alexametrics
lundi 15 juillet 2024
Heure de Tunis : 20:52
Sur les réseaux
La mésaventure de quatre candidates au bac émeut la toile
13/06/2024 | 14:56
1 min
La mésaventure de quatre candidates au bac émeut la toile

 

Un statut publié, mercredi 12 juin 2024, par quatre candidates au baccalauréat a fait le tour des réseaux sociaux, suscitant la compassion, mais aussi la révolte des internautes, tenant compte de la douleur qui se dégage du récit des jeunes filles. 


En effet, habitant dans une zone rurale, les quatre candidates au bac n'avaient pas pu passer la dernière épreuve parce qu'elles n'avaient pas trouvé de transport à temps et qu'elles étaient arrivées en retard.

"Nous avons quitté nos domiciles à 6h du matin. Nous avons attendu jusqu'à 7h10. Nous avons appelé le chauffeur qui nous transportait habituellement, mais il n'était pas disponible. Nous avons appelé plus de quatre chauffeurs. Finalement, un chauffeur est venu nous chercher à 7h50 et nous ne sommes arrivées au lycée qu'à 8h21. Nous étions en train de pleurer. Les surveillants sont venus nous voir pour comprendre de quoi il s'agit. Cependant, le directeur du lycée avait refusé de nous laisser passer l'examen, malgré les demandes incessantes des surveillants, de l'inspecteur et du chef du centre d'examen. Aujourd'hui, nous avons été privées de passer notre examen parce que nous n'avons pas de transport. Nous sommes privées de réussite, et nos efforts, ainsi que ceux de nos familles sont tombés à l'eau.[...] Ce n'est pas de notre faute si nous n'avons pas de transport [...] Vous nous avez détruit et vous avez détruit la joie qui est en nous. Nous avions l'espoir pour réussir…". 


S.H



13/06/2024 | 14:56
1 min
sur le fil
Tous les Articles
Suivez-nous
Commentaires
Doudou
Le plus simple
a posté le 20-06-2024 à 08:21
Le plus simple aurait été de les laisser passer l épreuve dans une salle a part pour ne pas perturber ceux qui passent l examen puis de le signaler au rectorat, ministère et tutti quanti pour solutionner ce probleme et non pas interdire puis reflechir. Priver ces élèves de tant d efforts n est pas normal.
Haythem
Transport
a posté le 15-06-2024 à 11:31
Zone rurale? Hahaha je travaille à la goulette pour retourner à maison à raoued je dois prendre un bus le 247. avec un peu de chance je peux attendre jusqu'à 2h sinon je fais de la marche à pied chaque pour sortir de cette zone d'ombre pour trouver un transport (la correspondance de deux autres bus )
El Abed ridha
Le responsable incompétent
a posté le 15-06-2024 à 00:37
Le responsable qui a refusé de laisser les filles retardataires de passer leurs examens doit être jugé pour son ignorance et son incompétence afin de gérer un cas de cette importance , il n' a pas le sens de responsabilité
juan
un plan B aurait du exister
a posté le 14-06-2024 à 14:42
plan B: en voyant des candidats qui manquent, j'aurais retardé l'épreuve de 1 h ou 2h, en me renseignant auprès du transport.
Citoyen_H
PENDANT QU'ON Y EST, POURQUOI NE PAS PREVOIR UN PLAN "D" ET UN PLAN "E" ET "F"..........
a posté le à 00:02
afin de retarder l'épreuve d'une semaine ou d'un mois, le demeuré !!!
Il n'y a que ceux qui prédisposent d'un ADN de chamelier, qui portent en eux, des idées de simplets voulant reconstruire le monde !!!
Quelle misère.
Ce n'est pas demain, qu'on sortira de la merde.
Quelle misère.
Et dire que ça se prétend vivre en Suisse.
Pauvre Suisse.


Ridha
Trouver une solution
a posté le 14-06-2024 à 10:18
La loi ne s'applique que sur les gens pauvres faibles ....
C'est bien d'appliquer la loi mais il est bon aussi de prendre en considération la force majeure qui a empêché ces pauvres filles de passer leur bac
On espère que le ministère trouve une solution pour ces jeunes filles
Yaakoub jebali
Méthode de moyen age
a posté le 14-06-2024 à 08:24
Il ya mille et une alternative pour solutionner plutôt juguler le problème du retard et ou autres.

Des lors qu'il n'y a pas de ministre qui dépose leur démission on restera la où est,on en régime marche arrière avec vitesse,couple très élevé

Tous le monde justifie leur salaire ici,et voici le fruit amer des soit disant responsable.

RESPONSABLE A LA GOMME
Sultan
Loi c'est la loi
a posté le 14-06-2024 à 07:47
Avec toute la compassion et l'empathie éprouvée vis-à-vis de ces jeunes candidates, je suis désolé. Le directeur du centre d'examens a raison et les directives du ministère sont claires là dessus.
Pyvia
Bac
a posté le 14-06-2024 à 06:10
En 30mn il est possible facilement de récupérer le sujet et d'obtenir une composition !
Vu le cirque de la triche et les commentaires, certes l'application de la règle est rude, mais évitons d'installer une nouvelle façon de tricher.
Comme dit, rattrapage en septembre sur ce type de situation.
Gaston
C'est pas compliqué...
a posté le 14-06-2024 à 03:22
Le BAC à midi.

Problème réglé.
Gg
Mais oui, Gaston!
a posté le à 08:05
C'est tout simple, il suffisait d'y penser!
Ben Mansour
Manque de perspicacité
a posté le 13-06-2024 à 21:15
Le proviseur a appliqué à la lettre la loi , mais dans ces conditions exceptionnelles , il aurait dû penser à la situation de ces candidates et il aurait dû bien réagir.
En fait, pour éviter des conséquences fâcheuses à ces candidates, il aurait dû les accepter pour passer l'examen avec un retard de "" 30 min comme indiqué "", établir un PV avec les surveillants et les cadres présents, et informer la tutelle ......une telle démarche est faisable et même nécessaire pour rester dans les normes d'une gestion en bon père de famille sans léser ni l'administration "" avec ses règlements ": et non plus les candidates.
Le cerveau est fait pour le creuser quand il le faut et trouver l'optimum .
Il n' y a pas plus simple que d'être borné dans l'application de la loi.
EL OUAFI
Madame la ministre doit intervenir
a posté le 13-06-2024 à 19:23
Un cas de force majeur,
Il faut y remédier avec intelligence et responsabilité.
ces filles doivent interpeller la ministre de l'éducation nationale, et leur faire passer les épreuves manquées par la défaillance du transport rural dans la région, car elles n'étaient pas en infractions, leur donner une chance et s'acquitter de cette énorme bévue adminitrative commise par un borné aux neurones en état d'hibernation.
Citoyen_H
QUANT AUX NABBARRAS QUI PIGENT QUE DALLE, SUR TOUT ET N'IMORTE QUOI
a posté le 13-06-2024 à 18:38
il aurait mieux valu qu'ils ferment leur clapet avant de vomir des stupidités et des imbécillités, qui n'ont d'égal que leur médiocrité !!

Citoyen_H
TEMPETE DANS UN Dé à COUDRE
a posté le 13-06-2024 à 18:33
Le règlement est le règlement !!!
Inutile d'ameuter l'univers en déversant votre poison habituelle envers notre Kaissoune, car c'est le but premier des racailles disposant d'une armada de mercenaires du front des traitres sur les réseaux sociaux.
L'inspecteur et le chef du centre d'examen, n'ont fait qu'appliquer le règlement en vigueur.
Au pire, à mon avis, après enquête, elles passeront leur examen au mois de septembre, lors d'une session de rattrapage.
Si cela dépendait de moi, je les ferais redoubler rien que pour le fait d'avoir dit ce qui suit :
"Vous nous avez détruit et vous avez détruit la joie qui est en nous. Nous avions l'espoir pour réussir'?'"
Ce sont des accusations graves, sortant de la bouche de futurs bacheliers !!!
Il est grand temps pour que tout Tunisien, assume la portée réelle des mots qu'il a prononcé.
Le civisme est une vertu qui a quasiment disparu du territoire.
Soyez implacables, messieurs les gouvernants.



Sfaxi
Le crime grave envers la ruralite tunisienne
a posté le 13-06-2024 à 18:28
Cette terrible mésaventure vécue par ces 4 lycéennes n'est qu'un épisode de l'effroyable situation dans laquelle végète la ruralite tunisienne depuis des décennies.
Entre absence d'infrastructures de base, de service sociaux minimum, d'infrastructures sociales et sanitaires, etc. Les ruraux subissent au quotidien les conséquences de graves négligences accumulées de la faute des différents gouvernement et autorités locales qui se sont succédés.
L'urgence est de les sortir de ce sous développement chronique, de répondre à leurs attentes et de valoriser la ruralite qui est une richesse.
Pour revenir à ces 4 lycéennes, j'espère qu'elles pourront obtenir la possibilité d'un rattrapage et avoir les mêmes droits que leurs camarades.
Sans vouloir jeter la pierre au directeur, soumis à une administration sclerosee, et aux chauffeurs du transport scolaire, eux mêmes broyés dans ce système, il faudra revoir de fond en comble l'éducation nationale et apporter de véritables réponses à l'ensemble des parties prenantes.
L'exilé
'?a tourne pas rond!
a posté le 13-06-2024 à 17:47
C'est tout de même bizarre. Sauf si les procédures ont changé, c est le chef du centre d'examen qui est le seul à diriger le centre et à prendre les décisions. Le proviseur du lycée n'a pas à s'y mêler. La décidion est juste selon le règlement. Le chef du centre est tenu de l'appliquer à la lettre. Il aurait pu consulter ses supérieurs àTunis, je ne pense pas qu'on ait pu inverser la décision, mais cela aurait laissé l'impression qu'il n'est pas l'homme de la situation et par conséquent indigne de la mission. C'est comme cela. Dommage pour les filles. Elles auront zéro à l'épreuve en question. Elles pourraient être repêchée en repassant à la session de contrôle.
Gg
Bêtise crasse
a posté le 13-06-2024 à 17:19
On aurait pu mettre ces 4 filles dans une salle à part, avec un surveillant. Elles auraient commencé avec 30mn de retard, et fini avec 30mn de retard.
Mais il y en a un qui devait être très content de faire rater le bac à 4 filles!
naceur fah
Manque d'intelligence
a posté le 13-06-2024 à 15:54
Le directeur n'avait rien à perdre. Il aurait pu leur permettre de passer l'examen et notifier les circonstances aux autorités compétentes pour décision , on ne sait jamais, mais au moins il leur aurait offert une chance . Avec un épreuve non passée, il n'a fait qu'empirer la situation, par manque d'intelligence et d'esprit d'initiative ou peur du fameux article 96 ou simplement par sadisme.