alexametrics
mardi 27 septembre 2022
Heure de Tunis : 14:56
Dernières news
Hafedh Zouari à propos du taux d’intérêt appliqué aux entreprises : le raisonnement de la BCT est erroné !
17/08/2022 | 13:18
3 min
Hafedh Zouari à propos du taux d’intérêt appliqué aux entreprises : le raisonnement de la BCT est erroné !

 

Le député et homme d'affaires, Hafedh Zouari, est revenu sur la situation du pays, des entreprises ainsi que celle de l’assemblage automobile.

 

 

Au micro de Hatem Ben Amara dans son émission Sbah El Ward sur Jawhara FM, M. Zouari a estimé que la situation de l’économie tunisienne est difficile, mais qu’en contrepartie la croissance du secteur bancaire est à deux chiffres et que c’est justement le problème. Et de spécifier que le taux d’intérêt dépasse les 10% : il est de 8% pour les grandes entreprises et 12 à 13% pour le simple citoyen. Pour lui, l’augmentation du taux directeur n’est pas justifiée, vu que l’inflation n’a pas baissé, critiquant la politique monétaire de la Banque centrale de Tunisie (BCT).

« Le cheminement de la BCT est erroné, la hausse du taux d’intérêt ayant compliqué la situation des entreprises tunisienne », a-t-il affirmé.

 

Et d’expliquer : « Aujourd’hui, le dollar équivaut à 3,2 dinars. Il était à seulement de 1,2/1,4 dinar en 2010. La dévaluation du dinar a augmenté la cherté de la vie dans le pays, car 80% de notre consommation provient de l’import, et aggravé la situation de l’endettement de l’Etat qui rembourse ses prêts en devises. Cette année le service de la dette équivaut presque le principal de la dette ».

L’opérateur économique a souligné qu’en augmentant son taux directeur, l’autorité monétaire engrange des revenus supplémentaires. Or, selon lui, son rôle doit être limité à l’ajustement et le contrôle et non pas la réalisation de bénéfice comme les autres banques.

« L’année dernière, la Banque centrale a réalisé un bénéfice d'un milliard de dinars. Elle fait de la spéculation avec les banques et les banques font de la spéculation avec l’Etat, c’est une des raisons pour lesquelles plusieurs entreprises, publiques et privées, sont en difficultés ! », a-t-il soutenu.

 

 

Concernant l’assemblage automobile, Hafedh Zouari a indiqué que les problématiques ont commencé depuis 2017. Et de préciser que le législateur tunisien a adopté en 1988 une loi pour encourager l’industrie de l’assemblage et l’employabilité et lié à un taux d’intégration, via une exonération du payement des droits de douane et droits de consommation. Or, il vient de retirer cet avantage, en lui imposant les mêmes taxes que les importateurs, ce qui est un non-sens et contreproductif.

 

Il a noté qu’il y a une différence entre le montage DKD (disassembled knocked down) qui peut se faire en deux heures, le SKD (Semi Knocked Down) et le CKD (Complete Knock Down). Les deux derniers permettant une employabilité de 18% et plus ainsi qu’un taux d’intégration de 10% et qui peut dépasser les 40%.

Pour lui, le législateur doit différencier entre ces trois genres n’ayant pas les mêmes retombées et encourager les deux derniers, car créant de la valeur et de l’emploi outre un transfert technologique.

 

I.N

 

17/08/2022 | 13:18
3 min
Suivez-nous
Commentaires
AMMAR BEZZOUIR
Le Chef RCDiste de BCT..
a posté le 17-08-2022 à 17:57
fait comme d´abitude les affaires avec les banques RCDistes et continuent ensemble à sucer le sang des citoyens..

Je suis sûr qu'il ne sait même pas se servir d'un ordinateur ou d'un smartphone, sans parler de l'accès aux données financières internationales de la vie quotidienne et de les interprétater.

Il est simplement trop vieux pour suivre cette vie moderne et rapide : tout le monde peut bavarder à un litteraire à Carthage, mais pour comprendre la complexité des finances nationales et internationales , il faut avoir encore des neurones sains avec plein de synapses...
Tunisino
La Tunisie est gérée par des littéraires!
a posté le 17-08-2022 à 16:00
1. La hausse du TMD encourage l'épargne mais pénalise l'investissement et la consommation locales!
2. La dévalorisation du Dinar encourage l'export et l'investissement étranger mais augmente l'inflation/cherté de vie et l'endettement de l'Etat!
3. L'annulation de la loi de 1988 pour apporter de l'argent à l'Etat ne fait qu'augmenter le chômage!
Ce n'est qu'un échantillon de la gestion catastrophique des littéraire, qui ne reconnait pas le futur et n'est que suivant une seule dimension, de Ghannouchi à BCE à Saied, les choses se ressemblent! ZABA était nettement plus intelligent, il avait un gouvernement technique à Kasba et un gouvernement politique à Carthage, il a bien compris que les tunisiens ont besoin de vivre et de se développer, c'est une histoire d'intelligence avant tout!