alexametrics
samedi 02 juillet 2022
Heure de Tunis : 09:58
Dernières news
Saïed charge Jaffel d’instaurer l’instance de la réconciliation pénale dans les plus brefs délais
09/05/2022 | 20:34
2 min
Saïed charge Jaffel d’instaurer l’instance de la réconciliation pénale dans les plus brefs délais

 

Le président de la République, Kaïs Saïed a reçu, lundi 9 mai 2022, la ministre de la Justice, Leila Jaffel au palais de Carthage.

La rencontre a porté sur la nécessité de répondre immédiatement aux revendications déterminées par le peuple tunisien depuis plus d’une décennie, et qu’il avait réitéré, hier, dans toutes les régions de la République. Le président fait référence aux manifestations de soutien aux mesures du 25 juillet organisées dimanche.

 

Par ailleurs, le chef de l’Etat a chargé la ministre de la Justice d’instaurer l’instance relative à la réconciliation pénale dans les plus brefs délais afin de rétablir l’argent spolié à son propriétaire légitime, qui n’est autre que le peuple tunisien.

Dans un autre contexte, le président de la République a rappelé que la justice devait être à la hauteur de cette étape historique et que les juges ne devaient pas hésiter à appliquer la loi à tous. Il a souligné qu’il ne fallait pas reporter les procès indéfiniment au risque de perdre les droits. Le chef de l’Etat a noté que les procédures étaient devenues une entrave aux droits au lieu de les protéger.

Kaïs Saïed assure, également que les juges se doivent d’appliquer la loi et que le conseil supérieur provisoire de la magistrature doit assumer son entière responsabilité, en ne laissant sans sentence les juges ne méritant pas leurs postes s’il s’avère qu’ils ne sont pas à la hauteur de leur responsabilité. Il rappelle dans ce sens que les jugements sont proclamés au nom du peuple et l’Etat détient l’arsenal juridique nécessaire pour réaliser la volonté du peuple.

 

Dans ce communiqué rendu public par la présidence de la République, le chef de l’Etat invoque la volonté du peuple et ses revendications exprimées lors des manifestations d’hier, dimanche 8 mai 2022. Cependant, faut-il encore noter la très faible participation des Tunisiens à ces manifestations et plus particulièrement dans les régions, et ce, malgré la mobilisation générale observée par les soutiens du président et les grands moyens déployés pour assurer une participation massive. D’ailleurs, même le ministère de l’Intérieur n’a pas donné le chiffre relatif à la participation à la manifestation devant le théâtre municipal avec la fameuse photo prise par drone.

 

S.H

09/05/2022 | 20:34
2 min
Suivez-nous
Commentaires
Famous Corona
!!!?
a posté le 09-05-2022 à 21:31
C'est très étonnant que Kaïs n'ait pas encore compris que la ministre de la justice n'a pas les coudées franches! Est-ce qu'elle a pu à ce jour faire avancer un seul dossier lourd !!!? AUCUN !!!
Houcine
La justice doit faire son job.
a posté le 09-05-2022 à 21:21
Et, pas besoin de manifestants ni de cortège pour ce faire, si cette institution n'était pas injuste.
Des personnages de peu de vertu passent leur temps à nous narguer levant le V de la victoire ou de la vengeance, alors que pèsent sur eux des quantités de soupçons, y compris d'assassinats politiques.
Sans compter le rapt de dons dévolus aux besoins du pays, et sa population.
Sans compter des délits fort documentés, des illégalismes que certains par euphémisme ont qualifié de "dépassements".
Sans compter les achats de députés ayant produit cette autre singularité locale le "tourisme parlementaire".
Sans compter l'attaque du siège de L'UGTT, qu'ils n'ont pas réussi à mettrsous influence, quoique à voir ce qui se dessine on peut nourrir des doutes.
Leur syndicat "jaune" n'est pas parvenu à recruter assez, alors il fallait tenter la tactique connue, on paie.
Des fripons semblables osent bomber le torse et se pavanent alors que leur place est derrière les barrots.
Leyrs petites mains chantent la ritournelle de la dictature, et croient nous faire oublier leur dictature, insultes, violences, menaces, racket et ligue de protection de la révolution....
Si Dieu est de leur côté, je le leur abandonné.
Si la Jiustice est avec eux, il convient de l'obliger à faire son travail.
Les petits juges, les juges sous tutelle, les juges achetés, les juges honteux et complices, on n'en veut pas.
Ce serait cela la révolution.
Ficher à la porte tous les pions des islamistes.
Ils l'ont fait sur la base de soupçons envers d'autres magistrats. Bhiri le sait, lui qui était le chef d'orchestre.
Avec les fascistes, il faut trancher dans le vif, parce qu'à la moindre opportunité, ils n'hésiteront pas à refaire ce qu'on a subi.
Alors, les laïcs, les démocrates, les vrais, ne laissons-pas aux ennemis de nos libertés le soin de nous faire la peau.
Kais Saied, pusillanime, attend des juges qu'ils jugent de façon équitable. Cela se saurait.
Ils sont sortis du bois pour s'opposer, les Bouzakher et d'autres, alors il faut arrêter ce cirque.
Ghannouchi doit trembler.
Il faut le faire pisser dans son froc. Lui, qui n'a pas hésité à couvrir son acolyte Laarayedh, qui fit tirer à la chevrotine des manifestants désarmés.
Ce sont des criminels.
Des criminels qui ont des soutiens.