alexametrics
mardi 28 juin 2022
Heure de Tunis : 19:48
Dernières news
Gammoudi : L’installation de la Cour constitutionnelle vise le règlement de comptes avec le chef de l’Etat
05/05/2021 | 10:05
4 min
Gammoudi : L’installation de la Cour constitutionnelle vise le règlement de comptes avec le chef de l’Etat

Le président de la commission parlementaire de la réforme administrative, de la bonne gouvernance et de la lutte contre la corruption et député du mouvement Echaâb, Badreddine Gammoudi, a estimé ce mercredi 5 mai 2021 qu’il n’était pas opportun de voter une nouvelle fois la loi de la Cour constitutionnelle, sans amendements. Et de souligner que l’unique but de l’installation de cette institution est de régler les comptes avec le chef de l’Etat.

 

Au micro de Hatem Ben Amara dans l'émission Yaoum Saïd sur la Radio nationale et s’agissant du vote des amendements de la loi organique sur la Cour Constitutionnelle, renvoyés par le président de la République pour une deuxième lecture, conformément aux dispositions de l’article 81 la Constitution, examinés la veille en plénière par l’Assemblée des représentants du peuple, M. Gammoudi a précisé que les quinze qui ont voté contre sont ceux de son bloc qui ont été clair dès le départ de leur position pour divers raisons : le timing qui intervient lors d’un bras de fer entre les deux têtes de l’exécutif, en notant que la réponse de chef de l’Etat pouvait être déféré à l’une des commissions pour étude, hors des mesures exceptionnelles, donc en vote direct, le tout en mettant en place le climat adéquat pour exposer le sujet, à cause de son importance.

« Si on est tous vraiment soucieux de la création de la Cour constitutionnelle, il faut qu’on garantisse sa réelle création », a souligné l’élu du bloc démocrate. Et de rappeler que le chef de l’Etat doit nommer quatre membres de la cour et qu’il pourrait refuser de la faire vu le bras de fer existant outre les arguments opposés par le président le République en renvoyant la loi, qui sont valides, notamment en ce qui concerne le dépassement des délais réglementaires.

 

Badreddine Gammoudi a affirmé que les partis au pouvoir ne veulent pas installer la Cour constitutionnelle pour son rôle constitutionnel mais pour qu’elle devienne un outil de règlement de compte avec la présidence de la République.

Il a également soutenu que la majorité de 141 des votants pour de la veille n’a aucun sens : elle est le résultat de consensus trompeur qui existe actuellement et qui peut disparaitre à tout moment.

« Vous parlez de démocratie ? Combien représentent-t-ils en pourcentage de vote du peuple ? Tout ça est hors des préoccupations du peuple actuellement ! », a-t-il martelé en réponse aux interrogations de l’animateur sur la démocratie et le résultat des urnes, en assurant que le retrait de la loi de la responsabilité médicale était fait de connivence avec le gouvernement pour laisser le champ libre aux partis de la coalition au pouvoir.

 

 

Commentant la rencontre de la veille entre Maghzaoui et Saïed, le député a indiqué que le chef de l’Etat a réagi avec les partis politiques qu’il a choisi : « Nous, en tant que parti politique, devons coopérer avec le chef de l’Etat pour sauver le pays, ayant eu la majorité des votes (2,7 millions de Tunisiens ont voté pour lui) et il est toujours à la tête des sondages jusqu’à cette heure ».

Interrogé sur les rumeurs selon lesquelles le mouvement Echaâb, serait l’alternative que prépare le chef de l’Etat au parlement, l’élu a expliqué que tout parti politique se présente comme étant l’alternative politique mais son mouvement estime que ce qu’il propose comme choix est l’alternative : on ne prétend pas avoir la majorité, on dit qu’on a des choix nationaux capables de sauver le pays.

Et d’expliquer que le mouvement Echaâb pense que le régime politique a atteint ses limites, notamment la Constitution qui pose beaucoup de problématiques, et qui doit être révisée.

En ce qui concerne le dialogue évoqué la veille par le président Saïed avec le secrétaire général du mouvement Echaâb, M. Gammoudi a précisé que ce dialogue sera axé sur les préoccupations nationales et avec tous ceux qui veulent mettre en place des solutions pratiques, objectives et saines, avec ceux qui soutiennent ces questions, avec l’UGTT, la présidence de la République et toutes les forces vives du pays.

Et de soutenir que l’initiative de l’UGTT n’est pas finie, mais qu’elle sera juste murie.

 

I.N

05/05/2021 | 10:05
4 min
Suivez-nous
Commentaires
Si
C´est ca la Democratie cher @Gammoudi !
a posté le 05-05-2021 à 15:09
Vous avez une majorité á l´ARP ou vous ne l´avez pas ? c´est bien simple à comprendre n´est-ce pas ?

C'est-à-dire la majorité des voix exprimées hier, est suffisante pour faire passer
les amendements de la loi organique sur la Cour Constitutionnelle à l `ARP.
Qu´est-ce qu´il y a grand à discuter ici ?

J'avoue que pour un non-démocrate qui qui a vécu toute sa vie sous la dictature, il est très épuisant de subordonner et d'accepter les lois de la démocratie. La démocratie prendra probablement un certain temps pour s'y habituer, voire restera inaccessible pour plusieurs.

Ne nous emballons pas, la Democratie n´est que pour les nouvelles générations cher monsieurs.
@Ce Depute honteux !
La cour constitutionnelle est un indispensable dans une démocratie
a posté le 05-05-2021 à 12:44
En dehors des distorsions entre les politiciens, instaurer une cour constitutionnelle est une obligation en démocratie.