alexametrics
lundi 22 avril 2024
Heure de Tunis : 11:40
Dernières news
Afek Tounes condamne l'utilisation des organes sécuritaires pour confisquer le droit syndical
03/02/2023 | 20:28
3 min
Afek Tounes condamne l'utilisation des organes sécuritaires pour confisquer le droit syndical

 

Le parti Afek Tounes a exprimé, dans un communiqué publié vendredi 3 février 2023, son soutien à l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) « face aux pratiques répressives et aux restrictions auxquelles elle est exposée ».

Le parti condamne également l'utilisation des organes judiciaires et sécuritaires pour confisquer le droit syndical garanti par la constitution et les pactes internationaux.

Afek a dénoncé l’arrogance et le déni dont fait preuve le président de la République, Kaïs Saïed, et qui s'est incarné dans le boycott populaire des élections législatives lui faisant perdre toute légitimité qu’il s’agisse de son projet ou de son simulacre de parlement.

Le parti condamne l'utilisation des institutions de l'État pour menacer les organisations nationales et l’opposition et les accuser de trahison, rappelant à ces institutions qu'elles sont tenues de respecter les principes de neutralité politique et les valeurs de sécurité républicaine.

 

Au terme de la réunion de l’instance administrative de l’Union générale tunisienne du travail, vendredi soir, le porte-parole et secrétaire général adjoint de la Centrale syndicale a récité la déclaration finale de l’UGTT

Rappelant que l’organisation a été la cible d’une campagne d’incitation, Sami Tahri a condamné le dernier discours du président de la République Kaïs Saïed depuis la caserne de la Garde nationale d’El Aouina.

L’instance administrative a dénoncé les accusations de trahison et les incitations contre les composantes de la société civile, les mouvements des jeunes et les contestations politiques et sociales, celle des habitants de Zarzis notamment. 

Revenant sur la déclaration de Kaïs Saïed au sujet du droit syndical, le communiqué a affirmé que l’UGTT considérait un tel propos une atteinte au droit syndical et une tentative de saper le rôle de l’organisation. 

« L’UGTT continuera à être engagée en faveur des causes nationales, à porter de l’intérêt à la chose publique et politique et à se battre pour sauver le pays, le construire et le développer. Elle sera toujours prête à lutter contre les tentatives d’infiltration ou de destitution de ses dirigeants élus (…) », précise le communiqué. 

Le syndicat a souligné que l’organisation rejetait toute forme d’atteinte au droit à la grève que ce soit « à travers des arrestations, la fabrication de dossier dans les couloirs des tribunaux, la publication de circulaires qui sapent le droit aux négociations sociales (…) ou encore l’atteinte à la crédibilité de l’UGTT en refusant d’appliquer les accords signés ». « Cela est une preuve de l’agitation du pouvoir en place face à l’opposition de l’UGTT au dictat du Fonds monétaire international (…) et face à son initiative de dialogue national », a-t-il ajouté.

La Centrale syndicale a dit tenir à présenter des projets globaux et des solutions profondes capables de sortir le pays de la crise, de faire face aux tentatives de restaurer la dictature et de rompre avec la décennie marquée par l’échec. 

Appelant le gouvernement de Najla Bouden à mettre en œuvre les accords du 15 septembre 2022 et à activer les conventions sectorielles, l’UGTT a agité la menace de grèves dans plusieurs secteurs en cas de non-application des accords convenus entre le gouvernement et l’organisation. 

L’UGTT a, dans ce sens, condamné les mesures prises par le gouvernement citant à titre d’exemple, la hausse des taxes, la révision à la baisse du budget des subventions, en plus des augmentations des prix.

L’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (Utica) n’a pas échappé aux critiques. Sami Tahri a signalé les retards accusés par plusieurs chambres syndicales relevant de l’Utica dans la signature des accords sur les augmentations salariales. 

L’UGTT a enfin annoncé envisager un ensemble de mouvements de protestation dans les régions et dans plusieurs secteurs d’activité notant que les détails seront communiqués en temps opportun.

 

M.B.Z

 

03/02/2023 | 20:28
3 min
Suivez-nous