alexametrics
vendredi 03 décembre 2021
Heure de Tunis : 17:51
Dernières news
Affaire des stents périmés : une négligence caractérisée des pharmaciens, selon Faycel Derbel
01/07/2016 | 11:36
3 min
Affaire des stents périmés : une négligence caractérisée des pharmaciens, selon Faycel Derbel

 

Suite à la révélation du scandale des stents périmés, Faycel Derbel chirurgien et spécialiste en cardiologie s’est exprimé sur les ondes de RadioMED ce vendredi 1 juillet pour faire valoir son droit de réponse et reconnaitre qu’il a implanté des stents périmés sur 16 personnes. Durant son passage  il insiste sur le fait que les stents en question ont dépassé le délai au sein des pharmacies des cliniques et que les patients porteurs de ces stents n’encourent aucun danger de mort.

 

Sur la technicité des stents, rappelons que le stent est un dispositif métallique, maillé et tubulaire, glissé dans le cœur des patients pour désobstruer les artères bouchées. C’est un support artériel aussi appelé « ressort ».

Le chirurgien indique qu’il adresse son droit de réponse à l’opinion publique par le biais des médias pour que lumière soit faite sur la responsabilité collective des personnes chargées de tracer le circuit des stents périmés : De l’approvisionnement des cliniques en stents auprès des pharmacies jusqu’à leur mise à disposition auprès des cliniques. 

Il avoue : « on ne peut nier que le problème est réel mais je ne suis pas le seul concerné par cette affaire». A la question : Combien de stents périmés avez-vous fixés ? Le docteur répond : « j’ai implanté des stents sur 25 000 à 30 000 personnes, 16 d’entre eux ont des stents périmés ».

 

Faycel Derbel explique que le problème est un problème de système et qu’il y a 6 cliniques et 20 docteurs concernés par l’affaire. Selon le medecin est le dernier maillon de la chaîne et il n’est pas en charge du contrôle de la validité ou de la péremption des stents avant les opérations des patients. « Le medecin est le dernier maillon de la chaîne, ce sont les cliniques qui achètent les stents qui arrivent par la douane et qui sont récupérés ensuite par les pharmaciens. Aucun logiciel détectant les code à barres des stents n’existe dans les cliniques pour vérifier la péremption ou la validité de ces supports artériels». Il ajoute qu’un groupement de 3 personnes gère la pharmacie de la clinique, dans lequel il exerçait, et que ces personnes travaillent dans des conditions très difficiles, exposées au stress intense et à des médecins difficilement gérables.

 

Le medecin met en avant son professionnalisme et indique qu’il a été formé à Toulouse en 1986 et qu’il a formé l’équipe cardiologie de l’hôpital militaire ainsi qu’un grand nombre d’autres médecins. Il ajoute qu’après révélation de l’affaire, la clinique dans laquelle il opère l’a mis à la porte «  tel un ouvrier non spécialisé …».

 

Sur l’auteur des révélations, Samir Bouraoui, Faycel Derbel déclare : « ce monsieur à un différend personnel avec le ministre de la Santé, Saïd Aïdi, ses accusations via le réseau social Facebook ne sont pas des vérités absolues. Il y a de fausses accusations à mon encontre, il cherche à me diaboliser ,  et d’ajouter : « je ne porte pas sur moi une valise pleine de stents périmés tel un marchand de Sidi Abdessalem…».

 

Enfin à la question de l’animateur : Avez-vous une responsabilité par rapport à cette affaire et avez-vous rempli votre obligation de moyen? Le medecin explique que la seule responsabilité qu’il assume est celle de l’abus de confiance dont il a fait l’objet de la part de la clinique et qu’à l’avenir il fera le contrôle.

 

K.H

 

01/07/2016 | 11:36
3 min
sur le fil
Tous les Articles
Suivez-nous

Commentaires (33)

Commenter

Jfyriel
| 24-12-2017 05:40
Le Dr Derbel est le plus honnête des csrdiologues et le 1er qui a posé les stends et à sauver des patients en 1990 , son expérience est unique , alors arrêtez de l'accuser à tort et occupez vous plutôt des mafieux qui ont ramenés les stends périmés en Tunisie pour se remplir les poches sans se soucier de la santés des tunisiens

dan6433
| 21-02-2017 16:14
On m'a posé un stent en urgence en septembre 2014 à lilliaque droite. Deux ans après on a du le changer en urgence. Il se pourrait que cet ancien stent était périmé

cardiologue
| 02-08-2016 23:31
Mais oui Docteur vous êtes responsable de tout ce qu'il se passe en salle d'opération,mais oui instrumentiste vous êtes aussi responsable.Malheureusement vous essayez toujours de vous justifier, de dire c'est l'autre.Ces cliniques pensent-ils travailler un jour avec des procédures et un système qualité clair.

bobo
| 13-07-2016 09:33
L'enquête a abouti. La chaîne constituée par les cliniques, pharmaciens et médecins doivent assumer leur responsabilité judiciaire. Ils doivent prendre en charge le remplacement des stents perimes et non le contribuable par le biais du ministère de la santé. Ils gagnent assez d'argent pour supporter les conséquences de leurs erreurs. En plus, ces professionnels de la santé sont obligatoirement couverts par des assurances.

pseudo
| 03-07-2016 07:56
laprevention ;la santé d 'un peuple n 'est pas une marchandise ; élaguez les voitures de fonctions et les bons d 'esence ;les sur salaires les fastes et vous trouverez l 'argent pour construire des hôpitaux dignes de ce nom ;importez des médecins indiens ils sont excellents;Aidi ne peut tailler un beau costumes avec du tissu de mauvaise qualite ;des cisceaux rouillés et le reste à l 'avenant

Létranger
| 02-07-2016 18:34
Heureux l'homme qui peut entendre : "ma femme m'avait dit que c'est jouable ,ta santé avant toute chose ..."
Mais pour en revenir à l'argent : 6 opérations en une journée à raison de... disons 6000 Dt la pièce pour le chirurgien et à raison de "quelques instants" l'intervention, je vous laisse faire le calcul.
Quel beau métier que de se sacrifier pour sauver son prochain.
Un Saint quoi.
C'est très amicalement que je vous écris, il devient de plus en plus difficile de dialoguer sereinement sur ce site. Sur tous les sites d'ailleurs.

Pour info, j'ai subi une opération cardiaque (changement de valve aortique remplacée par une autre d'origine porcine)(eh oui, même les plus extrémistes des musulmans doivent l'accepter, et d'ailleurs ils l'acceptent. "à contre coeur" certes mais ils n'ont pas le choix)] avec "boutonnière" sur tout le sternum.
En France, (100/100 pris en charge par la SS) >>> 35 000 Euros, j'en suis resté sur le cul... je me suis posé la question : est-ce que je vaux ça?
Bon allez, j'en reste là, ça devient "le courrier du coeur".
Amicalement et merci encore de parler sans haine, c'est pas courant.

le berbère
| 02-07-2016 14:36
votre analyse objective voire innocente sur ce cas est confuse et ne donne aucune idée sur toute l'intervention .
j'ai 3 Stents coronariens facilitant la circulation sanguine dans mon coeur et je suis en mesure d'expliquer la procédure technique de l'intervention du début jusqu'à la morgue ou le lit du poste opératoire .
l'opération se fait sur un malade conscient alors il voit entend et même parler .
bref la CNAM ne peut prend en charge que les Stents .tout le reste et à la charge du malade .
avant de prendre la décision ,j'ai parlé avec mon médecin et il m'a promis que le prix total ne dépasse guère les 4 millions .ma femme m'avait dit que c'est jouable ,ta santé avant toute chose .et bien j'ai quitté le fameux clinique avec une facture de 12 millions .(li y a 10 ans)
8 visites nocturnes du cardiologue après un riche dîné de 45 secondes coûte chacune 50 dinars .
sur la facture se trouve les honoraires de chaque intervenant .
en ce qui concerne la durée de l'intervention ,à part le Stent sur le croisement circonflexe qui est un peu difficile tous les autres ne dépasse guère qques minute . DONC IL PEUT FAIRE PLUS QUE 5 VOIRE 6 PAR JOUR .
CORDIALEMENT

Létranger
| 02-07-2016 10:59
Enfin quelqu'un qui pense à la réalité du nombre d'interventions de ce "chirurgien".
j'explique : 30 000 interventions à raison de une par jour, tous les jours que Dieu fait (et il en fait le bougre), même pendant Ramadan,vendredi,samedi et dimanche inclus, il lui faudrait 82 ans d'activité.
Un chirurgien normal ne commençant à exercer qu'à la fin des ses études(en principe 12 à 14 ans après le bac à 18 ans,soit au plus tôt à 32 ans) cet éminent spécialiste doit avoir dépassé les 115 ans.
Et encore, j'ai fait un calcul exagéré (comme toujours), mais si on le refait à raison de 3 opérations/semaine, il lui faudrait 200 ans ce qui donnerait des résultats encore "bien plus pire".
Moi, je trouve qu'il se vante un peu.
Pour le fric, le prix de la pose d'un stents est en France d'environ 12000 Euros (100/100 à la charge de la SS).
Mettons qu'en Tunisie ce soit 12000Dt (avec des stents d'occasion on peut baisser les prix) cela ferait quand même 360 millions de Dinars. Tunisiens certes, mais quand même...
M'est avis qu'il ne doit pas rouler en 205 pourrie Monsieur le Chirurgien...

Walid
| 02-07-2016 09:20
Il faut savoir que les personnels s'occupant de l'achat de matériels pour la clinique ou ceux des hôpitaux sont probablement corrumpus. Le Medecin commet une faute morale de faire confiance et de ne pas vérifier un ultime contrôle. Sachez aussi que la clinique remet à la cnam un dossier de remboursement, que dans ce dossier la vignette de la stent est collée avec sa date de péremption et la date de l'opération. Donc les gens de la cnam sont au courant quand la stent est périmé. Donc complicité chez certains personnels à la cnam?
Je pense réellement qu'il y a tout un système de la société qui importe au Medecin en passant par tous les maillons de la chaine. Il est urgent qu'une enquête soit faite et que tout le monde porte la responsabilité et non juste le Medecin.

Concernant certains commentaires sur le docteur Derbel, il faut savoir Qu il est le premier en Tunisie et le plus reconnu. Il est dont normal qu en 30 ans de carrière il a pratiqué sur 30 000 patients. Concernant le paiement des impôts que certains s'offusquent, il faut savoir que ces opérations sont remboursées par la cnam et donc les honoraires déclarés. Il faut savoir aussi que le Medecin se fait payer par la clinique qui en amont prélevé une retenue à la source. Voilà il faut arrêter de critiquer diffamer toute une profession qui a toujours honoré la Tunisie parce que certains pratiquent des abus, certains fraudent le fisc, certains ont peu d'éthique. A force de campagne de dénigrement généralisée, il faut savoir que les jeunes médecins tunisiens formes en Tunisie, sont entrain de quitter la Tunisie, que dans quelques années si sa continue il y aura de moins en moins de médecins, et de plus en plus de désert médicaux. Donc oui au contrôle, oui à une enquête pour déterminer toutes les responsabilités, stop à l'impunité, et STOP à une campagne de dénigrement généralisée contre une profession qui trime et souffre parfois dans des conditions de travail déplorable. Enfin renseignez vous tous les médecins ne sont ps riches, seule une minorite. Et il est normal que des gens ayant fait 12 ans D étude et ont la vie des gens entre leur mains doivent être paye et gagne leur vie decement. A bon entendeur

Hamza
| 02-07-2016 03:15
A quand une bonne enquête sérieuse sur toutes les magouilles qui gangrènent le secteur de la santé? Depuis que les médecins sont devenus actionnaires des cliniques, 'es dérives et entorses à l'éthique ont explosé. Tout ça et bien connu depuis des années au vu et au su de tout le monde sauf aux yeux des contrôleurs.
Il n'y a pas meilleur investissement. La clinique où travaille ce praticien a commencé à distribuer des dividendes 5 ans seulement après son inauguration: un record. Une vraie pompe à fric. Même les jeunes s'y mettent de plus en plus tôt, alors qu'avant seuls les seniors chevronnés accédaient à ce circuit. Allez essayer de convaincre les médecins d'exercer dans une structure publique à perpetes-les-bains ..... Quand ils voient les fortunes qui se font en si peu de temps, seuls les moins qualifiés et ceux qui ne trouvent aucune autre solution accepteront.
La régulation autoritaire doit intervenir pour réduire des écarts de revenus astronomiques entre public et privé et l'inégalité flagrante dans l'accès des citoyens aux soins. Sinon, avec une compétition enragée entre médecins de plus en plus nombreux dans un secteur qui subit, comme tout le pays, la crise économique, c'est la porte ouverte à tous les abus.