alexametrics
Chroniques

En gagnant, Rached Ghannouchi a perdu

Temps de lecture : 4 min
En gagnant, Rached Ghannouchi a perdu

 

 

La phrase de Hamadi Jebali est toujours aussi culte et sera inscrite dans les livres d’histoire comme le jour où un chef de gouvernement en exercice s’est interrogé, devant les médias, « où était le gouvernement ? ». De même que l’image d’une Abir Moussi qui s’assoit dans le siège du chef du Parlement Rached Ghannouchi et bloque la séance plénière, sans que ce dernier ne daigne pointer son nez…et s’imposer.

 

Rached Ghannouchi a enfin obtenu le poste tant convoité de chef du gouvernement. Il est devenu « le président de tous les Tunisiens ». Le président du Parlement, à la tête du bloc parlementaire majoritaire et au pouvoir. Il peut enfin assumer de tirer les ficelles en public et décider du nom du chef du gouvernement ainsi que de la composition de son équipe sans avoir à se cacher. Il est au pouvoir, il l’a mérité et il a réussi à l’obtenir.

Mais ce pouvoir a un goût amer. En plus d’être une victoire nuancée qui n’est finalement que celle du « moins pire », du moins mauvais de tous et de ceux qui s’en sortent un petit peu mieux que les autres, cette victoire est une lame à double tranchant.

Rached Ghannouchi au Parlement sera peut-être la consécration de la carrière entière du grand cheikh et son plus beau cadeau de retraite. Elle sera, aussi, la preuve que Rached Ghannouchi n’aura été que du vent.

 

Le grand manitou d’Ennahdha, celui qui a longtemps tiré les ficelles et représenté l’autorité suprême du grand parti islamiste est-il à la hauteur de la tâche ? Pour l’instant, il ne l’est visiblement pas.

Aux premières crises que l’Assemblée a connues, Rached Ghannouchi s’est montré incapable de tenir le cap et de jouer son rôle de modérateur. Séance inaugurale houleuse, sit-in des élus de l’ARP, Rached Ghannouchi, pourtant président du Parlement, s’est montré d’abord discret ensuite littéralement absent. Le chef d’Ennahdha n’aura même pas été capable de rétablir l’ordre dans son parlement et de trouver une issue honorable aux enfantillages des députés dans l’hémicycle.

 

Les communiqués publiés par le bureau de l’ARP en sont une autre preuve. Trois communiqués successifs en 1h30 pour ne fâcher personne et pour jouer la carte de la prudence. D’abord on prend parti pour Abir Moussi et ses députés, ensuite pour les députés d’Ennahdha et après on appelle tous les députés, sans exception, à faire la paix les uns avec les autres. Autrement dit, on commence à prendre position en faveur du PDL et on fait volte-face pour mettre une bonne couche de flou et ne pas avoir à assumer une véritable prise de position.

De ce grand flou artistique, Abir Moussi aura eu l’intelligence de déchiffrer et de prendre ce qui lui plaisait en n’accordant que peu d’importance au reste. Elle est même allée jusqu’à exploiter la situation pour souligner la confusion qui règne au bureau de l’ARP et envoyer un huissier notaire pour mettre en garde Rached Ghannouchi. Ce dernier n’a toujours pas réagi et ne sera certainement pas de taille à le faire.

 

Alors qu’il a été longtemps idéalisé et présenté comme la carte gagnante du parti islamiste, Rached Ghannouchi a perdu aujourd’hui de sa superbe. Le chef spirituel d’Ennahdha n’est finalement qu’un homme embourbé et incapable de faire face aux situations de crise. S’il a réussi, pendant des années, à maintenir un certain équilibre au sein de son parti et à garder la main sur les plus grandes décisions, il n’aura pas eu le pouvoir de garder ce parti aussi soudé qu’il l’était ni de le préserver de l’exercice du pouvoir.

Oui, car ne nous leurrons pas. Si Ennahdha est aujourd’hui le parti majoritaire, ce n’est pas qu’il a prouvé être un parti puissant, c’est uniquement car il a réussi à profiter de la nullité des autres et du vide qu’ils ont instauré.

Ennahdha a, en effet, perdu la bataille de la présidentielle et son poulain Abdelfattah Mourou n’aura même pas passé le premier tour. Il a aussi gagné de justesse la bataille des législatives en récoltant de moins en moins de sièges, élection après élection.

 

Dans les faits, quelles compétences reconnait-on réellement à Rached Ghannouchi ? On avait évoqué son nom brièvement à la présidence de la République, mais il a préféré sacrifier Abdelfattah Mourou à cette bataille perdue d’avance. On avait entendu son nom avec insistance à la primature, mais cette idée était tellement folle que lui-même n’y avait pas cru.

Rached Ghannouchi au Parlement n’aura été finalement que le meilleur moyen de se brûler les ailes et de prouver à tous que l’homme n’est, et ne sera pas, à la hauteur de la tâche. Rached Ghannouchi n’aura été finalement que le fantasme d’un homme fort et puissant dans lequel les islamistes auront placé leurs plus grands espoirs mais aussi leurs espoirs les plus fous…

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (15)

Commenter

pit
| 11-12-2019 14:17
...vitriol, bombes, assassinats, terrorisme, chantage, ennemi d'Etat, traître à la nation...et j'en passe...je vous assure que ce charlatan est bourré de compétences, il pourrait déclencher une guerre civile pour légitimer son Califat !

Ahmed
| 11-12-2019 11:42
Comment va t il gérer cela ?

rayma
| 11-12-2019 11:42
La partie ne vient que commencer, notre cher RG sait plier pour mieux rebondir. Il rêve d'être président de la république, les 5 années sont longues et son rêve peut être exhausser la mort peut atteindre le président en exercice à tout moment. Et puis avec des comploteurs et manipulateurs pareils non seulement ils savent plier mais aussi ils savent faire disparaître les élections pour qq temps comme en 2011 ou à jamais comme hamas en Palestine.

Ntc
| 11-12-2019 11:24
La nullité et surtout la perte des autres, vous en êtes la première responsable avec bien sûr les autres médias.

Lol
| 11-12-2019 11:03
RG est clairement entrain de perdre mais il n'a pas encore perdu.
La partie vient juste de commencer et les progressistes peuvent rapidement lui donner des ailes.
N'oublions pas l'état de notre camp. N'oublions pas que les 2 vices présidents sont des pions de slim riahi et qu'ils ont brillé par leur manque de charisme et de crédibilité.
La meilleure stratégie c'est de laisser les islamistes montrer leur incompétence et se faire cramer

Jaimebouf
| 11-12-2019 09:48
De jour en jour nos Intellectuels ne cessent d'aggraver la situation bloquée, floue et grave de la vie politique. Au lieu de contribuer à éclairer le public et établir des analyses honnêtes objectives et justes.. Ils se laissent aller dans les querelles des partis et les calculs mefastes et affairistes.. Ainsi personne ne gagne rien enfin..

Mamrouj
| 11-12-2019 09:34
Oui. Mr Ghannouchi s'est montré
Une fois de plus l'homme sage, il ne s'est pas emballé dans le ring de a. Moushi se préservant d'être sali par cette impolie et incorrigible enfant. Il ne l'a même pas considérée présente dans les urnes. Si on se mêle avec les ordure, on se sentirait. Trois mauvais. Il faudrait utiliser une pelle à ordures pour la ramasser. '?a ce n'est pas le rôle de du respectueux RACHED.
Il est vraiment RACHED.

Pseudo
| 11-12-2019 08:51
La notion du succès que vous analysez ici est très personnel , et j dirais même partisane , inutile de dire pour qui et contre qui. Certains pensent que le grand perdant c le parti des moucakissines , mais moi en tant que simple citoyen c le peuple tunisien. Chose qui vous échappe bien évidemment.

Fares
| 11-12-2019 03:19
Ce parti est devenu faible tout comme son chef. Voilà ce qui arrive lorsqu'un parti est fondé autour d'une seule personne. Le parti disparaît avec la disparition de cette personne. Dans cinq ans il n'y aura plus de Ghannouchi et il n'y aura plus de Ennahda. Malheureusement, ceux qui prendront la relève sont sanguinaires et dangereux, je fais référence à El Karama.

Kamel ti
| 10-12-2019 18:21
L'histoire nous apprend que genkiskhan remportait ses victoires sans vraiment livrer bataille en usant de cette aura qui entourait sa barbarie et sa cruaute' qui le précède dans les territoires à conquérir, mais il a été battu quand il a livre ' la bataille.
Gannouchi s' est comporte' de la sorte , sa fiction a commence' par raja3a El badrou alayna et consolide' à mont plaisir derrière des vitres teintees' à coup de fortune, il ne faisait rien mais il règne , aide' par feu kaeid sebsi qui l'a sauvé d'une décente aux enfers.
Le moment de sa gloire est arrive' quand il devient président du perchoir mais sachant qu'il n'a jamais exerce' le pouvoir réel il va signer sa mort politique au buchet de l'exercice quotidien du pouvoir et sa chute commence déjà dès la première semaine de son exercice.

A lire aussi

Avant même de commencer à travailler, Elyes Fakhfakh est déjà redevable à Kaïs

27/01/2020 15:59
17

Il y a quarante deux ans, le 26 janvier 1978, des centaines de milliers de Tunisiens étaient dans la

26/01/2020 15:59
4

Le cœur du Monde continue à battre et n’est-ce pas là l’essentiel ? Au milieu de tout ce tumulte, il

25/01/2020 14:41
9

Non, ce n’est pas le gouvernement du président, mais Elyes Fakhfakh, au moment de sa désignation, a

24/01/2020 19:29
8

Newsletter