alexametrics
lundi 15 juillet 2024
Heure de Tunis : 21:31
Dernières news
Haithem Sfar : le projet de règlement intérieur du Conseil des régions et des districts est prêt
14/06/2024 | 21:03
1 min
Haithem Sfar : le projet de règlement intérieur du Conseil des régions et des districts est prêt

 

Le membre du Conseil national des régions et des districts, Haithem Sfar a affirmé que la commission chargée de la rédaction du règlement intérieur avait clôturé ses travaux et préparé un projet qui sera soumis au vote de l'assemblée générale du conseil.

Dans une déclaration accordée le 14 juin 2024 à l'agence Tunis Afrique presse, Haithem Sfar a évoqué la possible tenue d'une plénière du Conseil national des régions et des districts au cours de la semaine prochaine afin de se pencher sur le projet de règlement intérieur. Il a expliqué que la désignation de cette date relevait des compétences du président du conseil. Il a, aussi, affirmé que les membres de la commission en question se sont mobilisés afin d'achever le projet le plus tôt que possible.

Évoquant l'immunité accordée aux membres du Conseil national des régions et des districts, Haithem Sfar a précisé que la question avait été tranchée par les articles 64, 65, 66 et 83 de la constitution. Les élus du conseil bénéficieront, donc, de l'immunité .

Il est à noter que la commission chargée de préparer le projet de règlement intérieur du Conseil national des régions et des districts a entamé ses travaux à la date du 29 avril 2024.

 

S.G 

14/06/2024 | 21:03
1 min
sur le fil
Tous les Articles
Suivez-nous
Commentaires
JOHN WAYNE
COMMENT RONALD REAGAN A BATTU HANNIBAL
a posté le 15-06-2024 à 12:09
Le thème de Carthage revient souvent chez les patriotes ou les éminents intellectuels comme le Professeur Mezri Haddad.
Carthage symbolise l'ancienne Nation Tunisienne. Celle qui a damé le pion au monde en menaçant toute l'Europe avec son armée et ses éléphants qui grimpèrent les pics glacés des Alpes.
Carthage symbolise aussi la Nation Bourguibienne, celle qui devint indépendante et qui libera la femme, suscitant l'admiration du monde entier.
La révolution Tunisienne pourrait inspirer plus d'un écrivain ou penseur car le theme qu'elle évoque est celui de la grandeur et de la décadence d'un pays dont le nom de la ville de Carthage est même écrit en grand et en doré dans les bibliothèques de cette autre grande civilisation qu'est la Chine.
Comment la Tunisie en est-elle arrivé à susciter la pitié et même le mépris ?
La réponse à cette question se trouverait sur les bureaux d'un ancien acteur de deuxième catégorie qui jusqu'à ce qu'il franchisse les portes de la Maison Blanche, ne savait même pas ou se trouvait la Tunisie sur le globe terrestre qui orne les classes du Lycée 7 novembre de Gaafour.
Ronald Reagan a battu Hannibal et même Bourguiba en 1983 quand il prononça un discours inaugurant le National Endowment for Democracy (NED), un organisme destiné à promouvoir la démocratie et les droits de l'homme dans le monde mais qui étrangement se trouve être une branche en bonne et due forme de la Central Intelligence Agency.
Car comme son co-fondateur Allen Weinstein, un sioniste véreux, allait le déclarer bientôt : Le NED va servir a faire sournoisement et de façon secrète ce que nous faisons dans la CIA ouvertement depuis des décennies.
Et comme le dira aussi plus tard un délateur de la CIA nommé Phil Agee : le NED est un organisme de propagande et de subversion sous couvert d'une fausse promotion pour la démocratie dans le monde.
Le reste n'est que pure conclusions logiques et sans s'attarder sur le coup d'état de la CIA appelé révolution orange de l'Ukraine de 2004, ou la révolution rose de Géorgie de 2003 qui se solda par une guerre avec la Russie, nous devons aller directement à la révolution du jasmin.
Beaucoup penseront que cette révolution qui servira à déstabiliser la Tunisie ouvrant ainsi une porte sur la Libye, a débuté avec les Wikileaks et l'immolation de Mohamed Bouaazizi. Il n'en est rien en fait.
La propagande anti-Ben Ali a débuté dès le moment où le Président Tunisien a décidé d'en finir avec le mouvement Enahdha une fois devenu le locataire du palais de Carthage.
Et si la propagande anti-Ben Ali fut au début faible et hésitante, c'est bien parce que la CIA avait dans son collimateur une opportunité en or pour déstabiliser la Tunisie sous forme d'un support politique de la guérilla Algérienne et de groupes comme le FIS ou le GIA.
Car comme l'écrira un conseiller de George Bush et ancien agent de la CIA nommé Graham Fuller : Nous devons soutenir le FIS car le raz de marée islamiste en Afrique du Nord est irrévocable et atteindra bientôt la Tunisie, la Libye, l'Egypte et le Maroc. Les islamistes Algériens bâtiront un régime capitaliste avec lequel nous aurons des relations très étroites.
Les années Ben Ali verront plus tard l'apparition d'opposants ayants des comptes en banque aux origines opaques. Comme la création de radio Kalima qui ressemble étrangement à cette chaine de télévision islamiste Syrienne financée par la CIA au temps de Hafez El Assad.
Et il faut se demander aussi la chose suivante : pourquoi tous les opposants a Ben Ali qui criaient a la démocratie et aux droits de l'homme protégeaient-t-ils aussi les islamistes ?
La réponse se trouve dans les écrits de Graham Fuller car les directives du NED étaient clairement de soutenir les islamistes Tunisiens et autres afin de déstabiliser les régimes séculiers.
Plus de treize années après le départ de Ben Ali, la Tunisie est une Nation en déroute.
Elle a en son territoire des organismes honteux qui minent ses dernières fondations chancelantes, comme El Bawsala dont le financement provient surtout du National Endowment for Democracy.
Elle élit démocratiquement un Président intègre mais découvre des opposants qui derrière des apparences simples possèdent des comptes en banque aux soldes qui dérangent dans un pays appauvri et affaibli.
Elle vit une débâcle similaire à celle d'Hannibal car ses descendants sont tombés dans le piège de stratèges incultes mais plus riches et plus astucieux.
Ronald Reagan de son bureau ovale de la maison blanche a battu haut et court les descendants du général Hannibal Barca.

JOHN WAYNE


le financier
au lieu
a posté le 15-06-2024 à 08:57
Au lieu de travailler l interet du pays , ils ont commencé a travailler leurs propres interets en ce donnant une l immunité.
Mentalité de m...