alexametrics
lundi 06 décembre 2021
Heure de Tunis : 03:58
Chroniques
Eloigner le spectre de la faillite
Par Houcine Ben Achour
14/10/2021 | 19:54
3 min
Eloigner le spectre de la faillite

C’est tout au long de cette semaine, du 11 au 17 octobre 2021, que se tiennent les Assemblées annuelles d’automne du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale (BM). Un rendez-vous incontournable à l’occasion duquel les deux institutions financières multilatérales publient leurs « Perspectives économiques mondiales » respectives s’étendant jusqu’en 2026. L’événement ne semble pas avoir intéressé nos médias, ni notre classe politique, ni nos acteurs économiques. Pourtant, ce que les deux institutions de Bretton Woods prédisent sur l’évolution de la situation économique et financière du pays est franchement de mauvais augure, c’est le moins que l’on puisse dire.

 

L’économie tunisienne enregistrera une croissance d’à peine 3% cette année et 3,1% en 2022, selon le FMI. On est bien en-deçà de la moyenne mondiale de croissance que le Fonds estime respectivement à 5,9% et 4,9%. La Banque mondiale est moins optimiste. Ses prévisions tablent sur une croissance mondiale de 5,6% et 4,7%. Cependant, elle ne manquera pas d’ajouter que c’est « un rebond post-récession d’une ampleur sans précédent depuis 80 ans ». La Tunisie est manifestement à la traîne au niveau mondial. Elle l’est aussi au niveau de la zone MENA-Asie Centrale qui, pour sa part devrait afficher un rebond de croissance de 4,1% cette année et en 2022.

 

Cependant, ce sont les prévisions au-delà de 2022 qui suscitent une réelle inquiétude. Déjà molle, la croissance économique va ralentir à partir de 2023 pour n’afficher qu’un taux de 2,5%  puis reculera inexorablement pour n’atteindre qu’environ 2% en 2026. Certes, le taux d’investissement reprendra quelques couleurs autour de 17%, tout comme le taux d’épargne. Malheureusement, on demeurera très loin de la moyenne mondiale et même de la moyenne de la zone MENA qui affichera des taux respectifs de près de 30% sur la période de 2022-2026.

Il en serait de même du cadre macro-financier du pays avec une inflation moyenne de plus de 5% au cours des prochaines années et des finances publiques qui laissent entrevoir aisément l’inéluctabilité du défaut de paiement. Le FMI estime que le déficit budgétaire de la Tunisie évoluera dans une fourchette de 6-7% chaque année faisant carrément exploser le volume de la dette qui passerait de 108 milliards de dinars en 2021 à … 175 milliards de dinars en 2026, faisant bondir le taux d’endettement de 90% du PIB à près de 100%. Autrement dit, ce n’est pas seulement cette année que l’Etat aura un besoin pressant de boucler son budget, mais toutes les prochaines années. Selon le Fonds, le pays accuserait un déficit budgétaire d’environ 10 milliards de dinars par an d’ici 2026.

 

A ce stade, il convient de souligner que les estimations et les projections du FMI se fondent sur un scénario statique, à savoir une simple actualisation des données actuelles dans le temps. Comme si tout était égal par ailleurs, diront les économistes. En réalité, la faillite économique du pays devrait être envisagée en 2023 si, entre temps, rien n’est entrepris.

En 2020, c’est la BCT qui est venue au secours de l’Etat pour boucler son budget. Cette année, l’institut d’émission est intervenu par deux fois pour lui éviter le défaut de paiement. La BCT pourrait encore intervenir une fois de plus, avant la fin de l’année, pour lui éviter le pire. Mais qu’en sera-t-il de l’année prochaine et plus encore pour les années d’après?

 

L’exigence absolue tient dorénavant dans une radicale restructuration budgétaire. Face à la menace qui se profile, plus aucun sujet n’est tabou, ni dossier considéré comme ligne rouge. Les salaires dans la fonction publique, l’avenir des entreprises publiques, la politique des subventions, etc., tout doit être remis sur la table pour une seule priorité l’investissement.

Il n’y a pas d’alternative hormis celle-là. Elle fera mal, très mal. C’est maintenant le prix à payer pour éloigner le spectre de la faillite et une mise sous tutelle du pays qui pourrait faire encore plus mal.

Par Houcine Ben Achour
14/10/2021 | 19:54
3 min
Suivez-nous
Commentaires
takilas
Avec quoi ? Le sabotage qui commence.
a posté le 15-10-2021 à 09:41
Avec les réverbères des des autoroutes allumées toute la journée, tel que maintenant, les appliques des poteaux d'éclairage de l'autoroute reliant Tunis à la goulette.
Dr. Jamel Tazarki
@Si Houcine Ben Achour
a posté le 15-10-2021 à 08:34
@Si Houcine Ben Achour,
Enfin vous êtes de retour avec vos intelligents articles bien fondés. Pourquoi toute cette absence?


@Si Houcine Ben Achour,
1) je voudrais vous rappeler que les milliards d'euros injectés entre 2011-2020 dans notre système bancaire par l'?tat tunisien n'ont servi qu'à couvrir les créances irrécouvrables / douteuses de notre oligarchie entrepreneuse qui nous mettaient et continuent à nous mettre mal à l'aise. La seule stratégie de traitement des créances douteuses qu'ont trouvé ceux qui nous gouvernaient entre 2011-2020 consistait à privatiser les bénéfices et socialiser les pertes --> Oui avec nos milliards de dette extérieure l'état tunisien a remboursé implicitement des créances irrécouvrables / douteuses de notre oligarchie entrepreneuse qui refusait de rembourser ses dettes envers notre système bancaire. --> les débiteurs oligarques avaient de l'argent afin de rembourser leur crédits mais ils ne l'ont pas fait.
-->
de ce fait il est temps de rouvrir les dossiers des créances irrécouvrables / douteuses de notre système bancaire et de prier les débiteurs de rembourser leur dettes envers notre système bancaire'?' Il s'agit d'au moins 10 milliards d'euros

En Allemagne, la majorité du système bancaire est nationalisée sous la forme de banques détenues par les Länder (les Etats régionaux). C'est horrible qu'en Tunisie il n'y a plus de banques qui n'appartiennent pas en (grande) partie à la bourgeoisie ou aux milliardaires Tunisiens qui refusent de recapitaliser par leurs propres moyens!


2) 300 Millions d'euros ont été investis au temps de notre ex-troïka maladroitement dans l'achat d'actions trop risquées sur la bourse de Malte, et 23,3 Millions d'euros ont été gaspillés afin d'acheter un simple logiciel pour la gestion des pronostics sportifs chez une firme de logiciels européenne (alors que l'on a 300 milles diplômés en chômage et que l'on nous parlait durant 10 ans de création de l'emploi ), sans parler des conditions d'attribution de la licence pour le réseau 4G'?'
--> Il faut récupérer les 300 Millions d'euros injectés à la bourse de Malte, c'est même de l'idiotie d'acheter des actions du domaine des télécommunications d'un petit pays de 500milles habitants --> ce n'est pas du tout rentable.


3) limiter le rapatriement des gains nets des partenaires étrangers de nos entrepreneurs tunisiens --> Les investisseurs étrangers en Tunisie se permettent de rapatrier 100% des gains nets alors que la Tunisie ne fait pas rapatrier ses gains de ses investissements à Malte, oui Malte ne distribue pas de dividende, même pas 1%:(( --> Malte investi à 100% les gains nets alors que certains de nos entrepreneurs distribuent à 100% les gains nets sous forme de dividendes et investissent 0% --> ce qui fait une perte de devises étrangère au nom du rapatriement des gains nets à 100% --> on pourrait faire un compromis: investir 70% des gains nets et distribuer le reste --> Madame Bouden devrait agir en ce sens...

4) Je rappelle que 87% de La Tunisian Foreign Bank, qui ne génère que des pertes, appartiennent à la Société tunisienne de banque et la Banque de l'habitat. Ainsi, "notre" banque de l'habitat qui a reçu des millions de dinars de l'Etat tunisien joue au "poker" avec notre argent et l'investit ailleurs aveuglement au nom de l'internationalisation de notre système bancaire. La banque de l'habitat aurait pu retirer ses Millions d'euros de la Tunisian Foreign Bank afin de se recapitaliser par elle-même. Puis, ce n'est pas fini --> Banque de l'habitat investi ailleurs en Afrique où ce n'est pas du tout rentable (je crois en Mauritanie)
--> il est temps de fermer la Tunisian Foreign Bank (qui est à Paris) et de retirer ses réserves / reste d'argent afin de renforcer notre baque de l'habitat

Dr. Jamel Tazarki, Mathématicien

Hassine
Si jemel
a posté le à 10:57
Pouvez vous nous dire qui a investit dans bourde de Malte je vous en prie.merci
Dr. Jamel Tazarki
@Si Hassine
a posté le à 20:27
@Si Hassine

voir s.v.p. les liens suivants:
https://www.businessnews.com.tn/article,520,64721,1

https://www.businessnews.com.tn/aat-de-go-malta-par-tunisie-telecom--nizar-bouguila-repond-au-debut-de-la-polemique,519,65113,3

https://www.businessnews.com.tn/article,520,64922,3

Très Cordialement

Jamel Tazarki

PS: il s'agissait plutôt de 300 millions d'euros, puis je ne sais pas si Tunisie Telecom a entre temps tout vendu en silence et avalé l'aArgent sans faire un beep --> ça serait bien de récupérer cet argent en ces moments très difficiles...
Dr. Jamel Tazarki
@Si Houcine Ben Achour
a posté le 15-10-2021 à 08:30
2ème partie:

5) Je voudrais parler encore de la caisse de retraites:
notre caisse de retraites est l'organisme qui fait le plus face à des problèmes de trésorerie pour sécuriser les pensions de nos retraités.
-->
Je par de l'hypothèse suivante, les gens qui travaillent dur mais gagnent peu et qui, autrement, n'ont pas acquis beaucoup de richesses durant leur vie vivent beaucoup moins longtemps que les riches qui ont moins de stress dans leur travail et en société.
-->
Oui, l'institut allemand de recherche économique (DIW) vient de vérifier cette hypothèse avec des chiffres (des données empiriques)
-->
de ce fait l'énorme somme cumulative des cotisations retraites prélevées obligatoirement sur les salaires des pauvres qui vivent mal, mangent mal, travaillent dur et meurent trop tôt ne sert qu'à financer la grande retraite des riches qui mangent bien, dorment bien, qui ont beaucoup moins de stress dans leur vie professionnelle et qui vivent ainsi beaucoup plus longtemps à l'image de BCE et touchent ainsi 100 fois ce qu'ils ont payé en tant que cotisation de retraite
-->
Une situation inhabituelle appelle des approches et solutions inhabituelles: afin de résoudre les problèmes de trésorerie de notre caisse de retraites, il faut prendre en considération les richesses accumulées pour le calcul du montant de la retraite.



6) h) Récemment notre ministre de l'enseignement supérieur nous a informé qu'il n'y a pas de la place pour tous nos étudions dans nos universités / écoles supérieures. --> Même en Allemagne il n'y a pas souvent de la place pour tous les inscrits aux cours en présentiel. A un cours de mathématiques de premier cycle il n'y a de la place que pour 200 étudiants en présentiel alors que 800 étudiants voudraient y aller. La solution est évidente: les 200 premiers qui s'inscrivent pour le présentiel on le droit d'y assister, les autres pourraient suivent le cours Online sur le web (souvent la majorité des étudiants se décident pour le Online sur le web) -> Il y a un cameraman (souvent un étudiant) qui fait l'enregistrement vidéo et qui le met avec un jour de retard sur le web. --> il est temps de mettre tous les cours de nos facultés de droit Online et de minimiser le présentiel. Il faut dire qu'en Allemagne, le même enregistrement vidéo sert pour plusieurs années (tant que c'est le même prof. qui tient le cours). Je dois aussi mentionner que les cours online offrent toujours le manuscrit en fichier pdf.

7) afin de garantir l'autosuffisance alimentaire, il faudrait encourager l'agriculture urbaine --> en effet la Tunisie n'a pas suffisamment de terre fertile afin de nourrir 12 millions de Tunisiens. --> il faut faire participer tous les Tunisiens sans exception afin de garantir l'auto-suffisance alimentaire'?' nous pourrions produire des millions de tonnes de pomme de terre sur nos toits, nous pourrions produire des millions de tonnes de viande de lapin de ferme dans nos jardins, je suis fils de paysan et je sais de quoi je parle...


8) Il faut faire de la Tunisie une société de service, mais on en parlera dans un autre commentaire sur Business News TN

Très Cordialement

Dr. Jamel Tazarki, Mathématicien

Pour l'écriture de mes commentaires, j'ai pris les articles suivants comme référence:

https://www.businessnews.com.tn/oxford-business-group-presente-le-programme-de-reforme-du-systeme-bancaire-tunisien,520,66109,3

https://www.businessnews.com.tn/reunion-de-la-commission-argee-de-fournir-la-liste-des-priorites-du-futur-gouvernement,520,65594,3


https://www.businessnews.com.tn/en-lhonneur-de-frederic-oudea-kamel-neji-reunit-le-tout-tunis-a-la-residence-de-france,520,66072,3


https://www.businessnews.com.tn/La+BCT+maintient+le+taux+d92intE9rEAt+directeur+inchangE9,520,88259,3

https://www.businessnews.com.tn/article,519,112809,3
Dr. Jamel Tazarki
Une nouvelle vision architecturale urbanistique et une nouvelle forme de culture agricole
a posté le à 11:56
afin de garantir l'autosuffisance alimentaire, il faudrait encourager l'agriculture urbaine --> en effet la Tunisie n'a pas suffisamment de terre fertile afin de nourrir 12 millions de Tunisiens. --> il faut faire participer tous les Tunisiens sans exception afin de garantir l'auto-suffisance alimentaire'?' nous pourrions produire des millions de tonnes de pomme de terre sur nos toits, nous pourrions produire des millions de tonnes de viande de lapin de ferme dans nos jardins, je suis fils de paysan et je sais de quoi je parle...

Chaque famille tunisienne pourrait et devrait produire des fruits et des légumes chez elle, sur le toit de sa maison. Je propose qu'une habitation/maison moderne devrait avoir un abri vitré où l'on cultive ses fruits et ses légumes en pratiquant les cultures hydroponiques et aquaponiques. Chaque Appartement devrait avoir une terrasse vitré pour une autosuffisance légumière. Ce que je propose est une nouvelle vision architecturale urbanistique et une nouvelle forme de culture agricole. Oui, il est temps d'intégrer à sa maison ou à son appartement un abri vitré où l'on cultive ses légumes et ses fruits même au prix de renoncer à la salle de séjour ou à la salle à manger. Une terrasse abritée de 20m2 de cultures hydroponiques et aquaponiques pourrait produire autant de tomates, de piments, de salades, etc. afin de nourrir une ou même plusieurs familles.

Je propose d'introduire l'enseignement des cultures hydroponiques et aquaponiques à l'enseignement primaire et secondaire en Tunisie --> la sortie de l'impasse socio-économique de notre pays n'est pas du coté du FMI ou de la banque mondiale, avec tout le respect que je leur dois, non la sortie est du coté de la participation de tous les Tunisiens sans exception afin de nous garantir l'autosuffisance alimentaire. --> il est temps de penser outside the box --> nous sommes trop hypnotisés par l'Argent facile de l'endettement qui est au juste contre productif à partir d'un certain seuil d'endettement.
Hassine
Demande a mr houcine
a posté le 15-10-2021 à 06:36
Pourai je avoir une repense ou clarification sur l idée qui suit "révision totale et équitable du système fiscale permettra de drainer les ressources nécessaire au financement du budjet et éradiquer le déséquilibre entre les contribuables et agents économiques salariées/non salariées . ramener QQ patenté au régime réel ne serait il une solution réduire de déficit budgétaire et le recours a l endettement ext/ont" je vous prie de repemdre. mes respects.
Ben Letaifa
'?nerie
a posté le 15-10-2021 à 01:43
Le Politique nous mène au Naufrage garantie.tout le monde le sait,on est juste dans l'expectative.les solutions existent mais seuls les Sages peuvent les mettre à éxécution pas "les tétus que Nous sommes".
Les Radicaux-extrémistes sont sourds,aveugles et muets et la seule négociation qu'ils sont prêts à faire c'est l'intimidation de Tous.
"Extrémisme ou le déluge".