alexametrics
A la Une

Au parlement, l’interdiction du niqab fait débat

Au parlement, l’interdiction du niqab fait débat

 

Mardi 16 juillet 2019, s’est tenue la première séance parlementaire consacrée à l’examen du projet de loi portant sur l’interdiction du niqab dans les espaces publics. Un projet de loi daté du 18 mars 2016 et initialement proposé par les anciens députés du bloc parlementaire d’Al Horra (Machrouû Tounes) dont la plupart sont aujourd’hui membres de la Coalition nationale. Une telle séance de débat se devait d’être une réelle occasion pour les parlementaires laïques de débattre et défendre leur position face à l’opposition des islamistes. Or, rien de tel ne s’est produit…

 

Seulement 11 députés ont pris part aux travaux de la commission parlementaire de la législation générale, présidée par Karim Helali. Bien entendu certains députés du mouvement islamiste Ennahdha, membres de cette commission, n’ont pas affiché leur présence pour des raisons pas si difficiles à déduire. Parmi ces parlementaires nahdhaouis absents à cette séance de débat nous citons : Noureddine Bhiri, Zeineb Brahmi, Mohamed Mohsen Soudani et Soulef Ksantini.

 

Le débat a pris place et les quelques parlementaires présents ont pris à tour de rôle la parole pour décortiquer et donner leurs avis sur les 4 articles de ce projet de loi.

Brahim Nacef, député d’Al Horra, a, à titre d’exemple, critiqué l’article 3 concernant l’amende et la peine d’emprisonnement en cas de port du niqab dans les espaces publics, les banques, les aéroports internationaux, les ports, les transports publics et les grandes surfaces.

Cet article prévoit que : « Toute personne qui enfreint les dispositions de l’article 1 de cette loi sera condamnée à 15 jours de prison et à une amende de 4,800 dinars tunisiens ou de l’une de ces deux peines ».

Le parlementaire, contrarié, a en effet estimé qu’il est nécessaire de durcir les peines pénales et d’inclure dans ce texte de loi l’idée que tout homme portant le niqab doit être sévèrement puni par la loi.

« Les étrangers qui viennent passer quelques jours ici doivent se conformer aux lois tunisiennes. Si ce projet est promulgué, la personne concernée doit enlever son niqab à son arrivée en Tunisie », a-t-il aussi indiqué.

 

Pour sa part, Karim Helali a estimé qu’il est nécessaire d’auditionner dans les prochains jours le ministre de l’Intérieur, Hichem Fourati, le ministre chargé des Relations avec les instances constitutionnelles, la société civile et les organisations des droits de l’homme, Mohamed Fadhel Mahfoudh, ainsi que toutes les associations et ONG impliquées dans cette affaire qui touche réellement à la sécurité de la nation.

« Tout le monde a constaté que dans certains pays en guerre contre le terrorisme, le port du niqab est utilisé pour porter atteinte à la sécurité nationale. Certes nous sommes dans un pays démocratique, mais la liberté individuelle a certaines limites lorsqu’elle constitue un réel danger sur la sécurité nationale », a-t-il lancé.

Le président de cette commission parlementaire fait ici allusion au recours de certains terroristes au port du niqab pour exécuter leurs plans contre les unités sécuritaires ainsi que les citoyens, victimes malgré eux de cette barbarie. Et malheureusement, beaucoup sont décédés à cause de cette technique utilisée notamment pour fuir les forces de l’ordre.

A titre d’exemple, le chef de l’organisation terroriste Ansar Chariâa, Abou Iyadh, avait en septembre 2012 réussi à prendre la fuite en portant le niqab. A cette époque, les unités sécuritaires avaient encerclé la mosquée Al Fath à Tunis, lieu de culte des extrémistes religieux au lendemain de la révolution du 14 janvier 2011 et à l'arrivée au pouvoir du mouvement Ennahdha. Mais Abou Iyadh a réussi à s’échapper.

 

L’interdiction du port du niqab dans les espaces publics est donc devenue nécessaire pour protéger les citoyens de toute menace terroriste et aider ainsi les forces de l’ordre à traquer plus facilement les vrais ennemis de la démocratie et les criminels, a lancé Salah Bargaoui, député du bloc Al Horra, qui est l’initiateur de ce projet de loi.

Toutefois, l’absence d’une définition du terme « espace public » dans ce texte de loi a été épinglée par le député Mourad Hamaidi, membre du Front populaire (FP), qui a revendiqué la nécessité de mettre en place une définition claire et nette pour éviter toute confusion.

« Les espaces publics mentionnés dans ce projet de loi sont à vrai dire des espaces communs entre les citoyens. Aussi, les rues et les avenues sont-ils des espaces publics ? Les deux derniers attentats qui ont eu lieu à l’avenue Bourguiba à Tunis (par allusion à l’attentat commis le 29 octobre 2018 et celui du 27 juin 2019, Ndlr). ne sont-ils pas des espaces publics ? », s’est interrogé le député Hamaidi en s’adressant à son collègue Salah Bargaoui.

 

Le débat sur ce projet de loi n’en est pas encore à sa fin étant donné que d’autres séances sont prévues dans les prochains jours, a rappelé M. Helali à la fin de cette séance. Malheureusement, il manquait dans cette séance d’examen un peu de punch. L’absence des députés du bloc parlementaires Ennahdha était vraiment ressentie au cours de cette séance tant attendu.

Ces derniers n’ont d’ailleurs pas encore exprimé leur point de vue, ni dans les médias ni sur les réseaux sociaux, concernant la circulaire interdisant le port du niqab dans les espaces publics signée il y a 10 jours par le chef du gouvernement, Youssef Chahed.  

Leur position sera-t-elle identique à celle concernant le projet de loi sur l’égalité dans l’héritage ?

 

 

Emna Ben Abdallah

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (9)

Commenter

adel
| 17-07-2019 16:31
Primo: On n'est pas dans un pays démocratique mais dans un pays anarchique.
Secundo: La loi anti-Niqab concerne les hommes et les femmes ou les femmes uniquement?
Tertio: Est-ce qu'il y aura une loi pour respecter les lois en Tunisie ou continuera-t-on à ne respecter ni les lois ni les personnes?
C'est ma contribution quotidienne aux polémiques inutiles qui nous font perdre notre temps et nous détourne des vrais cancers qui rongent la Société.

Sputnik
| 17-07-2019 15:23
une femme ne peut pas pratiquer sa religion dans un pays qui se dit: "dinuha al islam" !!!
ramadan, hijab, niqab, jihad ... font partie de Islam. le terme "islamisme" n'a aucun sens ici. ce terme a été inventé par les ennemis de Islam pour éviter le blasphème. ils disent: islam est excellent. notre problème: l'islamisme !!! en réalité ils veulent dire: notre problème est Islam.
ne tombez pas dans le piège des ennemis de Islam.

Ghazi
| 17-07-2019 15:02
Combien de députés sous cette ARP, ont dans leur famille proche de niqabés ? Creusez et vous allez voir.
Donc, ne vous posez pas de questions inutiles, on va mâcher cette loi jusqu'à ce qu'on la jettera aux toilettes et tout cela grâce à Tahya Tounes et son Chahed et ses arrivistes.
TOUT LE MONDE VEUT PLAIRE ET AVOIR UNE CHAISE EN 2019, MEME AVEC LE NIQAB ET AU DETRIMENT DU NIQAB, QUELQUE SOIT LE SUJET, LA CHAISE EST LE TARGET.

Rym
| 17-07-2019 13:44
Si la question n'a rien à voir avec la religion puisque au Hadj la femme ne porte pas le nikab, alors il reste à voir si la loi permet de fréquenter les endroits publics avec un masque au visage, c'es tout.

Mansour Lahyani
| 17-07-2019 11:56
Bravo ! Du reste, le parlement est précisément là pour ça : le débat...
Espérons seulement qu'il ne manquera pas de debatters, et que la loi pourra être adoptée au plus vite... après un vif débat, s'entend !

Fehri
| 16-07-2019 21:34
La règle ici celui qui fait l'arrêt Le premier démarre le premier. Deux fois de suite une niqabee conduisant une caravane Chrysler arrive à l'arrêt la dernière et démarre la première. Durant le mois de Ramadan une autre niqabee fesait la ligne à Tim Hortons pour acheter de la bouffe. Un coffee buddy âge de 65 ans m'a envoyé un SMS en me disant qu'il ne pouvait venir à Starbucks ce jour parce qu'il a rendez-vous avec une fille portant le hijab et qu'il fallait qu'il le fasse vite parce que l'époux Rentre du travail à 6 h de l'après Midi. Il fallait que je partage ceci avec vous.

SAMIA
| 16-07-2019 21:34
Les crimes commis à travers l'histoire en se cachant sous le niqab !
Vidéo choquant
https://youtu.be/x3ql9A6xRss

Attaque terroristes:
- Metro Londres 2005
- Bombay( Inde) 2008

HatemC
| 16-07-2019 20:58
Or c'est de l'hypocrisie totale '?'
L'habit ne fait pas le moine ...

Je vais partager avec vous une vidéo d'un boxeur qui a dominé sa catégorie en son temps "prince Naseem Hamed " '?'
En 2001 au sommet de sa gloire, cet Anglais d'origine Yéménite se présente sur le ring avec ISLAM comme inscription sur son short alors qu'avant s'était inscrit " KING " et pour la première fois de sa carrière il récita la chahada et a glorifié Allah avec des Allahou Akbar '?' surement que des charlatans lui ont retourné la tête, 6 mois après c'est les tours jumelles qui ont été attaqué '?' c'était une période où l'islam radical a gangréné les sociétés musulmanes jusqu'à influencer surement ce boxeur '?'.

Résultat '?' Il s'est fait corriger comme jamais et ce fut sa 1ere défaite, il arrêta après ce combat à 27 ans '?'

Comme quoi, Allah n'aime pas les HYPOCRITE '?' HC

https://www.youtube.com/watch?v=lr3VqrSj6wo

HatemC
| 16-07-2019 20:13
Ce n'est surement pas une choulika de bonnes m'?urs '?' il ne suffit pas de mettre ce torchon pour d'un coup devenir une femme de grande probité '?'
C'est de l'hypocrisie totale, même le Hijab est une aberration '?'
Les simples d'esprit croient vraiment que ce torchon est un passeport pour le paradis ? Tel ces imbéciles qui croient que 72 vierges les attendent sur un cocon au paradis '?'

Aujourd'hui les US ont fêté l'expédition Apollo 11 et en Tunisie ça tergiverse pour le port d'une choulika '?'

Perso quand on croise ces engins je n'ai qu'une envie, prendre mes jambes à mon cou '?' je les méprise.
Es ce que ces voilées pensent être des femmes ?

Les islamistes ont réussi a éliminer les femmes de l'espace sociale, elle sont devenus des inutiles à la société sauf pour pondre des horreurs génétiquement modifié .. des consanguins pour la plupart '?' HC

A lire aussi

Les vacances touchent à leur fin et les syndicats préparent déjà la rentrée.

19/08/2019 20:59
3

Malgré une conjoncture difficile et une augmentation des taxations, 2018 a été au final une assez

18/08/2019 16:59
0

Une nouvelle fois, l’affaire des parrainages fictifs refait surface à quelques semaines du coup

16/08/2019 19:59
7

Cela étant, l’électeur tunisien éprouve un certain désarroi devant la pléthore de candidatures qui

15/08/2019 19:59
7

Newsletter