alexametrics
vendredi 02 décembre 2022
Heure de Tunis : 13:08
A la Une
La Tunisie recommande au monde ce qu'elle ne fait pas !
27/09/2022 | 13:26
9 min
La Tunisie recommande au monde ce qu'elle ne fait pas !


Le ministère des Affaires étrangères a publié, à la date du 27 septembre 2022, une série de photos reprenant des passages du discours prononcé par le ministre Othman Jerandi lors de sa participation à la 77ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies à la date du 26 septembre 2022. Le ministre avait essayé d'adopter un discours moderniste et appelant à faciliter le développement et l'avancement des pays dans plusieurs secteurs et au sujet de multiples questions. Tout au long de son allocution, Othman Jerandi a souligné l'importance de la démocratie et des fondements et valeurs garantissant celle-ci. Jerandi a estimé que le monde entier se devait de les respecter.


Cette déclaration vient quelques jours après la publication du décret électoral qui, suite à une première lecture, nous mène à conclure que la Tunisie, par le biais de son ministre des Affaires étrangères, recommande au monde ce qu'elle ne fait pas. 

Le décret en question interdit aux binationaux désirant candidater aux législatives de présenter leur candidature sur le territoire tunisien. Il s'agit là d'une atteinte grave à l'un des fondements de la démocratie : l'égalité des droits. Les binationaux vivants en Tunisie seront considérés comme citoyens de seconde zone en raison d'une nationalité, dans la majorité des cas, héritée de leurs parents. Ils n'auront que la possibilité de participer au vote. 

Autre fondement de la démocratie, n'ayant apparemment aucune importance, pour Jerandi : la séparation des pouvoirs. Othman Jerandi essaie d'affirmer que la Tunisie est une démocratie exemplaire alors que son président s'est octroyé par la force les pleins pouvoirs, a dissous le parlement ou encore s'est ingéré dans le pouvoir judiciaire. Le chef de l'Etat, Kaïs Saïed avait décidé de révoquer des magistrats par un simple décret et en opposition à la procédure administrative et à leur droit de se défendre devant l'inspection générale. Ces derniers ont, par la suite, obtenu gain de cause auprès du tribunal administratif, mais on refuse toujours de les réintégrer dans leurs fonctions ! Ainsi, le pouvoir exécutif a démontré qu'il n'avait aucun respect pour les décisions judiciaires qui ne lui plaisaient pas et qu'il ne comptait pas les appliquer. 


Othman Jerandi a insisté sur l'attachement de la Tunisie à la démocratie. Une démocratie qui, théoriquement, doit garantir la coexistence entre les partis politiques. Or, la réalité tunisienne est très loin de celle évoquée par le ministre durant son allocution. Le pouvoir en place s'est complètement détaché de la majorité de ces structures et a tenu à le faire savoir. Le gouvernement, formé depuis presque un an, ne s'est jamais entretenu avec les partis politiques que ce soit ceux qui le soutiennent ou ceux de l'opposition. La cheffe du gouvernement, Najla Bouden a choisi d'ignorer complètement leur existence. Du côté de la présidence de la République, c'est tout une autre histoire ! Le chef de l'Etat, Kaïs Saïed n'a pas raté une occasion pour rabaisser les partis politiques, les accuser eux et leurs leaders de corruption ou de trahison ou d'affirmer que tous, sans exception, sont responsables de la détérioration de la situation économique et sociale. Bien évidemment, une minuscule minorité a réussi à s'attirer les bonnes grâces du président de la République. Le mouvement Echaâb, à titre d'exemple, a eu le privilège de participer à un simulacre de dialogue national ayant abouti à un projet de nouvelle constitution ayant fini par la suite à la poubelle puisqu'il ne répondait pas aux attentes de Saïed. 

« Dans le cadre d'un Etat préservant ses droits constitutionnels, sa liberté, sa sécurité et sa dignité, dans lequel prévalent la loi et la souveraineté du peuple », a ajouté Othman Jerandi. Encore une fois, le ministre essaie de donner des leçons au reste des Etats membres des Nations unies en se basant sur une illusion. Le ministre a-t-il oublié que la constitution a garanti l'égalité et la parité entre l'homme et la femme dans les conseils élus et que le décret électoral a complètement balayé ce principe en optant pour le mode de scrutin uninominal ? A-t-il omis de préciser que le gouvernement facilitait l'accès et garantissait la tenue de manifestation soutenant ce dernier à l'avenue Habib Bourguiba, lieu iconique de la Révolution de 2014 et interdisait les rassemblements à l'opposition dans le même endroit ? Pourquoi n'a-t-il pas expliqué les raisons de la promulgation du décret n°54 soi-disant visant à lutter contre les crimes liés aux systèmes d'information et de communication, mais qui ouvre les portes aux atteintes à la liberté d'expression en raison de l'absence de clarté et de la possibilité de l'interpréter comme bon nous semble ? De plus, le pouvoir en place s'est donné le droit de porter atteinte à plusieurs personnalités politiques en raison de leur opposition à Kaïs Saïed.

Ghazi Chaouachi, secrétaire général du parti Attayar, opposant à Kaïs Saïed, s'est retrouvé devant la justice pour avoir déclaré que la cheffe du gouvernement avait présenté sa démission. On l'accuse d'avoir imputé un fait illégal à une fonctionnaire. Dire qu'un responsable a démissionné serait, selon le président de la République et la ministre de la Justice illégal. Le député et homme d'affaires, Mehdi Ben Gharbia, a, quant à lui, été jeté en prison depuis près d'un an et accusé de blanchiment d’argent. Le juge d’instruction a beau cherché dans le dossier et les actes d’accusation envoyés par le parquet, il n’a rien trouvé pour l'inculper. Néanmoins, la décision de le libérer a rapidement fait l'objet d'un appel. Mehdi ben Gharbia se trouve toujours en prison sans raison ! Cette atteinte grave à ses droits et à sa dignité ne semble pas déranger le pouvoir exécutif qui s'était empressé d'empiéter sur le pouvoir judiciaire afin de servir ses intérêts. Mehdi Ben Gharbi n'est pas le seul exemple que nous pouvons citer : l'ancien ministre Samir Taïeb, l'ancien député et homme d'affaires, Mohamed Frikha, l'ancien président de l'ordre des avocats, Chawki Tabib, l'ancien chargé de la communication, Mofdi Mseddi, l'ancien secrétaire général du gouvernement, Riadh Mouakher ou encore l'ancien ministre, Anouar Maarouf. Tous ont fait l'objet d'assignations à résidence ou de garde à vue injustifiées et qui ont, par la suite, été annulées et levées encore une fois sans explications de la part du pouvoir en place.


Othman Jerandi a, au cours du même discours, évoqué l'adoption de nouvelles solutions et de nouvelles méthodes permettant de créer de la richesse. Il a considéré que la Tunisie adoptait une stratégie encourageant la recherche scientifique. Or, ce secteur bénéficie de ressources très limitées en Tunisie et se trouve souvent en opposition à la législation en vigueur. Depuis la nomination du gouvernement de Bouden, rien n'a changé à ce sujet. Le budget consacré au ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique s'élève à seulement 1,9 milliard de dinars, soit près de 3% du budget de l'Etat. Pour ce qui est de l'adoption de nouvelles politiques économiques, le gouvernement n'a pas fait preuve d'ingéniosité. La Tunisie souffre d'une pénurie majeure et le pouvoir en place ne s'est focalisé que sur la conclusion d'un accord avec le Fonds monétaire international afin d'obtenir un premier fonds lui facilitant l'obtention de crédits auprès d'autres structures. L'équipe de Bouden a soumis un programme de réformes identique à celui présenté par les gouvernements précédents. Il tourne autour de trois axes qu'on ne cesse d'évoquer depuis 2011 : la restructuration des entreprises publiques, la masse salariale et la réforme du système des compensations. Tout au long de ces négociations sans fin, le gouvernement procède à des hausses des prix du carburant et du tabac afin d'essayer de combler le déficit budgétaire. Une approche qui nous rappelle la fameuse "décennie noire" à laquelle nos chers ministres devaient théoriquement mettre fin.


Le ministre s'est illustré dans la déformation de la réalité lors du discours donné à l'occasion de la 77ème assemblée générale des Nations Unies. Il a, ainsi, montré qu'il méritait véritablement d'appartenir à ce gouvernement et qu'il y avait, contrairement à ce qu'on pouvait assurer, une homogénéité et une entente au sein de l'équipe de Bouden. Une homogénéité dans la désinformation ! Othman Jerandi a fidèlement repris la stratégie du gouvernement et du chef de l'Etat : chez nous, tout se passe très bien et il n'y a pas à s'inquiéter même si tous les indicateurs prouvent le contraire ! Peut-être croit-il qu'à force de répéter le même discours et de continuer à induire le monde en erreur, ce cela deviendrait réalité !


Sofiene Ghoubantini

27/09/2022 | 13:26
9 min
Suivez-nous
Commentaires
Delabarre
Incompétent
a posté le 28-09-2022 à 20:19
La Tunisie es gouvernée par une bande de menteur es un dictateur qui connais rien
Oui il détruit sont pays cette ordure de président
Bon courage la Tunisie
Vous crevée de faim ces votre faute
Abel Chater
Mtèaâ Allah yè Bnèy el-kaleb.!!!
a posté le 28-09-2022 à 08:12
Au lieu de prier ses créanciers d'avoir compréhension pour l'état catastrophique, dont il gouverne la Tunisie lui-même sous l'égide de son Boss Kaïs Saïed, afin de lui alléger les dettes par lesquelles il a enfoncé la Tunisie jusqu'au cou par sa débilité politique, l'homme demande du monde libre, de lui soutenir l'illégalité de son coup d'Etat même contre la Constitution de 2014, qui les a menés à ces postes.
Plus débile, tu meurs.
Forza
yakado almoudnibou
a posté le 28-09-2022 à 06:40
an yaqoula khoudouni. Il sait qu'il ne représente pas un régime démocratique, c'est la raison.
Taissir Khessairi
réaction
a posté le 28-09-2022 à 03:19
Je suis étonné de lire le passage sur "la restructuration des entreprises publiques, la masse salariale et la réforme du système des compensations". Ces exigences du FMI pour débloquer des fonds d'urgence sont tellement connues historiquement qu'elles sont bien rouillées et j'ajoute qu'elles ont prouvé leur inefficacité et mènent à une braderie internationale des entreprises et biens publiques. Les exemples sont si nombreux ...
Le tableau dressé dans cet article est certes bien noir, mais du moins restons patriotes.
Nabil Ayari
SINISTRe MINISTRE PANTIN DU ROI
a posté le 27-09-2022 à 19:30
Mais quel sinistre personnage ceux qui sont en train de l'écoutaient, doivent se rouler par terre de douleur de rire , en écoutant un idiot utiles envoyez par le Roi, pour amuser la galerie un clown Tunisien a New York
hannibal
@ bruno
a posté le 27-09-2022 à 18:47
Les binationaux ne sont pas des taupes,il contribue énormément à l'économie du pays soit en envoyant de l'argent par mandat soit en le dépensant lorsque il descende au pays.
arreter de dénigrer des gens que vous ne connaissait meme pas et la du coup c'est vous qui étes sous le coup de la loi pour propos diffamant.
A bon entendeur
Abel Chater
@hannibal
a posté le à 08:31
Aucun bi ou tri-national de Tunisie, ne t'a demandé de parler en son nom. Occupe-toi de tes affaires personnelles et laisse les gens s'exprimer comme bon leur semble. Ne menace pas par "propos diffamants" et par tout ton grabuge de la création d'hostilité entre les Tunisiens. Les Tunisiens sont indivisibles, que tu le veuilles ou que le crétin à qui tu t'adresses, lui aussi le veuille ou non.
Vive la Tunisie démocratique arabe et musulmane de régime parlementaire.
Bruno
La vérité
a posté le 27-09-2022 à 15:58
Vous êtes entrain de proférer des mensonges. Les binationaux n'ont aucunement le droit de se présenter aux élections vu qu'ils sont au service des pays leur ayant octroyé la nationalité et peuvent par la même être des taupes pour le compte de ces pays et c'est le cas. De plus dire, le manque de denrées est due à la spéculation que les politiques sont entrain d'appliquer pour mettre à mal l'état quand on sait qu'ils ont tout fait pendant ces dix années de mettre à mal l'état et de s'infiltrer dans les rouages de l'état justement pour être prêt à de tels agissements lorsqu'ils seront écartés. Arrêtez vos désinformations et sachez que proférer des mensonges est puni par la loi que vous rejetez par qu'elle exclu les propos non seulement diffamatoires mais mensonger ce qui est le cas de votre article. On verra si ma réponse sera censurée par votre rédaction
Bouba
Hypocrite
a posté le 27-09-2022 à 15:31
Mr Ghobrntini, quel '?tat dit démocratique au monde n'est pas hypocrite quand il s'agit des droits de l'homme, des droits des minorités ou encore des droits de la femme, les champions occidentaux à leur tête les '?tats Unis où on condamné encore à la peine de mort, où des minorités sont encore écrasées et leurs droits bafoués, en Europe des pays qui soutiennent des dictatures, ou des genecodaires ( comme Israël) et continuent à donner des leçons et où l'extrême droite est entrain d'envahir leurs électorats, dite moi Mr Ghobrntini les quels sont plus hypocrites ces pays où ceux qui les défendent comme chantres de libertés
R.T.
Maaîz ou laou tarou !
a posté le 27-09-2022 à 15:06
Ya mzaîen nim barra ach halek min dakhel !!!!!!!!!!!!!
grendizer
comment
a posté le 27-09-2022 à 15:04
Mais le monde entier dit ce qu'il ne fait pas:
- Les USA et tout l'occident nous cassent les oreilles avec la démocratie et les droit de l'homme jour et nuit , mais quand on arrive au pétrole on détruit l'Irak ,on détruit la Libye, on vole le pétrole de la Syrie , on tue les palestiniens jour et nuit , MBS est devenu fréquentable et on lui donne des armes pour tuer les Yéménite , Israel est le sommet des droit de l'homme ......
- Côté arabe et muslmans , La turquie a mis en prison des centaines de milliers sous prétexte de coup d'état ( et l'occident ferme les yeux ) , les pays du golf sont des dictatures pure et dures mais le chancelier Allemand va au Qatar car il abesoin de gaz au diable la démocratie te les droit de l'homme., Macron est venu mandier l'Algérie pour un peu de gaz sans évoquer ni droit de l'homme ou démocratie ......................................Etc................
- Dans l'Est la corée de nord a compris que pour exsiter il faut une bombe atomique qui la protége alors que l'Iran et tout pays arabe qui veut avoir une technologie sera sanctionner et bombarder ( Comme l'irak) car quand les bombes bénites de l'occident nous tombent sur les têtes on devient de bon arabes surtout quand ça vient de la bouche de Golda Meir "Un bon arabe est un arabe mort "
Alors si notre ministre parle de chose que la Tunisie ne fait pas ce n'est pas la fin du monde car tout le monde fait autant
Houcine
@grandizer
a posté le à 21:32
Vous levez des lièvres que les autres refusent de voir.
En Tunisie, nos "démocrates" se plaisent à se regarder dabs les yeux de Chimène et croient ferme en leur exemplarité.
Ils sont vigilants, sourcilleux, puristes et radicaux envers Kais Saied et tout ce qui le soutient.
Ils font de même envers qui ne le critique point.
Ils sont les gardiens du Temple.
Vous savez fort bien tout cela.
Les gens qui croient tenir le vrai sont redoutables. Ils excommunient, distribuent les bons points, discernent le vrai du faux, savent ce qui est juste et bon pour nous.
Ils sont la mesure de tout.
Il suffit de les regarder agir, et vous avez la réponse....
En tout cas, je voulais vous dire mon assentiment.


Carthage Libre
"Le monde entier doit respecter la Démocratie" selon Jerandi? hhhhhh mala NOKTA à la Kaies Saied.
a posté le 27-09-2022 à 13:56
Vous savez? J'ai même peur d'écrire quelque chose comme "y'a plus de beurre, de lait, d'huile, de sucre, de poulet, de café, etc" sur mon profil Facebook ; face à un régime Dictatorial bête et méchant, ils peuvent me coller 5 ans!

Heureusement qu'il reste encore des médias "ouverts" pour que l'on puisse parler de la situation CATASTROPHIQUE de notre pays, avec un malade qui est là depuis 3 ans et qui n'a rien, mais absolument rien foutu...sauf d'avoir renforcé ses copains khwenjias, plus "aimés" que jamais par les Terroristes et les malades qui aiment Nahdha.

Il reste encore des médias où l'on peut s'exprimer (et je les remercie pour cette défiance vis à vis de ce régime Dictatorial)....mais jusqu'à...QUAND
ATT
Un Putschiste recommande le Kaddafisme moderne à l´ONU !
a posté le 27-09-2022 à 13:40
Tbarkallah 3lih wa 3lè Sidou !