alexametrics
lundi 22 avril 2024
Heure de Tunis : 10:34
Chroniques
L’Isie perdra-t-elle la partie ?
Par Synda Tajine
15/11/2022 | 16:59
3 min
L’Isie perdra-t-elle la partie ?

 

Surréaliste ! Jamais une instance électorale n’aura autant prouvé son incompétence. En aussi peu de temps.  

Imaginez un match de foot. On apprend aux joueurs les règles du jeu, la partie commence. A vingt minutes du jeu, l’arbitre siffle pour sanctionner l’un des joueurs. Ce qu’il lui reproche ? D’avoir commis une faute qui était pourtant bien autorisée dans le règlement. Oui, car entretemps, les règles du jeu ont changé. Le gardien de but n’a plus le droit d’arrêter le ballon en utilisant ses mains et ce qui définit un hors-jeu n’en est désormais plus un. Que faut-il faire dans ce cas-là ? Recommencer la partie ? La reprendre avec des règles différentes ? Continuer à jouer avec des règles obsolètes ? Les joueurs ne savent plus ce qu’ils doivent faire…et nous non plus.

 

Cette situation kafkaïenne n’a rien à envier à celle posée par l’Isie aujourd’hui. Alors que les délais de dépôt des candidatures sont déjà clôturés et que la campagne électorale débute dans 10 jours, l’Isie continue à distiller au compte-gouttes les règles du jeu électoral.

Hier, l’Instance supérieure indépendante pour les élections a rendu officielle – en la publiant enfin au Jort – sa décision relative aux règles et procédures de candidature aux élections législatives 2022. Soit trois semaines après le bouclage des candidatures. Elle va même encore plus loin et publie sa décision relative aux règles et procédures de calcul et de la proclamation des résultats…pour le référendum de juillet dernier. Histoire de dire, vous l’avez demandée, la voilà, prenez-là et bouclez-la !

 

Ces décisions auraient, pourtant, dû être rendues officielles depuis septembre pour la plus récente et juillet dernier pour la plus ancienne. Mais l’instance ne s’en offusque pas outre-mesure. Elle répond  d’un nonchalant et désinvolte « Et alors ? » et rétorque que celui qui a quelque chose à reproche n’a qu’à saisir le tribunal administratif. Il a bon dos le même tribunal administratif ! Lui qui a dû être saisi afin de statuer sur plusieurs recours déposés par des candidats qui n’arrivent pas à se retrouver dans ce fou procédural créé par l’instance.

D’ailleurs, l’instance ne semble pas se rendre compte du flou dans lequel elle a plongé le processus électoral, soutenant à qui veut l’entendre que ses décisions n’ont même pas besoin d’être officialisées dans le jort pour être effectives et que le site de l’instance suffit à lui seul...Oui, oui, vous avez bien lu.

L’instance en profite même pour essayer de discréditer ceux qui crient au scandale, les accusant « d’avoir des affiliations politiques bien connues », de « servir des agendas » et de chercher à semer le désordre ». Le langage habituel quoi. Ces paroles étant bien connues des autorités en place… C’est évidemment plus facile de taper sur ses détracteurs que d’assumer une bourde en bonne et due forme. Beaucoup trop difficile à expliquer et à assumer la bourde. De plus qu’il ne s’agit certainement pas de la première…et tout porte à croire qu’elle ne sera pas la dernière non plus.

 

En attendant, c’est tout le processus électoral qui se retrouve plongé dans l’incertitude au risque d’être totalement compromis. Une chose est sûre cependant, avant même qu’elle soit jouée, l’Isie a invraisemblablement perdu la partie. Force est de reconnaitre, cependant, que la faute ne lui incombe pas à elle seule, l’instance a simplement le malheur de payer pour les incompétences de ceux qui en tirent les ficelles...

 

 

Par Synda Tajine
15/11/2022 | 16:59
3 min
Suivez-nous
Commentaires
Mansour Lahyani
On peut bien se le demander, mais la réponse est escomptée...
a posté le 21-11-2022 à 17:57
L'ISIE est une "instance" complètement entre les mains de KS ; elle a eu maille à partir avec la HAICA, qui est tout autant entre les mains du même KS - ce qui ne l'a pas empêchée de décider de traïner son alter ego en justice !!! Comment s'expliquer ce gag, absolument inédit dans l'Histoire des Nations ! Que décidera ce KS lorsqu'il aura fini de rire (sic), et lorsqu'il se rendra compte que sa main droite aura tenté d'empoigner sa main gauche- ou l'inverse... Le peuple n'a pas fini d'en rire, et il sera bien le seul : l'auto-dérision n'est pas forcément le passe-temps favori de ce démiurge qui s'est pris, par le plus grand des hasards, pour un trop vaillant thaumaturge !!



Abir
Le choix de ks , il n'y a pas photo
a posté le 16-11-2022 à 13:15
Le 21 novembre nous dira tout! Après la plainte du PDL , on saura quoi puisque le jugement tombera le 21 novembre ! Inchallah la conscience de juge se réveillera pour sauver la Tunisie de ce dictateur @ks
SALIM
MONSIEUR, MONSIEUR, IL MANQUE UNE PARENTHESE
a posté le 15-11-2022 à 21:57
Cet article ,et les post faceboock des opposants au 25 juillet, me rappellent le dernier de la classe , lors des cours de Math.il ne comprend pas le cours mais suit les parenthèses de ce que le prof écrit sur le tableau, et chaque fois que le prof oublie de fermer une parenthèse, ce dernier de la classe lève sont doit et hurle :Monsieur, Monsieur il manque une parenthèse!!!.
Mansour Lahyani
Réponse à Salim, qui ne l'est pas de la tête !
a posté le à 18:07
Tordant, cet exemple ! Je crois même savoir qui est cet imbécile détecteur de parenthèses : il s'appelle Salim, tout bonnement : nul n'aurait pu inventer cette blague s'il ne l'avait pas vécue, à son propre détriment !
Ne te décourage pas, Salim : un jour, tu finiras sans doute par comprendre où se trouve la blague...
TAHAR
Des traître à la nation, ni plus ni moins !
a posté le 15-11-2022 à 20:40
Ils ont adéré au Putsch et l´on aidé jusqu´à la fin.
Dans une Tunisie démocratique et une justice indépendante, tous ces membres traîtres ne méritent , avec Sidhoum le Putschsite en chef, que Boufarda au fond du Sahara.

Le poissonnier du village nous confirme: Ichkara Wil B7aaaaaar !
riri
plus jamais je ne voterais
a posté le 15-11-2022 à 18:33
J'été très fier de l'ISIE, une des instance constitutionnelle de 2014. J'ai voté en 2015 pour la première foi de ma vie, je n'ai jamais voulu participer aux mascarade de ben ali et du RCD.
J4ai voté à toutes les élections depuis, parceque j'avais confiance dans l'ISIE et dans le process. même si mes candidates perdaient, au moins le processus était transparent et honnette.

Je n'ai pas voté en juillet et je ne voterais pas en decembre, ni plus jamais.
La confiance s'est envolé, l'ISIE n'a plus d'indépendance, ses pratiques sont dignes d'amateurs, sont discours est devenu populiste est violent,

Comme sous ben ali, je ne voterais plus en Tunisie.

11 ans pour en revenir là...

Tout le monde devrait avoir honte, à commencer par ceux qu'on entend parler tout les jours et de e gouvernement et président dont je sais ce que pensera l'histoire.

Dima tahya tounes, à dans 10 ans.
Jaloux
ISIE
a posté le 15-11-2022 à 18:15
Instance Supérieure des Idiots Ehontés... j'ai honte de cette instance qui est en train de démolir la pierre angulaire de la démocratie...