alexametrics
Chroniques

Comment faire avaler les pilules amères au peuple

Comment faire avaler les pilules amères au peuple

Cela devient une coutume, le mois de janvier rime en Tunisie avec émeutes, manifestations, révoltes… L’année 2018 n’a pas fait exception et, il faut l’avouer, le gouvernement actuel a donné le bâton à ses adversaires pour se faire battre. Avec un peu de cynisme, on peut dire « bien fait pour sa gueule, on l’a prévenu ». Depuis le mois de septembre, médias, partis de l’opposition, UGTT et Utica le préviennent pour revenir en arrière sur certains articles de cette Loi qui va rajouter des problèmes à ceux existants. Sourd et têtu ou désabusé et incapable de réformer, le gouvernement a fait passer en force sa loi contre vents et marées. Il s’est mis à dos le patronat et les syndicats, il n’a pu ménager aucune partie pour la défendre face aux attaques et justifier ses choix.  

Au mois de septembre, ici même, la chronique s’intitulait : « A force d’imposition, les riches ne seront plus riches et les pauvres resteront pauvres ». Au mois d’octobre, la chronique s’intitulait : « La loi de finances pour payer les amnistiés et les sitinneurs ». L’avertissement des médias était inaudible, surtout que le patronat ne frappait pas du tout du poing sur la table. En novembre, on écrivait : « Tant que le patronat est lâche, le gouvernement fait ce qu’il veut ! ». Il est vrai que les différents gouvernements qui passaient avaient plus peur des syndicats que du patronat. « Coq devant l’Utica, poule mouillée devant l’UGTT », écrivions-nous en novembre.

Après la pédagogie et les rappels de ce qui a été fait, Wided Bouchamaoui a tenté de montrer ce dont le patronat est capable de faire. Dès le mois d’octobre, elle menace de quitter l’Accord de Carthage si le gouvernement ne révise pas sa copie de la Loi de finances. Elle menace d’observer des grèves et de fermer des entreprises puisque la Loi en question menace la pérennité même des entreprises. Le gouvernement, qui dit ne pas travailler sous la menace, l’a envoyé balader. « N’attendez plus de nous des investissements », a répliqué en décembre et en dernier lieu la patronne des patrons.

 

Dès lors, on pourrait croire que le gouvernement de Youssef Chahed est un gouvernement de gauche qui ne pense qu’aux pauvres, veut pérenniser l’assistanat, éterniser la compensation et créer des mécanismes pour que les pauvres s’enrichissent et les riches s’appauvrissent. Que nenni ! Ce gouvernement est hybride, il n’est ni de gauche, ni de droite. Ni islamiste, ni laïc. Ni socialiste, ni libéral. Ni jeune, ni vieux. Ni révolutionnaire, ni RCDiste. Il s’est débrouillé pour se créer des ennemis de toutes parts. Il voulait satisfaire tout le monde et tout le monde est sorti mécontent. Un peu comme notre constitution de 2014 qui ne ressemble à rien.

Jugeons-en par les faits. Il voulait alléger les impôts pour les exportateurs et le voilà à la fois sur la liste noire des Européens qui nous classent parmi les paradis fiscaux, épinglé par les entreprises qui critiquent la forte imposition injuste qu’elles subissent et faisant face à des manifestations sociales qui lui reprochent de ménager les riches et de taper sur les pauvres. Les Européens nous ont tourné le dos, les Turcs nous font du Rabi3a à Carthage et les Emiratis interdisent nos femmes de voyager chez eux.

Après les manifs, il fait machine arrière et adopte le programme de l’extrême gauche en décidant des augmentations et des primes aux plus démunis.

En l’absence d’un plan de développement clair, d’expliquer aux gens où l’on va aller et comment on va atteindre cet objectif, le résultat naturel est celui-là : personne n’est content !

 

Ce que ce gouvernement doit comprendre, tout comme ses prédécesseurs et ses successeurs, c’est qu’il doit cesser de chercher à réinventer l’eau chaude et de chercher à bananer la population avec des méthodes archaïques. Il faut adopter les solutions qui ont marché ailleurs et elles ne sont pas 36.000. La première chose est de s’identifier soi-même et d’identifier ses objectifs avec des termes clairs qui ne souffrent pas d’ambiguïtés. Es-tu de droite ou de gauche ? Laïc ou islamiste ? Social ou libéral ? Pour une économie ouverte ou protectionniste ? En faisant le grand écart, comme il le fait, on ne peut que l’enfoncer. Une fois identifié et les objectifs dévoilés, le gouvernement doit établir une stratégie claire de communication pour expliquer aux gens qui on est, ce qu’on veut et comment on va atteindre ce qu’on veut.

Dites aux gens, longtemps à l’avance, que le 1er janvier on va augmenter les prix du carburant pour qu’ils s’y préparent psychologiquement ! Dites leur qu’on veut une économie ouverte parce que cela nous permet d’accéder aux marchés ! Annonçons-leur plusieurs mois à l’avance qu’il y aura une hausse de 1 point dans la TVA, les cosmétiques, le tabac, l’alcool etc. !

 

Or, comme lors des cinq dernières décennies, le gouvernement surprend la population par ses décisions impopulaires, sans se donner le temps de leur expliquer les raisons de ces décisions et sans leur donner le temps de les digérer. Il s’agit de techniques basiques de communication appliquées partout dans le monde. Cela ne va pas empêcher les manifestations, mais cela va les réduire et lancer un débat public sur le plan de développement qu’on veut.

C’est par de pareilles techniques de communication et par un tel débat, qui s’étale dans le temps et ne soit pas restreint aux seules semaines de la discussion budgétaire, que l’on peut convaincre (ou pas) le peuple de sa politique. C’est ce même peuple qui aura, suite à un tel débat, la conscience qu’il doit lui-même lutter contre le commerce informel, contre les professions spécialisées dans l’évasion fiscale, produire suffisamment, travailler pleinement, etc. Or, au vu des débats des dernières semaines, on voit bien que les gens ne sont pas convaincus par la politique du gouvernement et ne le croient pas quand il leur dit qu’il n’a pas les moyens.

Le Tunisien a le chic d’être paresseux, de réclamer une augmentation de salaire, de faire la séance unique l’été et le ramadan, d’exiger un service public nickel et de refuser, en même temps, qu’on lui augmente les prix, les taxes et les impôts. Pour convaincre le peuple que ceci est tout simplement impossible, il faut l’impliquer dans le débat public et la chose publique avec une stratégie de communication adéquate.

Je ne dis pas qu’une telle stratégie va faire éviter toute manifestation de colère, loin de là, mais on ne peut pas parler de sujets si délicats et complexes en l’espace de quelques jours où les esprits sont chauffés et les nerfs à bloc. Les différentes augmentations décidées par la dernière LF auraient été planifiées pour le 1er juillet (au lieu du 1er janvier), on n’aurait pas eu de manifestations maintenant et on aurait eu six mois pour débattre du pour et du contre de chacune de ces décisions. 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (19)

Commenter

Abel Chater
| 17-01-2018 20:36
Le FMI et la Banque mondiale étouffent tous les pays non-industrialisés. Ils ne veulent pas donner à l'agriculture sa valeur réelle pour l'humanité entière. Ils nous vendent une seule voiture automobile, contre des conteneurs et des conteneurs de tomates. Ce sont eux qui décident du prix de vente de leur voiture automobile, comme aussi du prix d'achat de nos tomates. Ils nous interdisent l'industrialisation de nos pays et nous imposent une dévaluation criminelle et mafieuse de notre monnaie. Ils nous prennent le beurre et l'argent du beurre.
Ici, il n'y aura plus d'autre solution pour l'avenir des peuples du tiers-monde, que de se détacher des pays industrialisés sangsues des peuples non-industrialisés et de s'entraider entre eux suivant leurs moyens. Tout le reste s'ajustera de soi.

Gg
| 16-01-2018 16:29
Bizar dit: "...s'identifier soi-même et identifier ses objectifs avec des termes clairs qui ne souffrent pas d'ambiguïtés. Es-tu de droite ou de gauche ? Laïc ou islamiste ? Social ou libéral ? Pour une économie ouverte ou protectionniste ?"

Si on exclut les concepts fourre-tout de droite et gauche, il a raison.
Comme le faisait remarquer chater dans un autre sujet avant de tomber dans ses travers complotistes et racistes, le libéralisme (on disait "capitalisme", mais le mot effraie aujourd'hui) est un système horrible qui donne 90% de la richesse mondiale à 10% de la population, et condamne la planète à force de surexploitation. Mais il reste le meilleur, le socialisme a partout échoué (la Russie n'est plus du tout socialiste!), seuls les les pays arrosés de pétrole arrivent à faire un tout petit peu autrement. Le libéralisme doit donc être réaménagé totalement mais il pourrait être viable et pérenne.
La Tunisie veut elle l'adopter? Si oui, il faut en accepter les règles, il faut urgemment ouvrir les frontières, refondre les administrations, se mettre au travail. D'autres pays l'ont fait, avec succès.
Sinon, fermer les frontières et les douanes et vivre en autarcie? D'autres ont essayé, et échoué, ils ont finalement été plus ou moins sauvés par le FMI et les banques mondiales, au prix de grands sacrifices.
Quoi d'autre? Une économie "islamique" sous dépendance des pays pétrolifères? Mais ceux ci sont en train de penser à l'après pétrole et se reconvertissent fissa au libéralisme.
Quoi d'autre encore?

Limou
| 16-01-2018 14:32
Il faudra faire disparaître la caisse de compensation et avec les économies réalisées augmenter les salaires inférieurs à mille dinars et augmenter les aides aux familles necessiteuses. Abolir les cdi pour que tout le monde se donne à fond au travail. Avec cela on pourra faire bouger le peuple de fainéants que nous sommes.

Helios
| 16-01-2018 13:30
Il n'existe pas de pilules amères. Les bon comprimés soignent. Je suis contre ta critique pour l'UTICA et il fallait peser les mots et réguler la plume sur la LF 2018 et sa dégradation du système économique et de la qualité de vie du peuple tunisiens. Ceux qui ont élaboré cette loi sont des traîtres et des incompétents et ceux qui l'ont voté sont des hypocrites et des corrompus.

NBA
| 16-01-2018 11:47
Quand on lit le dernier éditorial de Nizar Bahloul et celui-ci on a du mal a réaliser qu'ils ont été écrits par la même plume et a quelques jours d'intervalle!!!La ligne éditoriale est primordiale dans l'éthique journalistique!

Tounsi
| 16-01-2018 11:20
Facil, le peuple aime et est habitué aux suppositoires.
Autre, il est vraiment amusant de lires les commentaires, où la plupart sont des adeptes de la theory du complot jusqu'à la connerie! C'est comme regarder une cage à singes ou humanoides primitifs tel cet esclave de ben ali qui se nomme "John Wayne".

khaloucha
| 16-01-2018 09:27
Je lis les chroniques de Mr Bahloul et une seule chose s en dégage:il est obnubilé par le système économique libéral et ne veut pas voir ses conséquences catastrophiques sur tous les plans.Autre chose Mr Bahloul se range toujours du coté des patrons sans jamais dénoncer leurs méfaits à croire qu il est leur porte parole à BN.

Zohra
| 15-01-2018 20:22
L'arme la plus redoutable

Zohra
| 15-01-2018 20:14
Bonsoir Monsieur

Je suis d'accord avec vous le timing et superbement bien choisi.

Bonne soirée

Zohra
| 15-01-2018 19:45
Bonsoir,

Bien sûr Facebook plus Twitter, la plus redoutable de notre pour manipuler l'opinion et détruire des nations. D'ailleurs l'exemple de la merdolution tunisienne c'était grâce à Facebook surtout manipuler de l'extérieur, le soulèvement iraniens récemment, L'élection de Trump ... Beaucoup d'exemples

Vous savez l'histoire va parler de cette soit disant révolution, la première mondiale via les réseaux sociaux

Bonne soirée

A lire aussi

On ne se rend pas compte de la violence du discours actuel et pourtant toute cette haine que

15/08/2018 16:59
22

Samedi 11 août, elles étaient là avec leurs foulards et leurs niqab. Ils étaient là avec leurs

13/08/2018 15:59
35

Une frange de la société se mobilisera demain au centre de la capitale pour apporter son soutien au

12/08/2018 15:59
51

L’humoriste Pierre Dac a eu cette formule sibylline à l’égard des péroreurs en tout genre : parler

09/08/2018 19:00
5

Newsletter