alexametrics
lundi 04 mars 2024
Heure de Tunis : 16:35
BN TV
UGTT Kasserine : Sanki Assoudi a été arrêté dans le cadre de l’affaire dite de corruption administrative
07/02/2024 | 17:29
1 min
UGTT Kasserine : Sanki Assoudi a été arrêté dans le cadre de l’affaire dite de corruption administrative

 

Le secrétaire général adjoint de l’Union régionale de Kasserine (UGTT), Mohamed Sghir Essayhi, est intervenu, mercredi 7 février 2024, sur Diwan FM pour revenir sur l’arrestation, hier, du secrétaire général Sanki Assoudi.

Mohamed Sghir Essayhi a expliqué que Sanki Assoudi est cadre dans la Société nationale de cellulose et de papier Alfa (SNCPA) et qu’il a été appréhendé sur le chemin de son domicile puis conduit à l’Aouina à Tunis.

Il a précisé que le responsable syndical a été arrêté dans le cadre de l’affaire dite de corruption administrative, ajoutant que le poste de chef de service qu’il a obtenu ne lui a pas été accordé à la suite de « pressions » ou encore en sa qualité de syndicaliste, mais bien dans le cadre d’une évolution de carrière normale.

 

Le président de la République, Kaïs Saïed a effectué, mercredi 31 janvier 2024, une visite surprise aux de la SNCPA à Kasserine où il a insisté sur la poursuite de tous ceux ayant œuvré de façon à porter atteinte à la SNCPA. Il s’est entretenu avec les cadres de l’entreprise au sujet de plusieurs dossiers de corruption, avait précisé un communiqué de Carthage. 

 

 

M.B.Z

 

07/02/2024 | 17:29
1 min
sur le fil
Tous les Articles
Suivez-nous
Commentaires
SALIM
CHACUN A SON DILOU ET SON ABOU OUBEIDA!!!
a posté le 08-02-2024 à 10:13
Donc ,après les comités de 'défense' de NAHDHA, et de ABIR, voici la 'défense' de ce chef service en papier (d'el HALFA) qui essaie de prendre les Tunisiens pour SIDI TATA('crédule') et qui reprend le meme lexique de DILOU (Dossier.......VIDE), et de KRIFA ET LES AVOCATS DE L'affaire du lobbing (le contrat n'existe pas!!!!),et de BHIRI (le statut FACEBOOCK n'existe pas).

Et le malheur, n'est pas dans ce ABOU OUBAIDA, mais dans les animateurs et chroniqueurs très louches et mediocres, qui le laissent cracher ses contre vérités sans DISCUSSION ,comme s'il s'agit du SAINT CORAN qu'on devra le croire , sans poser de questions , meme lorsqu'il s'agit d'INCOHERANCES FLAGRANTES, dont voici quelques unes.

1-LE DIPLOME:

Ce secrétaire adjoint prétend qu'il n'y a pas de diplome dans le dossier.Et un certain chroniqueur dit clairement que vous avez prouvé la véracité de votre démenti, donc on ne retourne pas à cette question!!!Donc le parquet a ouvert une enquete sur la base d'un diplome qui n'existe pas de la meme façon que l'affaire de BHIRI ouverte sur la base d'UN STATUT qui n'existe pas.

2-SON ARRESTATION

Ce secretaire adjoint prétend que SANKI a eté arreté à KASSERINE , mais il a été laissé CONDUIRE SA VOITURE (R.S!!!) jusqu'a SBEITLA !!!!.ou il lui a été demandé de descendre et de laisser sa voiture et monter avec eux!!!!.Est ce logigue!!!! .Pourquoi il n'a pas été monté sur la voiture sécuritaire dès son arrestation.

3-LA PRESSION NE POURRAIT SE FAIRE QU'AVEC UNE ARME!!!
En reponse à la question de l'animatrice sur une éventuelle pression du syndicat, ce secretaire adjoint répond :lui, il n'a pas levé une arme !!!!. SANS COMMENTAIRES!!!.

4-CHANGEMENT DE LA PLAQUE D'IMMATRICULATION EN R.S!!!

Ce secrétaire adjoint prétend qu'il s'agit d'une décision du ministère de l'intérieur pour des raisons sécuritaires!!!!.Mais pourquoi le ministère de l'intérieur n'a pas appliqué cette 'IDEE GENIALE' à TOUS CEUX QUI ONT FAIT L'objet de menace.pourquoi cette EXCEPTION!!!. Et est que vous pensez que les terroristes ne savent pas sa voiture meme si elle ne porte pas de plaque.Au contraire elle serait MIEUX REPEREE!!!!
Akoubi Ammar
Les textes doivent être appliqués correctement
a posté le 07-02-2024 à 22:24
Tout agent du secteur public que ce soit dans la fonction publique ou dans les entreprises publiques a droit à une évolution de carrière conformément au statuts et aux règlements régissant ces structures. En effet toute structure publique dispose d outils de gestion à savoir un statut particulier, un règlement intérieur, un manuel de procédures, un organigramme, des conditions de nomination aux emplois fonctionnels, une loi cadre, des budgets annuels auxquels il faut ajouter les statuts généraux de la fonction publique et des offices et sociétés nationales et aussi du code de travail. Tous ces outils sont approuvés par des lois ou des décrets et par ailleurs les autorités de tutelle interviennent toujours dans l application et le contrôle de la légalité de toute prise de décision. Aussi, il ne faut jamais oublier que toutes les entreprises publiques font l objet de contrôle permanent de la part des organes de contrôle ( CGSP, CGF, DE, Cour des comptes). Malheureusement, il faut le dire à tous les niveaux et dans toutes les structures publiques il y avait des dépassements résultant des interventions directes des hauts responsables et des syndicalistes de premier rang et pourquoi on n ouvre pas le grand dossier des voitures appartenant au secteur public qui sont octroyées et accordées selon des critères et une législation qui n a rien à voir avec la réglementation et la bonne gouvernance. Un dossier que le Président doit le prendre au sérieux pour arrêter la mascarade. Nul n est censé ignorer la loi . Pour le cas de l espèce, seule un bilan de compétences et des cycles de formation pourraient le faire évoluer et le dossier administratif peut éclaircir la situation bien sûr avec la confidentialité des données personnelles qui ne serviront que devant des autorités légales.
SALIM
MAIS POURQUOI AUCUNE DECLARATION DU BUREAU EXECUTIF DE TABOUBI
a posté le 07-02-2024 à 17:49
Voici ce que j'ai lu sur MOSAIQUE F.M

Arrestation d'un employé de la SNCPA: Le parquet précise
2024/02/07 15:11

Le ministère public auprès du Tribunal de première instance de Tunis a indiqué que contrairement à ce qui a été diffusé sur les réseaux sociaux, concernant les circonstances de l'arrestation d'un employé de la Société nationale de cellulose et de papier alfa à Kasserine, le parquet a autorisé la sous-direction des recherches de la Garde nationale d'El Aouina à ouvrir une enquête judiciaire contre le chef de service de la Société précitée pour suspicion de falsification de diplôme. Ce dernier a été auditionné, conformément aux procédures légales.

Le ministère public a, aussi, ordonné de placer le chef de service en garde à vue pour une durée de 48 heures, à partir du 6 février 2024 pour falsification.

L'enquête est toujours en cours, notant que le suspect fait l'objet de poursuites pour d'autres crimes, a fait savoir le parquet.