alexametrics
samedi 02 juillet 2022
Heure de Tunis : 00:48
Dernières news
Opération "Mani Pulite" : les réactions des acteurs de la scène politique
24/05/2017 | 13:03
3 min
Opération

 

Arrêté hier mardi 23 mai 2017 peu avant 16h dans un café au Lac de Tunis, l’homme d’affaires et lobbyiste, Chafik Jarraya, est sorti menottes aux poignets. Il serait impliqué dans les évènements qui secouent le Sud tunisien depuis des mois et dans d’autres affaires qui relèvent de la sécurité nationale. Dans les heures qui ont suivi, plusieurs d’autres hommes d’affaires ainsi que des douaniers ont été interpellés. Une vague d’arrestations qui a enflammé les réseaux sociaux engendrant également la réaction des différents acteurs de la scène politique.

 

Le député Irada, Imed Daïmi, fervent défenseur des sit-inneurs de Tataouine a réagi, sur sa page Facebook, de manière, pour le moins étrange. En deux phrases le député explique que l’homme d’affaire, Kamel Ltaief est celui qui a commandité l’arrestation de Chafik Jarraya. « A quand l’arrestation de Kamel Ltaief ? » a-t-il ensuite demandé.

 

 

L’ancien député CPR, Béchir Nefzi et compagnon de l’ancien président de la République Moncef Marzouki, s’est plaint sur son profil Facebook de l’engouement médiatique qui a fait suite à l’arrestation de Chafik Jarreya et a accusé les organes de médias de faire diversion par rapport aux manifestations qui se déroulent actuellement dans « toutes » les régions du pays, « Après leurs tentatives de jeter du discrédit sur ces manifestations ».

 

 

Hager Ben Cheikh Ahmed, députée Afek Tounes, a quant ’à elle expliqué qu’appuyer le gouvernement dans la guerre contre la corruption est une « obligation ».

 

D’ailleurs, Afek Tounes a été le premier parti à avoir commenté cette vague d’interpellations, dans un communiqué publié ce mercredi, soulignant qu’il s’agit d’« une guerre qui sera longue et qui demande des ressources humaines et matérielles importantes ainsi que du courage et de l’audace ».

Afek Tounes explique en outre que cette guerre est aussi importante que celle menée contre le terrorisme et relève le lien étroit qui existe entre terrorisme et corruption.

Le parti invite le gouvernement à rassembler toutes ses forces et moyens pour cette lutte qu’il gagnera « si la volonté sincère est présente ». « Nous appuierons tous les efforts du gouvernement qui vont dans ce sens ».

 

Le débuté Al Horra, Sahbi Ben Fredj, a également salué cette action qui traduit selon ses dires, le début de la guerre contre la corruption et explique qu’un état fort et juste est la base du développement et de la prospérité. « Je te remercie, Youssef Chahed, pour cette décision courageuse » a-t-il aussi écrit.

 

 

Samir Dilou, député d’Ennahdha, a déclaré sur Shems FM que la campagne « Mani Pulite » (Mains propres) est une action qui devrait être menée par la justice. « L’homme politique n’est pas capable de mener cette action, il faut une couverture judiciaire ».

 

 

Dans sa réaction, le secrétaire général du Mouvement du projet pour la Tunisie, Mohsen Marzouk, a parlé d’un « cessez-le feu politique » pour faire que l’Etat puisse se stabiliser afin d’affronter l’état de chaos et la corruption qui sévissent actuellement dans le pays.

 

 

De ceux qui appuient inconditionnellement le chef du gouvernement dans son action, aux sceptiques, en passant par ceux qui l’accusent de détourner l’attention, les réactions de la scène politique sont nombreuses. Ce qui parait néanmoins clair aujourd’hui, c’est que Youssef Chahed est passé de l’observation à l’action forte.

 

Sofiene Ahrès

 

24/05/2017 | 13:03
3 min
Suivez-nous

Commentaires (31)

Commenter

Emna
| 29-05-2017 00:24
C'est une initiative brave mais les paroles du député d'Ennahdha ne sont pas à écarter. Il faut tenir compte des dits de Mr. Samir Dilou

Foufa
| 29-05-2017 00:20
Oui exactement c'est la justice qui doit mener ces action là, le député d'Ennadha a tout a fait raison sinon ça deviendra personnel après

zine habib
| 27-05-2017 07:31
bien sur bravo chef joseph c la la vrais revolution on attendait cela depuis le 14 janvier pourvu que cela continue .....errakh laaaaaaaa

Chrif
| 26-05-2017 15:47
Bravo si chahed "érrakh la, contre les corrompus

URMAX
| 25-05-2017 13:50
...
Tous les droits de perquisitionner où qu'ils veulent, interpeller et placer en garde-à-vue qui ils veulent, du moment que ce soit dans le cadre de la sécurité de l'état, notamment en matière d'antiterrorisme, anticorruption et de contrebande.
...
Et en plus, cela coïncide avec le 25ème anniversaire de l'assassinat du juge anti-mafia Italien, le célèbre Giovanni FALCONE survenu le 23 Mai 1992 en Sicile.
(voir : la strage di Capaci)
...
URMAX

Rita
| 25-05-2017 11:33
Tandis que nous saluons la courageuse campagne de Youssef Chahed contre la corruption, nous insistons qu'arrêter un citoyen Tunisien sans aucun préavis demeure une atteinte au pouvoir judiciaire. Nous ne voulons plus retourner aux pratiques de Ben Ali. La Tunisie est un pays qui respecte la loi ! Nous appuyons l'avis de Samir Dilou, « L'homme politique n'est pas capable de mener cette action, il faut une couverture judiciaire ».

Doudou
| 25-05-2017 07:16
bravo Chahed! chaque fois que le gouvernement fait preuve de vigueur et de détermination,il n a trouvé,aupres de la population qu'adhésion et parfait accord.Alors,en avant un grand coup dans la fourmiliaire!

Moez Mili
| 24-05-2017 23:10
La justice n'a rien fait des dossiers en sa possession et on sait pour qui elle travaille. Donc ils n'avaient pas intérêt à juger les bandits. Ils se priveraient d'une manne financière grâce à l'extortion et au chantage avec la complicité de l'IVD

sassi
| 24-05-2017 19:34
quant tu étais à la justice est ce que tu as appliqués la justice envers tes islamistes fashistes?

Bravooooooo CHAHED
| 24-05-2017 18:11
Bravoooooooooooo Chahed, et encore Bravoooooooooooooooooo!

On est impatient que tu continues à arrêter des centaines de microbes, voilà le vrai travail qui sauvera notre pays dd la faillte.

Bravooooooooo CHAHED