alexametrics
Dernières news

Kaïs Saïed exprime son soutien aux journalistes

Temps de lecture : 2 min
Kaïs Saïed exprime son soutien aux journalistes

 

Le chef de l’Etat, Kaïs Saïed a reçu, ce mardi 5 novembre 2019, les représentants des structures professionnelles dans le secteur des médias, au palais de Carthage en vue d’examiner la situation des médias en Tunisie ainsi que les difficultés auxquels font face les établissements médiatiques.

 

La délégation reçue par le président de la République était, en effet, composée de Néji Bghouri, président du Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT), de Taïeb Zahar, président de la Fédération tunisienne des directeurs des journaux (FTDJ), de Lassâad Khedhr, président de la Chambre nationale syndicale des chaînes télévisées privées ainsi que de Kamel Robbana, président de la Chambre nationale syndicale des radios privées. La rencontre a permis de débattre de la situation des journalistes dans les divers établissements médiatiques.


M. Saïed a, par ailleurs, souligné la nécessité de protéger les établissements médiatiques de toutes les menaces compromettant leur survie, rejetant catégoriquement les campagnes de diffamation et de dénigrement menées contre certains journalistes.

Dans ce sens, le chef de l’Etat a assuré son soutien à tous les journalistes notamment ceux avec lesquels il peut avoir des divergences, relevant qu’il était le garant des libertés constitutionnelles à l’instar des libertés d’expression et de la presse.


Le jour-même où Kaïs Saïed rencontre des représentants des médias et leur exprime son soutien, des membres de sa garde rapprochée profitent des réseaux sociaux pour dénigrer les journalistes et les injurier, dans une tentative de discréditer leur travail. 

B.L


Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (2)

Commenter

zilos
| 06-11-2019 10:10
monsieur le président est soit qu'il est dépassé par les gens qui l'ont soutenu soit qu'il fait l'oreille sourde et fait du cinéma .avant même son passage au palais de Carthage ,les mosquées sont envahies par des daechiens ,la presse est menacée ,les chroniqueurs ne sont pas épargnés ,la Tunisie est dans un mouvement brownien ,c'est l'instabilité totale provoquée par ces nouveaux tunisiens venus de nul part .LES LPR SONT DE RETOUR ,PERSONNE NE BOUGE ,NE PARLE ET NE VOIT .VIVE LA NOUVELLE DICTATURE .CE N'EST JAMAIS LA DICTATURE DE KS MAIS CELLE DES LPR ,LES SOLDATS DE LA REVOLUTION .CHAQUE CITOYEN SE PREPARE POUR GREFFER SUR SON DOS UN SOLDAT DE LA REVOLUTION .ET CHACUN LE MERITE BIEN .N'EST CE PAS ACHAAB YOURID !!!!!!!!!!
la misere ,en plus l'humiliation ,la soumission et l'esclavage .

Maxula
| 05-11-2019 20:52
Hachemi Nouira(*), dont je viens de découvrir l'existence, a choisi ce jour pour présenter sa démission et le crier sur tous les toits, en grande pompe et sur sa page FB !
Le jour précisément où le Président reçoit les confrères du démissionnaire pour leur exprimer toute sa solidarité et les assurer de son souci de protéger la liberté d'expression !
Cherchez l'erreur !
Ce même Hachemi Nouira qui en a après tous les "dictateurs", cette espèce qui lui semble proliférer en Tunisie, et qu'il décèle en tout détenteur(**) d'un iota de pouvoir !
Comme ce pauvre Nabil Baffoun qui n'en peut mais, et qui a été traité publiquement sur "Hiwar", de "dictateur" par Hachemi Nouira, qui se dit pourtant "son ami" !
Cherchez l'erreur !
Préservez-moi de mes amis, mes ennemis je m'en charge !

Nota bene :
"examiner la situation des médias en Tunisie ainsi que les difficultés auxquels font face les établissements médiatiques"

La situation et les difficultés AUXQUELLES font face. . .(concordance de genre).
Maxula.
(*) Rédac-chef du journal "Essahafa" !
(**) En tant que rédac-chef, n'était-il pas lui-même un "petit dictateur" quelque part ?

A lire aussi

L’article 15 du règlement intérieur de la FTF stipule que le gel ou la suspension d’adhésion doit

27/10/2020 13:03
0

Il convoite le poste de Rachida Ennaifer.

27/10/2020 12:43
0