alexametrics
Dernières news

Jendouba : une jeune écolière décède emportée par les eaux

Temps de lecture : 1 min
Jendouba : une jeune écolière décède emportée par les eaux

 

Le conseiller municipal à Jendouba, Warghi Ramzi, a confirmé le décès, ce mardi 12 novembre 2019, à Fernana, dans le gouvernorat de Jendouba, d’une jeune écolière emportée par les eaux de pluie.

 

Le directeur régional de la protection civile à Jendouba, Mounir Riabi, a indiqué dans une déclaration accordée à IFM, que la victime âgée de 12 ans a été emportée alors qu’elle était sur le chemin du retour de l’école Ouled Mefda à Fernana.

 

Il a ajouté que les délégations de Aïn Drahem, Fernana, Jendouba et Ghar Dimaou sont actuellement touchées par de fortes pluies.

 

M.B.Z

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (4)

Commenter

Ghazi
| 12-11-2019 17:28
Ce n'est pas par ingratitude que nos jeunes, garçons et filles, des familles et leurs enfants, quittent le pays clandestinement en se jetant en méditerranée, en se jetant à la mort, que de rester regarder les même 'RHOUT' et 'KCHAKH' gouverner depuis 2011. Tfouh Alikom.
Décédée à 12ans, emportée par les eaux, paix ton âme ma petite.

Foued
| 12-11-2019 16:54
Sincères condoléances à la famille de la défunte, que dieu la bénisse au paradis, paix à son âme.

Tronçonneuse
| 12-11-2019 15:45
Cela fait trois jours que l'INM alerte sur les conditions météorologiques auxquelles devrait faire face le pays aujourd'hui... Les responsables connaissent l'état lamentable de l'infrastructure et les risques associés aux inondations et pourtant on laisse les écoliers aller à l'école. On regarde, on se tourne les pouces, on scrute les infos et dès qu'il y a un mort on décide de fermer écoles et universités. Le principe de précaution devrait être de rigueur et pourtant les bras cassés font toujours légion dans les administrations (40% du budget part en masse salariale, rappelez-vous). Cette attitude désinvolte a deux conséquences fâcheuses : la mort d'une petite fille, paix à son âme, qui a eu la malchance de naître dans une région mal équipée et le fait de décider au beau milieu de la journée de fermer les établissements scolaires va provoquer une cohue indescriptible sur la route avec un manque à gagner énorme pour l'économie : tous les parents vont quitter leur bureaux plus tôt pour aller chercher leurs bambins sans revenir travailler bien entendu.Je ne comprends pas : pour des fêtes religieuses dont l'avènement est foireux car lié à l'observation du croissant on prend bien de l'avance alors que pour cette situation on agit avec incurie. Pourquoi sommes-nous si nuls? Est-ce notre destin? Est-ce dû à une alimentation spécifique? Je n'y comprends rien.

DHEJ
| 12-11-2019 15:05
Mais bon ROBOCOP sait-il que ACHAAB YOURIDE la vie et non la mort?

Paix à l'ame de l'écolière et sincères condoléances à sa famille et ses camarades de l'école!

A lire aussi

L’Association des magistrats tunisiens a rendu public, ce mercredi 23 septembre 2020, pour répondre

23/09/2020 22:42
3

Il avait été en contact avec une personne infectée

23/09/2020 21:39
2

Lors d'un conseil ministériel

23/09/2020 21:14
2

La réunion a abordé l’importance de mettre la liquidité nécessaire à la disposition de la Cnam et de

23/09/2020 20:51
5