alexametrics
A la Une

Reportage à Djerba – La Ghriba, les vertus d’un culte juif sur l’image de la destination Tunisie

Reportage à Djerba – La Ghriba, les vertus d’un culte juif sur l’image de la destination Tunisie

Environ 1500 juifs étaient à Djerba, en ce weekend de la mi-mai. Un nombre de présents qui en dit long sur le retour de l’effervescence à la Ghriba. Venant en grande partie de l’étranger, la communauté juive était présente au pèlerinage malgré les craintes sécuritaires et malgré la polémique que certains députés avaient enclenchée parce que des touristes juifs détenteurs de passeports israéliens étaient entrés en Tunisie. Ceci n’a pas eu de mauvaises répercussions sur le pèlerinage. On note une victoire du spirituel sur la politique, constate un des présents.


Vaincre la frilosité


Le nombre de pèlerins a, en effet, triplé par rapport à l’année dernière. René, un des juifs tunisiens venus, cette année, au pèlerinage, nous répond que « la polémique a toujours existé et il ne faut pas en tenir compte. La Tunisie n’est pas une exception dans ce genre de propos. On peut entendre ça en France ou dans d’autres pays d’Europe. Ce n’est pas ça le fond du problème. La Tunisie a toujours été accueillante et bienveillante à l’égard des juifs».



Il faut dire également que beaucoup d’efforts ont été faits pour réussir cette saison du pèlerinage. Des messages positifs et rassurants ont été envoyés par le chef de gouvernement Mehdi Jomâa qui, à plusieurs reprises, a rappelé et de manière très claire, que les juifs sont les bienvenus en Tunisie.

La Ghriba a aussi pu compter sur des représentants de la communauté juive pour que l’événement annuel puisse réussir. René Trabelsi, homme d’affaires et fils du président de la communauté juive de Djerba, dans une déclaration à Business News a précisé qu’il a travaillé pour que soit atténuées les craintes de ses coreligionnaires. Il a pu ainsi que d’autres juifs inconditionnels de la Tunisie, user de sa proximité des milieux juifs internationaux pour convaincre ceux installés dans différents pays de venir en Tunisie.




Pour leurs parts, les autorités nationales et locales ont pris les dispositions nécessaires pour réussir l’événement. Les contrôles sécuritaires ont été intensifiés et une unité de santé a été installée. Lotfi Ben Jeddou, ministre de l’Intérieur, quant à lui, s’était rendu sur place pour rassurer une fois de plus les touristes pèlerins et suivre, par la même occasion, l’avancement des préparatifs. Le ministère des Affaires religieuses a, quant à lui, mis à la disposition de la Ghriba un budget pour l’entretien du bâtiment. Présent à l'événement, Mourad Sakli, ministre de la Culture, a salué, dans une allocution prononcée à la synagogue de la Ghriba, l'effort de l'Etat, du ministère du Tourisme et celui du Commerce et de l'Artisanat dans le cadre de la préservation des traditions.

La Ghriba, essence et déviation d’un rite

Le pèlerinage de la Ghriba est un événement religieux, mais c’est aussi une fête où l’on peut bien s’amuser. Dans ce lieu saint, on joint, visiblement, l’utile à l’agréable. Tout le monde ne vient donc pas à la Ghriba pour les mêmes raisons. Il y a ceux qui viennent pour exaucer un vœu ou pour être bénis et d’autres intéressés davantage par le côté festif de l’événement. Il y a même ceux qui nous disent être venus, aussi, pour présenter leur soutien et remerciements à la ministre du Tourisme Amel Karboul. A Djerba, celle-ci est accueillie en fille de l'île qu'elle est. Sa spontanéité est appréciée et sa présence rassure quant à la saison touristique qui s'annonce. Amel Karboul a, d'ailleurs, tenu une conférence de presse, ce matin, à l'hôtel Radisson à Djerba. Elle a surtout insisté sur l'importance de la communication dans le cadre de la tenue d'événements culturels et cultuels en Tunisie. La ministre du Tourisme a aussi prononcé un discours à la synagogue, dans l'après-midi du dimanche 18 mai, et a exhorté les juifs à venir en nombre pour les prochains pèlerinages. Illustrant la cohabitation des religions vécue en Tunisie sous le signe de la tolérance,  Amel Karboul a inclus dans son discours des versets du Coran récités au milieu des pèlerins venus accomplir ce rite juif.

Outre les discours officiels et officieux, au programme de la Ghriba, des chansons tunisiennes d’antan, des ventes aux enchères, des plats juifs succulents et des spectacles de danses folkloriques. Au Grand Casino de Djerba, une grande fête a eu lieu, dans la nuit du samedi à dimanche. Dans une ambiance conviviale, les présents ont célébré la fin de l'événement autour duquel une grande ferveur s'était installée, compte tenu de l'actualité politique et de celle annexe qui a concerné la ministre du tourisme et son confrère à la Sûreté. La Ghriba, c’est aussi un lieu de rencontre pour les futurs mariés et de retrouvailles pour les amis de la communauté qui s’étaient perdus de vue depuis de longues années. C’est que Djerba a une forte connotation en termes de culte et de nostalgie pour une communauté très attachée à l’île et à son histoire. Maurice, un des pèlerins que nous avons rencontrés à la synagogue déclare à Business news: « J’ai connu le taxi n°1 qui s’appelle Tic Tac. A l’époque, il n’y avait que quatre hôtels à Djerba. C’était l’année1973».

Un retour en force, mais non sans réserves

Le pèlerinage juif à la Ghriba a un impact positif direct sur l’économie dans l’île et un impact moins direct sur la saison touristique. Grâce à l’événement, les restaurants se remplissent, les taux d’occupation dans les hôtels montent en flèche, pour les chauffeurs de taxi le nombre de lients augmente et on observe du mouvement dans les cafés et dans les souks. Pendant le Lag Ba'omer, « fête juive donnant lieu à des pèlerinages sur les tombes des justes », c’est tout Djerba qui devient animée. Des médias internationaux font aussi le déplacement. C’est pour cela, que des professionnels du tourisme tunisien associent la réussite du pèlerinage à la réussite de toute la saison touristique.

Juifs et Musulmans de Djerba sont contents, cette année, du retour en force de la Ghriba, même s’ils avouent ressentir une certaine amertume, car le nombre de pèlerins avant la révolution était beaucoup plus important qu’il ne l’est aujourd’hui. « J’espère un retour rapide des chiffres de 2008, bien que je ne pense pas que ça soit pour demain. Cela dépendra de l’intelligence des gens qui n’oublieront pas que nous avons toujours vécu ensemble », nous a déclaré Roger Bismuth, chef de la communauté juive de Tunisie. « Moi, je suis goullettois, je suis né là bas et j’habite encore là-bas. Et à la Goulette nous étions toujours tous unis, juifs, chrétiens et musulmans », a-t-il conclu.

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires

Commenter

Obsevateur
| 24-05-2014 07:49
Une affection particuliere et une nostalgie lient beaucoup de tunisiens juifs et musumlans;les aléas de l histoire les ont fait partir;choyons ceux qui restent et gardons ce lien indefectible entre nous.Le gouvernement israelien actuel profite de la geoplitique actuelle pour isoler les palestiens et leur faire perdre la solidarite dont ils beneficient ;ne melangeons pas les choses;il y a un mouvement pour la paix en Isrel et a vrai dire on en a marre de ce conflit;tout le monde doit apprendre la non violence;l arret de la colonisation rampante deux etats pour deux peuples la cooperation et pas la guerre ras le bol de ce conflit si instrumentalisé par beaucoup et qui s 'en foutent royalement du sort des palestiniens.Non à la hain entre juifs et musulmans

Bibi
| 20-05-2014 14:11
La Ghriba et les pèlerins israélites ont su tirer profit d'une campagne publicitaire qui leur a été offerte gratos, grâce à la polémique qui avait animé les débats de la constituante où Islam, Judaïsme, Faux Nationalisme arabe, Patriotisme immodérément immature, Sémitisme, Antisémitisme, Juifs, Arabes, Israël, Palestine, Ignorance et Intolérance, de certains, se conjuguent et s'harmonisent parfaitement. Le problème du monde arabe, aujourd'hui, c'est qu'il croit être capable d'affronter les problèmes, mais malheureusement, c'est l'échec dès qu'il s'y trouve confronté, à cause d'un esprit et d'une âme pusillanimes. La constituante en est un bel exemple : elle a su réussir son échec.
Pour la présence juive en Afrique du Nord, notamment à Carthage, remonte à l'Antiquité : on dispose d'une documentation qui en atteste la densité. Les communautés juives étaient très nombreuses et très anciennes dans les cités de la Proconsulaire et de la Numidie ; celle de Carthage fut particulièrement florissante. Carthage a fourni un grand nombre de rabbins.
Le Talmud fait mention de rabbins qui animaient la communauté juive de Carthage, entre le II è. et le III è. s. de l'ère chrétienne. Cette chronologie se réfère au Talmud de Jérusalem composé pour l'essentiel, au IIIème siècle ; il serait achevé au IV è siècle.
Les fouilles archéologiques ont mis au jour deux synagogues romaines, en Tunisie : la première a été découverte à Hammam Lif, l'antique Naro, vers la fin du 19 è. siècle et qui date du VI è. s. ap. J.-C. ; la seconde, qui date du V è. s. ap.J.-C., se trouve à Kélibia, l'antique Clipea, et a été exhumée en 2008. Il s'agit d'une découverte exceptionnelle.

ZZZ
| 19-05-2014 10:04
quand juifs,musulmans et chrétiens s'amusaient ensemble en Tunisie et partageaient les fêtes religieuses.C'était avant la Grande Catastrophe de l'éclatement du conflit israélo-arabe (la petite catastrophe étant la secte Ennakba et sa brève prise du pouvoir en Tunisie).
Quant à BN, j'espère que le nombre de clients et non de "lients " comme écrit dans l'article,permettra de sauver la saison touristique de Jerba et de toute la Tunisie.

Humanité
| 19-05-2014 09:47
Que notre humanité prime, musulmans chrétiens, juifs, boudistes etc... et alors! que nos religions soient fédératrices et non génératrices de discorde, vivent toutes les religions, vivent les esprits ouverts.

5555
| 19-05-2014 09:09
le probleme ce n'est pas 698 ou 1500 aujourd'hui c'est l'avenir c'est plus tard il y a 10 ans ils etaient 8000 plus les touristes etrangers pourquoi pas 10000 dans 2 ou 3 ans maintenant si vous etes a l'abri de l' argent du chomage un conseil fermer vos frontières et vous ne serez embeter par perssonne en France ils ont 60 millions de touristes brabit un peu de jujeotte

ABEL
| 19-05-2014 08:20
la seule vertus est le savoir et le travail, tout autre est futilité, le peuple continuera sa marche en avant

DHEJ
| 18-05-2014 21:58
Et son mouvement...

Citoyen_H
| 18-05-2014 21:55

Nous sommes toujours unis qu'auparavant.
Ce n'est pas parce que un ramassis de gangsters criminels affamés ont semé un nuage de discorde pour enfumer tous les analphabètes afin de mieux les manipuler, que notre histoire s'est arrêtée.
Vous êtes autant Tunisien que tous les Tunisiens.
Ne vous inquiétez pas, la glas va bientôt sonner pour cette racaille.

Nomade
| 18-05-2014 20:31
J'ai retenu une intervention remarquable de l'homme de lettres et journaliste Safi Said à propos de ce que nous pourrions gagner de nos lieux de culte aussi bien musulmans, que chrétiens et juifs en en faisant des destinations de pèlerinage tout au long de l'année . Quant à l'escale de La Goulette , les organisateurs de croisières y sont très attachés car prisée par leur clients juifs d'origine tunisienne et leurs descendants . Alors choisissons entre la dignité dans l'intelligence et l'obscurantisme sous couvert de pseudo-dignité.

nazou
| 18-05-2014 19:58
3yta wou chhoud 3ala dhibi5it 9anfoudd

A lire aussi

A partir du 1er juin 2019, la Société tunisienne de l’électricité et du gaz (Steg) a revu à la

18/07/2019 19:59
4

C’est le sujet du moment. Depuis le 9 juillet, date à laquelle l’Instance provisoire chargée du

17/07/2019 19:59
4

Leur position sera-t-elle identique à celle concernant le projet de loi sur l’égalité dans

16/07/2019 19:59
9

Encore une fois, Ennahdha assure son statut en tant qu’un parti politique organisé et bien structuré

15/07/2019 19:59
1

Newsletter