irresponsables et infantiles ne font que discréditer davantage le régime de Kaes Saed et isoler la Tunisie
Hamza Nouira
Et bien....
a posté le 20-03-2023 à 21:31
La folie des grandeurs du président... ah je vous jure!

Cela me rappelle la fable de La Fontaine. La Grenouille qui se veut faire aussi grosse que le b'?uf.

Si vous l'avez lu, vous devriez savoir que la morale de la fable raille ceux qui veulent se donner l'apparence d'une qualité qu'ils n'ont pas.

Et bien cela colle totalement au personnage.

Mais comme dirais les anglophones "keep up the good work", car à ce rythme les gens vont comprendre qu'il ne faut jamais faire confiance aux populistes....

Bon Ramadan à ceux qui le font....!
Djodjo
Avec kais, une nouvelle catastrophe chaque jour.
a posté le 20-03-2023 à 17:20
Une fois épuisé toute ses âneries a kais lui qui cherche de l'argent là où il y en a pas, une fois assouvi les envies de vengeances des ploucs de ce pays, on fait quoi ? Est-ce que notre situation économique c'est amélioré ? La priorité est de remettre le pays en ordre de marche au niveau économique, et la, force est de constater qu'il n'a absolument pas le niveau.

Depuis qu'il fait la chasse au spéculateur et le nombre de personnes qu'il a emprisonnées, est ce que la pénurie a pris fin ?

Le tunisien est un philosophe qui ne se pose jamais les bonnes questions. Pour n'importe qui de sensé tout ce qui se passe actuellement est aberrant, pas pour une partie des tunisiens.
Hamza Nouira
@Djodjo
a posté le à 22:00
Vos paroles pour une fois sont vraiment sensé... Mieux vaut tard que jamais!
Pour une fois je suis ravi que vous avez fini par ouvrir les yeux Djodjo.

Par contre la philosophie dont vous parlez n'existe pas ici. La philosophie c'est la raison. Le Tunisien ne connait ni la logique ni la raison.

Quand on se met au ban des nations on se prenant pour le roi en croyant que l'on peut s'en sortir seul quand on ne possède rien. Quand on se met ses voisins à dos pour l'avarice. Quand on s'occupe de vengeance plutôt que d'économie et le bien de la nation....
On sent vraiment le désespoir dans ces actions.

Espérons que les gens ouvriront les yeux avant que nous heurtons l'iceberg du défaut de paiement.

Bon Ramadan Djodjo.
Djodjo
@hamza
a posté le à 16:57
Mes paroles sont pour une fois sensées, loooool, j'ai toujours tenu depuis que j'ai commencé à écrire plus ou moins la même ligne politique, et franchement, le but n'est pas de plaire à un tel ou un tel, j'exprime juste mon opinion, rien de plus, tant pis si ça heurte ou plutôt tant mieux, ça prouve que ça fait réfléchir et tant mieux si ça alimente le débat. Je ne prétend pas non plus détenir la vérité, ça n'est que mon opinion que j'exprime.

Concernant la Tunisie, le pays est en cours d'apprentissage des règles démocratiques et perso, au risque de choquer, je pense qu'elle est sur la bonne voie, faut juste que les opposants ne lache pas l'affaire et fassent comprendre qu'il est temps de jouer collectif au pays et non en mode individuel.

Toutes les démocraties naissantes connaissent des ratées et la Tunisie n'échappe pas à la règle.

En attendant, bon ramadan à toi aussi.


Carthage Libre
kaies saied, La plus grande catastrophe de l'Histoire de la Tunisie depuis 10 siècles. Ommi qaltelkom : "Kaies Saied, c'est da3wet char pour vos gueules ; vous l'avez bien mérité, ma7laha fikom"
a posté le 20-03-2023 à 15:44
Après avoir subi Ennahadha et ses sattelites pendant 10 ans, nous voici dans les bras d'un Fou, encore plus dangereux qu'Ennahdha.

il va trouver le moyen de nous brouiller avec l'algérie.

donc, si on fait les "comptes" :

-brouillé avec le Maroc
-broullé avec la libye
-broullé avec nos voisins de l'UE
-début de brouillage avec l'algérie
-brouillé avec les pays africains
-brouillé avec les usa
-brouillé avec la banque mondiale
-brouillé avec le fmi
-brouillé avec l'onu
-brouillé avec les chancelleries à tunis
-brouillé avec les organisations internationales
-brouillé avec la pluie, car il ne pleut plus depuis sa dictature
-ah...seul point "positif"....Non-brouillé avec Dawlet Atlantis vis à vis du "parlement" de kaies saied, qui va nous faire des "miracles".
-Non-brouillé avec les salafistes et les chiites


donc autour de nous, il ne reste plus que l'eau de la méditerranée qui nous accepte....même si depuis son "avénement" elle ne nous offre plus bcq de poissons, mais des cadavres.
JUDILI58
SOYONS PRUDENTS DANS NOS COMMENTAIRES
a posté le 20-03-2023 à 15:26
Plusieurs des commentaires stigmatisent la prise de position de KS dans cette affaire du plateau continental sous prétexte qu'il s'agit d'une vieille affaire tranchée de manière définitive par les juridictions internationales. Ceci est FAUX. La CIJ de la Haye a clairement dit que ni La Tunisie ni La Libye ne pouvaient revendiquer une souveraineté exclusive sur le plateau continental. Deuxièmement la CIJ a exhorté les deux partie à convenir d'une solution équitable et à énoncé les basés de délimitation des frontières maritimes entre les deux parties qui in fine et toujours selon la CIJ doivent parvenir à l'établissement d'un traité en la matière. Jusqu'à ce jour nous n'avons pas connaissance d'un quelconque traité de délimitation des frontières maritimes entre nous et nos frères libyens. Il serait temps de régler définitivement ce litige laissé en suspens trop longtemps. Et à ce titre Le Président de la République a raison.
Djodjo
@judili
a posté le à 21:26
Il a peut-être raison kais, mais au lieu de passer son temps à chercher de l'argent dans la poche des autres sans succès, l'urgence du moment c'est le rétablissement de nos finances, y'a pénurie dans le pays et c'est pas avec ça que l'on va se relever, ni en stigmatisant les africains, ni en attaquant ses opposants politiques, ni en nous pondant une constitution médiocre etc ce pays a besoin d'urgence d'un bon gestionnaire a l'aise avec les chiffres.


Juan
un bourrique de droit constitutionnel ....
a posté le 20-03-2023 à 12:39
il doit savoir: un jugement rendu par une cour internationale est définitif.
send him back to school.
Mozart
Kaïs Saied rompt avec la tradition diplomatique de la Tunisie
a posté le 20-03-2023 à 11:54
Bâtie depuis l'indépendance sur le respect de la légalité internationale, la tradition diplomatique tunisienne essuie des coups de canif de la part du chef de l'Etat.

Il a ainsi activé, non pas la colère comme vous le dites, mais, des propos libyens mesurés qui lui ont fermement rappelé la résolution juridique internationale de l'ancien conflit au sujet du plateau continental et en faveur de la Libye.

Comme en recevant à l'automne dernier le représentant officiel du Sahara occidental, une affaire non encore tranchée par l'ONU, ce qui a immédiatement provoqué la colère du Maroc, il réitère avec cette fois la Libye en remettant en cause un dossier définitivement jugée par la justice internationale dont la Tunisie a accepté le jugement depuis belle lurette.

Son discours revendicatif et stérile, qui est celui d'un amateur dans les rapports internationaux, nuit considérablement aux relations tuniso-libyennes et plus généralement à la diplomatie tunisienne dans le monde entier. Et il est fort probable que sont inconséquence va se répéter de manière nuisible à la Tunisie.
Nebil
Favorisons les énergies renouvelables comme le Maroc
a posté le 20-03-2023 à 10:37
Laissons les maudits hydrocarbures aux voisins libyen et algérien qui nous ont trahi.
Mais tant mieux, qu'ont ils fait avec ?
Rien, au contraire que de la gabegie, des guerres fratricides, de la corruption endémique, et j'en passe et des pires.
Nous étions un pays quasiment aux normes européennes dans les années 90 sans pétrole, regardez le Maroc qui a enclenché son émergence lui aussi sans pétrole ni gaz, tous les pays qui ont échappé à la malédiction, réussissent leurs développement sur la base du travail.
Nous devons nous remettre au travail, nous diversifier et prendre enfin le virage des énergies renouvelables, de l'hydrogène vert comme le Maroc.
Le pétrole, le gaz etc sont des fossiles sans avenir, qui détruisent les économies et les sociétés et bloquent les émergences.
G&G
La raison est biaisée .il faut un fou pour la corriger
a posté le 20-03-2023 à 10:07
Le colon nous a divisé pour enrichir les uns et appauvrir les autres. On aurait besoin d´un fou pour rétablir la géographie de nos ancêtres.
Forza
Les frontières de la Tunisie Housseinite étaient connues
a posté le à 19:22
Les Français ont maintenu les frontières de la Tunisie avec la Liobye et l'Algérie. Nous avions la dispute concernant quelques centaines de Km du côté d'Elborma et la dispute avec la Libye. La Tunisie a accepté d'aller à la cour internationale, il faut accepter le jugement.
Peut-être que nous n'avons pas bien défendu notre cas. Un des juges par exemple demandait de prendre en compte Kerkennah mais elle n'a été prise en compte que pour 50%, il était minoritaire. Il faut accepter le jugement.
al
@G&G
a posté le à 17:18
Les frontières de la Tunisie existaient bel et bien à l'arrivée des français sinon la France auraient annexé toute l'Afrique du Nord ensemble.Petite question:si les frontières étaient de fabrication colonialistes quel colon l'avaient tracé entre la France et la Belgique par exemple?
nazou de la chameliere
Puisque son model c'est
a posté le 20-03-2023 à 10:04
Kadafi .
Il ne faut s'étonner de rien !!!
Alors non seulement, il est débile, mais en plus il a rajouté une corde à son arc !!!
C'est un très grand hypocrite !!!
C'est quand même lui ,qui avait rendu visite aux chefs des tribus libyennes, pour leur vendre ses conseils très fraternels a la con !!!!
Je lui en foutrais moi des conseils à coups de pieds au ... !!!

Pour se faire des ennemis à la pelle,
Il est champion toutes catégories !!!
L'Algérie
Le Maroc
L'Afrique
Et aujourd'hui la Libye !!!
Don Quixotte de la Mancha
Don Quayx de la Marsa
a posté le 20-03-2023 à 10:02
Hola Amigos,
A force de sauter comme un cabri il va finir par se cogner la tête au plafond, El Ingenioso Hidalgo Don Quayx de la Marsa.
Il lui faudrait enfiler un casque en carbone ou en titane pour éviter de récolter des bosses.
Abir
Pauvre Tunisie
a posté le 20-03-2023 à 09:58
Pour connaître l'esprit de ks, il faut voir les genres des gens qui les place aux différents postes !
kol
C'est encore pire que ça
a posté le 20-03-2023 à 09:15
Ce KS est un président de brève de comptoir (ihiz ou yonfoth).
Il ne connait rien du champ de Bouri, qui est un brut lourd et à haute teneur en souffre. La production ne dépasse pas les 40000 barils jour. La Tunisie ne peut ni le raffiner à la STIR, ni l'utiliser pour quoi ce soit. C'est un brut utilisé essentiellement pour la production de bitume et de fuel. Et là ou le bas blesse, il trade très négativement par rapport au zarzaitine qu'on vend et encore plus bas par rapport à l'azeri qu'on achète.
Les besoins de la Tunisie sont en deçà de la production de ce champ et n'ont rien à voir en terme de spécificité technique: on a toujours besoin d'acheter ailleurs! On n'est pas autosuffisant, contrairement à ce qu'il dit, d'abord parce qu'on n'a fait que grève après grève pour dégouter n'importe quelle boite de venir explorer et développer le peu qu'on a, donc l'investissement en infrastructure est beaucoup trop en retard, ensuite parce que malgré toutes les prières et marabouts qu'on peut avoir, géologiquement la Tunisie n'est rien et n'a rien, tout a été raflé par la Libye et l'Algérie - et tant mieux d'ailleurs, le pétrole est une malédiction, on peut s'en sortir sans, regardez le Maroc!
Ce KS ne comprend rien à rien et n'a aucune info sur rien. Il tire à l'aveugle et n'arrête pas d'accumuler des casseroles.
Affligeant et nul pour le pays.
Amateur et république bananière certes mais à l'image de ceux qui l'ont élu et le soutiennent, une bande d'ignares en plus d'être arrogants, mesdames et messieurs je sais tout.
Carthage Libre
Bravo.
a posté le à 15:31
Je retiens ta dernière phrases : des IGNORANTS ARROGANTS...

C'est ça el msiba.

retraité
c'est l'énième crise
a posté le 20-03-2023 à 08:49
c'est l'énième crise entre notre petit pays et son voisin encombrant libyen qui a toujours manifesté depuis le bouillant Kaddafi son hostilité envers notre pays et ses citoyens il chasse les travailleurs tunisiens il ferment les frontières à leur guise ils ont organisé une attaque militaire contre Gafsa , ils ont corrompu les juges de la cour internationale de justice pour qu'ils les accordent le plateau continental en laissant quelques miettes pour nous ils font ce qu'ils veulent dans notre pays et si un ressortissant libyen est arrêté pour un délit quelconque automatiquement ils arrêtent des tunisiens chez eux ou un bateau de pécheurs tunisiens sous prétexte qu'ils pêchent dans leurs eaux territoriales ils aident les migrants clandestins étrangers en traversant illégalement nos frontières terrestres avec l'aide de la mafia tunisienne qui s'est constituée depuis 2011 alors ils ne font rien de mal à leurs voisins égyptien et algérien car ils craignent leurs réactions même militaires . Si le président a soulevé le problème du plateau continental c'est son droit constitutionnel mais il n'obtient rien de son voisin qui est en guerre civile sans fin depuis 2011 avec l'intervention des armées étrangères mais les protagonistes sont unis contre notre pays pour prendre et font ce qu'ils dans notre pays et puis j'aimerais savoir ce que dérange BN de l'attitude du président sur ce dossier de plateau continental à part sa haine contre lui et vous en foutez des intérêts de votre pays et de vos concitoyens comme l'affaire des migrants étrangers clandestins et illégaux qui vivent dans notre pays sans cartes de séjour et travaillent sans permis de travail alors que le chômage des tunisiens avoisine le taux de 30 % et qui prennent nos cotes pour leur émigration clandestine vers les cotes italiennes .
Abir
Celui qui n'a rien à faire
a posté le 20-03-2023 à 08:37
Pour occuper la planète terrestre, il évoque des affaires déjà résolus par siedou Bourguibistes et au même temps causer des problèmes entre la Tunisie et les autres! Ks, tu ne pourras jamais devenir un Zaiem ! Un Zaiem n'est donné pas à qui veut
Mohamed
De quelle crise vous parlez?
a posté le 20-03-2023 à 08:11
Non, mais ça va encore. Il nous reste nos frères de l'Algerie.
Carthage Libre
et encore!
a posté le à 15:36
il va trouver le moyens de nous brouiller avec l'algérie.

Lol
A voir
a posté le 20-03-2023 à 07:47
La journaliste dit que la Tunisie a donné à la Libye une partie de ses terres pendant les derniers jours de Bourguiba sans nous dire quelle était la contrepartie.
S'il n'y avait pas de contrepartie, il est tout a fait légitime de voir pourquoi on donne un territoire tunisien riche en combustibles a un pays étranger. Ce n'est pas rien!
Franchement je ne comprends pas ce jugement vu que l'article donne plutôt raison a KS
walii eddine
L'art de se tirer une balle dans les pieds
a posté le 20-03-2023 à 06:59
KS est passé maître dans l'art de se tirer une balle dans les pieds; le problème est qu'à chaque fois il touche les pieds du pays entier qui tient à peine debout.
Morjane
Corruption
a posté le 20-03-2023 à 01:33
Malgré le populisme de Said, sa politique internationale plus que mauvaise, cette affaire a été une injustice pour la Tunisie. Et à Said de demander des comptes pour ceux qui ont voté en faveur de ka Lybie non sans contrepartie
Akoubi Ammar
C était la vantardise de certains hauts cadres et juristes tunisiens
a posté le 20-03-2023 à 00:05
Le colonel Kadhafi voulait faire du plateau continental une occasion pour renforcer une vraie amitié des deux pays en proposant une exploitation commune des richesses qu il comportait ( pétrole, gaz, métaux et poissons mais l ingratitude de certains juristes amateurs avec à leur tête Sieur Sadok Belaid a aidé au rejet de cette proposition cadeau. En effet, ils ont conseillé en 1978 feu Hedi Nouira de recourir au tribunal de la Haie qui a rendu malheureusement un arrêt définitif en faveur des Lybiens en février 1982. Malgré la demande Tunisienne de revoir ce verdict, il a été corroboré en 1985. De l autre côté ,il y avait des juristes compétents et une équipe de défense professionnelle. Le secrétaire général de la ligue des Etats Arabes à l époque Mahmoud Riadh a essayé d aider à trouver un consensus pour co-gerer les richesses mais les mauvais conseillers étaient toujours là. C est la foule des obscurs et des ignorants qui a fait perdre à la Tunisie une grande richesse. Les erreurs ne se regrettent pas, elles s assument (Simone Veil) n est ce pas messieurs les juristes entêtés et hautains. En dépit de leurs fragrantes erreurs ils ont fait une excellente carrière.
Nationaliste
La haine anti KS
a posté le 20-03-2023 à 00:04
Le président a tout à fait le droit d'évoquer cet accord désavantageux pour la Tunisie....les autorités tunisienne de l'époque avait accepté un accord en faveur des lybiens sous la pression américaine..
Oui le président a la légitimité de dire que la décision du tribunal international nous était défavorable et les autorités de l'époque auraient dû dire NON....
Il n'ya pas mort d'hommes!
Sinon concernant la pseudo crise des subsahariens elle était surtout déclenchée par la 5 ème colonne, les traîtres de l'intérieur......Le président avait raison d'ordonner l'expulsion des clandestins .
Chraibi
Attila
a posté le 19-03-2023 à 22:36
Il est toujours en train de remuer la m...C'est Attila des temps modernes, la où il passe plus rien ne pousse.
Zarzoumia
Il est fatiguant
a posté le 19-03-2023 à 22:16
Il n'a pas conscience de la portée de la parole présidentielle. Il se croit toujours dans un café à échanger avec les gens. Il adore faire étalage de ses pseudos connaissances en histoire, au point de nous créer des histoires. Il est incapable de proposer des solutions ou des stratégies bien précises. Au SNIP, il a évoqué l'histoire sans présenter une approche pratique pour sauver le secteur. Toutes ses interventions sont du même acabit avec en filigrane la corruption et l'idée que la gouvernance qui l'a précédé a dilapidé les richesses et que la sienne serait bien guidée. Je ne vois pas l'intérêt de parler de cette histoire avec la responsable de l'Etap et devant caméras. Le costume est très grand pour lui. Même si vous estimez qu'on a été lésés, ce n'est pas de la sorte qu'il faut procéder pour obtenir des lybiens un partage plus équitable. Vous ne faites que les braquer à un moment où on a le plus besoin de nos voisins que ce soit pour une aide financière ou des marchés favorables.
Tunisino
En plus
a posté le 19-03-2023 à 22:12
En plus du populisme, il est maladroit, pauvre Tunisie.
Tunisino
En plus
a posté le 19-03-2023 à 22:10
En plus du populisme, il est malad
Bouba
Echec
a posté le 19-03-2023 à 21:56
BN, semble oublié l'échec quisant dans la délimitation des frontières maritimes et surtout la, responsabilité de l'incompétence Belaid qui avait en charge ce dossier et maintenant j'aimerais savoir ce qui vous dérange à part votre haine de KS
JUDILI58
@ Mme SARRA HLAOUI
a posté le 19-03-2023 à 21:52
Mme HLAOUI avant de prendre parti
et d'écrire des choses qui peuvent être inexactes lisez les documents de référence, consultez les spécialistes du droit maritime et du droit international. Depuis 2jours je ne fais que rechercher sur le net des documents en relation avec ce litige tuniso libyen. Ce que je peux vous dire c'est qu'il s'agit d'un sujet non tranché définitivement et la CIJ de la Haye a incité à l'époque les deux parties à trouver une " solution équitable " compte tenu du fait qu'aucune des deux parties ne pouvait revendiquer sa seule souveraineté sur le plateau continental . Cette solution équitable devait faire l'objet d'un traité de délimitation des frontières maritimes entre nous et nos frères libyens. Je n'ai pas encore trouvé de traces d'un quelconque traité de délimitation des frontières maritimes entre nous et la Libye. A titre d'information je vous fait part d'un extrait de l'arrêté de la CIJ de la Haye 1982/2 "Ayantconstaté qu'il n'existe qu'un plateau continental unique, commun aux deux E:tats, elle conclut que la définition des étendues de plateau relevant de chacun des deux Etats ne saurait être tirée du prolongement naturel. Elle recherche ce que prescrivent les principes équitables (par. 69 à 71) et examine les différentes circonstances propres à la région susceptibles d'être pertinentes aux fins de la déli- mitation (par. 72 à 107). La Cour examine enfin les méthodes de délimitation (par. 108 à 132) dont les Parties ont fait état dans l'ins- tance et explique les raisons pour lesquelles elle ne peut les retenir. Elle indique la méthode de délimitation permettant selon elle d'aboutir à une solution équitable"
Agatacriztiz
Vaut mieux aplanir les choses...
a posté le 19-03-2023 à 21:41
En politique, il n'existe pas de relations basées sur l'amitié, mais sur des relations fondées sur des intérêts, et si ces derniers s'équilibrent et concordent, les relations sont bonnes.
Ce n'est pas les camions, il y a quelque temps, ou les 8000 couffins d'aides alimentaires que vient d'envoyer la Lybie aux familles nécessiteuses tunisiennes qui vont faire que les intérêts mutuels et donc les échanges commerciaux vont se stabiliser et s'équilibrer en un clin d'?il.
Il y a par contre une possibilité de renforcer les relations entre nos deux pays en estimant les besoins réels, assurant des échanges durables et équilibrant les flux commerciaux de façon bénéfiques, tout en investissant à cet effet.
Un moyen "d'investir", en quelque sorte, pour les lybiens serait de "partager" les revenus de ce champ pétrolier de Bouri par des investissements en Tunisie dans des infrastructures et équipements de nature à favoriser et accroître les échanges entre nos deux pays.
Il ne faut surtout pas, par contre, laisser la contrebande gangrèner nos relations en laissant les revenus disparates du pétrole lybien qui "arrosent" les factions armées en proportion de leur "influence" sur le fragile échiquier lybien et, qui, en faisant la loi comme bon leur semble sur leur "juridictions", financent à leur tour, grâce à ces revenus et par ailleurs les barons de la contrebande qui font d'énormes dégâts à l'économie de notre pays.
Djodjo
Un dictatour perdu
a posté le 19-03-2023 à 21:10
Il cherche par tout les moyens d'enrichir les tunisiens si possible sans travailler, il a bien compris les tunisiens mais que ce soit avec sa réconciliation national pour récupérer l'argent des riches ou la, avec sa nouvelle lubie, ça ne marchera pas.

Sinon, pour redresser le pays cher concitoyen, il y a qu'une option, revaloriser le travail et remettre les tunisiens au boulot.
Forza
Il est inconscient des dégâts qu'il cause
a posté le 19-03-2023 à 21:00
Après ses déclarations contre les subsahariens, on a vu des tensions entre la Tunisie et les pays subsahariens et des attaques scandaleuses contre des personnes sans protection. Espérons que ses nouvelles déclarations ne déclencheront pas des tensions entre Tunisiens et libyens.
Il cherche des problèmes qui n'apportent rien pour le pays, des batailles perdues d'avance. Les investisseurs étrangers cherchent la stabilité. On n'investit pas dans des pays avec des conflits territoriaux.
La Tunisie n'a pas besoin de puits de pétrole pour avancer. Il faut investir dans les renouvelables pour attirer des industries énergivores. On peut facilement installer une capacité de 10 GW, attirer des industries et exporter le plus vers l'Europe. C'est mieux que de chercher à envenimer la situation avec la Libye.