alexametrics
A la Une

Covid-19 – Des mesures qui divisent !

Temps de lecture : 5 min
Covid-19 – Des mesures qui divisent !

Les chiffres s’affolent en Tunisie. Le nombre de contaminations au Covid-19 ne cesse de grimper et tous les intervenants du secteur de la santé tirent la sonnette d’alarme. Par manque de conscience citoyenne que tout le monde déplore, même ceux qui en manquent aussi, par un laxisme des autorités, que beaucoup ont observé et par manque de mesures radicales auxquelles ont appelé de nombreux observateurs, la Tunisie a franchi la barre des 20 000 contaminés et a enregistré, en l’espace de deux jours, 45 décès. Le chef du gouvernement, Hichem Mechichi, s’est adressé hier aux Tunisiens, pour annoncer des mesures « sévères » qui étaient attendues de tous. Mesures qui au final n’ont pas du tout fait l’unanimité…

 

A 21h30, hier soir, le chef du gouvernement, Hichem Mechichi, a mis fin à une attente insoutenable. Il a annoncé, dans un discours enregistré, des mesures visant à endiguer la progression fulgurante du Covid-19 dans le pays.  Mesures attendues avec impatience et qu’on disait très strictes.

 

Hichem Mechichi, qui a affirmé être conscient de la gravité de la situation « sans pour autant céder à la psychose », a énuméré les mesures suivantes :

 

- Obligation du port du masque dans les transports et les espaces publics

-Interdiction de tous les rassemblements quelle que soit leur nature, sportifs, culturels, politiques, scientifiques ou festifs 

-Application des mesures dans les espaces scolaires et commerciaux et infliger des sanctions sévères aux contrevenants

-Appliquer le système de la séance unique et le travail par équipes et réduire les horaires dans l’administration publique. Les agents assureront des séances uniques de 5h en alternance du lundi au vendredi réparties comme suit dans une première séance de 8h30 à 13h30 et une deuxième séance de 12h30 à 17h30.

 

-Dans les régions qui connaissent une forte progression du nombre de cas, un confinement sera observé, en plus du couvre-feu. Ces décisions seront prises au niveau local, par les gouverneurs. Le port du masque sera obligatoire même en extérieur et l’Etat garantit la disponibilité des denrées aux citoyens.

-La prière du vendredi sera suspendue dans les régions les plus touchées

-Les cours sont maintenus avec le respect strict du protocole sanitaire et des contrôles intensifiés


Hichem Mechichi a également souligné que d’ici fin octobre et début novembre, les capacités d’accueil dans les hôpitaux et les cliniques seront augmentées pour atteindre 1200 lits oxygénés dans le public, 700 lits oxygénés dans le privé, 220 lits de réanimation dans le public et 220 lits réanimation dans le privé.


Le chef du gouvernement a également annoncé que le Covid-19 sera considéré comme une maladie professionnelle pour les agents et les employés de la santé.

 

Très vite, les Tunisiens ont commencé à livrer leurs réactions sur les réseaux sociaux. Premier point soulevé : l’absence TOTALE d’une quelconque référence au secteur privé. Nombreux ont trouvé cela aberrant et inadmissible que le gouvernement ne prenne aucune mesure en faveur du secteur qui a le plus à perdre au vu du contexte sanitaire. Ni recommandations, ni promesses rassurantes, ni mesures en faveur du secteur ou de ses employés, Hichem Mechichi a zappé le privé comme si le Covid-19 ne concernait que le million d’agents du public. Beaucoup s’en sont indignés, estimant qu’il s’agit d’une bourde d’autant plus que le public ne « brille pas par la productivité » et que c’est au contraire le secteur privé qui a besoin d’être soutenu et protégé.

 

Certains ont aussi qualifié de « demi-mesures », celles annoncées hier. Ils ont attendu plus de fermeté, un couvre-feu généralisé et pourquoi pas la suspension des cours ou encore la reprise du télétravail quand il est possible d’y recourir. D’autres ont également trouvé étrange que le chef du gouvernement ne fasse aucun point sur la situation au niveau des structures sanitaires pour informer les Tunisiens de la réalité des choses et pour expliquer « plus concrètement » la vision du gouvernement et ses objectifs.  

 

Beaucoup enfin ont préféré ne pas donner leur avis, estimant qu’ils n’ont rien à commenter dans la mesure où aucune vraie décision n’a été annoncée.

 

Face à cette « déception », des internautes et observateurs nombreux aussi ont trouvé l’allocution du chef du gouvernement « pondérée », « claire » et « responsable ». Ils ont trouvé que le chef du gouvernement a bien fait de ne pas céder au « populisme » et à la panique générale, qu’il a été « courageux » de refuser les appels au re-confinement général et de ne pas céder aux « populistes » qui réclament notamment la suspension des cours, appelant les citoyens à assumer leurs responsabilités en se conformant au protocole sanitaire.

 

Si les avis sont donc partagés, ils convergent souvent sur deux points : le discours était peu consistant et surtout tardif. Si c’est pour annoncer l’obligation du masque et l’interdiction des rassemblements, tous à l’exception de la prière du vendredi suspendue uniquement dans les régions les plus touchées, encore une incohérence, le chef du gouvernement avait-il besoin de tout ce temps et de toutes ces consultations ?

 

Rappelons encore que le ministère de la Santé a annoncé, ce matin, 2509 nouveaux cas Covid-19 et 45 décès. Le nombre de cas testés positifs au Coronavirus depuis le début de la pandémie en février grimpe ainsi à 22 230 et le nombre de décès à 321. Il est clair que l’économie du pays, déjà en crise, ne survivra pas à un second confinement général mais il faudrait aussi que les citoyens prennent conscience, tous et pas qu’une frange minime, que leur salut dépend principalement d’eux et que les actions les plus efficaces doivent être entreprises d’abord à un niveau individuel.

 

Pour ce qui est du secteur privé, Hichem Mechichi a certainement commis une erreur en l’omettant dans son discours. Cela en dit long, disent les concernés, sur l’importance qu'accorde le nouveau gouvrnement à ce secteur vital et productif.

 

Myriam Ben Zineb

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (10)

Commenter

pit
| 05-10-2020 08:56
Vision à court, moyen ou long terme et objectifs, sont des termes totalement inconnu de nos gouvernants qui vivent au jour le jour et qui "gèrent" notre pays de la façon la plus catastrophique et la plus lamentable qui soit. Il est à se demander pourquoi l'on dépense une une fortune pour payer des conseillers et autres attachés ministériels alors que l'épicier du coin de la rue ferait 100 fois mieux que toute cette clique d'incapables!

Nephentes
| 04-10-2020 20:23
"Jendoubien Mechichi"
On en a marre de pareilles remarques

C'est inadmissible

Je suis Beldi pure souche et j'en ai marre de vos qualificatifs de rat

Sachez que Mr Mechichi est un énarque remarquable fils de très bonne famille et est quelqu'un de très distingué

Lisez plutôt son memoire de magistère au lieu de vous vautrer dans le caca


DHEJ
| 04-10-2020 20:11
Alors partageons pourquoi RDV devant la chancellerie chinoise à Tunis !

Alya
| 04-10-2020 20:02
Mechichi aurait du fermer les moquees .En matière de religion, les tunisiens aiment bien qu on décident pour eux . Son initiative aurait été bien aceptee

Bul.2r
| 04-10-2020 19:49
Les agents de l'administration n'auront à travailler que 5h/jour .. . enfin 5h de présence avec les pauses cigarettes et cafés .C'est vraiment un pays de cocagne pour les fonctionnaires qui ne manqueront de faire grève pour exiger des augmentations de salaires et des primes de rendement et de pénibilité

Alya
| 04-10-2020 19:23
En déployant le programme du secteur public:le chef du gouvernement a offert la latitude au secteur privé de s organiser selon le modèle proposé au secteur public!!!!!Nous ne sommes plus dans un système de dictature et les chefs d entreprises pourront s organiser selon leurs possibilités et opter pour le télétravail. Sinon, et en ce qui concerne , les boites de nuit, le discours était clair puisque il interdisait toute festivite

Un tunisien.
| 04-10-2020 19:10
Le gouvernement n'existe plus. Le parlement non plus.
Notre seul sauveur est le vaccin et rien d'autre.
Et biensur le jendoubien MECHICHI nous prend pour des cons comme ses précédents !!!
Et il ne fera rien !!!
Avec ou sans eux, la Tunisie avancera.

stanislas
| 04-10-2020 18:34
que les établissements nocturnes continuent à fonctionner bravant toutes les mesures sanitaires et gestes barrières.sur le plan sanitaires ces lieux sont parmi les vecteurs les plus dangereux de la propagation de la maladie,en effet les jeunes et moins jeunes s'y entassent grisés par l'alcool et la musique,et le virus y circule gaiement!il est incompréhensible qu'aucune mesure ne soit prise concernant ces lieux.

Gg
| 04-10-2020 18:26
Ma femme et moi étions à Mulhouse pendant le rassemblement évangélique. On bien de parlait de grippe asiatique, mais la chine est si loin...
Nous promenant à Mulhouse, nous avons vu 3 bus de touristes chinois (l'aéroport de Bale Mulhouse est juste à côté). Mon épouse ayant une immuno déficience, nous avons eu peur et sommes partis le jour de notre arrivée. Nous devions rester une semaine!
On s'en est peut être bien sortis, 10 jours plus tard le virus explosait à Mulhouse.

Dans les jours suivants, l'Italie a été submergée. A ce moment, le Président Macron refusait de fermer les frontières, et déclarait : "le virus n'a pas de passeport!". Durant ces jours, un médecin généraliste m'a dit, comme pour me faire conscience : " Vous avez vu ce qui nous tombe à la gueule? Allez voir dans les hôpitaux. Rentrez chez vous!".
Et des voyageurs italiens débarquaient dans les aéroports français, stupéfaits de n'être pas contrôlés.
La France a perdu 1 mois, avec les conséquences que l'on sait.
Et donc, franchement, mieux vaut trop de précautions que pas assez...

Angel
| 04-10-2020 16:51
Interdire tous les rassemblements...
Pourquoi Mechichi n'a t'il prévu de fermer les mosquées que dans les zones les plus atteintes par le COVID?
S'il veut de la prévention efficace c'est toutes les mosquées qu'il faut fermer le temps d'obtenir l'amélioration sanitaire du pays
Les rassemblements religieux sont des lieux de grande propagation exemple du rassemblement des évangélistes à Mulhouse.

L'histoire de Mulhouse:
Du lundi 17 au vendredi 21 février et qui réunit près de 2 500 fidèles venus de la région mais aussi de toute la France. Dehors il y a foule et le président prend son temps. "J'ai compté, il a mis une heure quarante pour faire cent mètres tellement il faisait de selfies et d'accolades". "J'ai demandé à l'un d'eux si beaucoup de gens toussaient au rassemblement, et il m'a répondu "oui, la plupart". De nombreux fidèles contaminés par le Covid-19 rentrent chez eux. C'est ainsi qu'une infirmière des Hôpitaux Universitaires de Strasbourg, présente au rassemblement, aurait été à l'origine de la contamination de 250 collègues soignants, selon le directeur général de l'Agence Régionale de Santé (ARS) Grand-Est.
Il y a aussi le cas de ces trois retraitées corses présentes au rassemblement qui ont introduit le virus dans la région d'Ajaccio. Elles sont de retour le 24 février, et ne vont être testées positives que le 5 mars. Trop tard. Le 7 mars, on compte 11 cas à Ajaccio, puis 12 nouveaux cas le lendemain, et 10 encore le jours suivant. Au dernier comptage, le 27 mars, l'ARS totalisait 263 personnes testées positives au Covid-19 et 21 décès en milieu hospitalier. Une situation identique aurait pu avoir lieu en Guyane.
D'autres cas en lien avec Mulhouse ont essaimé partout en France : Orléans, Besançon, Saint-Lô, Belfort, Dijon, Mâcon, Agen, Briançon, Paris, provoquant des confinements et fermeture d'écoles. "La majorité des personnes présentes sur le site étaient contaminées". Plusieurs médecins estiment que ces chiffres sont en fait très loin de la réalité. Parmi eux, le pasteur Jonathan Peter Schmitt, médecin généraliste à Mulhouse et pasteur de La Porte ouverte. Dès le dimanche 2 mars, une semaine après la fin du rassemblement, il remarque que l'église - d'habitude pleine à craquer - est à moitié vide. Il fait alors le lien avec le Covid-19 auquel plusieurs fidèles ont été dépistés positifs la veille. Lui-même sera également testé positif le lendemain. Il affirme aujourd'hui que ce ne sont pas une centaine de participants qui ont été contaminés en février mais la quasi-totalité des fidèles présents, soit environ 2 000 sur 2 500 personnes. "On est passés de 500 appels habituellement à 1 000 appels, c'était du jamais vu. Les gens disaient tous la même chose : on est évangéliques, on était à la cérémonie, on est tombés malades, on espère qu'on n'a pas attrapé le Corona !". Le SAMU de Mulhouse reçoit "1 500 appels par jour. Le préfet, droit dans ses bottes, déclarait qu'on était en phase 2, que la situation était maîtrisée. Les docteurs lancent alors l'alerte dans une interview au quotidien l'Alsace où il déclare que Mulhouse est le plus grand foyer de Coronavirus de France : "On est passé en phase 3. Ce ne sont pas une vingtaine de cas avérés mais sans doute des centaines qui ne sont pas testés". Le jour-même, le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon reconnaît que le virus circule activement dans plusieurs territoires, dont le Haut-Rhin et le Bas-Rhin.
le 2 mars, quand elles sont alertées par leurs collègues d'Occitanie. Un habitant de Nîmes, testé positif au Covid-19, explique qu'il revenait en voiture de la semaine de prière de Mulhouse. Depuis le rassemblement, il n'a fréquenté quasiment personne. C'est à ce moment-là que le lien se fait et que les enquêteurs du Grand-Est comprennent.
A ce moment-là, le coronavirus est un problème 'asiatique'?', l'Italie 'n'est pas encore devenue un foyer de la maladie'?'.

Mechichi DOIT ABSOLUMENT fermer les mosquées!!!!

A lire aussi

La situation économique du pays est au plus

26/10/2020 19:59
1

Pour l’instant, l’Etat se contente de « mesurettes » qui entravent le secteur plus qu’elles

25/10/2020 15:59
3

Retour sur un an d’exercice d’un président atypique.

22/10/2020 19:25
20