alexametrics
dimanche 07 août 2022
Heure de Tunis : 23:26
Dernières news
Le Monde consacre son édito à « la dérive de Kaïs Saïed »
04/07/2022 | 21:32
1 min
Le Monde consacre son édito à « la dérive de Kaïs Saïed »

 

Le journal français « Le Monde » a consacré son édito de ce lundi 4 juillet 2022, au projet du président tunisien Kaïs Saïed.

Après avoir publié hier l’interview du président de la commission consultative, Sadok Belaïd, qui alertait sur les « dangers » du projet du chef de l’Etat, l’édito titré « En Tunisie, la dérive de Kaïs Saïed » est venu alerter sur les dangers du « passage en force d’un projet de constitution n’ayant fait l’objet d’aucune concertation ».

L’édito évoque un projet de constitution qui consacre « un présidentialisme caricatural, à l’exact opposé de l’inspiration parlementaire du régime issu de la révolution de 2011 qui avait vu la chute du dictateur Zine El-Abidine Ben Ali ».

 

Il cite la construction de la démocratie par la base, au cœur du projet de Kaïs Saïed « qui ancre la légitimité du pouvoir à l’échelon local, tout en vidant de sa substance l’Assemblée nationale au profit d’une présidence omnipotente, réminiscence de la figure du « raïs » familière dans la région » .

Le Monde estime que si Kaïs Saïed persévère dans son « aventure personnelle tout est à craindre en Tunisie dans les prochaines semaines. Une opposition laminée au lendemain de son coup de force du 25 juillet 2021 ne manquerait pas de se réveiller. Et, alors que le pays est au bord de la banqueroute financière, le risque de colère sociale ajouterait à la crispation ambiante. Avis de tempête en Tunisie ».

 

 

M.B.Z

 

 

04/07/2022 | 21:32
1 min
Suivez-nous
Commentaires
Khazri
Tunisien
a posté le 06-07-2022 à 10:02
Ce n est pas Kaïs qui est en derive, mais bien le pays entier avant le 25 juillet ,date à la quelle ce cher président avait mis fin à la derive de ces contrebandiers qui dirigeaient le pays ,cela représente une date d une 2eme indépendance du pays, remettre le pays dans le droit chemin après 23 ans de dictature de Ben ali et de 10 ans de vol, terrorisme, corruption, destruction de l état de l appareil judiciaire et de toutes ces composantes par des islamistes n est pas chose facile, fort heureusement le peuple est conscient et Kaïs est le président rêvé pour réaliser cela
cesarios
un destour dans la méfiance et l'ambiguïté ne pourra .........................
a posté le 05-07-2022 à 16:37
une nation qui se cherche pour instaurer une transition démocratique après plus de soixante ans d'indépendance connus par un pouvoir personnel d'un président et ses proches familiaux doit inéluctablement recourir à expérimenter des destours ou se contenter de bien remédier et changer les articles qui se sont apparus inefficaces et improductifs, un destour d'une nation qui est au bord de la faillite et en pleine banqueroute doit être revue ,il n'est et il ne sera jamais inerte et inchangeable,le premier président ou un certain parlement après la mandature de kaies said sera dans l'obligation de le revoir par une procédure légale quitte à l' instituer ,le destour n'est pas le coran , c'est un contrat légal et officiel entre les gouvernants décideurs et la majorité d'un peuple dans la confiance et le respect total sans aucun équivoque,sans aucune ambiguïté ou incertitude
EA
la bonne voie
a posté le 05-07-2022 à 16:22
Si le Monde s'inquiete, c'est que nous sommes sur la bonne voie.
VIO
Et il n´a pas rappelé aux Français que..
a posté le 05-07-2022 à 16:12
celui qui s´excuse s´accuse ?

Malla Go...r !
Naim
L'hôpital qui se fout de la charité !
a posté le 05-07-2022 à 14:53
Ceux du " monde " devraient plutôt se faire des soucis pour leur propre pays. La France est en déclin. 103 postes essentiels risquent de sombrer dans une pagaille sans nom. Je cite à titre d'exemple la santé, le transport, l'éducation, l'énergie, le pouvoir d'achat, la caisse du chômage la sécurité sociale et je m'arrête là. De qui se moque-t-on ?
On en parlera de la France dans un avenir très proche.
Yaatik Doudaa
Raisonnement disprortionne ou equitable!!
a posté le 05-07-2022 à 12:32
Pour être juste et équitable dans la critique exacerbée envers la dictature présumée du président, il y'a lieu déconsidérer ce qui suit:
1- l'élection des parlementaires portée sur les individus et non sur les listes étant un choix plus démocratique et plus ciblé et ne bloque pas dans tous les cas les partis politiques de présenter leur candidature sous forme de listes dont le citoyen en choisira celui à qui il souhaite déléguer sa voix.
2- le retrait de la délégation accordée à un membre du parlement est aussi bien accueilli mais juste faudrait il la réglementer ( retrait après ûne période minimale d'exercice soit après un an ou à moitié parcours du mandat )
3- pour le point ci haut , si on prend la solution médiane soit un renouvellement de confiance à mi-chemin pour la chambre des députés ce qui fera un alignement sur les pratiques démocratiques ( USA, parlement européen,'?') alors on va se mettre d'accord qu'un mandat de deux années et demi pour un député est nécessaire pour juger de sa performance.
4- Alors pour le cas d'un président élu au suffrage universel et qui doit totaliser en moyenne 20 à 30 voix plus qu'un député , n'est il pas logique de lui donner un mandat de 5 années pour juger sa compétence surtout que ces un élu de tout le peuple'?'
Alors , je crois que le fait de donner la chance entière à un président pour opérer ( sous l'?il bien veillant du peuple et des partis politiques en tous cas et indépendamment de toute autre institution) de façon à donner plus de chance a la mise en '?uvre des programmes objet de son mandat?!!
Peux tu me répondre !
Yaatik Doudaa!!!
Mansour Lahyani
Dérive ? C'est donc come ça qu'on appelle folie en termes diplomatiques ?!!
a posté le 05-07-2022 à 11:50
Ca faisaait donc un bon bout de temps que de nombreuses voix agitaient le drapeau rouge, face au délire ultra inquiétant pour cette pauvre Tunisie que je ne peux plus appeler "ma" Tunisie : mes lames ne me laissent plus lire et voir ! Voir quoi, d'ailleurs, le spectacle est encore plus abject que l'accumulation des détritus qui peuplent désormais mon Sfax natal ! Dérive, quel joli nom pour qualifier cet étrange mal, qui me rappelle chaque jour un peu plus la fin imméritée de Bourguiba ! Mais à quelle Saïda Douki pourrait-on confier ce patien ? La calamité qui gouverne les esprits malades de ceux qui occupent le Palais de Carthage semble prendre l'aspect d'une authentique pandémie, qui vien aggaver l'autre...
BORHAN
DU NOUVEL ORDRE INTERNE...!
a posté le 05-07-2022 à 09:34
Depuis juillet 2021, la société tunisienne, dans toutes ses composantes, subit une dynamique de mise en place d'un régime politique dictatorial initié par un homme qui prône ouvertement sans pitié ni remords le culte de la personnalité.
Les signes et les actions avérés ne démentent pas nos propos.
Il suffit de citer certains indicateurs et indices qui versent dans cette logique suicidaire du maître.
Absence de contre-pouvoir, répression de toutes formes d'opposition, non respect des droits de l'homme des individus,...
Tous les acteurs politiques, élus, associations, société civile,... doivent se mettre à carreaux en obéissant aux ordres de gré ou de force.
Les Tunisiens tombent des nus, s'étonnent de la tournure que prend la situation générale dans le pays.
Ils se rendent enfin compte qu'ils ont élu naïvement un président méconnu politiquement, qui s'est avéré un assoiffé de pouvoir.
En effet, il n'a pas hésité à concentrer tous les pouvoirs entre ses mains de façon absolue qu'aucune loi ou institutions ne les limitent.
Nouveau maître absolu, avènement historique depuis l'indépendance, cet architecte usurpateur, anti-constitutionnel ne lésine pas sur les moyens à sa disposition pour pisser à volonté sur une populace désabusée et passive (pour le moment !!!).
Le caractère arbitraire de ce pouvoir illégitime se traduit réellement, sur le terrain, à une cadence inouïe par le non respect de l'état de droit notamment, la violation de la constitution en vigueur, l'établissement des lois d'exception,...
Par sa logique erronée, le nouveau dictateur, troisième du nom, n'hésite pas à pisser sans limite sur la populace par son arrogance, son narcissisme et son orgueil.
Le président en exercice, élu démocratiquement par erreur voire par défaut, a compris que l'occasion est en or lui permettant de s'éterniser sur le trône à Carthage.
Il croit dur comme fer que même les astres lui sont favorables dans la mesure où il ne cesse d'avancer triomphalement sur nos acquis démocratiques.
Jusque qu'à ce jour, sa dynamique victorieuse s'explique par de nombreuses décisions autoritaires caractérisées par une gouvernance de fait, une absence totale de séparation des pouvoirs, l'arbitraire, la suspension de l'état de droit, la manipulation et/où le gèle et la suppression des acquis et choix démocratie produits d'une révolution populaire.
Sans oublier l'usage, le contrôle systématique et la censure, l'illegalisation des partis politiques et la marginalisation des composantes de la société civile, la répression des opposants,...
De ce qui précède, on peut conclure Qu'en continuant sa folie du va tout, ce nouveau dictateur en puissance, malade, esseulé, seul contre tous, ne recule devant rien. Au contraire, plus il avance plus il croit en son oeuvre destructrice d'un pays au bord de explosion et de la guerre civile.
Cautionner ce projet de nouvelle constitution, vulgaire produit lourdement bourré, affecté de pesticides et pollué par de virus ravageurs, le peuple tunisien signe naïvement sa mort démocratique.
Son émancipation humaine, totale et définitive sera renvoyée au calendre grec et tout espoir d'un avenir meilleur sera anéanti.
Croire à ce ce genre de fou-faiseur-de roi s'est creuser sa tombe.
C'est ce que je crois.
zozo
OUI
a posté le 05-07-2022 à 09:00
Si "le Monde" dit NON,c'est qu'il faut voter OUI.
Citoyen_H
TRèS BIEN VU. AUSSI CLAIR QUE L'EAU DE ROCHE
a posté le à 10:46
Il faut toujours procéder de la sorte avec les infos délivrées par médias atlantistes et le mainstream.
Ca devrait devenir une règle.

Quand la racaille islamiste et ses suppôts de la maudite troika, pillaient goulûment les caisses de l'état tout en disloquant notre économie et nos institutions, pas un mot fusait dans les pages de ces propagateurs de nouvelles toxiques !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!




Guide de tourisme
@ zozo
a posté le à 10:22
Tout à fait d'accord !
genicol
Le monde
a posté le à 10:22
Voilà une décision fondée sur une réflexion personnelle de grande qualité. L'avenir vous appartient !!!
Bruno
La vérité
a posté le 05-07-2022 à 00:40
Ce journal ferait mieux de s'occuper de la crise socio-économique et politique de son pays que de s'ingérer dans les affaires intérieures de la Tunisie. Ce journal se permet de critiquer un pays souverain. C'est bien un manque de respect se croyant au dessus de tout. Les européens sont connus,ils sont prétentieux et se croient supérieurs aux autres. La Russie leur a infligé une bonne leçon les laissant baigner dans leur inflation et stagnation économique.
genicol
Le monde
a posté le à 10:28
Rassurez-vous, Le Monde est
" s'occupe " tous les jours des politiques exerçant en France. Quant à l'Europe, malgré les difficultés actuelles, elle demeure un paradis où il fait bon vivre. Pour rappel, tous les pays du monde sont critiqués dans la presse internationale, en bien ou en mal. La cause tunisienne intéresse de nombreux lecteurs.

M
Réponse
a posté le à 09:05
"Les européens se croient supérieurs aux autres" peut-être parce que c'est la région la plus prospère de la planète, en occupant les premiers rangs en termes de développement humain, de PIB, de bonheur, de progrès social, d'excellence scientifique, d'innovation et parce que leur culture rayonne depuis 25 siècles ? C'est vrai que la Tunisie peut se permettre de donner des leçons.
M
Réponse
a posté le à 09:03
Vous avez une drôle de vision du journalisme '?'? incroyable, un journal se permet de CRITIQUER ? Qu'est ce que c'est choquant !! Et en plus, il font des articles sur des pays autres que la France, c'est du jamais vu !!
On voit bien que la démocratie n'a pas intégré votre esprit qui est bien dépourvu d'esprit critique.
Mardouss
La France basta, basta !
a posté le 04-07-2022 à 22:41
Nous ne nous occupons pas de leurs élections et de leurs problèmes internes, pourquoi les Français adorent s'immiscer dans les affaires internes de tous les pays africains ?...le colonialisme fait partie du passé, maintenant nous voulons gérer notre pays comme bon il nous semble. Si nous désirons un régime autoritaire, c'est que votre démocratie ne nous attire plus...Elle ne se colle pas à nos sociétés...J'espère que c'est clair.
genicol
Démocratie
a posté le à 10:32
Clair...pour vous. L'empêchez les autres de penser autrement.
genicol
Démocratie
a posté le à 10:30
Clair pour vous, assurément.
riri
ca fait pitié
a posté le à 09:48
Mais comme nous ne voulons pas de regie totalitaire et que Mr Saed le fait passer en force contre tout un peuple, ...
Au mon Dieu, notre voisin, premier investisseur, a un journal privé qui écris son inquiétude sur la Tunisie, inquiétude partagé partout sur terre et en Tunisie meme.. mais non c'est grave lol

gardez la tète dans le sable, vous êtes un sous citoyens et oui la dictature pour vous est surement utile. Merci de ne pas mettre tout les tunisiens à votre niveau svp.
Arthur.M
Ad Victoriam
a posté le à 09:33
"Si nous désirons un régime autoritaire, c'est que votre démocratie ne nous attire plus..." -> Ouh, big boy!

"maintenant nous voulons gérer notre pays comme bon il nous semble" -> Ah attention, faute grave! Dans un régime autoritaire tu vas gérer ta grand mère (et encore!)
The Mirror
L'aventure d'un peuple
a posté le 04-07-2022 à 21:51
Kais Said peut se permettre de balayer tout le monde, y compris le journal le Monde, pour une raison toute simple: Said est fort de tout un peuple. Et lorsqu'on a son peuple à ses côtés, on a forcément raison et on ne peut que réussir.

Les simples d'esprit, les politologues, les hésitants et les soucieux ne peuvent pas comprendre la méthode Said. Le peuple tunisien l'a comprise dès 2019 puisqu'il a propulsé Said au Palais de Carthage avec 73% des voix. Et l'aventure continue.