alexametrics
lundi 04 mars 2024
Heure de Tunis : 14:56
Dernières news
Des organisations syndicales internationales expriment leur soutien à Noureddine Taboubi
02/02/2023 | 18:33
2 min
Des organisations syndicales internationales expriment leur soutien à Noureddine Taboubi

 

Le secrétaire général de l'Union générale tunisienne du travail (UGTT), Noureddine Taboubi a reçu, ce jeudi 2 février 2023, plusieurs lettres de soutien de la part de nombreuses organisations syndicales internationales.

 

Noureddine Taboubi a reçu une lettre de soutien de la part de Philippe Martinez, secrétaire général de la Confédération générale du travail (CGT).

Cette lettre exprime le soutien de la centrale syndicale française à l'UGTT après l’arrestation du secrétaire général du syndicat des agents de Tunisie Autoroutes, Anis Kaâbi. Celui-ci a, rappelons-le, été interpellé dans la soirée de mardi après une visite inopinée du président de la République à la caserne de la Garde nationale d’El Aouina.

La CGT évoque une "grave violation des droits syndciaux", une "négation des libertés syndicales", le "non respect des normes internationales" et parle d'"intimidation honteuse" et de "pratique intolérable".

 

L'UGTT a également reçu une lettre de soutien de la fédération syndicale internationale l'IndustriALL Global Union notamment, qui représente plus de cinquante millions de travailleurs dans 140 pays des secteurs des mines, de l'énergie et de la manufacture, et qui a estimé que l'arrestation d'Anis Kaâbi "viole les droits syndicaux". Idem pour la Conféderation syndicale espagnole des commissions ouvrières qui a évoqué "l'intimidation et le harcèlement des syndicalistes".

La Confédération générale italienne du travail a aussi adressé une lettre à l'UGTT faisant part de son inquiétude quant aux menaces qui pèsent sur les droits syndicaux et s'est dite pleinement solidaire avec la centrale syndicale tunisienne.


Les agents des péages de Tunisie Autoroutes ont annoncé une grève de trois jours sur l’ensemble du territoire tunisien à compter de dimanche 12 février 2023, des sit-in de protestation seraient, également, organisés avant la grève.


La grève prévue le 12 février serait la deuxième que les agents de Tunisie Autoroutes observent en moins d’un mois. Une première grève a, rappelons-le, été organisée les 30 et 31 janvier 2023. Cette décision intervient au lendemain de l’arrestation d'Anis Kaâbi.

 

M.B.Z

02/02/2023 | 18:33
2 min
sur le fil
Tous les Articles
Suivez-nous
Commentaires
MFH
Foutaise.
a posté le 03-02-2023 à 17:14
Des soutiens de façade. Quémander le soutien d'organisations étrangères est une chose, avoir le soutient de tout son peuple en est une autre.
cesarios
bannir les dialogues de sourds et entamons ce qui est sert et utile pour une TUNISIE qui .......................
a posté le 03-02-2023 à 16:41
O ne peut jamais dissocier la politique et le syndicalisme, d'ailleurs l'être humain respire la politique tout au long de sa vie, notre président élu par la majorité des TUNISIENS et des TUNISIENNES est depuis longtemps en train de bouder tout dialogue avec les organisations nationales, avec n'importe quel parti soit-il ,même avec ceux qui le soutiennent bec et ongles, il est invité de sortir de son palais de carthage et faire une tournée dans toutes les régions de notre chère TUNISIE , communique , entendre et sentir les souffrances , les attentes d'un peuple connu par sa patience et son pacifisme HORS PAIR et qui en a marre de toute sorte de misères, de précarités, et surtout d'un chômage cuisant de nos jeunes qui ont presque perdus toute confiance et tout espoir de se relever et de s'attacher à leur mère nourricière....Notre TUNISIE a tous les atouts, toutes les conditions, et tous les paramètres pour y vivre dans la stabilité, la sécurité , le développement et la prospérité, seulement, nos gouvernants politiques sont invités d'avoir un peu d'esprit créatif , d'altruisme , de modestie, de sacrifices, DE COURAGE et de se mettre à la place de la majorité de leurs citoyens et citoyennes qui ne trouvent même pas depuis une belle lurette la possibilité de boucler leurs fins des mois
Ancien '?lu de la république française
taboubi le destructeur des sociétés
a posté le 03-02-2023 à 16:38
prouvez -nous les soutiens des syndicalistes noir sur blanc leurs justificatifs, vous êtes un sacré menteur comme les autres, vous défendez votre salaire ni moins ni plus, vous verrez le jour où le peuple tunisien se mettra en colère, vous ferez comme les autres directions l'Europe pour la scolarité de vos enfants et une vie meilleure pour vos familles, je suis assil iRRiF je dis haut et fort ce que les autres pensent trop bas, Mr taboubi les syndicalistes vous détestent mais personne n'osera vous le dire en face, ils ont peur de perdre leur place et les avantages acquis à côté , pendant mon séjour en Tunisie de 30octobre jusqu'au 25 décembre 2022 , j'ai côtoyé des syndicalistes, ils m'ont dis taboubi défend sa place et son salaire exorbitant
Naim
Il existe bien des nuances entre les leurs et les nôtres.
a posté le 03-02-2023 à 15:51
En réalité, les syndicats étrangers ignorent que leurs collègues tunisiens roulent en bagnole de luxe, possèdent plusieurs biens immobiliers, ont des comptes banquiers bien garnies et leurs gamins ne connaissent pas le chômage, bien au contraire, nombreux et nombreuses rejetons des syndicalistes en chefs occupent des postes à responsabilité malgrés leurs bas niveau d'études.
Une réalité bien différente d'un réel de syndicaliste portugais, italien, allemand ou français. En tunisie, la corruption a gangrèné tout un pays, n'en déplaise à taboubi et sa clique.
Youssef
Liberté de nuisance !
a posté le 03-02-2023 à 14:16
La CGT exprime son soutien au syndicaliste arrêté par dogmatisme comme le font tous les syndicats du monde entier chaque fois que l'un des leurs est arrêter par la justice à tort ou à raison.
L'histoire de l'UGTT
est claire...
a posté le 03-02-2023 à 09:13
Les observateurs et analystes de l'histoire de l'UGTT savent pertinemment que certaines choses risqueraient de se reproduire aujourd'hui! Avant la grève générale sanglante et meurtrière du 26 janvier 1978, les organisations syndicales internationales avaient aussi manifesté leur soutien indéfectible à Habib Achour et à l'UGTT. C'étaient, entre autres, la Confédération Internationale des Syndicats Libres (CISL) et les Syndicats américains de gorges Miny. Mais ceci n'avait rien changé à la donne ! Habib Achour et ses camarades avaient décidé de tenir la grève générale sanglante et le Président Bourguiba les avait TOUS arrêtés, humiliés et emprisonnés. Attention Mr Taboubi, l'histoire peut se répéter aujourd'hui et vous auriez tous à perdre et absolument rien à gagner ! Le pays est aujourd'hui au bord de la faillite et le gouvernement Bouden n'a plus rien à perdre...!!! La solution aux problèmes actuels résident dans votre capacité d'opter pour un dialogue sincère et constructif afin d'épargner à l'UGTT et à ses dirigeants un coup fatal et difficile à réparer. Le moment est grave et la balle est dans votre camp...!!!!!
retraité
ou est le soutien du syndicat allemand et autres
a posté le 03-02-2023 à 08:08
le soutien de la CGT française qui existait en Tunisie pendant l'occupation et grâce au martyr feu Farhat Hached en créant l'UGTT avec ses camarades ,regardons ce qui se passe en France que des grèves à la longueur de l'année orchestrées par la CGT gauchiste qui ne recule devant pour imposer ses diktats au pays quitte à enfoncer la crise économique et sociale dans son propre pays ce qui fait la bande du charcutier .
Rationnel
L'UGTT est basee sur la CGT
a posté le à 10:57
Farhat Hached était membre de la CGT de 1930 a 1946 avant de fonder l'UGTT. Donc l'UGTT est inspirée de la CGT dans son fonctionnements et ses orientations.
L'Irrévérentieux
@ B. N
a posté le 03-02-2023 à 07:29
B. N svp , pitié , ça fait mal aux yeux !

" son inquiétude quant aux menacent qui pèsent... "

" Les agents des péages de Tunisie Autoroutes on annoncé...."

BN : Merci d'avoir attiré notre attention
Rationnel
On doit mettre fin au sabotage de l'UGTT
a posté le 02-02-2023 à 22:44
La Tunisie n'a aucun espoir de sortir de la crise tant que l'UGTT se comporte comme maître absolu du pays et se permet tout sans considération pour les droits et besoins d'autrui.
L'UGTT trace des lignes rouges parte et s'octroit le droit de veto sur toutes les décisions du gouvernement.
L'UGTT bloque les énergies renouvelables et chassent les investisseurs.
Ses adhérents décident s'ils veulent de travailler et arrêtent le travail quand bon leur semble.
Les syndicats nomment les directeurs et décident le licenciement des ministres.
Ce ne sont plus ce des syndicats mais un contre-pouvoir (ou le pouvoir) et un fardeau économique.
Le syndicat des ports coûte au pays plusieurs points de PIB et compliquent les exportations et rend les importations plus coûteuses.
Les syndicats de l'enseignement refusent d'accomplir leur travail et communiquer les notes.
Gg
Que chacun...
a posté le 02-02-2023 à 22:32
...s'occupe de ses oignons, ca ira mieux.
Martinez et Taboubi sont deux frères jumeaux en incompétence et en irresponsabilité. Mêmes égos, mêmes réflexes de classe, deux gros nuls prêts à tout quitte à casser leur pays...
Abel Chater
Les soutiens de l'UGTT doivent l'inciter à se distancer de la vie politique en Tunisie et de ne s'occuper que de leurs affaires syndicales.
a posté le 02-02-2023 à 21:59
Tout ce qu'évoquent la Confédération générale du travail (CGT) et la fédération syndicale internationale l'IndustriALL Global Union, de "viols des droits syndicaux" et "l'intimidation et le harcèlement", les Tunisiens le vivent depuis des décennies du côté de l'UGTT et de ses dirigeants, qui ne se limitent pas à leurs terrains syndicalistes, mais qui s'immiscent dans la vie politique de la Tunisie, jusqu'à imposer aux gouvernements démocratiques de la transition politique postrévolution du 14 janvier 2011, des postes ministériels pour leur organisation syndicale UGTT.
Tout dernièrement, l'UGTT s'est mise à lécher les bottes du président Kaïs Saïed et de s'aligner du côté de son coup d'Etat du 25 juillet 2021, contre la volonté du peuple tunisien. Lorsque le président Kaïs Saïed, l'a répudiée, parce qu'il connaît son rôle destructeur depuis au moins 4 décennie, l'UGTT s'est donnée le droit d'écarter elle aussi, les partis politiques qui ont milité pour que les Tunisiens vivent leur liberté et leur démocratie postrévolutions du 14 janvier 2011. Tabboubi & Co., s'octroient d'eux-mêmes le droit d'appeler ceux qu'ils en veulent et d'écarter ceux qu'ils n'en veulent plus. Ils se sont transformés en plus royalistes que le roi arriviste du néant Kaïs Saïed. Ils se concurrencent avec lui dans tous les crimes politiques dont souffrent les Tunisiens. Ils dénigrent les inepties du président Kaïs Saïed, de vouloir écarter les partis politiques et surtout le parti d'Ennahdha de la scène politique tunisienne, mais eux aussi, ils appellent les jeunes avocats et des associations de vocation syndicale, tout en écartant les partis politiques coeurs battants de la politique en Tunisie et de par le monde entier.
Qu'ils disent à l'UGTT de s'écarter de la scène politique en Tunisie. Sinon le président Kaïs Saïed va les emprisonner tous à Porto Farina.
Allah yostir Tounes.
UTMAX
Rien d'étonnant ...
a posté le 02-02-2023 à 20:01
... on s'apprécie bien, entre casseurs de postes de travail ...
Non.
Les grèves constituent un blocage radical ; pas de "pression".
'? un patron, vous lui ditent "pression" ?
Lui, vous répondra "mondialisation" : (ndlr je déménage ailleurs).
En fin de compte, qui est perdant ... lorsque dans une Nation, les boites s'en vont et qu'il n'y a plus d'emploi ?
Vous arrivez à une situation que nous connaissons bien, en Tunisie, ou, par succession stupide de greves post 2011, les grosses boîtes ont déménagé.
...
Les fanatiques de greves, sont ... des nuls en négociations ... sinon, jamais ils n'arriveraient a un blocage ; un échec.
...
Oui.
Parce qu'un blocage - jne greve - est un échec, dont personne ne sort gagnant.
C'est un acte commis par des personnes simplistes ; un etre censé - avec la tete sur ses épaules et sachant utiliser ses neurones - n'arrivant jamais a un blocage, parce que - justement - il sait -calmement - négocier ... équitablement.
Qu'est-ce donc "négocier" ... ?
Se bloquer ?
Certes pas.
C'est - schématiquement parlant - s'asseoir - tous - a la meme table, pui, calmement, a tour de role, chacun expose ses idées / points de vues, de maniere rationnelle, objective et ... concise ; pas en monopolisant la discussion.
Des différents ?
Pas grave, quand les esptits sont calmes ... :
On fait chacun - équitablement , justement - des concessions, jusqu'a arriver a une solution a peut pres acceptable par toutes les parties.
...
Mais une greve ... cela, c'est quand vous avez des anes batés en négociations.
Des personnes inaptes et au Q.I. tres bas ; simplistes.
Watani
Un inconnu
a posté le 02-02-2023 à 18:50
QUI est cet individu et de quoi se mêle t'il ?