alexametrics
dimanche 29 janvier 2023
Heure de Tunis : 12:52
Dernières news
Le SNJT lance une campagne internationale de plaidoyer pour la liberté de la presse
30/11/2022 | 14:43
2 min
Le SNJT lance une campagne internationale de plaidoyer pour la liberté de la presse

 

Le Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT) a publié, mercredi 30 novembre 2022, un communiqué annonçant le lancement d’une campagne  nationale et internationale de plaidoyer pour contester la répression des journalistes par le pouvoir en place et protéger la liberté de la presse et de l’opinion. 


Évoquant les récentes affaires impliquant des journalistes notamment la condamnation du journaliste de Mosaïque FM, Khalifa Guesmi, à un an de prison, le SNJT a dénoncé les poursuites judiciaires sur la base « de lois répressives » et notamment le décret 54 notamment. 

« Le Syndicat met en garde contre la grave dérive dans le traitement judiciaire des affaires liées à la liberté de la presse et la considère comme une atteinte envers la démocratie et du respect des droits de l'homme et des libertés en Tunisie. (Il) dénonce l'abandon délibéré du décret 115 comme le seul texte par lequel les journalistes sont jugés dans les affaires de publication, ce qui est considéré comme une politique pénale systématique visant à restreindre la liberté de la presse et d'expression », lit-on dans le communiqué.  


Le SNJT a noté, également, que les poursuites contre les journalistes étaient « en totale contradiction avec les déclarations du président de la République, qui prétend toujours qu'il n'y a pas de restrictions ou de procès contre les journalistes, alors que les faits prouvent le contraire ». 

Le journaliste Khalifa Guesmi a comparu, mardi 29 novembre 2022, pour sa première audience devant la justice, pour avoir refusé de révéler l’identité de sa source après la parution d’un article sur l'arrestation de personnes soupçonnées de terrorisme dans le gouvernorat de Kairouan. Accusé de divulgation de données terroristes, le journaliste a été condamné à un an d’emprisonnement, sur la base de l’article 62 de la loi organique n° 2015-26 du 7 août 2015, relative à la lutte contre le terrorisme et à la répression du blanchiment d’argent, pour interception audiovisuelle. Il a, notons-le, été laissé en liberté. Son comité de défense fera, lui, appel, de cette décision de justice. 

 

N.J. 

30/11/2022 | 14:43
2 min
Suivez-nous
Commentaires
SALIM
LES JOURNALISTES N'ONT PAS SUR LEURS TETES UNE PLUME
a posté le 01-12-2022 à 16:47
Le journaliste GUESMI a été condamné selon la loi anti-terroriste promulguée en 2015 ,donc avant KAIS SAIED.et par un tribunal civil et non par KAIS SAIED ni par Mme LAILA JAFFEL.Donc arretez ce corporatisme aveugle,et la défence du diable.Il s'agit de vie humaines de nos sécuritaires qui ont été mises en péril.ET le verdict sera confirmé en appel et meme doublé.
Il n'y aura pas d'état des journalistes ,comme il n'y aura pas d'état des juges.