alexametrics
vendredi 07 octobre 2022
Heure de Tunis : 03:41
Dernières news
Grève des agents judiciaires : Hafedh Bouguerra dénonce le décret 420
26/01/2022 | 09:05
2 min
Grève des agents judiciaires : Hafedh Bouguerra dénonce le décret 420

Invité de Hatem Ben Amara dans l’émission Yaoum Saïd du mercredi 26 janvier 2022 sur la Radio nationale, le secrétaire général de la Fédération générale des agents du ministère de la Justice, des domaines de l’État et de la propriété foncière, Hafedh Bouguerra, est revenu sur la grève qu’observent les agents judiciaires depuis mardi.

Les grévistes revendiquent, entre autres, l’application de l’accord du 30 décembre 2020 relatif à l’augmentation de la prime spéciale ainsi que la mise en œuvre des promotions exceptionnelles.

Hafedh Bouguerra a précisé que les grévistes protestaient, également, contre le décret gouvernemental n° 2018-420 du 7 mai 2018, portant organisation des greffes des juridictions de l'ordre judiciaire et fixant les conditions d'attribution et de retrait des emplois fonctionnels spécifiques les concernant ainsi que le décret présidentiel n° 2022-44 du 18 janvier 2022 modifiant et complétant le décret gouvernemental n° 2018-420.

Selon le syndicaliste, les agents judiciaires se placent, en vertu de ces deux décrets, sous le contrôle des présidents des différentes juridictions alors qu’ils étaient directement rattachés, administrativement parlant, au ministère de la Justice.

Dans son premier article, le décret gouvernemental n° 2018-420 stipule : « Les greffes des juridictions exercent leurs fonctions sous l’autorité et la responsabilité d'un greffier en chef et le contrôle du président et du chef du parquet de la juridiction, chacun en ce qui le concerne. Le greffe de la justice cantonale est placé sous l'autorité directe du juge cantonal ».

« Le décret 420 est un rétropédalage qui touche à nos acquis et notre existence même au sein des tribunaux. Il s’agit là d’un chevauchement de fonctions et d’une atteinte à notre indépendance et au principe de séparation des pouvoirs », a affirmé Hafedh Bouguerra.

Il a avancé par ailleurs que les augmentations revendiquées par les grévistes en vertu de l’accord du 30 décembre 2020 étaient presque insignifiantes en comparaison avec celles accordées à d’autres corps de métier. Il a évoqué, dans ce sens, les augmentations « colossales » que les magistrats avaient exigées et touchées en seulement quinze jours après la signature de l’accord.

N.J. 

 

26/01/2022 | 09:05
2 min
Suivez-nous
Commentaires
Citoyen_H
CONTINUEZ, CONTINUEZ
a posté le 26-01-2022 à 19:15
Très bientôt, il n'y aura plus de raisons de faire grève, car tout le monde sera au "chômage".

Mè a7mid'touch Rabbi quand vous avez tous meuglé en choeur tel un troupeau de gnous en pleine migration. : "Khobz ou mè et ZABA lè".
Bêtes et idiots finis comme le sont (devenus depuis 2011), 90% de la population du chlékistan, qui jusqu'à présent, n'a pas voulu prendre de la graine, la prochaine fois, incessamment sous peu, il n'y aura plus, ni d'eau, ni du pain.

Ya twénessa, vous avez la mémoire courte.
Il y a à peine deux ou trois semaines de cela, le chlékistan fut à cours de blé.
Quant à l'eau, les coupures sont devenues si régulières, qu'elles se sont banalisées !!!

Ya twénessa, khafou mi'ne Rabbi et a7m'dou7.
Kéne Rabbi, soub7anou wè ta3ala, yak'ta3 ra7mtou une nouvelle fois, l'enfer renaitra sous nos cieux !!!!!

A7m'dou Rabbi et khafou minnou !!!!!!!





Citoyen_H
SI LES GREVES ETAIENT COMPTABILISéES
a posté le 26-01-2022 à 17:01
positivement dans le taux de croissance, nous aurions eu chaque année (depuis 2011), un taux de croissance annuel de plusieurs milliers pour cent.
Si on rajoutait la kélba dans le calcul , on atteindrait des milliards pour cent !!!!!!

y a pas à chier, il n'y a que le bâton, le bâton et le bâton pour faire redémarrez le bougnoulistan dans le bon sens.
Ki t'boussou 3inikom, il n'existe aucune autre alternative.




Cherif
Une autre planete
a posté le 26-01-2022 à 16:54
On se demande si les syndicat et corporations professionnelles parmi les plus previligiees, tel que que medecins juges, greffiers etc vivent en Tunisie ou sur une autre planete! L etat est incapable de payer tres bientot leur salaires et eux ils font la greve pour les augmentions de leur hauts salaires, exigent des promotion exceptionnelles alors que le pays est entre de faire faillite et cessera bientot de payer les salaires d un grand surplus de bureaucrates improductifs et paresseux. Ou vivent ils ces grevistes?
jilani
Le pays otage des syndicalistes pourris
a posté le 26-01-2022 à 10:10
J'ai travaillé au Mali et au Burkina Faso, les mêmes obstacles au développement du pays, une administration et surtout un personnel judiciaire corrompu et la Tunisie n'est pas loin avec la en plus une UGTT qui s'oppose pour l'application des réformes laissant leur adhérents pourris et corrompus profiter de la situation pour voler dans les hôpitaux et entreprises publiques et embaucher leurs proches. Seul Bourguiba a pu les mettre en prison, benali les a soudoyés d'avantages (terrains, inscription de leurs enfants dans les meilleures facultés avec 10 de moyenne ...). KS n'ayant pas de soutien efficace agit avec bcp de prudence pour ne pas toucher ces têtes brulées. Allah yahamek ya hached pour cette catastrophe que des générations ont héritée.