alexametrics
lundi 28 novembre 2022
Heure de Tunis : 12:03
BN TV
Elyes Fakhfakh ne répond pas aux accusations de conflit d’intérêts
26/06/2020 | 04:26
2 min
Elyes Fakhfakh ne répond pas aux accusations de conflit d’intérêts

 

Le chef du gouvernement, Elyes Fakhfakh a pris la parole, ce vendredi 26 juin 2020, à la fin de la séance plénière pour répondre aux différentes interventions et remarques des députés, affirmant que la priorité est à la relance économique.

 

Elyes Fakhfakh a assuré qu’un plan de sauvetage est en cours de réalisation par plus de 400 experts. « C’est un plan mis en place de manière participative. Nous ne l’avons pas présenté parce qu’il doit être peaufiné davantage. En ce qui concerne le budget complémentaire, il était prêt, mais la conjoncture économique mondiale n’est pas encore stable, nous devons attendre un peu ».

 

Revenant sur la problématique dans les régions, le chef du gouvernement a indiqué que l’absence du gouvernement était liée à la crise du Covid-19, soulignant que la situation dans les régions fait partie de la priorité du gouvernement. « C’est pour cela que nous assurons que nous n’allons plus recourir aux solutions de rafistolage et mettre fin à l’emploi précaire. Quant à l’agriculture, elle fait aussi une partie intégrante de nos priorités et de notre programme ».

 

Quant à la politique étrangère, il a affirmé que la position de la Tunisie a toujours était claire, notamment, pour la question libyenne, estimant que seuls les Tunisiens sont divisés par rapport à ce dossier.

Au final, il a rappelé la nécessité d’impulser l’investissement afin d’assurer la relance économique, précisant que son gouvernement veillera à la réalisation des objectifs qu’il s’est fixé.

 

Elyes Fakhfakh n’a pas abordé les accusations et les différentes remarques autour du conflit d’intérêts dont il est accusé alors que c’était le point central de toutes les interventions des députés.

 

S.H



26/06/2020 | 04:26
2 min
Suivez-nous
Commentaires
Mansour Lahyani
@tounsia2 | 26-06-2020 10:49
a posté le 26-06-2020 à 17:13
Vous êtes douloureusement à côté de la plaque : Ayari disait que, être le gérant caché d'une société qui devait conclure un contrat avec l'Etat, ça vous donne droit à deux ans de prison. Mais si Fakhfekh avait "empoché 44 millions de dinars de l'argent du contribuable", la loi ne serait pas contentée de le condamner à ces malheureux deux ans...
Comme dirait l'autre, il y en a des qui devraient commencer par le B A BA, avant de se lancer à cors (très) perdu dans la polémique...
Faut prendre des biscuits avant de s'embarquer :l'air du large, ça creuse, ça creuse !
Mansour Lahyani
Roupiller après, c'est légitime - mais avant, ou pendant ?
a posté le 26-06-2020 à 16:57
Fakhfekh n'a pas répondu aux accusations... Pourtant, tous les chroniqueurs s'accordent à dire qu'il y a consacré 25 minutes ! La séance plénière s'est poursuivie jusqu'à 3h30 du matin, et il faut croire que S. H. a pris un peu d'avance pour... roupiller en prévision de la fin de ce marathon !
Vive l'objectivité de certains "journalistes" !
Alya
Delissionnez
a posté le 26-06-2020 à 15:01
Mr le chef du gouvernement,vous élucide ce gros problème.Contrairement a ce que publie Ayari ,vous n etes pas sous le coup de la loi.Mais vous êtes en dehors de toute éthique et morale des tunisiens et de leur président
. Alors ,démissionnez..... Et laissez le president de la république designer votre successeur un successeur qui sera alors averti de tous ces éventuels conflits d interet.
Seb
Quelle arrogance !
a posté le 26-06-2020 à 10:53
Ce type a dépassé toutes les bornes en terme d'arrogance et de narcissisme. Ne pas daigner répondre aux indignations unanimes exprimées lors des toutes les interventions des députés, c'est tout simplement digne des dictateurs les moins scrupuleux: je fais ce que je veux, yabta chwayya.

Il s'est définitivement disqualifié aux yeux de l'opinion, et il ne tient que par la volonté de Ghannouchi qui n'est pas mécontent de voir un CdG archi affaibli qu'il va pouvoir man'?uvrer a sa guise.

DEGAGEZ les tous, le pays mérite beaucoup mieux que cette bande de corrompus.
tounsia2
Dédain, mépris du peuple et déni de la réalité
a posté le 26-06-2020 à 10:49
Ce que Fakhfah a fait en empochant 44 millions de dinars de l'argent du contribuable, tombe sous le coup de la loi Tunisienne avec une peine qui peut aller jusqu'à 2 ans de prison comme cela a été expliqué par le député Y Ayari. Avec cela, il ne daigne même pas s'expliquer et continue à traiter les représentants du peuple avec dédain et mépris en ignorant leurs questionnements. Est ce qu'après ce scandale d'Etat, on peut encore parler de l'Etat de droit ? Est ce que cet individu peut encore gouverner quand tout le peuple sait qu'il a non seulement bafoué les lois qu'il était sensé respecter et faire respecter par tout le monde sans exception en commençant par donner lui même le bon exemple à suivre ?
Non, Fakhfech ne peut plus continuer à occuper le poste de Chef de gouvernement ni aucun autre poste de responsabilité d'ailleurs, car il a perdu la confiance des Tunisiens et nous a prouvé pour la seconde fois qu'il n'est pas à la hauteur de la confiance qui lui a été accordé en 2012 et en 2019.
MH
Qu'est ce qui cloche ?
a posté le 26-06-2020 à 10:18
Le problème dans ce pays et depuis 2011, c'est la justice, et plus précisément les juges.
Carthage Libre
Comment ose-t-il se mettre de l'argent en poche grâce à un délit d'initié!!!
a posté le 26-06-2020 à 09:41
Moi même étant fonctionnaire de l'Etat, avec un frère à moi qui a une entreprise je n'ai JAMAIS JAMAIS mélangé marchés publique et "frères" ou soeur!!

Alors que dire d'un Premier Ministre!!! Franchement, j'ai beau essayer de réfléchir à cette histoire hier soir, j'ai pas pu comprendre ; il SAVAIT TRES BIEN que la presse enquêterai car il est Premier Ministre et donc très très exposé aux médias.

Et même si les médias n'auraient pas découvert ce délit, il y'aurait eu un "jaloux" qui ferait fuité ça.

Comment peut-il avantager sa société privé pour un marché public très important, tout en étant chef du gouvernement! C'est très très grave, surtout dans cette situation catastrophique pour notre pays.

Fakhfakh s'est TOUT SIMPLEMENT mis beaucoup, beeeeaaucoup d'argent en poche, grâce à l'Etat, tout en étant chef du gouvernement.

Cette pratique mafieuse initiée par Ben Ali, amplifiée par les khwenjias d'Ennahdha est devenue très courante ; il faut des juges courageux pour les dénoncer ; où sont ils?
fak-fak
gouvernement fak fak ou le Corrompu
a posté le 26-06-2020 à 08:10
ki sidi ji jwedou! hedha zmimhom! il a eu la bénédiction de Nahdha il se croit immunisé! il va nuire à Nahdha qui s en servira pour traverser l oued! w salamli 3la Tbib
veritas
@Fuck2
a posté le 26-06-2020 à 07:35
Sauvez votre honneur s'il vous en reste encore et partez ...sans retour .