alexametrics
dimanche 07 août 2022
Heure de Tunis : 19:36
Dernières news
Les autorités tunisiennes entravent une manifestation anti-normalisation
14/05/2022 | 15:25
4 min
Les autorités tunisiennes entravent une manifestation anti-normalisation

 

L’assassinat de la journaliste palestinienne Shireen Abu Akleh par les forces israéliennes a secoué les Tunisiens et a soulevé encore une fois le débat autour de la question de la normalisation.

Ce crime barbare et lâche a poussé les internautes à exprimer leur ras-le-bol au sujet du silence du président à ce sujet. L’assassinat avait eu lieu à la date du 11 mai 2022. Le président de la République, Kaïs Saïed, ne s’était exprimé à ce sujet qu’à la date du 13 mai 2022, soit deux jours après, à l’occasion de sa rencontre avec le ministre palestinien des Travaux publics et du Logement, Mohamed ZiaraUne attitude complètement contradictoire aux nombreux discours donnés par Kaïs Saïed à ce sujet.

Les contradictions ne s’arrêteront pas à ce niveau-là. En effet, une campagne nationale a été lancée afin de tenir une manifestation à la date du 14 mai 2022, à Carthage près du palais présidentiel afin d’appeler à l’adoption d’une loi incriminant la normalisation.

Les participants à cette action ont rappelé que Kaïs Saïed, durant le débat télévisé dédié à la campagne électorale présidentielle de 2019, avait qualifié la normalisation de trahison. Ils ont, aussi, souligné l’usage d’expressions similaires durant une allocution donnée à l’occasion de la rupture du jeûne durant le mois de ramadan en présence d’ambassadeurs et représentants de plusieurs pays arabes.


A sa grande surprise, un groupe de jeunes et d'activistes a découvert que l’ensemble de ces slogans et autres déclarations chocs ne servaient qu’à embellir l’image du candidat puisqu’on leur avait interdit l’accès à Carthage. Ces derniers avaient essayé de rejoindre le lieu de rendez-vous à bord du train Tunis-Goulette-Marsa (TGM). En se rendant à la gare principale de la ligne du TGM de la capitale, les manifestants ont été accueillis par la police.

On notera que Wael Naouar (figure de l’Uget) et Ayoub Amara (syndicaliste et activiste) ont été interpellés par les forces de l’ordre. Pour ce qui est du reste du groupe, la police a confisqué les drapeaux et les pancartes et a interdit aux manifestants de monter à bord du train.

Une décision qui vient encore une fois s’opposer aux récentes déclarations du président dans lesquelles il avait assuré la préservation du droit de manifester. Il avait nié l’existence d’atteintes à la liberté d’expression ou une intention d’apporter des restrictions aux acquis de la révolution.

Ainsi, nous avons pu constater aux cours des dernières semaines qu’il était formellement interdit de manifester et d’exprimer sa colère envers l’absence de décision concernant la normalisation ou encore la poursuite en justice des frères musulmans et de leur réseau en Tunisie puisqu'une manifestation qui devait avoir lieu à ce sujet avait elle-aussi été interdite par le ministère de l'Intérieur. Celle-ci devait être organisée par le Parti destourien libre de Abir Moussi.


D’un autre côté, l’Etat et ses institutions ouvrent à bras ouvert l’accès à l’avenue Habib Bourguiba aux partisans du président de la République et des membres de sa campagne électorale. Ces derniers avaient organisé une manifestation de soutien au Chef de l’Etat à la date du 8 mai 2022. On leur a tout permis : micro, mégaphone, banderole, occupation des marches du théâtre municipal. Nous avons même eu droit à la participation du gouverneur de Tunis, Kamel Fekih, et à la présence du ministre de l’Intérieur, Taoufik Charfeddine. Ils ont veillé au bon déroulement de l’événement et ont salué cette initiative. Charfeddine et Fekih ont même insisté sur l’importance de soutenir Kaïs Saïed en insinuant qu’il s’agissait d’une question de patriotisme.




S.G

14/05/2022 | 15:25
4 min
Suivez-nous
Commentaires
watani2
Que les manifestants aillent en Palestine pour manifester
a posté le 15-05-2022 à 11:43
toutes ces manifestations et ces sit-ins n'ont fait que du mal pour le pays, quand va-t-on travailler pour faire sortir le pays de ce tunnel noir ? Quand va-t-on avoir la prise de conscience pour développer notre économie, combattre le chomage, la pauvreté et créer la richesse dans ce bled.? Arrêtez ces manifestations et incitez les gens au travail. Ceux qui veulent soutenir réellement les palestiniens, qu'ils aillent les défendre en Palestine et pas en Tunisie. Arrêtez cette hypocrésie qui ne paie pas. Ces manifestants et ces islamistes qui ont démoli le pays durant plus de 10 ans ne méritent pas la liberté ni la démocratie, ils méritent plus tôt la dictature.
Citoyen_H
CE N'EST QU'UNE BANDE
a posté le à 17:11
d'errants qui essaient de gratter quelques thunes ou quelques autorisations de licences à l'oeil. C'est tammé3é, rien que des tammé3as.
Le sort des Palestiniens, est le cadet de leurs soucis.
Depuis l'accident de 2011, ces pingouins sont présents, à quasiment toutes les manifs. C'est des habitués !!!!!

"Que les manifestants aillent en Palestine pour manifester"
Ils n'ont pas les illecou pour le faire.
Ce n'est qu'une bande de branleurs fainéants, innés adorateurs de la lokma él béreda et du tout cuit !!!



Fares
Répressions inacceptables
a posté le 15-05-2022 à 01:39
Bienvenue à la République policière de Saïed. Je suis comme d'autres pour la normalisation, par contre chacun a le droit de manifester pour ses convictions. De vraies convictions, pas les mensanges populistes de Saïed.

Donc la Démocratie des uns et l'anarchie des autres. Des gens ont payé de leurs vies ces libertés, le peuple ne laissera jamais un outsider nous ramener à l'ere Ben Ali.
Un citoyen
Stop a l'anarchie
a posté le 14-05-2022 à 19:19
On n'improvise pas des manifs juste pour se faire plaisir et encore créer le chaos dans un pays en pleine crise que tous ces traîtres de la secte cherche à envenimer et il est plus que temps de faire preuve de fermeté
BOUHELA
Saied
a posté le 14-05-2022 à 18:41
Abir l'a toujours affirmé mais vous êtes sourds. Saied est pire que les Khouanjias. Il ne voudra jamais de cette anti-normalisation car il est soutenu par les Obscurantistes de tout bord. Il veut son Khalifa et c'est tout. Du reste, il s'en fout.
Forza
Le sujet principal
a posté le 14-05-2022 à 18:13
une telle loi n'a pas de sens, car elle ferme les portes pour toujours. Il faut supporter les palestiniens et garder en même temps une flexibilité pour la manoeuvre. La politique de la chaise vide n'a pas de sens.
L'article décrit par contre bien les contradictions du putschiste. Il démontre que le putschiste utilise la Palestine comme un fonds de commerce et que derrière ses mots vides, y n'a rien. Lui-même a déclaré hier qu'il partage les 'principes' d'Essissi, hors ce dernier comme Zayed des émirats sont les parrains de la normalisation dans la région.
AVERROES
C EST LES CONSEQUENCES D UNE CATASROPHIQUE DECENNIE DES ISLAMISTES
a posté le 14-05-2022 à 17:39
Le mystique et mystérieux locataire de Carthage mène le pays au chaos, droit dans ses bottes et inflexible sur ses choix il est convaincu qu'il est dans le droit chemin de sa philosophie politique, il a clairement dit et expliqué que les Tunisiens n'ont besoin ni d'un parlement ni des députés, ils ont plutôt besoin d'un pouvoir centralisé guidé par l'ayatollah SAIED, Hammadi Jebali l'a rêvé Saïd est entrain de le réaliser. Un système califale étoffé faussement de couleurs démocratiques est entrain de se composer en Tunisie au nez et à la barbe des démocrates inertes et impuissants. Le réveil sera surement douloureux, mais ce sera trop tard, ni dieu ni maitre ne pourraient vous sauver de l'apocalypse qui approche.
.
Forza
Le putschiste est l'ami des champions
a posté le 14-05-2022 à 17:24
de la normalisation, Egypte d'Essissi, Emirats de Zayed et Bahrein d'Hamad. il a utilisé la Palestine pour sa propagande, c'est ce qu'on appelle hypocrisie.
Houcine
Mettre en parallèle.
a posté le 14-05-2022 à 17:23
Kais Saied a manifesté auprès d'un représentant palestinien, donc officiellement, réprobation du meurtre de Shireen.
Les manifestants repoussés ou interdits pouvaient noter cela puisque, sans aucun doute, le Président attendait le moment opportun.
D'autres forts en verbe et en déclarations incendiaires, on ne les a pas entendus, et souvent nous avons noté l'absence de solidarité qu'on pouvait en attendre tant à l'égard des pauvres, démunis ou encore ce peuple meurtri.
L'UGET, dont la "figure notoire" était du nombre, n'ont pas brillé par leur rejet des actes de leurs frères islamistes, notamment lorsque Laarayedh fit tirer sur la foule à balles réelles, qui plus est des munitions habituellement dévolues à la chasse aux cochons.....
Sans doute, certains ont intérêt à trouver que du négatif dans ce que fait le Président, et surtout énumérer tout manquement avec une vigilance de sniper.
Nous n'oublions comment nous fûmes traités, insultes, menacés par les édiles islamistes, qu'on semble trouver démocrate et exemplaire.
Mais, le vent tourne, ou mieux, les girouettes suivent le vent.

Forza
Le petit flatteur défend son maitre
a posté le à 17:48
.