alexametrics
Dernières news

Découverte d'une mosaïque dans le site Furnos Minus à La Manouba

Temps de lecture : 1 min
Découverte d'une mosaïque dans le site Furnos Minus à La Manouba

 

Les archéologues de l’Institut national du Patrimoine ont découvert, dans la matinée du lundi 14 septembre 2020, une mosaïque dans le site Furnos Minus à Henchir el-Msaadine dans le gouvernorat de La Manouba.

 

La mosaïque a été découverte lors d’une fouille de récupération menée sur le site archéologique par une équipe de l’Institut national du Patrimoine, dirigée par Monia Adili, la responsable scientifique des recherches archéologiques à La Manouba et Olfa Damak.

 

Le gouverneur de la Manouba, Mohamed Cheikhrouhou a effectué une visite au site afin de constater la mosaïque découverte et le déroulement du travail. Le gouverneur était accompagné par le premier délégué de La Manouba, Jamel Jouini, la déléguée de Borj Amri, Nouha Ajimi, le maire, Imen Amri et le directeur régional de la protection civile, Hassen Inoubli.

 

A cette occasion, le gouverneur de La Manouba a souligné l’importance de prendre soin du patrimoine archéologique. 

 

I.M

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (8)

Commenter

Dr Chedlia Leila BEN YOUSSEF
| 23-10-2020 13:02
La mosaique du site archéologique de Borj el Amri ne décrit pas le piment mais mais plutôt l'Arum dracunculus stylisé '?'?'?' dont parle Ishaq Ibn Sulaiman dans son Livre des Aliments, cette plante considérée comme potagère, était consommée dans l'Antiquité et au Moyen-âge, elle est considérée comme aphrodisiaque et diurétique, le pistil et les feuilles sont consommées cuites dans deux eaux différentes pour la variété dracunculus '?'?'?'?'? , Ishaq conseille de les accommoder avec du vinaigre de garum, de la moutarde et de l'huile d'olive. Cette plante est décrite dans l'Herbier d'Apulée où elle est considérée comme une plante magique. Apulée fils de la Carthage antique, c'est en son honneur que cette plante figure comme Xénia sur la mosaïque romaine de Furnos minus, il ne s'agit pas de piment...

IDJUVA
| 16-09-2020 09:11
ce que vous dites est juste et d'ailleurs le musée du Bardo est le premier musée de mosaïques romaines du monde ( avant même les musées italiens comme Ravenne)

hourcq
| 15-09-2020 23:36
...ce n'est pas seulement son PIB mais aussi son patrimoine archéologique., architectural, historique et culturel. Je l'ai écrit dans un premier post qui a mystérieusement disparu.
Et les touristes qu'ils viennent de l'étranger ou de l'intérieur sont attirés par ce patrimoine qui fait l'identité d'un pays.
Cette magnifique mosaïque témoigne une fois de plus de la richesse exceptionnelle du patrimoine tunisien malheureusement trop peu mis en valeur ni protégé par les autorités. J'expliquais dans mon post "disparu"que la Tunisie est le pays relevant de l'empire romain qui possède le plus de vestiges de cette époque après l'Italie.
Ils témoignent d'une grande civilisation disparue qui mérite toute notre admiration et dont l'empreinte demeure encore jusqu'à nos jours.

IDJUVA
| 15-09-2020 19:38
vous avez oublié dans votre inventaire des langues de la Tunisie antique la langue carthaginoise; cette langue que les spécialistes appellent l'hébraïco punique est quasiment identique à l'hébreu ancien ; cette langue hébraïco punique s'est maintenue après la conquête romaine puisque Saint Augustin. soulignait que les habitants des campagnes autour d'Hippone la parlaient encore; les spécialistes utilisent cette quasi identité pour étudier la langue punique et certains considèrent que cette langue sémitique a facilité l'introduction de cette autre langue sémitique qu'est l'arabe; dans cette optique de nombreux termes des "darjas" nord africaines seraient d'origine hébraïco punique.

Géronimo
| 15-09-2020 14:05
Ce n'est malheureusement que par l'imagination que l'on peut essayer de revivre la Tunisie d'il y'a 2000 ans. En cet endroit vivaient des tunisiens qui parlaient probablement un mélange d'amazigh et de latin.
Comment étaient-ils. Que pensaient-ils. Comment s'habillaient-ils. Je les imagine plus intéressants que les brutes de nos jours.
Vraiment passionnant.

RB
| 15-09-2020 13:06
Qu'en est il des villas qui ont ete construites sur les ruines de carthage !

Justinia
| 15-09-2020 12:54
Aucun respect:la mosaïque n'est même pas lavée.Admirez ce type debout sur la mosaïque.La totale!

Gg
| 15-09-2020 12:21
Que c'est beau... 2000 ans?
Dites en plus, c'est une merveille!

A lire aussi

Le président du parti Qalb Tounes, Nabil Karoui a accordé une interview spéciale, ce dimanche 25

25/10/2020 21:46
1

lui demandant d’abandonner son immunité

25/10/2020 21:23
1

Notre histoire est celle de la lutte contre les tyrannies et les

25/10/2020 20:04
10

es tentatives de manipulation et de banalisation de l’affaire

25/10/2020 19:06
2