alexametrics
mardi 16 avril 2024
Heure de Tunis : 11:59
Chroniques
Il a sauté du TGV au terrain vague de Mnihla
Par Marouen Achouri
28/02/2024 | 16:00
5 min
Il a sauté du TGV au terrain vague de Mnihla

 

Nous travaillons nuit et jour pour le bien du pays et dans l’intérêt des Tunisiens, nous a répété le président de la République, Kaïs Saïed, chaque fois que l’occasion s’est présentée. Il a même emprunté, lors d’une de ses interventions improvisées, l’image d’une ruche d’abeilles pour décrire le fonctionnement de l’exécutif. Sauf que le résultat de tout ce travail supposé est bien maigre, si l’on s’astreint au taux de croissance réalisé en 2023 de 0,4%. Un taux qui ne semble émouvoir personne d’ailleurs, ni au sein du gouvernement, ni dans le bâtiment de la cité El Khadra estampillé Utica.

Mais certains diront qu’il s’agit là d’un indicateur insuffisant pour évaluer le rendement et le travail du gouvernement et de son patron, le chef de l’Etat. Même si ce gouvernement et ce président ont eu le loisir d’évoluer pratiquement sans aucune opposition politique et avec un Parlement extrêmement coopératif, les défenseurs du régime invoquent des raisons extérieures et conjoncturelles. Soit. Admettons. Mais que dire alors du fait que les grands projets de la Tunisie, y compris ceux insufflés par le président de la République lui-même, soient à l’arrêt ? Où sont les projets de la cité médicale qui devait se faire quelque part dans le gouvernorat de Kairouan, du centre international de calligraphie, du TGV censé lier Bizerte à Ben Guerdane ? Ce ne sont que de doux souvenirs et de belles promesses qui se sont fracassés contre le vrai exercice du pouvoir. De ces mégaprojets d’infrastructure le président de la République est passé à des réalisations bien plus modestes comme le déblaiement d’un terrain vague à Mnihla à la périphérie de Tunis. Même des projets de moindre importance, comme la réhabilitation du stade d’El Menzah, n’avancent pas au rythme souhaité malgré le fait que le président lui-même suive son évolution.

 

Pour continuer à « travailler » et faire preuve d’activité, Kaïs Saïed s’en est tourné vers les visites-surprises. Il s’agit là d’une méthode assez populaire qui dépeint un président proche du peuple et qui se soucie de son bien-être même dans les plus petits détails. Il a multiplié les visites non annoncées à différentes structures et entreprises publiques. On l’a vu dans les entrepôts de bus à Beb Saâdoun, dans les bureaux de l’Office du commerce, au sein des méandres de la société El Fouladh à Menzel Bourguiba, à la SNCPA à Kasserine et autres.

Pourtant, très peu de choses ont changé depuis ces visites dans ces différentes organisations, hormis l’ouverture de quelques informations judiciaires. Mais en réalité, les entreprises publiques, que le chef de l’Etat considère comme un trésor et un héritage qu’il faut conserver, croulent sous les dettes et s’enfoncent de plus en plus dans la crise. Aucun travail de fond n’a été effectué sur la situation des entreprises publiques et le gouffre financier qu’elles représentent pour l’Etat tunisien. On s’est contenté de fanfaronner avec des slogans creux et vides de sens.

Le président de la République a montré, à travers toutes ces visites, son incapacité à changer les choses et à mettre sa politique en application. On aura beau claironner des slogans et exprimer des intentions, fussent-elles les meilleures, mais si on ne travaille pas derrière, rien ne se fait. Il n’y a pas de « livrable » qui sort du palais de Carthage ni aucune réalisation concrète.

 

Par la suite, le président de la République a consacré son temps à des sujets de moindre envergure. Voulant sûrement donner l’impression d’un président omniprésent qui est au courant de tout et qui s’occupe de tout, il a fini par se disperser. Ainsi, nous avons vu Kaïs Saïed s’occuper de la réfection de la piscine municipale du Belvédère en chargeant l’armée du projet. Nous l’avons vu arpenter les ruelles de la médina de Tunis pour inspecter l’état de certains bâtiments historiques abritant d’anciennes écoles ou des bibliothèques. Le président est également allé du côté de Carthage pour rendre visite à Dar El Hout (Institut national des sciences et technologies de la mer) et s’enquérir de l’état des infrastructures accusant, comme d’habitude, d’obscurs lobbies de vouloir mettre la main sur cet institut. Tout récemment le chef de l’Etat est allé à la mosquée de la Kasbah pour s’indigner du fait que le chantier n’ait pas été fini alors que ladite mosquée avait été fermée pour travaux depuis 2011.

Le temps du président de la République n’est-il pas trop précieux pour être consacré à des sujets dignes du niveau d’un simple délégué ? Les travaux de restauration d’une mosquée du centre-ville de Tunis méritent-ils l’attention présidentielle ? Il est clair que non. Mais apparemment, c’est la seule manière de parvenir à concrétiser une réalisation sous l’impulsion présidentielle.

 

En définitive, nous avons l’impression que ça parle beaucoup mais que ça ne travaille pas, à différents niveaux du pouvoir exécutif. Les slogans c’est bien beau, mais leur concrétisation s’est heurtée à la dure réalité économique et sociale. Le président peut continuer à accuser d’obscurs lobbies d’avoir des ambitions diaboliques, il peut aussi continuer à blâmer ceux qui ont gouverné avant lui et leur mettre l’échec patent sur le dos. Mais concrètement, rien n’est réalisé, l’économie est en berne, la Tunisie est isolée et le chômage grimpe sous le mandat de Kaïs Saïed. Les Tunisiens attendent un pouvoir qui parle moins et qui agit plus, qui change les choses et qui allège leur quotidien. Ce n’est apparemment pas pour tout de suite.

Par Marouen Achouri
28/02/2024 | 16:00
5 min
Suivez-nous
Commentaires
elfribo
Je Crois..
a posté le 02-03-2024 à 15:23
D'apres le recit de Mr Achouri, je crois avoir compris le comportement de Mr Saied et peux expliquer ses agissements: Il est feru de l'histoire des Caliphes , qui sortaient incognito, surout de nuit pour prendre le pouls de la nation.
Il veut les emuler.
Hannibal
Bravo
a posté le 01-03-2024 à 12:31
Bien résumé
Abidi
Défaitiste
a posté le 29-02-2024 à 15:35
Si vous avez mis toute cette énergie pour faire quelque chose de positive cela aurait été meilleur et pourquoi cette haine envers Saïd et comment veux tu que quelques choses avancent avec un esprit pareil au tiens,je n'ai jamais vu un écrit de ta part où il y a une lueur d'espoir ou d'optimisme et d'ailleurs qui est tu en fin de compte,tu n'es qu'un défaitiste avec un coeur sombre qui reflète sa noirceur sur tout ce qu'il voit ou touche,les gens comme toi n'ont pas leur place dans un pays qui essai de sortir des années de braise qu'il a vécu durant ces 10 dernières années, donc cherche toi un job de geôlier dans une prison de l'apartheid
riri
vous êtes bizarre vous...
a posté le à 18:47
0.4% de croissance en 2023
C'est une statistique pas du blablablabla

Et votre problème c'est des paroles de journalistes sur internet?

Moi mon probleme c'est :

- la destruction des fillieres du lait par populisme et refus d'augmenter les prix. Depuis nous importons du lait en poudre.
- la décision de continuer à augmenter les depenses de l'Etat, depuis les banques ont 30% de leurs bilans en bon du tresor et il ne reste plus rien pour l'économie
- la décision de refuser la moindre reforme fiscale, resultat on continue de laner 9 millions de baguettes chaque jour
- la décision de stopper la soustraitance--> la facture va etre enorme et l'efficacité va encore chuté
- la volonté de parler d etraitre à chaque sortie sans jamais avoir la moindre proposition constructive
- la volonté d'extroquer des hommes d'affaire et de forcer les banques à financer des entreprises sans garanties (communautire)--> la fuite de capitaux est énorme et la chute de l'investissement interieur chutte.
- les discours maladroit sur l'Afrique
- Les insultes envers nos partenaires le plus importants (FMI, UE etc) qui n'ont rien fait gagné à la Tunisie juste plus d'isolement
- la decision de changer seul la constitution
- la décision de changer seul le régime politique

bon sang la liste est tellement longue que je ne saurais plus ou m'arreter!!

mais non tout va bien, il est nathif, la Tunisie est en danger des lobys sionistes mondiaux etc etc etc etc etc


ca fait pitié, ca fait peur et ca ne peux que mal se finir (vu que maintenant on tape ausi dans la caisse de la Banque centrale malgres tout les dangers que cela implique pour un état incapable de baisser ses dépenses)$

rester aveugle
rester la groupi,
vous etiez comme ca avec bourguiba, puis ben ali, puis ennahdha... toujours à la recherche d'un maitre pour vous dire quoi penser et qui detester pour vous remonter le moral ...

pathétique
Hassine
Excusez le
a posté le à 17:38
Comme beaucoup ce chiffre 0,4% il le voit 0,4/0 (10)
Hammadi
Savoire faire absent
a posté le 29-02-2024 à 14:55
La volonté est la,mais malheureusement il ne sait pas travailler
Lamjed
A partir de quand ?
a posté le 28-02-2024 à 23:45
C'est la faute à la décennie noire, c'est la faute aux conspirateurs, c'est la faute aux lobbies, c'est un lourd héritage qu'on nous a légué. On nous dit qu'il faut laisser le président travailler. Soit, mais à partir de quand, à partir de quelle date, ça devient la responsabilité de ce pouvoir ? Va t'on passer encore 5 autres années à répéter le même slogan pour fuir sa responsabilité ?
Mohamed
Tout a été dit
a posté le 28-02-2024 à 22:30
Absolument. tout a été dit dans ce texte.
Tounsi
On n'a que ce qu'on mérite...
a posté le 28-02-2024 à 22:10
Bien dit. Malheureusement 23 ans de désert politique sous Ben Ali ont laissé un peuple politiquement analphabète et une classe politique irresponsable, égoïste et discréditée.
L'opposition qui avait présenté quelques dizaines de candidats en 2019 et qui continue à se présenter dispersée, divisée et dirigée par des nains politiques aux égos grotesques assume une part de responsabilité dans ce gâchis national.
Un peuple qui se dit le plus éveillé de la région réélira à nouveau cet individu, qui en fin de comptes ne fait que représenter parfaitement la médiocrité dominante.
Aucune sortie envisageable de ce marasme cauchemardesque avant quelques décennies...
Gg
TGV?
a posté le 28-02-2024 à 21:48
Remerciez Dieu de ne pas avoir de TGV. Songez que les trains de de phosphate déraillent, faute d'entretien des voies. Or un TGV n'a rien de comparable avec un train de marchandise roulant à 50km/h.
Un TGV roule à plus de 300km/h avec 500 à 1000 passagers à bord, les voies et les caténaires sont de la haute technologie. L'entretien doit être impeccable. Imaginez le carnage en cas de déraillement!
Alors attendez, l'heure du TGV viendra... c'est pas maintenant.
Fares
What's next?
a posté le 28-02-2024 à 19:19
Une visite d'inspection des travaux de nettoyage des toilettes publiques du marché central de Tunis? Il s'agit d'une blague bien évidemment, mais d'un autre côté ça serait dans l'ordre naturel des choses: sawarikhs, tgv, hôpital historique du Kairouan, dechetterie d'el Mnihla, piscine, mosquée....Notre président est un homme humble, mais juste lorsqu'il s'agit de réalisations. La Tunisie entre la misère et la dictature.
Camus
Solution
a posté le 28-02-2024 à 18:34
Juste une petite remarque toi citoyen tunisien averti et voyant les choses autrement , c est bien simple les élections présidentielles auront lieu septembre ou octobre 2024
Tu n as qu a te présenter et faire mieux .. puisque d après ton article tu parais illuminé et bien sûr de toi.dommage que la connerie ne tue pas .
D'aide a essayé et essaie encore , la mentalité des gens et l esprit toxique prévalent et oh combien c est facile de critiquer ,..
Le travail et l honnêteté font souvent défaut, voilà l essentiel
adel
Connaît pas ...
a posté le 28-02-2024 à 17:09
... la ruche d'abeilles qui produit du goudron.
Sarra
Arrêtez vos chicaneries
a posté le 28-02-2024 à 16:59
Pourquoi ces critiques stériles ? Laissez le président travailler, il n' a pas une baguette magique. En le critiquant vous l'avez plutôt valorisé : toutes ses visites et ses interventions sur le terrain que vous avez énumérées en les minimisant sont une preuve qu'il fait bouger les choses. Trop peu ? Parfois maladroitement? Peut-être .... mais n'oubliez pas que la Tunisie était dans la gueule du loup. De la patience SVP
Hiuda
L inauguration
a posté le 28-02-2024 à 16:47
Du TGV bizerte ben guerdane est prévue avant les élections présidentielles quand à l inauguration de l hôpital de Kairouan elle est prévue pour le début de l été le stade ek menza7 et ka piscine du belvédère c est une question de jours son excellence suit les travaux quotidiennement la mosquée de la kasba c est la semaine prochaine pour le mois de ramadan 7000000 eufs sont prêt la viande à 8 500 le banane à 2 500 pauvre tunisie