alexametrics
lundi 20 septembre 2021
Heure de Tunis : 21:21
Dernières news
12 travailleurs agricoles tués dans un accident de la route
27/04/2019 | 08:27 , mis à jour à 09:00
1 min
12 travailleurs agricoles tués dans un accident de la route

12 travailleurs agricoles ont été tués ce matin du samedi 27 avril 2019 dans un accident de la route survenu sur la nationale 13, au niveau du carrefour de Sabellat Ouled Asker, gouvernorat de Sidi Bouzid, alors qu'ils étaient en route pour leur travail.

20 autres ont été blessés selon un bilan préliminaire, a déclaré aujourd'hui à Business News une source de la Protection civile.

 

Le ministère de l'Intérieur a publié un communiqué dans lequel il précise que l'accident est survenu à 5h30 du matin. Deux camions légers sont entrés en collision, l'un d'eux transportait des ouvriers agricoles. L'accident est dû, selon le communiqué du ministère, à l'éclatement du pneu de l'un des deux véhicules qui a perdu son équilibre et a percuté le deuxième camion.  Les blessées ont été transportées aux hôpitaux de Sabbelat Ouled Asker et de Sidi Bouzid. 

 

S.T

27/04/2019 | 08:27 , mis à jour à 09:00
1 min
Suivez-nous

Commentaires (32)

Commenter

Monia
| 28-04-2019 13:58
le plus beau naturellement et le plus rationnel aussi'?'
Embrassez très fort votre "petite femme" de ma part.

Abir
| 28-04-2019 07:39
Si le gouvernement sanctionne et punit ces imbéciles criminels chaque fois dans des drames pareils, personne n'oserait s'abuser de la vie de ces pauvres ouvrier(ères)

Abir
| 28-04-2019 07:34
Fermes ta gueule toi même je ne commente pas dans ton journal ,ne me lis pas si tu te sens concerné espèce d'un dictateurs imbécile,et si on ne parle pas dans deux jours on passera à un autre drame comme d'habitude vu l'existence des individus comme toi,

Letranger
| 27-04-2019 19:06
"...12 travailleurs agricoles tués..."
"...l'accident est survenu à 5h30 du matin..."

On ne parle pas du ratio des victimes féminines/masculines, et il ne faut pas y inclure les hommes qui étaient soit au volant, soit dans la cabine.
Je parle du ratio dans ce qu'il faut bien appeler "la bétaillère"
Excusez moi, j'ai envie de dégueuler...

Lecteur
| 27-04-2019 18:54
Votre bouche, c'est indescent,
Silence fermez la on a marre de vos bla bla c'est une journée de deuil.
on n'est pas responsable si les gens ne sont raisonnables

Abir
| 27-04-2019 18:08
Il y en a marre de voir tant des victimes ces huit ans, du bébé aux âgés et aucun vrai responsable n'est puni,en tape toujours à côté,il faut que ça cesse

Désespèré
| 27-04-2019 15:39
Nous avons fini par accepter cette scène dans laquelle des êtres humains occupent la place des animaux à l'arrière d'une camionnette. Or, si je me rappelle bien, il existe des lois qui réglementent le transport des êtres humains. Ceux-ci doivent disposer de sièges fixes et répondant aux normes de sécurité.

Les infractions à cette règle étaient rares et étaient sanctionnées.

Je dirais aux responsables locaux et régionaux ainsi qu'au responsable de la ferme dans laquelle ces DAMES allaient travailler, accepteriez-vous un tel moyen de transport pour votre fille ou votre fils ?

Et dire que certains prétendent être musulmans !!! Que Dieu nous pardonne pour tout le mal que nous avons fait aux dizaines d'orphelins de ces honorables dames dont la seule faute était d'assumer une responsabilité qui, normalement, devait incomber à leurs maris.

Il y a une phrase qui passe presque inaperçue : le nombre de blessés. Je vous laisse méditer sur les conditions misérables dans lesquelles une femme rurale handicapée et pauvre est condamnée à vivre. Quant à l'avenir de ces enfants privés des soins et de l'attention d'une mère, il n'est pas difficile de l'imaginer !

Si nous voulons faire du bien, c'est bien l'occasion. Ces orphelins et ces enfants doivent être considérés comme étant les enfants de la Patrie

Lecteur
| 27-04-2019 14:43
Tu es ignoble, pourquoi le gouvernement ? Cela fait des années qui sont dans cet état.

Tout est bon, tu es vraiment p...

EL OUAFI
| 27-04-2019 14:35
Mes sincères condoléances à ces pauvres Prolétaires.
Les peuples civilisés prennent consciences des maux de leurs concitoyens et agissent avec la rigueur et la responsabilité.
Nos gouvernements successifs n'ont jamais osés s'attaquer à ce fléau récurant depuis des années, d'ou l'anarchie et la gabegie règne dans le pays, comment voulez-vous qu'il n'ait pas des drames de ce genre, or ce n'est pas le premier drame ni le deuxième, il va y avoir d'autres c'est sure tant que ces incompétents règnent et se chamaillent pour les fauteuils, et les postes pour assouvir leurs projets pécuniaires.
Réjouissez-vous messieurs.
Des orphelins, des orphelines vont pleurer tout au long de ce MOIS de ramadan qui va leur préparer une soupe si il y en une ! Vous êtes bien dans vos demeures respectifs rien ne gâchera vos soirées ramadanesques ! Pas de soucies pour les autres qui sont dans l'obscurité !
Il faut que cette Anarchie cesse, en attendant j'implore Allah le tout puissant la miséricorde pour les défunts et les défuntes, et son courroux vous atteignent vous les facteurs de ce désordre que notre chère Tunisie baigne depuis votre arrivée aux commendes du ce mal récurant que vous avez occulté. (Manai)

Mohamed 1
| 27-04-2019 14:13
En Tunisie, on s'est crée un grave problème, nous les citoyens: l'excès de vitesse et le non-respect du code de la route. Mondialement nous sommes classés parmi les plus mauvais conducteurs. L'automobiliste tunisien, s'il passe à côté d'un accident, s'arrête pour bien regarder, puis redémarre en trombe et fonce à tombeau ouvert, en klaxonnant en plus pour dégager sa route ! Il n'aura rien compris aux méfaits de la vitesse ! C'est ainsi et il ne changera pas. La seule action qui contraindrait à une conduite plus aux normes est de sanctionner les contrevenants fermement. Il y va de leur vie.
Or, même si la volonté peut être présente, le gouvernement, accaparé par mille problèmes existentiels, tels que faire la quête pour trouver de quoi payer fonctionnaires, terroristes, grèves, guerre des postes et carrières,etc, est impuissant.
Pour les gouvernants, et ils le disent, la priorité est pour assurer des actions qui étaient du domaine du banal train-train quotidien dans un passé récent.