alexametrics
vendredi 24 mai 2024
Heure de Tunis : 18:27
BN TV
Hassine Rehili : cet été sera la saison de la soif !
30/03/2023 | 11:09
2 min
Hassine Rehili : cet été sera la saison de la soif !

 

L’expert en développement et en gestion des ressources à la Faculté des Sciences de Tunis, Hassine Rehili a signalé, jeudi 30 mars 2023, sur les ondes de Shems FM, que la situation hydrique en Tunisie est très critique et que le pays figure dans la liste rouge en termes de stress hydrique.

« Cette situation résulte d’une crise structurelle. Actuellement, nous sommes dans la liste rouge, en raison d’un retard de 30 ans, en 1995 la Tunisie avait été classée parmi les 27 pays menacés par le stress hydrique. A l’époque, l’extraction d’une grande quantité d'eau dépassait de loin la capacité de l’énergie renouvelable » a affirmé l’expert avant d’ajouter : « ceci s'ajoute au nouveau phénomène météorologique et aux changements climatiques actuels avec une dégradation importante du niveau des précipitations saisonnières et géographiques ».

 

Hassine Rehili a assuré « aujourd'hui, nous avons atteint le stade de la pénurie d'eau. Cette ressource est devenue très rare, et le citoyen se trouve face à une réelle situation de pauvreté en eau ».

Et au professeur de révéler : « cette affaire a été excessivement exposée cette année en particulier, en raison d’un déficit sans précédent des réserves des barrages ». Citant l’exemple du barrage de Sidi Salem qui constitue le plus grand barrage du pays, Hassine Rehili a signalé « le taux de remplissage n’a pas dépassé 17 % ! Les réserves du barrage n’avaient jamais autant baissé depuis son entrée en exploitation ».

En réponse au commentaire du journaliste Malek Khaldi concernant le taux de remplissage des barrages à travers le pays, qui s’élève à 30 %, l’intervenant a expliqué « 30 % est un taux très faible, ça ne dépasse pas les sept cents millions mètres cube ».

« En 2017, nous avons souffert de la sécheresse avec le même taux de remplissage, en termes d’approvisionnement en eau potable ainsi que l’eau dédiée pour les périmètres irrigués » a rappelé Hassine Rehili.

 

L’expert en développement et en gestion des ressources a également réaffirmé : « les autorités concernées sont en devoir de communiquer les chiffres à l’opinion publique et d'avertir au préalable les citoyens et tout consommateur des perturbations dans la distribution d'eau ».

Il a également mis en garde contre le stress hydrique durant l'été qui sera la saison de la soif par excellence, en vue des fortes températures.

 

H.A

30/03/2023 | 11:09
2 min
Suivez-nous
Commentaires
oscar
L'ignorance.
a posté le 31-03-2023 à 08:51
Au lieu de construire des mosquées pour abrutir la population ,vous feriez mieux de monter des stations de désalinisation de l'eau de mer.
Gg
Une semaine de prières?
a posté le 30-03-2023 à 16:22
Il faudrait organiser une semaine de prières pour la pluie.
Il faut au moins une semaine, cette fois une seule prière ne suffira pas :(
Mais pas plus, il ne faudrait pas qu'après les lacs débordent...
takilas
Il faut trouver une solution pour l'irrigation
a posté le 30-03-2023 à 15:41
Par les canaders...
DHEJ
Ah cette Tunisien victime de ses experts
a posté le 30-03-2023 à 13:43
Des experts en rien sauf le blabla!


Le barrage professeur Salem est géré par qui? Aussi c'est un barrage muni d'une centrale hydroélectrique...


Combien est payé l'ingénieur du cite?


Lors de la TROIKA le MEKKI a majoré les médecins; le BHIRI a gâté les juges alors j'avais dit que tout ce monde payera cher le m3 d'eau...


La fin des années 80 la Tunisie avait connue une sécheresse aiguë et pourtant Feu Horchani avait son secret... tous égaux en piézométrie, tous égaux en force!

Abidi
1997
a posté le 30-03-2023 à 12:40
Et depuis 1997 avec le commencement d'une crise hydrique inévitable qu'avec vous fait ou proposer pour parer a cette situation a part bien sûr venir en 2023 sur une chaîne radio et nous faire une cynique narration
Abdelhafidh djaziri Djaziri
Gestion des ressources hydriques
a posté le à 07:43
Bravo bien exprimé une très mauvaise gestion de nos ressources hydriques a sévi pendant des decennies : gaspillages à tous les. Niveaux ; dès le début absence de stratégies de protection des barrages contre l'envasement, industriels ( délavage des jeans avec notre eau potable entre autres), touristiques, tarifications forfaitaires de l'eau, absences de maintenance du réseau de distribution, défaillances dans les traitements et la gestion des eaux usées......et maintenant on vient nous rabachers des discours vides de sens et cyniques ....l'agriculture, le parent pauvre principal secteur vital, a été le seul pénalisé car soit disant grand consommateur d'eau ( dansles périmètres publiques irrigués de la bassevallée dela Medjerda l'arboriculture est en plein désarroi huit mois depuis septembre 23 n'a pas reçu une seule goutte d'eau.... non potable . ..Alors donc où se situe le gaspillage ?
Où étaient ils ces éminents experts en la matière pour pallier â toutes ces défaillances afin d'atténuer les effets des éventuelles sécheresses ?
babbo di minchia
Etat reveil toi
a posté le 30-03-2023 à 12:35
Que ce foutu gouvernement se reveille et prenne les mesures necessaire. Un plan bien structuré doit etre mis en place pour penaliser ceux qui gaspillent l'eau, sensibiliser au maximum les gens et trouver les solutions a court et moyen terme pour fournir l'eau au peuple tunisien.
Missile Patriote
Il faut agir plus vite que son ombre...
a posté le 30-03-2023 à 11:56
On commence par arrêter le remplissage des piscines privées ou publiques, sous peine de sanctions (lourdes), par fermer les stations de lavage de véhicules privés et interdire l'arrosage des jardins et pelouses privées.
Que nos ingénieurs et industriels commencent à concevoir et produire des équipements de filtration et purification des eaux usées, à installer rapidement dans les établissements scolaires, universitaires, hospitaliers et administratifs en vue de l'utilisation des eaux récupérées au profit des agriculteurs et en prévision des sécheresses estivales à venir.
Il serait bon également de doter les maisons et les appartements individuels de tels dispositifs permettant d'utiliser les eaux récupérées plusieurs fois, doublés par des réservoirs de récupération d'eaux de pluies quand cela est réalisable, ce dans les meilleurs délais possibles.
Ce programme est urgent si nous voulons éviter une catastrophe du type que nous avons connu et qui, à cause d'inconscients fatalistes aussi gênants qu'inutiles, à provoqué l'hécatombe de nos concitoyens durant le pic de contaminations du coronavirus, il y a deux ans...
Tounes
Fataliste
a posté le à 12:25
-Pour les piscines, on ne touche pas a la sacro-sainte industrie du tourisme
-la Tunisie n'a ni la volonté, ni les moyens de filtrer toutes nos merdes pour arroser avec nos tomates
-concernant les reservoirs de recuperation d'eau de pluie, on appel ça fesguia, ça existe depuis plusieurs millénaires, on a pas attendus les europeens et leur recuperateur en plastoc pour nous adapter a la secheresse,
URMAX
Piscines, dites-vous ?
a posté le à 18:23
Remplir une piscine de plusieurs dizaines de m3 d'eau douce - qui sera perdue dans les égouts - pour s'y baigner une fois par semaine, alors que la Nation est en crise, c'est un crime.
...
Quant aux énormes piscines hotelieres - dont la plupart se trouvent en bordure maritime, c'est une aberration.
Modifiez-les, et faites y circuler l'eau DE MER, au lieu de gaspiller des milliers de m3 d'eau douce a chaque fois.
...
Pour information :
Longue de 1013 metres, la piscine d'Algarrobo au Chili, avec ses 250 millions de litres d'eau de mer couleur turquoise sur huit hectares en bordure de l'océan Pacifique, est la plus vaste du monde, selon le livre Guinness des records.
* Voila des gars qui ont une vision intelligente sur la gestion de l'eau douce ...
Pas nous ... :
Des touristes font des centaines de km pour venir sur nos plages et nous, nous leurs proposons des piscines d'eau douce (qu'ils ont déja chez-eux en mieux) et en plus, nous polluons nos plages avec des saletés dégueulasses de restes de bouffe et autres papiers mouchoirs, couches bébé et sachets plastique enterrés dans le sable ...
Dégueulasse.
... gloire a notre magnifique civisme ...