alexametrics
samedi 15 juin 2024
Heure de Tunis : 09:00
Chroniques
Patriotisme et souveraineté de l’Etat
04/03/2018 | 17:22
4 min

 

Dans tous les pays sans exception, il existe une grille des valeurs politiques, éthiques et morales qui forme le socle sur la base de laquelle les rapports se tissent et la coexistence devient possible entre les différents actants du pays malgré leurs différences politiques, idéologiques, religieuses, ethniques ou autres.

 

Selon les pays, en rapport avec leurs histoires et leurs développements spécifiques, certains éléments de cette grille des valeurs peuvent changer. Seulement, il y a une valeur immuable que l’on retrouve comme valeur centrale dans tous les pays. Il s’agit du patriotisme et de l’attachement à la souveraineté de la nation, du pays ou de l’Etat.

 

Malheureusement, il semble depuis quelques temps que la question du patriotisme ou de la défense de la souveraineté de l’Etat et du pays sont devenues des concepts très approximatifs qui sonnent bien dans les slogans et les discours politiques, repris par tous au point de devenir galvaudés, mais qui dans la pratique ne sont pas respectés.

En effet, ces principes font tellement défaut chez nombre de dirigeants politiques et de responsables de ce pays que l’on est au point de se demander si le patriotisme n’est pas devenu un concept désuet et que la collusion avec les instances ou les pays étrangers n’a pas été banalisée à force de redondance.

 

Aux dernières nouvelles, Sihem Ben Sedrine, encore elle, voudrait « confier » les archives de l’IVD à une société privée internationale. Or ces archives qui contiennent des documents officiels et des témoignages regorgent d’informations délicates qui peuvent toucher la sûreté de l’Etat.

La présidente de l’IVD s’en soucie-t-elle ? Il parait que non. Cette option qui touche clairement à la souveraineté de l’Etat ne semble pas déranger Sihem Ben Sedrine qui ne doit pas ignorer qu’il existe en Tunisie des institutions publiques de renom qui ont la charge de sauvegarder la mémoire et les archives nationaux.

Mais ce qui est plus désolant encore, c’est que cette information, malgré sa gravité, est passée sous silence et n’a suscité aucune réaction de la part des partis politiques ou des pouvoirs publics.

 

La semaine dernière aussi, l’ambassadeur français a rendu une visite au siège de l’ISIE et s’est entretenu avec ses membres qui n’ont vu dans cette visite que son aspect protocolaire. Dommage. Ils auraient été mieux inspirés de reporter cette visite pour qu’elle ne coïncide pas avec le processus électoral en cours.

En effet, cette visite, même protocolaire, ravive un passé douloureux et le souvenir d’un protectorat tunisien sous le joug de la puissance coloniale qui s’immisce par les pouvoirs donnés à son résident général dans les détails de la vie politique tunisienne. Afin de préserver l’image d’un pays souverain, les responsables de l’ISIE auraient mieux fait de demander le report de cette visite. L’ambassadeur français aurait sûrement compris leur gêne.

 

Une troisième institution, la Cour des comptes, s’apprête cette semaine à célébrer le cinquantième anniversaire de sa création. C’est une belle occasion pour rendre hommage à l’une de nos institutions prestigieuses qui a réussi, contre vents et marées, à préserver son autonomie et a réussi à gagner la confiance et le respect de tous.

Seulement, on aurait aimé que les festivités marquant son cinquantième anniversaire ne soient pas « généreusement offertes » par une organisation étrangère.

 

Il ne s’agit pas là d’un réquisitoire contre les organisations étrangères qui jouent un rôle important dans le cadre d’une coopération qui nous est très profitable pour la réalisation et le succès de certains programmes, tant que cette coopération répond à nos besoins et nos exigences réelles, décidées d’une manière libre et autonome. Or, les cérémonies et les réceptions ne font pas partie des programmes de coopération.

La Cour des comptes aurait mieux fait de ne pas accepter de sponsoriser son anniversaire, même s’il aurait fallu organiser une réception plus modeste avec ses petits moyens. C’est une institution qui constitue l’un des piliers de l’Etat et c’est pour cela que la Cour des comptes aurait dû être plus jalouse de l’Etat.

 

Dans le même temps, une affaire d’espionnage révélée au grand jour par les médias continue d’être banalisée comme un simple fait divers. C’est une affaire de malversations nous dit-on. Comme si les activités d’espionnage n’étaient pas des activités touchant à la sécurité et à la souveraineté de l’Etat en contrepartie de malversations.

 

On aurait pu énumérer des dizaines d’autres faits qui montrent la banalisation de la notion de la souveraineté de l’Etat chez nous et le relâchement du sentiment d’appartenance et du patriotisme chez certains de nos compatriotes. Sur ce plan d’ailleurs, nous avons beaucoup à apprendre de nos voisins algériens.

04/03/2018 | 17:22
4 min
Suivez-nous

Commentaires (14)

Commenter

zen
| 09-03-2018 11:35
Vous aviez soulevé ce concept de patriotisme qui est devenu banal ....certes il est aussi vrai que vous n'avez jamais attaqué UGTT et surtout un certain Lassad ..... pour ses prises de positions vis à vis des ministres ou du gouvernement ......vous êtes incapables de les blâmer ...pourquoi ?
en plus vous savez pertinemment que ce syndicat a contribué à la dérive et à la débandade économique du pays....

ABOUMERIEM
| 07-03-2018 11:12
Bravo Si Sofien ! Continuer à désigner ces traîtres à la vindicte publique. Bon courage.



Léon
| 05-03-2018 08:17
Si je t'ai traité de vendu c'est tout simplement par rapport au résultat de tes choix. Les faits sont têtus. Tous ceux qui avaient suivi l'élan atlantiste voulant la chute de Ben Ali ont contribué à l'état actuel du pays: Celui d'un protectorat économique qui n'a rien à envier à l'état de mendicité que vivent certains pays comme la république centrafricaine, pourtant au sous-sol si riche.
Ceux qui continuent à enfoncer le pays, rien que pour leur égo. Tu écris dans d'autres journaux et tu véhicules toujours le même type de haine envers les mêmes gens. En réalité, le fin connaisseur des tunisiens que je suis, sais très bien que tu n'es qu'un footeux régionaliste qui croit que son diplôme lui donne tous les droits.
Même le droit de trahir son pays. D'insulter son histoire depuis l'indépendance. Et tu veux que je t'appelle autre chose que "vendu".
Tu peux me traiter de tous les noms; les faits sont têtus: J'ai eu raison et tu as eu tort. Les adjectifs que je t'envoie sont des réalités; ceux qui me sont destinés ne sont que des insultes.
Pendant que tes ministres protégés posaient dans des photos souvenirs avec les godasses de Mme Ben Ali en guise de trophée (quelle bassesse!), moi et mes quelques semblables nous attaquions aux lobbies qui voulaient vous coloniser, et ce, avec un énorme écueil à notre action: Vous.
Traitres vous êtes; traitres vous demeurerez. Souverains nous Sommes; souverains nous demeurerons.
Et surtout change ton pseudo. Je t'avais proposé "Satan". Celui dont la haine dépasse toutes les considérations. Celui qui se plait à séparer entre les musulmans.

VIVE BEN ALI. VIVE LES PATRIOTES.

LEON, MIN JOUNDI TOUNIS AL AWFIYA;
RESISTANT.

VERSET 112 DE LA SOURATE DES ABEILLES.

DHEJ
| 05-03-2018 08:16
Tu as applaudi la démission de MOHAMED GHANNOUCHI et la nomination de BEJI CAIED SEBSI...


MOHAMED GHANNOUCHI c'est le patriotisme et l'intégrité de l'Etat et pour BCE je te laisse répondre!!!

Alors...

Zohra
| 05-03-2018 07:18
Cette image ne me quitte jamais et me fait beaucoup souffir toujours les larmes aux yeux, le jour de la visite de Macron et ce bain de foule, on ressent un peuple faible sans dignité un peuple odieusement bafoués et on lui a arraché sa fierté.
C'est ce que j'ai retenu de ce jour

Mohamed 1
| 04-03-2018 22:53
Je ne lis pas les commentateurs quand le niveau requis n'est pas atteint. Ni encore moins ne pense leur répondre.
Trop d'honneur.
Comme j'ai entrevu mon pseudo, alors juste deux mots: celui dont le souhait le plus cher est de voir son pays réduit à un tas de cendres juste parce que son favori n'est pas au pouvoir ne peut être qu'un...
Le choix est vaste: traître, félon, vendu, judas, lâche, scélérat, salaud, misérable, pourriture... A toi de voir.

Gg
| 04-03-2018 20:57
Peut être les archives nationales sont elles plus à l'abri dans le nuage Microsoft que dans les services tunisiens chargés de les surveiller?
Non? Hum...

Mohamed 1
| 04-03-2018 20:55
Tout à fait d'accord avec toi Zohra. L'essentiel est de ne pas retomber entre les mains d'un autre colonisateur. Pour l'éviter c'est l'économique qui importe plus que le politique. Malheureusement l'économie est dans l'état que tout le monde connaît et il est plus que nécessaire de se concentrer dessus.

Jilani
| 04-03-2018 19:08
Tous les pays arabes sont dans la merde et sont généralement des traîtres. L'aéroport d'Alger est est géré par ADP France ainsi que le métro léger.

Léon
| 04-03-2018 18:50
@Sofien: Tu as quand même été l'une des voix de la révolution avec tes analyses sans fin et tes choix entre les différents systèmes: Le suédois, le norvégien, l'américain, lefrançais....Je te propose aujourd'hui le système centrafricain ou djiboutien. C'est ce qui ressemble le plus à la Tunisie sur laquelle tu avais tant misé.

@Mohamed1: Que puis-je te dire d'autre que le mot qui te sied le plus: "vendu!"

VIVE BEN ALI;

L'?ON, Min Joundi Tounis Al Awfiya;
Résistant.

VERSET 112 DE LA SOURATE DES ABEILLES.