alexametrics
mardi 05 juillet 2022
Heure de Tunis : 23:18
Chroniques
Kaïs Saïed, la malédiction du palais de Carthage
Par Nizar Bahloul
28/03/2022 | 15:00
7 min
Kaïs Saïed, la malédiction du palais de Carthage

 

L’actualité sur le plan national. Les citoyens tunisiens patriotes, sensés, intelligents, prévoyants sont contents de voir l’eau coupée chez eux. C’était la semaine dernière. Le président Kaïs Saïed est allé inspecter les travaux à cause desquels la banlieue sud de Tunis est restée sans eau courante pendant cinq jours. « Contrairement à ce que propagent certains médias, les citoyens sont compréhensifs, voire contents de la coupure d’eau, dans le sens où ils sont conscients que ces travaux serviront leurs intérêts au final », a affirmé le président.  Les agents de la Sonede ont expliqué au président que, grâce à la volonté d’Allah, ils allaient pouvoir achever les travaux avant les délais prévus. Et le président de répondre que, grâce à Allah toujours, il est possible de raccourcir l’Histoire. Au lieu des sept jours initiaux, la coupure d’eau n’a finalement duré que cinq jours. Heureux sont les habitants de la banlieue sud ! L’histoire ne mentionne pas leur degré de bonheur après la fin des travaux…

Ainsi donc, pour des travaux qui ne doivent durer que 24-48 heures sous d’autres cieux, on annonce publiquement qu’il faudrait une semaine pour les achever. On met, au final, cinq jours et on a le culot de dire que l’on a raccourci l’Histoire et que les agents étaient fort braves de travailler jour et nuit…

En 2011, les Tunisiens scandaient haut et fort, « pain et eau et pas de Ben Ali ». En 2022, les boulangeries n’ont plus de pain, l’eau ne coule plus dans les robinets et Ben Ali est décédé. Ils sont heureux les Tunisiens, dixit le nouveau président de la République.

Autre actualité sur le plan national, l’augmentation des prix du tabac. Aucune préannonce, l’augmentation a eu lieu la nuit du dimanche à lundi. Les plus grands gagnants de cette hausse sont les spéculateurs du tabac qui engrangent, estiment les professionnels, quelque 365 millions de dinars par an.

 

Dans le cadre de sa lutte contre la spéculation et la cherté de la vie, qui appauvrit les citoyens, Kaïs Saïed a visité un dépôt de fer et tancé et humilié son propriétaire. Juste après, le prix du fer a augmenté.

Quand il s’est attaqué aux grossistes des semoules, le pain subventionné est devenu rationné dans les boulangeries. Et, souvent, on n’en trouve plus à partir de midi. « Pain et eau et pas de Ben Ali », disaient-ils.

Toujours dans le cadre de sa lutte contre la cherté de la vie, il a pondu un décret prévoyant des peines très sévères contre les spéculateurs. Un décret volé dans le journal officiel algérien, soit dit en passant. Et voilà que la semaine même, il offre des bonus aux spéculateurs qui agissent au grand jour, au grand dam de tous les fumeurs. Les médias ont beau dénoncer la spéculation des revendeurs de tabac et l’interdiction faite aux grandes surfaces de vendre des cigarettes (en dépit de la loi), les mafias du tabac font ce qu’elles veulent, comme si le nouveau décret de Saïed ne les concerne pas.   

Les Tunisiens seraient-ils contents de cette augmentation décidée dans la noirceur de la nuit (terme favori de Saïed) ? Visiblement oui, la popularité de Saïed est toujours confirmée dans les sondages, jusqu’à la semaine dernière.

 

Pendant que les Tunisiens « nagent dans le bonheur », le monde avance à son rythme. Un rythme mille fois plus rapide que le nôtre.

La guerre russo-ukrainienne bat son plein et ses répercussions se feront ressentir un peu partout dans le monde. Les experts internationaux prévoient des crises alimentaires dans plusieurs pays et on s’attend à une augmentation considérable des prix du gaz et du pétrole. Il y a l’avant et l’après guerre d’Ukraine.

Ainsi, d’après les informations obtenues par Business News, une ambassade occidentale est en train de mettre en place une cellule de crise pour anticiper la crise alimentaire qui va toucher la Tunisie dans les mois qui viennent.

Les industriels tunisiens de l’agro-alimentaire nous confirment cette sinistre prévision. Le patron d’une grande usine de biscuits nous fait part de la situation. « D’habitude, j’ai des stocks de semoule pour trois mois. Avec cette guerre ukrainienne, et la très probable augmentation des prix du blé, je devrais acheter des stocks pour un an et demi afin que le marché tunisien ne connaisse aucune pénurie. Sauf que, avec cette loi contre les spéculateurs, les abus observés de la justice tunisienne contre les hommes d’affaires et les invectives du président de la République contre eux, je ne veux prendre aucun risque et je fonctionnerai avec un stock d’un mois au maximum. Et tant pis s’il y a pénurie de biscuits sur le marché ou si l’usine ferme ».

Outre la crise alimentaire que prévoient les experts internationaux, il y a aussi la crise énergétique. L’Algérie qui nous fournissait en gaz jusque-là devrait désormais répondre aux commandes européennes, bien plus juteuses.

Imed Derouiche, expert en énergie et ancien DG de Petrofac, prévoit une crise énergétique à partir de cet été pour la Tunisie. En termes plus clairs, il y a des risques que l’on subisse des coupures d’électricité récurrentes en raison d’un probable rationnement du courant.

 

Où en est la Tunisie de tout ça ? Nulle part. Son président préfère concentrer son énergie et son temps à traquer et injurier ses opposants.

Qu’a préparé le gouvernement Bouden pour ces crises alimentaire et énergétique à venir ? Rien ! Mme Bouden ne dit rien !

Elle a élaboré une Loi de finances sur la base d’un baril de pétrole à 75 $, il est actuellement à 120 $ et elle ne dit toujours pas comment elle va procéder.

Elle a élaboré une Loi de finances sur la base d’un accord du FMI à la fin du mois de mars. Nous sommes à la fin du mois de mars et il n’y a aucun accord en vue.

 

Les opposants qui tirent la sonnette d’alarme ? Au mieux, ils sont ignorés, au pire ils sont jetés en prison.

Les syndicats qui tirent la sonnette d’alarme ? Ils sont dénigrés. Samedi, Mme Bouden a manifesté sa colère après Noureddine Taboubi coupable, d’après elle, de saboter ses négociations avec le FMI.

Les médias qui tirent la sonnette d’alarme ? Ils sont des menteurs, sous-entend le président. Monsieur le président, dites des médias ce que vous voulez, nous sommes le quatrième pouvoir et nous le demeurerons. Nous sommes même le premier pouvoir, d’après Malcolm X. Nous sommes là avant vous et nous resterons après vous, quoique vous disiez, quoique vous fassiez !

 

Le président Saïed et Mme Bouden sont dans le déni. Ils refusent de voir la réalité en face. Ils déclinent tout dialogue avec les forces vives du pays (syndicats, organisations, médias), ils n’anticipent pas les problèmes et les crises, se cherchent des boucs émissaires.

Au vu de ce qui se passe dans le pays, au vu de ce qui se passe dans le monde, la réalité va les rattraper. Les Tunisiens vont finir par se rendre compte qu’ils sont victimes (une énième fois) de la supercherie de leurs dirigeants. Que les boucs émissaires désignés par ces dirigeants ne sont pas les vrais coupables de l’inflation et des pénuries, inévitables, que les Tunisiens vont subir dans les prochains mois.

Les Tunisiens ont beau rejeter les appréciations des experts, les avertissements des opposants et les analyses des médias, ils vont finir (une énième fois) par être rattrapés par la réalité. Ce jour-là, ils vont (une nouvelle fois) se rebeller contre les dirigeants comme ils l’ont fait avec Ben Ali et la troïka.

 

Kaïs Saïed et son gouvernement ont beau mépriser les corps intermédiaires et désigner à tour de bras des boucs émissaires, ils vont finir par être rattrapés par la réalité. Ce jour-là, ils vont être catapultés, comme c’était le cas avec Ben Ali et la troïka. C’est immuable.

Je n’anticipe pas l’avenir, je ne suis pas un voyant. Je regarde juste ce qui se passe sous d’autres cieux, j’écoute les experts et tire les leçons du passé et de l’Histoire des peuples, à commencer par le nôtre.

L’Histoire nous enseigne que le palais de Carthage porte une malédiction contre ceux qui ont choisi de s’isoler et de gouverner tous seuls, ceux qui mentent à leur peuple et ceux qui n’ont pas su anticiper l’avenir. 

Les Tunisiens sont contents de la coupure d’eau, prétend le président. Ils le seront davantage quand il y aura coupure d’électricité, pénurie de carburant et rationnement de pain.

 

  • Le titre de la malédiction du palais de Carthage a été déjà utilisé en 2012 par Business News sous la présidence de Moncef Marzouki, alors qu’il était à l’époque à la tête des sondages.

Il s’est vérifié rapidement, Moncef Marzouki est parti, Business News est resté et le peuple a fini, tardivement, par se rendre compte de la supercherie de son président.

Par Nizar Bahloul
28/03/2022 | 15:00
7 min
Suivez-nous
Commentaires
DIEHK
OH! NB....... Moi, j'aime "Tintin"....
a posté le 30-03-2022 à 08:59
C vrai que mon pays n'est 1 pays qui s'invente ses propres malédictions contrairement à d'autres qui relatent les malédictions des autres.....
Ma malédiction est différente de la votre dans ne pays de sur-diplômés en carton patte!!
J'aime les malédictions quand elles sont relatées dans les bandes dessinées !!
Par exemple "TINTIN" et la Malédiction de Rascar Capac (Tom 1) et pour information nous avons 4 Tom de cette aventure!
J'admire votre sagacité et le poids de vos mts sans "chocs de photos"...
Ainsi va le monde dans Bagla Liha et ses ses "merdolutions" !
CHDOULA
DANS 1 AN ....................
a posté le 29-03-2022 à 11:38
'?a se passe dans un village qui vit du tourisme, sauf qu'à cause de la crise il n'y a plus de touristes.Tout le monde emprunte à tout le monde pour survivre.
Plusieurs mois passent, misérables. Arrive enfin un touriste qui prend une chambre. Il la paie avec un billet de 50 dinars .
Le touriste n'est pas plutôt monté à sa chambre que l'hôtelier court porter le billet chez le boucher, à qui il doit justement 50 dinars .
Le boucher va aussitôt porter le même billet au paysan qui l'approvisionne en viande.
Le paysan, à son tour, se dépêche d'aller payer sa dette à la prostituée à laquelle il doit quelques passes.
La prostituée boucle la boucle en se rendant à l'hôtel pour rembourser l'hôtelier qu'elle ne payait plus quand elle prenait une chambre à l'heure.
Comme elle dépose le billet de 50 dinars sur le comptoir, le touriste, qui venait dire à l'hôtelier qu'il n'aimait pas sa chambre et n'en voulait plus, ramasse son billet et disparaît.
Rien n'a été dépensé, ni gagné, ni perdu. N'empêche que plus personne dans le village n'a de dettes.
N'est-ce pas ainsi qu'on est en train de résoudre la crise mondiale?
GZ
@ Marché de dupes
a posté le à 05:12
Bonjour Chdoula.
Que voilà un bel exemple d'économie circulaire. Une manière de cercle vertueux.
Manquent peut-être le proxénète, le maquereau, le sauret. Cette engeance qui prélève sa dîme sur le dos des autres sans lever le petit doigt.
Nos côtes poissonneuses n'en sont pourtant pas avares.
Merci pour ce sourire sous un ciel qui s'assombrit...ou se dégage...la suite le dira.
Bien à vous.


EL OUAFI
Le tiraillement !
a posté le 29-03-2022 à 11:30
Ni (errahma) et la baraka reviendra dans vos maisons.
c'est ce que scandent ces messieurs, ils se moquent du vocabulaire d'une personne pieuse : avec la volonté d'Allah, non reconnu par ces derniers !
Du matérialisme, croire aux prédictions des experts, et les météorologues !
Un autre point de vue de ces messieurs, le rationnel, l'honnête n'ont plus cours à leurs yeux !
(errahma) et la baraka reviendra dans vos maisons)
Ce langage est devenu obsolète et n'est que métaphorique périmée ! Nos intellectuels pensent ainsi, Allah est une illusion de l'enfumage des cerveaux, par contre défendre l'outil qui procure cancer et destruction du corps humain est-ce d'actualité ?
Pain et eau ! Pas de ben Ali !
Cette rengaine caracole dans l'esprit de des futiles avoir toujours raison !
Usurpateurs, fraudeurs érigés par nos médias en exemples à se conformer, l'histoire retiendra leurs dénis !
(Quatrième pouvoir y s'y sont et y resteront, vous partiriez, nous serions éternellement au pouvoir)
zozo Zohra
EL AOUFI
a posté le à 10:06
Absolument, c'est péjoratif, chacun est libre ses actes.

Ma phase veut dire d'arrêter vos tiraillement
Les tensions politiques se sont répercutées très gravement sur l'économie. Répercussions très négatives sur tous les domaines, notamment au niveau des investissements,....
C'est ce que je voulais dire

Bien à vous

.
DIEHK
yA wild Gaafour......
a posté le à 09:18
Réveille toi mon frère :
La rahma wala Baraka!
La terre est comme un ballon dans l'air (espace) et il en a des milliards de planètes et de cailloux qui voguent dans l'espace ......
Et chez les "Zarabes" qui n'ont pas les pieds sur terre mais sur le sol d'une planète qu'on a affabulé d'1 nom "TERRE" ?
On l'a aussi affabulé de "Religions" et des armes du (sabre à la kalach..) et j'en passe !
Quand je lis les com de mes compatriotes, je me rends compte que j'ai raté mon atterrissage en atterrissant sur terre.....
C beau de rêver, mais avec des gens "purs" OUI; mais pas avec des violents....
Je commence à délirer et je suis obligé de passer à autre chose car je n'arrive plus à atterrir dans des lieux où il fait bon de vivre en paix, où on ne trouve pas de la violence...
Donc, j'ai décidé de continuer mon voyage dans l'espace et autres planètes avec le faible espoir de satisfaire mon "ego" et ma folie ordinaire d'1 être normal qu'on prononce différemment sur la planète "terre" et un bled perdu qui s'est affabulé du doux nom "Bagla Liha" 'Mouch Normal" !!
Allez, je sors chercher ma "Braguette" quotidienne , il faut bien manger non!!!
"Note: Tout ce qui est écrit est le fruit de mon imaginaire et n'engage que moi et vous êtes libre de délirer ou pas avec un ventre vide on divague et avec 1 ventre plein on passe son temps à se purger et manger...)
Bonne révolution du jour avec TOUS vos "has been"...
Bien à vous.
WW Gaafour ety son palmier de "Oued Malaha"





Lol
Jusqu'au cou ensemble
a posté le 29-03-2022 à 09:33
L'un des exercices les plus facile c'est de prendre une situation catastrophique et de faire porter le chapeau a celui avec qui on n'est pas d'accord
En vrai, KS a 3 grossses responsabilité : assurer un intérim rapide et un retour à une démocratie normale, stabiliser la situation économique et contrôler l'épidémie.
Le mécontentement de la population sur la situation économique, l'état de nos infrastructures, les pratiques de nos fonctionnaires ou encore nos lois, comptera mais personne, isolé ou non, n'a les moyens de le changer par magie tout de suite.
Ni KS ni ses successeurs pendant les prochaines années.
Espérons que le bruit des lapins crétins de l'arp qui a baissé puisse laisser exprimer de vrais analystes. Au moins les gens entendrons un discours plus intelligent
zozo Zohra
Messieurs
a posté le 28-03-2022 à 20:39
Le pire est à venir, vous savez pourquoi? Parceque vous êtes tributaires des autres. Vous n'êtes pas libre, vous croyez que vous l'êtes et que vous n'êtes plus colonisés,
vous vous trompez, la moindre chose, la nourriture 50 % vient de l'extérieur, vos portables, vos PC, internet, vos machines a laver, vos voitures...ect tout ce vous touchez, vous êtes que des consommateurs qui regardent les mouches passées.
Si l'extérieur arrête de vous fournir vous êtes foutu, vous reviendriez à l'âge du pierre.

Continuez vos querelles,
zozo Zohra
Hausse de prix
a posté le à 06:48
https://www.peopleactmagazine.fr/forte-hausse-prix-prochaines-semaines-supermarches-jamais-vu-14-ans/
Soussi
President
a posté le 28-03-2022 à 20:10
Pourquoi notre President ne s est pas entoure d experts capables de faire le pays de la crise ca ne manque en Tunisie
Domage
Esperons qu il ne soit pas trop tard
AN
Quelle époque et quelle catastrophe pour notre pays !
a posté le 28-03-2022 à 18:57
Ce qu'une armada de "politiciens" n'a pas réussi à faire sur le plan économique et financier depuis 2011, un littéraire Noname de la politique , ne le pourra très probablement pas.
Mansour Lahyani
Ca n'a probablement aucun rapport, mais ça vaut la peine de le lire !...
a posté le 28-03-2022 à 18:06
Je sors endolori d'un dimanche après-midi, qui n'aura pas été de tout repos'?'
Ne voulant pas me rendre à l'avis dubitatif de mon épouse, pour combattre la morosité et le dés'?uvrement de ce dimanche après-midi, j'ai cédé au souhait de mettre à contribution la Watanya 1, vous savez bien, l'héritière de notre TV nationale avant l'ère Awatef Daly Elle avait mis à son programme une rétrospective, et je me suis laissé dire qu'il serait probablement instructif pour mon gamin de dix ans et pour sa soeur, délurée mais déjà bien rassise pour ses douze ans'?' J'aurais mieux fait de m'abstenir et de les laisser à leur tablette et I-phone ! Nous avons eu droit à un très inconvenant rappel des années 60 et 70, qui passait en revue les divers, et incessants, projets économiques et industriels, d'El Foulah à la Cellulose de Kasserine, Kasserine !! Mes gamins étaient bouche bée, et se demandaient si je leur faisais servir des histoires à dormir debout, rien que pour les tester : je leur avais fait visiter Kasserine, et ils ont été choqués de voir à quoi était réduite cette ville dont je leur vantais les belles choses que Bourguiba y avait laissées ! Il ont été bluffés de voir à l'écran un président de la république - à ce que prétendait le speaker! - qui s'était installé aux côtés de sa bergère dans un fauteuil du théâtre municipal que mes enfants connaissaient déjà, et souriait'?' et même s'esclaffait aux pitreries d'un Jarrari, et applaudissait les déhanchements d'une danseuse aux pieds nus !! Ma fillette a même osé une réflexion sur ce président qui, visiblement, n'avait encore déterré aucun Zaqafouna ! L'acmé a été atteint quand on leur a présenté un vague ministre, de la culture, ou de l'agriculture ? qu'on félicitait abondamment pour la création de maisons de la culture'?' Des maisons de la culture ? Kesaco Je m'enfonçais un peu plus dans mon fauteuil, et ne savait plus où me mettre, pour éluder l'impitoyable regard incrédule de ma fillette, et les rires goguenards de son frère !
Ce fut une sacrée fin d'après-midi dominicale, et je crois bien que je vais vouer une haine indécrottable envers ma femme, pour ses airs victorieux !
zozo Zohra
KAI SAID n'est pas le seul avec la poisse
a posté le 28-03-2022 à 17:57
J'en connais un autre.
Quinquennat le pire catastrophe qu'on a jamais vu. Manifestations sans arrêt, tous les week-end : les retraités, gilets jaunes, les grèves, la catastrophe sanitaire, la peur du COVID, les antivax
Il finit en beauté avec une guerre. Il prend la présidence de l'Europe, il finit en beauté une guerre et ce n'ai pas n'importe quelle guerre.
Il n'a pas de chance, il doit être perturbé, on aimerait pas être à sa place non plus
MH
Inchaallah
a posté le 28-03-2022 à 17:51
Un expert bien de chez nous a prédit un cours du baril de pétrole en dessous de 50 dollars cet été. Il a même dit Poutine gagnera sa guerre. Alors, l'espoir fait vivre.
zozo Zohra
La famine
a posté le 28-03-2022 à 17:48
1. Commencez par mettre fin aux conflits de tous genres.
Tous ces personnages ubuesques qui essayent de mettre les bâtons dans les roues, doivent se mettre de côté, et d'arrêter de faire du sabotage

2. Faire un plan pour minimiser le choc utilisez toutes les terre utiles pour la culture du blé et céréales. Opter pour une agriculture ciblee.
(normalement tout pays qui se respecte possède un plan de sécurité alimentaire pour le cas où).

3 une lutte draconienne contre le gaspillage.

Mettez vous au travail et arrêtez vos querelles et critiques stériles.

Retirez la haine de vos c'?urs, remplissez les de paix (errahma) et la baraka reviendra dans vos maisons.


Fares
Le problème des généraux byzantins
a posté le à 20:55
Je ne crois plus à un consensus. Nous avons affaire à des gens qui croient détenir la Vérité Divine et qui refusent de se remettre en question. Ni ghannouchi, ni saïed, ni tabboubi n'est prêt à reconnaître ses échecs, le dialogue pour chacun d'eux est d'obliger l'autre à capituler.

Chacun est entrain de tirer la couverture de son côté. Cette couverture finira par céder et nous emportera tous avec elle au fin fond du précipice.

Bonne journée comme même.
Jilani
C'est comme Michel Apathie
a posté le 28-03-2022 à 15:45
Sur LCI, rien, rien, rien mais il est plus sympa à voir et écouter ...