alexametrics
jeudi 02 février 2023
Heure de Tunis : 02:58
SUR LE FIL
FMI : le gouvernement a commencé la levée des compensations
21/10/2022 | 10:02
2 min
FMI : le gouvernement a commencé la levée des compensations


Depuis la fuite du document comportant les principaux points du programme gouvernemental de réformes en décembre dernier, la question de la levée des compensations ne cesse d'être soulevée par les Tunisiens. Tout le monde exprime son inquiétude quant à un possible retrait de l'aide de l'Etat pouvant conduire à une hausse fulgurante des prix face à un pouvoir d'achat en dégradation continue.

Le gouvernement de son côté ne ménage pas ses efforts pour nier son intention de procéder à cette levée. Plusieurs déclarations de son porte-parole, Nasreddine Nsibi, telle que celles du 20 octobre 2022, affirment que le gouvernement n'a pas entamé une opération de ce genre. Les différentes interventions des ministres restent énigmatiques à ce sujet et évoquent la même expression "une meilleure gouvernance des compensations". Même après l'annonce d'un accord de 1,9 milliard de dollars entre le gouvernement et le Fonds monétaire international (FMI), rien n'a été communiqué à ce sujet.


Or le communiqué publié par le FMI annonçant la conclusion de cet accord contredit totalement les déclarations des ministres et du porte-parole du gouvernement. Expliquant le programme de réformes que le gouvernement refuse de communiquer aux citoyens, le FMI indique que : « Les autorités ont déjà pris des mesures pour maîtriser la masse salariale de la fonction publique et ont commencé la levée graduelle des subventions généralisées et coûteuses des prix, en procédant à des ajustements réguliers pour aligner les prix nationaux aux prix mondiaux, tout en offrant une protection ciblée adéquate aux catégories vulnérables de la population ».

Le FMI a, ainsi, annoncé au peuple tunisien que son gouvernement avait déjà entamé la levée graduelle des compensations et avait procédé à un ajustement des prix. La même source affirme, également, l'existence de supposées mesures portant sur une protection des catégories vulnérables. Le gouvernement aurait amorcé un plan adéquat et ciblé préservant les citoyens en situation précaire, mais ne l'aurait pas communiqué aux personnes concernées !


Aucune annonce portant sur une mesure de ce genre n'a été annoncée ! Le peuple tunisien devrait, donc, s'informer sur les décisions prises par son gouvernement auprès du FMI et non-pas auprès des ministres ou de son porte-parole. Ou alors, le gouvernement vient de mentir au FMI et de présenter des faits erronés et une toute autre version de la réalité et des décisions prises depuis la nomination des ministres. Le gouvernement tunisien aurait arnaqué, au choix, le FMI ou son peuple !


S.G

21/10/2022 | 10:02
2 min
Suivez-nous
Commentaires
Patriote
Il faut le faire
a posté le 22-10-2022 à 08:52
Ce dossier est prioritaire et il faut l'entamer rapidement
Pourquoi le gouvernement donne des subventions aux touristes qui viennent en tunisie avec 100 euro ey consomment des produits conventionnés
De même pour les gens aisés qui qui profitent des subventions payé par le peuple
Le système de subvention global doit être dirigé vers un plan de subvention individuelle pour les gens qui en ont besoin
Un montant mensuel de subvention par produit et par personne doit etre mois valorisé
Et un système de subvention par nombre de membre d'une famille pourra être mis en place pour la distribution de ces subventions aux gens ayant besoin
Par conséquent les si ventilés globales seront supprimés et les prix setong ajusté à à leur vrai valeur
Ce système est déjà appliqué dans d'autres pays et marche bien
De même pour les entreprises publiques en faillite que le syndicat ruse la privatisation afin de continuer d'avoir la main mise comme le cas du tabac

Petit x
Au risque de me répéter pour la énième fois...
a posté le 21-10-2022 à 20:40
Je le crie haut et fort encore une fois que toucher le système de compensation des produits alimentaires de première nécessité (surtout farine, semoule, pâtes, couscous, huile végétale et lait) ça déclenchera à coup sûr la révolte du pain à l'instar de ce qui s'est passé en 1984 du temps de feu BOURGUIBA.

Pour éviter la déflagration de cette bombe à retardement et maîtriser les charges de la Caisse Générale de Compensation, il est plus indiqué d'agir d'une façon différenciée entre produits énergétiques et produits alimentaires de première nécessité en ce sens que:

1- Aller de l'avant dans la politique actuelle d'ajustement des prix des carburants, de l'électricité et du gaz tout en gardant inchangés le tarif de la première tranche de l'électricité et les prix des bouteilles de gaz dont les couches les plus déshéritées peuvent se contenter en raison de leur faible pouvoir d'achat.

2- Revenir à la politique d'antan d'ajustement des prix des produits alimentaires de première nécessité que les gouvernements des années 90 2000 appliquaient au compte goutte, à hauteur de 10, 20, 30 millimes par litre, kg, baguette ou gros pain et ce, pendant le mois d'août de chaque année où tout le monde se trouve plongé dans les fêtes de réussite des examens nationaux, les fêtes de mariages et les vacances d'été; là où cette pilule passe sans qu'aucun ne s'en aperçoive.

A bon entendeur salut.
retraité
les cpùensations seront ciblées
a posté le 21-10-2022 à 17:01
certainement le FMI dit vrai sinon il n'accorde pas un prêt de 1,9 milliard de dollars sur quatre ans mais le président et son gouvernement ne disent rien avant fin décembre 2022 de peur de capoter leurs élections législatives et de peur une intifada du peuple gonflée par les partis et les politiciens opposants au président Kaisoun il y a un antécédent en 1983 lorsque l'ancien premier ministre feu Mzali a triplé le prix du pain les manifestations violentas (révulution du pain ) avec des victimes il a fallu l'intervention de feu Bourguiba de revenir à l'ancien prix tous les tunisiens sont convaincus de réviser le système de compensation il n'est pas normal que la compensation profite plus aux riches aux hôtels et aux restaurants en ce qui concerne le pain le tunisien est en apparence le plus gros consommateur du pain dans le monde mais en réalité le pain est jeté dans les poubelles ou dirigé pour l'alimentation animale car notre pain est de mauvaise qualité bon marché et inconsommable le lendemain à moins de le chauffer un peu la plus grosse faute des gouvernants islamistes et leurs différents alliés pendant 10 ans ils n'ont pas augmenté progressivement les prix de ces produits au moins 10 millimes tous les 6 mois et en obligeant les boulangers d'améliorer la qualité et en améliorant la farine utilisée , pour rappel le prix du pain était de 250 millimes en 2010 mais l'ancien président feu Ben Ali croyant amadouer les citoyens en forte manifestation dans tout le pays a fait baisser le prix à 230 millimes peine perdue il s'est réfugié en Arabie Saoudite jusqu'à sa mort mais les nouveaux dirigeants politiques depuis 12 ans n'ont rien fait pour réviser le système de compensation et les prix des denrées alimentaires en fonction de l'inflation des cours mondiaux et de la dévaluation du dinar qui passe de 1,9 dinar pour un dollar en 2010 à 3,2 dinars en 2022 il a fallu l'épée de du FMI pour remonter les bretelles des gouvernants tunisiens.
Petit x
Chers journalistes...
a posté le 21-10-2022 à 16:31
Vous qui savez tout sur tout et qui n'arrêtiez pas de crier sur tous les toits que la situation "désastreuse" à laquelle est arrivée le pays relève uniquement de la responsabilité de l'Etat, tout en ayant l'air de dire que le peuple n'y est pour rien, est-ce que vous ne croyez pas que vous êtes, vous aussi, pour quelque chose dans le "désastre" qui s'est abattu sur cette nation depuis 2011, si chère à nos coeurs, sinon vous êtes, vous-mêmes, "le désastre en soi" ?

Rappelez vous le fou rire de Bill Clinton en conférence de presse avec Boris Yeltsine, le 23 octobre 1995, lorsque ce dernier a qualifié les journalistes en face de lui de "désastres eux-mêmes" puisqu'ils ont prévu la veille que son tête-à-tête avec Bill Clinton, au sujet de la guerre des Balkans de l'époque, allait être un "désastre", alors qu'il n'en était rien et qu'il se sont mis d'accord sur beaucoup de sujets.

Pour revenir à ce sujet précis de la levée de la compensation, je ne pense pas que le gouvernement a arnaqué le FMI et encore moins le peuple puisqu'il a déjà commencé depuis un certain temps d'augmenter les prix des carburants, de l'électricité et du gaz de ville et le reste va suivre de façon graduelle selon son programme.

Loin de moi l'idée de défendre ce gouvernement ni de lui lancer des fleurs, car je pense que s'il a une marge de man'?uvre pour effectivement alléger les charges de la Caisse Générale de Compensation en agissant sur les prix de l'énergie, je pense, par contre, qu'il fera une grave erreur en s'attaquant au système actuel de substitution des produits alimentaires de première nécessité et le remplacer par des chèques alimentaires pour les familles ayant droit (?).

Je le lui dit et le dit aussi à tout le monde (d'après le peu de connaissances que j'ai sur la compensation) que si jamais il touche à ces produits pour arriver à la vérité des prix, d'ici 2026, qu'il y aura à coup sûr la révolte du pain comme en 1984 du temps de feu BOURGUIBA.
Attention donc, à la bombe à retardement !
Jilani
Oui, les compensations sont entrain d'être levées
a posté le 21-10-2022 à 15:12
Cela fait presque une année qu'on achète le pain à 250 et 300 millièmes, le prix d'essence augmente 2 à 3 fois par an, il faut appliquer la réalité des prix et c'est une bonne chose. Ce qui affaiblit le budget des ménages sont le paiement des cours particuliers en moyenne 300 dt/enfant et le double pour les classes terminales et universitaires, le loyer au moins 1000/mois .....
Frezz
Peuple idiot
a posté le 21-10-2022 à 14:43
Si vous aviez à choisir entre une augmentation des prix pour tous et un accroissement de la pauvreté ou une diminution importante du nombre de fonctionnaires, laquelle des deux solutions est la meilleures selon vous ?
Djodjo
Bientôt vous êtes tous pauvre et cela fera plaisir au squatteur de Carthage
a posté le 21-10-2022 à 12:34
Lui qui n'aime pas les riches, vous voilà exaucé peuple de moutons cretins. Bientôt vous serez tous au minimum 20% plus pauvre.

Y'a qu'à Tunis que cela se passe, nos voisin vont mieux et le Maroc s'en sort merveilleusement bien, mais bon, il n'ont pas un chef autiste.

Si ont avait eu les mêmes politiques que ce pays, pas de compensation annulée et une économie qui se redresse.
Imad
Mauvaise gouvernance
a posté le 21-10-2022 à 12:28
C'est une mesure nécessaire mais impopulaire car elle plongera encore davantage de personnes dans la misère, le gouvernement doit informer la population et se montrer pédagogique sur l'état des finances publiques en privilégiant les allocations aux personnes les plus vulnérables plutôt que des subventions qui profitent aux plus riches.
Il faut arrêter la politique de collectivisation socialisante de la Tunisie qui à mis le pays à genoux et à la merci de l'UGTT, il faut amaigrir l'état au maximum et miser sur le secteur privé car le tunisien est un être cupide et individualiste qui voit l'état comme une vache à traire, il faut changer de méthodes et libéraliser totalement l'économie.
cavalero
une caisse de co mpensation qui récompense les riches
a posté le 21-10-2022 à 12:11
une arme à double tranchant cette caisse
Abir
Gouvernement nadhif
a posté le 21-10-2022 à 12:02
Et le ministre de ks vient de nous dire que le gouvernement ne lèvera pas la compensation, donc il a menti ! ks nadhif !
Tunisino
Lever les compensations
a posté le 21-10-2022 à 11:54
Lever les compensations n'est possible qu'en augmentant le smig/smag à 1000 Dinars. Lever les compensations n'est possible qu'avec un programme scientifique et efficace sur quelques années. Lever les compensations n'est possible qu'avec l'implication des citoyens par des techniques scientifiques et honnêtes. Tout cela évoque une projection dans le futur, tout cela n'est pas possible avec un littéraire médiocre, psychopathe, et dictateur à Carthage, pourtant le bon sens exige que le CDG soit une compétence extrême pour palier la médiocrité scientifique et technique des littéraires et des illettrés du pouvoir, ainsi le socioéconomique évoluera tel que soit le système politique retenu, excellent ou médiocre. Malheureusement dans ce pays, les nuls du pouvoir ne métrisent même pas les bases de gestion, et sont tellement limités pour raisonner sainement, et malgré tout cela ils se jettent sur le pouvoir, car ils sont des imbéciles. Rabbi Maak Ya Tunisie.
Nephentes
Un gouvernement de clowns arrogants
a posté le 21-10-2022 à 11:27
Continuité du mépris institutionnalisé du peuple instauré depuis les années 70
veritas
Rien de nouveaux..
a posté le 21-10-2022 à 10:51
La levée des compensations ont déjà commencé depuis l'intronisation des criminels islamistes aux pouvoirs cela a commencé avec le carburant et avec les boîtes de concentré des tomates '?'la boîte 4/4 avant le coup d'état de 2011 valait 1,650D aujourd'hui le prix moyen est de 3,800D pour le carburant je vous laisse faire un petit rappel dans vos mémoires'?'les consignes du FMI et de la BM pour détruire le pays sont toujours les mêmes depuis 1986 levée des compensations et dévaluation du dinar '?'avant 2011 l'euro été à 2D aujourd'hui il est 3,200D et ce n'est pas finit pour comprendre mieux il faut regarder côté libanais avec la livre libanaise qui a atteint des sommets de dévaluation extrême le même sort attend le dinar tunisien'?'le pire est encore a venir '?'espérons qu'il n'en sera rien de tout ça .
A4
On est dans un drôle d'état !
a posté le 21-10-2022 à 10:40
L'ETAT
Ecrit par A4 - Tunis, Août 2009 (13 ans après et rien n'a changé . . .)

Ce n'est ni la roue
Ni les vis-écrous
Ni même le rail
Ou d'autres trouvailles

Qui sont les plus belles
Les plus sensuelles
Les meilleures en somme
Inventions de l'homme

C'est plutôt l'état
Dans tous ses états
Qui sûr à mes yeux
Se classera le mieux

C'est l'état de guerre
Qui tue et enterre
Dans des fosses communes
Lors de nuits sans lune

C'est l'état de folie
Qu'on attache au lit
Et qui chante et danse
Puis qui entre en transe

C'est l'état de manque
Qui braque les banques
S'agrippe et s'accroche
Et te vide les poches

C'est l'état-major
Qui te fait du tort
Affame ta mémé
Et gave son armée

C'est l'état liquide
Des eaux pas limpides
Qui coulent et qui glissent
Puis qui t'envahissent

C'est l'état d'ivresse
Qui t'oblige sans cesse
A remplir son pot
De taxes et d'impôts

C'est l'état civil
Qui tel un débile
Note tes pointures
Et progénitures

C'est l'état de siège
Qui tourne en manège
Et où bien s'asseoir
Constitue un art

C'est l'état de fuite
Qui sait agir vite
Détournant les malles
De la banque centrale

C'est l'état de ruine
Qui crie et qui couine
Et te rode autour
Tel un vrai vautour

C'est l'état d'alerte
Qui cherche ta perte
Se frottant les mains
Te sachant défunt

C'est l'état de choc
Qui agit en bloc
Et qui par surprise
Te rafle la mise

C'est l'état gazeux
mouvant et vaseux
Qui grogne et aboie
En langue de bois

C'est l'état des lieux
Qui se prend pour dieu
Construit des enfers
Sur terre comme en mer

C'est l'état statique
Où des gars s'appliquent
A freiner encore
Des gars au point mort

C'est l'état de grâce
Qui devant la glace
Admire sa bedaine
Huit jours par semaine

C'est l'état d'esprit
Qui veut que tu pries
Au moins par décence
Et obéissance

C'est l'état de santé
Atteint de cécité
Ne sachant quoi dire
Ment comme il respire

C'est l'état de crise
Sans matière grise
Formé de tarés
Vivant à tes frais

C'est l'état solide
Serrant fort ses brides
Te rouant de coups
Et te tordant le cou

Puis c'est l'état d'âme
Qui pour rien s'enflamme
Spoliant un à un
Veuves et orphelins