alexametrics
samedi 02 juillet 2022
Heure de Tunis : 09:00
BN TV
La crise libyenne objet de la réunion tripartite des MAE tunisien, algérien et égyptien
18/12/2017 | 09:56
3 min
La crise libyenne objet de la réunion tripartite des MAE tunisien, algérien et égyptien

 

 

Une rencontre ministérielle tripartite (Tunisie, Algérie, Egypte) a réuni, dimanche 17 décembre 2017 à Tunis, les ministres des Affaires étrangères des trois pays, respectivement, Khemaies Jhinaoui, Abdelkader Messahel et Sameh Choukri, pour discuter des dernières évolutions ainsi que des perspectives d'une solution politique à la crise en Libye.

 

Les ministres ont, ainsi, examiné les efforts déployés par les trois pays pour trouver une solution consensuelle entre toutes les parties libyennes, quelque soit leurs appartenances et leurs orientations, sous les auspices des Nations-Unies. Ils ont exprimé leur satisfaction et leur soutien aux efforts déployés par l'Envoyé spécial de la mission d'appui des Nations-Unies en Libye, Ghassan Salama, qui visent à accélérer la mise en place d’un plan d'action et d’une solution politique à la crise libyenne.

Les chefs de diplomatie ont renouvelé leur soutien à l'accord politique libyen en tant que cadre d'une solution politique dans ce pays, se félicitant de la déclaration du Conseil de sécurité du 14 décembre 2017 sur la situation en Libye et réaffirmant le rôle central ainsi que la responsabilité politique et juridique des Nations-Unies, qui doit veiller sur le dialogue politique libyen et suivre la mise en œuvre de ses dispositions et de ses résultats.

 

 

 

Les trois ministres ont appelé toutes les parties libyennes à favoriser l'intérêt national du peuple libyen, le dialogue et le consensus pour permettre la mise en œuvre du "Plan d'action pour la Libye" proposé par Ghassan Salama 2017, et mettre fin à la phase de transition dans les plus bref délais, dans une atmosphère pacifique, en réalisant des revendications constitutionnelles et exécutives, tout en fournissant un environnement sécuritaire et politique favorable à l'organisation des élections présidentielles et législatives. Ils ont appelé toutes les parties à prendre leurs responsabilités afin de mettre en œuvre tous les revendications contenues dans l'accord politique.

Ceci dit, les ministres ont réaffirmé leur refus de toute ingérence extérieure en Libye et toute forme d'escalade interne ou toute tentative de toute partie libyenne visant à saper le processus politique. Ils ont réaffirmé leur attachement à l'unité, à la stabilité de la Libye et à son intégrité territoriale. Pour eux la solution politique doit être libyenne, s’écoulant de la volonté et du consensus de toutes les composantes du peuple libyen, sans exclusion ni discrimination. Ils ont souligné l'importance d'unir toutes les institutions nationales libyennes, y compris l’institution militaire.

 

En outre, les trois chefs de diplomatie ont salué les efforts déployés par les autorités libyennes pour faire face à la crise des immigrés clandestins, soulignant que la lutte contre le phénomène de l’immigration clandestine nécessite une approche globale de la part de tous les acteurs de la communauté internationale pour tenir compte des causes profondes de ce phénomène.

 

 

 

Les ministres tunisien, algérien et égyptien ont convenu de continuer l’encouragement de la coordination sécuritaire entre les trois pays afin d'évaluer les menaces que font peser les organisations terroristes sur la sécurité et la stabilité de la Libye ainsi que sur les trois pays et celles des pays voisins, en soulignant l’importance de l'échange d'informations et de surveiller tout mouvement des éléments terroristes dans la région et venant des zones de conflits.

Ils ont mis en garde contre la détérioration des conditions de vie du peuple libyen due à l'instabilité et au prolongement du processus politique. Ils ont mis en relief l’importance de fournir des services publics au citoyen libyen et d'améliorer les conditions de sa vie quotidienne.

 

Les trois ministres ont convenu de tenir leur prochaine réunion en Algérie à une date qui sera fixée ultérieurement.

 

I.N

  

 

 

18/12/2017 | 09:56
3 min
Suivez-nous

Commentaires (6)

Commenter

WAFFY
| 19-12-2017 10:19
Un drapeau royal ce qui manque c'est le Roi qui est installé par ceux qui décident pour l'instant peut être la stabilité sera instaurée prochainement dés que le climat sera favorable est le roi apparaîtra .
L'Italie avait sedé La Libye à un Roi ( Mostaguanmy ) ou est ce Roi ou ses proches si nous sommes pas un monde virtuel ou imaginaire .

Fennec
| 18-12-2017 23:05
Pays de guignols
Continuer à boire du coca et espérer des jours meilleurs.
Ce n'est pour demain.

Leila Ben Salem
| 18-12-2017 17:51
Nous sommes malheureusement habitues de voir des commentaires du delire de leon,nous les sautons carrement,nous ne les lisons meme pas.Lui et ses abeilles .....on s en moque eperdument.Il est carrement un habitue des delires qui amusent certains lecteurs.Business news
le lui autorise...

IMAZIREN
| 18-12-2017 11:13
Pourriez-vous nous dire où El DJAZAÏR prend sa feuille de route?
Cordialement

Leila Ben Salem
| 18-12-2017 10:57
Ils soutiennent un accord qui a expire
Franchement la Lybie a besoin d un homme fort et d une armee pour mettre de l ordre et eliminer tous les groupuscules de terroristes et de mafiosis.Le reste c est de la pure hypocrisie.

Léon
| 18-12-2017 10:22
Pas un seul de ces pays ne décide par lui-même (peut-être un peu l'Égypte, et encore!).
Ils sont là pour remettre chacun la feuille de route d'un pays atlantiste tiers. Et surtout les tunisiens qui ont baissé la culotte en adoptant une merdolution qui n'est rien d'autre qu'un coup d'état version 2.0.
Ils ne vont pas me raconter qu'ils ont la décision souveraine; eux qui sont les obligés du FMI.
La Parole souveraine c'est oublié: C'était le bon vieux temps de la Tunisie de Bourguiba et de Ben Ali.
Alors occupez-vous de la vraie révolution qui pointe à vos portes et cessez de nuire davantage à la pauvre Libye que vous avez déjà assez bien massacrée en bon complices de BHL et de Sarko, avec des klaxons de joies avenue Habib Bourguiba, le soir de la chute d'un Gaddafi qui a tellement défendu la cause arabe.
Vous lui avez préféré BHL bande de traitres! Rien que par "Chméta" à Ben Ali, par haine, et par régionalisme de gueux suffisants issus d'une seule génération de hauts diplômés.
Des arrivistes du diplôme!
L'Histoire ne vous l'oubliera pas; gros diplômés de merde.

Léon, Min Joundi Tounis Al Awfiya;
Résistant et Âme de la Tunisie.

VERSET 112 de la SOURATE des ABEILLES.