alexametrics
dimanche 21 avril 2024
Heure de Tunis : 10:06
Dernières news
Fitch Ratings - Tunisie : comment vont réagir les banques à l’implantation de la norme IFRS 9 ?
04/03/2024 | 10:12
4 min
Fitch Ratings - Tunisie : comment vont réagir les banques à l’implantation de la norme IFRS 9 ?

 

Les premiers états financiers consolidés des banques tunisiennes selon la norme IFRS 9 devraient montrer que les établissements bancaires ont une capacité suffisante pour absorber les exigences supplémentaires en matière de provisionnement, a indiqué l’agence de notation Fitch Ratings dans un communiqué récent, et cela compte tenu des réserves de fonds propres raisonnables et de la période de mise en œuvre progressive décidée par le régulateur et susceptible de combler les déficits de réserve.

En outre, l’agence de notation s’attend à ce que les comptes, attendus pour la fin avril, mettent en évidence les provisions pour pertes sur prêts et les insuffisances de couverture basées sur les prévisions de pertes.

Les banques tunisiennes doivent respecter un ratio réglementaire Tier 1 de 7% minimum et un ratio solvabilité de 10% minimum, qui sont moins stricts que sur de nombreux marchés africains. La moyenne du ratio Tier 1 et de solvabilité pour le secteur était de 11,7 % et 14,6 %, respectivement, à la fin du premier semestre 2023, ce qui est élevé par rapport aux normes internationales. Toutefois, ces ratios doivent être considérés à la lumière des risques pays élevés et des fortes concentrations d'un seul débiteur. La comparaison avec les banques internationales n’est pas simple dans la mesure où les banques tunisiennes calculent leurs ratios de solvabilité selon Bâle I (en utilisant l’approche standard), ce qui permet des pondérations de risque plus favorables pour les expositions souveraines faiblement notées.

 

La norme IFRS 9 exige la déduction des pertes de crédit attendues et subies des prêts détenus au coût amorti, ce qui constitue un changement important par rapport à l'approche rétrospective précédente. Fitch Ratings s’attend à ce que les insuffisances des réserves pour pertes sur prêts en vertu de l'IFRS 9 réduisent les ratios de fonds propres jusqu'à trente points de base. La plupart des banques continueraient à respecter les exigences réglementaires, mais certaines pourraient avoir besoin de lever de nouveaux capitaux.

L’agence de notation considère que la couverture des réserves du secteur (fin du premier semestre 2023 : 52%) est faible en raison des difficultés de réalisation des garanties et des risques élevés liés à l'environnement opérationnel. Elle prévoit que la plupart des réserves supplémentaires requises seront destinées aux prêts classés au stade 2 selon IFRS 9 – prêts pour lesquels le risque de crédit a considérablement augmenté depuis la comptabilisation initiale.

 

Les banques tunisiennes ont d'importants portefeuilles dans ce que l'on appelle localement les catégories B2 et B3, qui devraient être classées dans l'étape 2. L’agence pense que les prêts classés comme douteux (étape 3 selon IFRS 9) sont déjà assez bien couverts. Il est peu probable que les prêts de l'étape 1 nécessitent des réserves supplémentaires importantes, car la Banque centrale de Tunisie (BCT) a commencé à renforcer les règles régissant le calcul des provisions générales en 2021, assurant ainsi une transition plus harmonieuse vers IFRS 9. Cependant, certaines banques pourraient avoir besoin de réserves supplémentaires pour les prêts des étapes 1, 2 et 3, en particulier si elles disposent de données et de modèles insuffisants pour étayer leurs hypothèses de pertes attendues, ou de normes plus souples pour l'enregistrement de la documentation à l'appui de la valeur de la garantie.

Le taux moyen de créances classées du secteur a été d'environ 13,5% ces dernières années. Les banques devront se conformer à un ratio de 7% d'ici à la fin de l'année 2026, ce qui sera difficile pour certaines d'entre elles. L'adoption de la norme IFRS 9 n'entraînera pas nécessairement une hausse des niveaux de prêts dépréciés déclarés (étape 3), mais les prêts de l'étape 2 sont susceptibles d'être importants compte tenu de l'ampleur de la restructuration des prêts.

 

Le cadre réglementaire bancaire de la Tunisie est encore en retard par rapport à celui de la plupart des pays africains. Les banques calculent le risque de crédit selon Bâle I, et le risque de marché et opérationnel selon Bâle II. Les principes de Bâle III sont en cours de discussion, mais il est peu probable qu'ils soient introduits à court terme. Néanmoins, Fitch Ratings considère que les efforts de l’autorité monétaire tunisienne pour converger vers les normes internationales et pour préserver le capital des banques sont positifs.

La BCT a imposé des limites et des conditions aux distributions de dividendes des banques sur la base des ratios de capital à la fin de 2023, comme elle l'a fait pour la fin de 2022. La distribution sera limitée à 35% du bénéfice net de 2023 pour les banques dont les ratios solvabilité et Tier 1 de fin 2023 (après déduction des dividendes à verser) dépassent les exigences réglementaires minimales de moins de 2,5 points de base. Il n'y aura pas de restriction pour les banques dont les ratios solvabilité et Tier 1 dépassent les exigences réglementaires minimales d'au moins 2,5 points de base et 3,5 points de base, respectivement, bien que l'approbation préalable de l’autorité monétaire soit toujours nécessaire.

 

I.N.

04/03/2024 | 10:12
4 min
Suivez-nous
Commentaires
Sami
Dividendes
a posté le 04-03-2024 à 22:55
Comme quoi ce sont toujours les riches avec leurs créances carbonisées qui empêchent les petits porteurs d'engranger d'un peu de dividendes .Cette banque centrale qui donne ses directives prudentielles aurait mieux fait de juguler par le passé cette hémorragie des prêts douteux consentis