alexametrics
A la Une

L'affaire Nabil Karoui suscite l'intérêt des occidentaux

L'affaire Nabil Karoui suscite l'intérêt des occidentaux


La Tunisie, un des rares pays dans le monde arabe à avoir réussi sa transition démocratique, a été durant ces dernières années le centre d’intérêt des pays occidentaux. Et cet intérêt s’est accentué après que des premières élections libres et démocratiques avaient été organisées en 2014. Le premier président de la deuxième République avait été alors élu sur les suffrages universels. Des événements tragiques avaient eu lieu (assassinats politiques, attentats, etc) et pourtant la Tunisie a toujours tenu bon, estimaient les analystes politiques.

 

Malheureusement, l’arrestation de l’homme d’affaires et candidat du parti « Au cœur de la Tunisie » à l’élection présidentielle, Nabil Karoui, pour suspicion de corruption et blanchiment d’argent, a remis en question l’avancée du processus démocratique. Certains observateurs avaient d’ailleurs estimé que le processus démocratique est en danger.

 

En France, le député de l’Union des démocrates et indépendantes (UDI), Jean-Christophe Lagarde, a indiqué, hier mardi 10 septembre 2019 lors d’une séance parlementaire à l’Assemblée nationale en présence du Premier ministre Edouard Philippe, que les Tunisiens et les Français sont inquiets « quant au déroulement - pour le moins curieux, inquiétant et unique en son genre - du processus démocratique en Tunisie ».

Le président du groupe UDI a dans ce sens appelé la France à exprimer son inquiétude dans cette affaire et à exiger que le candidat présente son programme électoral aux Tunisiens au moins dans les prochains deux jours. Et d’ajouter : « Quand on incarcère quelqu’un, c’est pour l’empêcher de fuir.  Quand on est candidat à la présidentielle, ce n’est pas fuir, mais c'est peut-être le régime qui est en train de connaitre une fuite en avant ».

 


De son côté, le député de la République en marche (LREM), M’jid El Guerrab, a indiqué, lors de sa prise de parole, que Nabil Karoui aurait subi plusieurs manœuvres pour l’empêcher de présenter sa candidature à cette échéance électorale. La première consistait en la tentative de fermeture de la chaîne privée Nessma TV. La seconde était la tentative de promulguer, il y a quelques mois, la loi électorale. Une loi, qui rappelons-le, avait suscité l’indignation de plusieurs acteurs politiques tunisiens et qui n’avait pas été promulguée par le défunt président de la République, Béji Caïd Essebsi.

 

 

Le parlementaire fait ici allusion aux nombreuses accusations lancées, il y a quelques mois, contre le gouvernement Chahed d’avoir tenté de fermer les locaux de Nessma TV en avril dernier et de dissuader Nabil Karoui de présenter sa candidature à cette échéance électorale étant donné que ce dernier a gagné en quelques années une certaine popularité grâce à son  association caritative « Khalil Tounes » et a réussi à se frayer petit à petit un chemin vers Carthage et le Bardo.

« Le fils du défunt président de la République, Hafedh Caïd Essebsi, que j’ai reçu hier à Paris m’a fait part des risques de dérive autoritaire de l’exécutif. Sans procès équitable et sans respect de présomption d’innocence, Nabil Karoui est tout simplement emprisonné. L’Union européenne a déploré cela dans un communiqué de presse. Sans jamais faire d’ingérence tout en respectant ce grand peuple ami et dans le respect de sa souveraineté nationale, quelle est la position de la France qui fait partie des observateurs de l’Union européenne ? », s’est interrogé le député.

 

La Mission d’observation électorale de l’Union européenne (MOE UE) en Tunisie a, de son côté, appelé, dans un communiqué publié il y a deux jours, les autorités compétentes à prendre les mesures nécessaires afin de permettre à tous les candidats, dont Nabil Karoui, de mener sa campagne électorale dans le respect du principe d’égalité des chances à l’élection présidentielle, tel qu’énoncée par la loi électorale et les dispositions réglementaires en vigueur.

Or, à l’heure actuelle, l’homme d’affaires et patron de Nessma TV n’a toujours pas pu mener sa campagne électorale ou prendre part au débat présidentiel afin d’exposer aux Tunisiens son programme.  

 

Pailleurs, le centre Carter a critiqué le timing de l’arrestation de Nabil Karoui, décision prise le 23 août dernier.

« Le moment choisi par le mandat d'arrêt soulève des questions, puisqu'un tribunal d'instance inférieure lui a permis de rester en liberté depuis 2016 alors que l'enquête était en cours. La plainte initiale était basée sur des informations fournies par I Watch, une organisation de la société civile nationale (OSC), qui visait également le candidat à la présidence et chef du gouvernement actuel, Youssef Chahed, et l'ancien membre du Conseil de la Choura d’Ennahda et candidat à la présidentielle, Hatem Boulabiar. Aucun de ces derniers n'a été arrêté. Le mandat d'arrêt de Karoui n'a aucune incidence sur sa candidature officielle. Il restera sur le bulletin de vote et pourra être élu, même s'il reste emprisonné. Le moment de l'arrestation met en lumière des motivations politiques et remet en cause l'intégrité du processus. L’arrestation signifie également que, contrairement à tous les autres candidats, Karoui sera désavantagé car il ne peut pas participer personnellement à la campagne. De plus, sa détention pose certaines ambigüités sur sa participation dans la suite du processus électoral », lit-on dans le communiqué publié il y a deux jours.

 

Le centre a, par ailleurs, révélé que la justice a catégoriquement refusé la demande faites par les membres de la mission d’observation de rencontrer Nabil Karoui qui se trouve actuellement à la prison de Mornaguia. Le centre s’est aussi interrogé comment la détention du candidat à la présidentielle affectera le statut de sa participation au reste du processus électoral.

 

A l’heure qu’il est, le gouvernement ne s’est toujours pas prononcé sur les accusations lancées par les acteurs politiques, les ONG étrangères et les députés français concernant cette affaire ayant fait couler beaucoup d’encre. Certains estiment même qu’il y a péril en la demeure et que le gouvernement met en danger le processus démocratique déclenché depuis la révolution de janvier 2011. Son chef et candidat à la présidentielle, Youssef Chahed, est même accusé par la chaîne Nessma TV d’être derrière cette affaire en usant de son pouvoir pour mettre des bâtons dans les roues de son rival.

 

 Emna Ben Abdallah

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (24)

Commenter

Nephentes
| 12-09-2019 19:55
Tu te cultive c'est bien ; mais tu manque singulièrement de capacité de synthèse historique

Mais t'es pas un mauvais gars;

Aussi je prends la peine d'ajuster ton lampadaire bousillé par un siècle de vents mensongers et putrides

sache que la plupart des Beys depuis le 18eme siècle ont construit les bases de notre infrastructure actuelle sur l'ensemble du territoire : villes, ports, ponts, aqueducs, canaux d'irrigation, places militaires, tribunaux, administrations, centres intellectuels.

Evidemment des injustices insupportables persistaient

Sache également que les Beys, depuis Hamouda Pacha, ont directement contribué à construire l'identité nationale et l'Etat-Nation Tunisien :
Armée, Justice, oulémas, corps d'artisanat, cadastre, Lois, Constitution

Un seul exemple, significatif à mes yeux :
la tradition de réformisme reconnue mondialement comme trait distinctif de notre identité et empreinte spécifique dans le monde musulman ( et au-delà

Le réformisme en terre d'islam c'est l'ouverture sur l'Occident sans reniement de la religion et de la culture musulmanes ; c'est la primauté des textes, des lois, de la Constitution ; c'est
la priorité donnée à l'ordre et à la stabilité, à la modération et au juste milieu ;

Et bien sache que cet acquis décisif fondateur de l'identité tunisienne moderne c'est Hamouda Pache, Ahmed Bey, Mohamed Bey, Bin Dhiaf, Mohamed Kaboudou, Kheireddinne Bacha et tout le mouvement Jeunes-Tunisiens ( Allah Yarhamhoum) , voire Naceur Bey et Si Mon qui l'ont construits

J'ai pas la place ni le temps de faire un exposé pertinent

Réfère toi à ces travaux sur la vérité historique :
https://books.openedition.org/iremam/2550?lang=fr

https://www.cairn.info/revue-d-histoire-moderne-et-contemporaine-2009-5-page-14.htm

http://fasopo.org/sites/default/files/legscolonial_bh_1205.pdf

Maxula
| 12-09-2019 18:05
Si ce n'est déjà fait, j'engage les participants à cette discussion à lire le commentaire de "Youssef kraiem" (12-09-2019 09:34).
Il a magistralement résumé en peu de mots l'essentiel de "l'Affaire K".
La rédactrice de ce papier (Emna Ben Abdallah) devrait aussi le lire.. ..et en prendre de la graine !
Maxula.

Lekkteur
| 12-09-2019 18:04
Merci beaucoup pour ces informations très importantes et pour moi et pour les autres j'ai lu votre commentaire deux fois et j'ai pris des notes je vais probablement faire de plus amples recherches sur ce sujet comme vous dites c'est important de faire un travail d'introspection. D'ailleurs si je me souviens bien la Tunisie était la convoitise et de l'Italie et de la France c'est finalement la France qui a aura eu le dernier mot.

Quand je lis votre texte je me dis que tout le système politique qui gouvernait la Tunisie a été construit sur la foi Islamique c'est l'Islam politique de l'époque sans que les gens ne puisse le nommer d'où le succès des Frères Musulmans puisqu'ils parlent à un inconscient collectif pré-formaté. Comme vous l'étayez si bien ça n'a donné que des injustices une classe au pouvoir riche et aisée et un peuple défavorisé qui recite le Saint Coran par coeur.

Comment ne voulez-vous pas que les grandes puissances mondiales aiment l'Islam et encouragent son application dans ces pays. Ceux qui disent que l'Occident est contre l'Islam se trompent. L'Islam a servi l'Occident plus qu'il n'a servi les musulmans.

Par example moi comme puissance occidentale, russe ou chinoise j'ai en face de moi un pays Islamique X riche en ressources naturelles dans ce pays X il y a une population abêtie par une idéologie venant du desert un peuple qui ne cogite pas et ne pense qu'à mourir pour aller au paradis, ils ne sont pas bons en économie ni en politique par contre je sais qu'ils sont soumis à leur hiérarchie religieuse alors ce que je fais, j'achète un abruti sadique qui ne jure que par l'Arabisme et l'Islam je le mets comme Calife, Président, Roi ou Prince de ce pays X il me donne un accès illimité aux ressources naturelles en contre partie et je lui donne une grosse somme d'argent et les pleins pouvoir (pseudo-démocratie) à lui et à sa clique pour jouer le big boss. Publiquement il doit me detester, detester ma culture et ma religion mais en coulisse c'est mon soldat il fait tout ce que je lui demande. Quand j'ai un différend avec un autre pays Islamique Y je sème la zizanie Islamique Halal entre les deux pays X et Y je demande une armée (chaire à cannon) à mon soldat qui va ensuite envahir l'autre pays et l'occuper au nom de l'Islam. Je mets un autre pion dans le pays Y et je double mes avoirs en ressources naturelles et je renforce mes positions géographiques dans la région. Donc j'ai commencé avec un pays là j'ai deux et ainsi de suite. Seul l'Islam m'aura permis de faire ça, ce genre de stratégie ne marche ni avec l'Hindouisme ni avec le Christianisme et ni avec le Judaïsme comme ces trois idéologies ne réussissent pas à produire des zombies.

Cher Hatem vous êtes un nationaliste authentique et je ne peux que comprendre votre désarroi et votre douleur de voir votre pays dans cet état. J'espère que vous comprenez que la religion est la principale cause de ce qui arrive à la Tunisie et aux autres pays de la région.

Bien à vous

adel
| 12-09-2019 16:27
Ce n'est pas l'Europe qui s'inquiète qu'un corrompu ne pourra pas accèder à l'exécutif en Tunisie.
C'est la France où les corrompus pullulent dans le gouvernement et dont plusieurs présidents sont des criminels de guerre.

HatemC
| 12-09-2019 14:44
Quand la Tunisie est devenu un protectorat et le bey a été contraint de confier tous ses pouvoirs dans les domaines des affaires étrangères, de la défense du territoire et de la réforme de l'administration au résident général de France, la Tunisie ne comptait que 4 km de chemin de fer reliant la médina et le Bardo, ( pour la petite histoire Le Bardo emprunte son nom au mot espagnol prado qui désigne un pré, et par extension, un jardin ).

Transport construit pour leur confort, la Médina était le lieux où résidait les princes et princesses Ottomans '?' de beaux palais encore aujourd'hui possession des descendants Ottomans.
Dar Lasram, Dar El Médina, Dar Othlan, Dar Romdhane Bey ...
Vers 1830, la cité royale du Bardo abritait environ 800 personnes, aucun autichtone '?' et le petit peuple lui vivait en dehors dans des gourbis des médinas environnantes, lugubres et ne mangeait pas à sa faim et les petits étaient envoyés dans les Koteb pour unique instruction ils apprenaient le Coran, alors que les enfants des Ottomans fréquentaient Polytechnique et Ecole militaire, écoles dans l'enceinte du Bardo.

L'Art de la guerre pour se défendre du peuple si dès fois il manifeste sa colère et c'est arrivé avec un massacre, la révolte de 1864 ,révolte ayant pour source le doublement de l'impôt due à des grands travaux essentiellement l'embellissement des palais, révolte réprimée par l'armée beylicale '?'

Sadok Bey a réprimé le peuple dans le sang et l'a soumis à des confiscations de forces, ce qui a conduit le Bey à recourir aux emprunts des banques étrangères, emprunt impossible à rembourser '?' ce qui a entraîné la faillite et la mise sous tutelle européenne des finances tunisiennes et la régence en 1881 est devenue indispensable pour rembourser.
Pour l'histoire aussi, méconnue des Tunisiens,

Le règne des Ottomans en Tunisie n'impliquait pas les autochtones '?'
Toutes les villes était mise sous l'autorité d'un détachement de la milice turque placé sous les ordres d'un caïd ou caid-gouverneur .. qui avait des pouvoirs élargis de nomination des fonctionnaires et levait l'impôt pour le compte de l'état beylical, Beji Caid Essebsi, sa famille était sous les ordres du Bey et avait pour rôle de garder le foyer du calumet tj allumé, le Bey du Bardo avait son fumoir, et le Caid avait ce rôle de tenir ce fumoir en ordre et en service à tout de la journée et de la nuit pour le Bey et son entourage.

Les autres responsables régionaux sont tous membres des familles du makhzen beylical. Celles-ci sont généralement Turques ou Mameloukes '?'
Voilà donc le règne des Ottomans et ses conséquences sur ce peuple qui a été du 7 iemS jusqu'en 1881 sous l'emprise d'une théocratie étouffante '?' Et les Tunisiens dans leur majorité absolu sont tj admiratifs des Beys, d'ailleurs au palais de Carthage il y a une allée avec le portrait de tous les Beys ayant régné sur la Tunisie ... Tant qu'on aura fait pas une introspection et surtout que les historiens retracent notre évolution avec objectivité, on ne se connaitra et on restera divisé ... Salutation ...

Lekkteur
| 12-09-2019 13:04
La France chrétienne et la Tunisie musulmane

Les Européens sont des bâtisseurs quand Rome a occupé Carthage et le nord de l'Afrique il y ont beaucoup bâti. La France a fait la même chose ils ont bâti des écoles, des routes, des hôpitaux et chemins de fer. Je pense que le centre-ville de Tunis et celui d'Alger sont une construction Française. Rues plus larges, des maisons plus confortables et plus accessibles versus le model de l'occupant Arabo-Turc des rues étroites des maisons petites de taille et entassées comme des sardines. Regardez les photos de la Mecque avant la découverte du pétrole presque méconnaissable. Bon les gens sont à majorité hypocrites ils pointent du doigt la France seulement parce que les Francais sont des chrétiens (Kafer) ils n'osent pas le dire. Si les Turcs étaient chrétiens ils auraient eu la même haine. Voyez-vous Hatem c'est toujours la religion qui est à la base de toute haine et de tout amour. En Islam il y a l'idéologie Aimer en Allah et Haïr en Allah surtout Hair les Kafer et les associateurs que Allah lui même déteste. C'est pour ça que vous voyez une grande haine envers l'Occident croisé c'est une haine ancienne qui dure depuis des siècles seulement les acteurs qui changent mais la vielle pièce de theatre elle reste intacte. C'est l'Islam Politique de toute une population pas seulement celui des Frères Musulmans.

Bien à vous

NBA
| 12-09-2019 12:38
Aies pitié pour la langue de Molière! La grammaire et la conjugaison.

je dis la vérité
| 12-09-2019 12:31
Il est hors de question, de manger la bouffe des chiens.
Ce peuple a été suffisamment leurré par ce gouvernement, composé d'opportunistes, d'arrivistes et d'incompétents, pour donner sa voix à un manipulateur comme YC.

La question, c'est celle de balayer cette équipe, avec à sa tête cet opportuniste.

Je sais, et la grande majorité des électeurs savent, que NK, n'a pas de bague magique.
On veut le changement, c'est tout...

Lekkteur
| 12-09-2019 12:19
Il viendra le jour où le système Islamique féodal s'effondrera comme il s'est effondré en Espagne il y a 500 ans. Ce système était un frein au développement de l'Europe. Cette dernière a pris vraiment son essors quand l'Espagne vers la fin du 15ème siècle a renvoyé les musulmans arabes et berbères vers le Maroc. Maintenant et après 500 ans comparez la Monarchie Islamique du Maroc à la Monarchie Constitutionnelle d'Espagne qui sont séparées par seulement 14 km de mer. La première est un système féodal, dictatorial où les gens souffrent dans une pauvreté criante et la deuxième une démocratie où il fait bon vivre où les femmes ont les même droits et devoirs que les hommes. C'est tout simplement l'héritage qui définie le futur des peuples.

Il y a une différence entre celui qui vous dit apprenez à vos enfants comment pêcher un poisson et celui qui vous dit prenez les poissons des autres convertissez les ou imposez leur la Jizya et donnez le un cinquième à Dieu et à son Prophète. Le premier promeut l'autonomie et le deuxième encourage la dépendance.

La photo exprime très bien la culture de la dépendance et du butin. C'est pour ceci que les Socialistes et Communistes (la Gauche comme Karwi) aiment la culture du butin, c'est qu'elle leur garanti toujours une majorité de gens pauvres (prolétaires) qui payent des plus d'impôts et enrichissent la classe au pouvoir. Ce n'est pas un hasard que la gauche veut augmenter l'immigration Islamique en Europe tout simplement les musulmans traditionnellement votent pour la Gauche et très peu pour la Droite qui elle promeut l'autonomie.

En ce qui concerne la France je ferai un autre commentaire tout de suite après celui là

Bien à vous

NBA
| 12-09-2019 11:49
Une précision de taille. Vous écriviez ci-dessous :  « Enfin pour la mission Carter qui conteste le timing de l'incarcération je me contenterai de lui rappeler le cas de D.S.K. arrêté par la justice américaine eu pleine campagne électorale française !!!! ». La vérité est que DSK fut arrêté le 14 Mai 2011 et que les élections présidentielles Françaises ont eu lieu pour le 1er tour le 21 Avril 2012 et pour le second tour le 6 Mai 2012. L'arrestation de DSK a eu lieu donc une année avant et non pas en pleine campagne présidentielle.

A lire aussi

Deux jours à peine après le séisme qu’a secoué le pays avec un résultat de premier tour de la

17/09/2019 22:00
5

Le peuple se trouve devant un choix crucial : voter pour Kaïs Saïed ou Nabil

16/09/2019 20:16
7

Les dés sont jetés et les jeux sont faits pour ce premier tour de l’élection présidentielle.

15/09/2019 22:30
18

Cette idée germait dans la tête de Nabil Karoui depuis 2014, voire

15/09/2019 21:00
23

Newsletter