alexametrics
Chroniques

Déculottée du désigné et de son désignateur

Temps de lecture : 3 min
Déculottée du désigné et de son désignateur

 

Il n’est pas facile de se délester de ses chausses. Pour un homme politique qui prône la clarté et la cohérence dans sa démarche, ça frôle la pénibilité. Il est toutefois des situations où l’on n’a plus vraiment le choix, sous peine de se retrouver sur la touche. Etre acculé à se défaire de ses chausses, pourtant bénites par le détenteur de la légitimité suprême, ça fait fichtrement mal.    

 

Après des semaines de « non » catégorique à la participation de Qalb Tounes aux concertations gouvernementales, la pression opérée sur l’équipe Fakhfakh est allée crescendo. Le point d’orgue a été les deux sorties médiatiques du chef d’Ennahdha et président du parlement, Rached Ghannouchi. Le vieux renard a mené de main de maitre sa stratégie, mettant le jeune désigné par l’idéaliste président au pied du mur. Pas de Qalb Tounes, pas de gouvernement. Echec et mat.

Elyes Fakhfakh était face à deux choix. Continuer à faire la sourde oreille et tenter un passage en force, au risque de subir le même sort que son malheureux prédécesseur, ou se résigner. Il a choisi une résignation en demi-teinte. Il a rencontré Nabil Karoui chez Rached Ghannouchi au lendemain des deux sorties de ce dernier. Il l’a officiellement accueilli à Dar Dhiafa aujourd’hui. Mais les éléments de langage qu’on nous sert sont édifiants. Il ne s’agit que de consultations qui n’engagent pas une participation effective de Qalb Tounes au gouvernement. L’honneur est sauf, ou à moitié.

 

Cette déculottée, appelons les choses par leur nom-, a été rendue possible à cause du postulat de départ de la stratégie de Fakhfakh. Le chargé de la formation du gouvernement, soutenu dans sa démarche, par Kaïs Saïed, pensait (naïvement) qu’il réussira son passage en force pour la simple raison qu’il s’appuie sur la légitimité du président de la République. Il l’a clairement et fièrement annoncé dès sa première conférence : ce sont les résultats du deuxième tour qui comptent désormais. Exit ceux qui n’ont pas soutenu le candidat Saïed. En cela, il avait dénié la légitimité du pouvoir législatif et laissé entrapercevoir une volonté de déstabiliser le système politique en place. Fakhfakh, en avançant sur ce chemin, comptait aussi sur la carotte de la participation au pouvoir des partis, seulement ceux de « la ligne révolutionnaire », et surtout sur le bâton d’élections législatives anticipées.

 

Ennahdha a joué sur ces failles pour battre en brèche l’édifice du duo exécutif. Quelle idée d’ébranler un système politique si cher au parti islamiste ! Quelle idée également d’avoir pensé lui confisquer les rênes du jeu sans assurer ses arrières ! L’amateurisme politique n’a pas lieu d’être quand on atteint un certain niveau.

Après un recul stratégique, Ennahdha a lancé son offensive. Du sans pitié, de l’intransigeance et des attaques en bonne et due forme contre le désigné et son désignateur. Le coup de grâce a été donné par Rached Ghannouchi qui ne s’est pas contenté de pousser Fakhfakh à reconsidérer fondamentalement sa démarche, mais il a aussi mis en doute la capacité de Kaïs Saïed à faire les bons choix politiques.

Sur ce coup, le président de la République perd la main, alors qu’il détenait jusque-là pratiquement toutes les cartes. Par manque de flexibilité et de doigté politique de la partie adverse, Ennahdha et son chef ont repris du poil de la bête. Le gouvernement du président prend l’eau.

Ce rapprochement avec Qalb Tounes, imposé par Ennahdha, affaiblit la position de Kaïs Saïed et décrédibilise Elyes Fakhfakh qui n’a eu de cesse de se vanter de suivre une ligne révolutionnaire. D’autre part, il sera confronté à une récalcitrance venant de ses autres partenaires notamment Attayar et Echaâb. Mais il ne faut pas se leurrer, le spectre d’élections anticipées semble s’éloigner du moment qu’Elyes Fakhfakh montre patte blanche à Ennahdha et fasse ami-ami avec Qalb Tounes, du moment que « l’homme sage de la Tunisie » alias Ghannouchi veille au grain…

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (5)

Commenter

Justinia
| 08-02-2020 18:24
Le Président n'aime pas M. Karoui c'est son droit,même s'il est le président de tous la Tunisiens.Il a évoqué avec M.E:FF "La symbolique du deuxième tour" qui exclut un petit million de Tunisiens.Chose qu'aucun président,vivant ou mort n'a osé faire.En parlant de cette "symbolique" M. Saïed et E.FF se sont ridiculisés et ont ouvert un boulevard à Khrigi.
L'amateurisme à tous les étages.

takilas
| 08-02-2020 10:17
Un test de nationalisme attend Nebil Karoui qui est censé savoir qu'il s'agit bel et bien d'une arnaque; à reviser les antécédents pleins de ruse.
Un homme averti en vaut deux.
Il sait cet arnaqueur et ce mafieux que si jamais Qalb Tounis ne lui viendrait pas à la rescousse, qu'il ira directement vers sa destination d'origine celle de retourner vers Londres, et ce d'une part, et que La Tunisie reprendra le cours de son développement entamé en 1956 , ce qu'il n'espère pas pour des raisons géopolitiques et stratégiques des islamistes ses commanditaires; ce developpement a été par ailleurs, sans preuve du contraire, bloqué et saboté en 2011 et ce par des manigances, des corruptions diverses et des menaces prouvées et dautres réalisées pour des démonstrations de force.
C'est pour cela que les ismalistes, ou khwanjias, renient l'indépendance et les réalisations socioéconomiques de La Tunisie après l'indépendance, et ce pour que ce pays ne reprenne pas, et certainement en mieux, vu la maturite acquise, des tous les compétents et les chevronnés qui ont existé t qui ont contribue à L'?LAN dudit développement, et qui existent en plus grand nombre actuellement au grand dam de ces nahdha- islamistes qui les encouragent et les incitent à quitter le pays tunisie pour leur laisser champ libre et que La Tunisie soit en stagnation voire en décadence.

Alya
| 07-02-2020 21:32
Oui ils se retrouvent tous et se bisous nounours. On voit même elloumi de qalb tounes qui nous présente ghannouchi comme un patriarche .Leur problème est le peuple qui risque de ne pas être d accord avec toutes ces fourberies ou peut-être conneries tout simplement

Givago
| 07-02-2020 20:21
Réjouissez vous tunisiens encore 5 années de vache maigre exactement comme les 5 précedentes.

Welles
| 07-02-2020 18:57
La Tunisie

A lire aussi

L’enfer, c’est les autres et les autres sont ceux qui ne se décident toujours pas à entamer leur

03/04/2020 17:30
1

Bon ! Oui, il était bon hier Elyes Fakhfakh. Bon, humble, convaincant et assez rassurant. On attend

03/04/2020 11:40
45

Quelle est l’utilité de ce confinement ? Est-ce un manque de patriotisme que de s’interroger sur la

02/04/2020 20:10
8

Ennahdha joue au chat et à la souris avec le

02/04/2020 19:51
2