alexametrics
vendredi 14 juin 2024
Heure de Tunis : 20:24
BN TV
Cybersécurité et PME : les bonnes pratiques à adopter
17/03/2023 | 11:13
3 min
Cybersécurité et PME : les bonnes pratiques à adopter

 

Dans un monde largement connecté et fortement dépendant du numérique, la cybersécurité est plus que nécessaire. L’innovation technologique permet, aujourd’hui, de s’armer convenablement contre d’éventuelles menaces cybernétiques. Benoît Grunemwald, expert en cybersécurité chez ESET France et Afrique francophone, nous en parle dans cette interview.

 

« La cybersécurité suit la courbe de l’adoption du numérique (…) Certains pays vont être plus avancés que d’autres notamment en termes d’adoption des bonnes pratiques et ainsi répondre aux exigences du numérique c’est-à-dire la disponibilité, l’intégrité et la traçabilité ». C’est ce que nous explique l’expert en cybersécurité.

 

 

La dépendance des entreprises du numérique fait aujourd’hui que celles-ci doivent être impérativement préparées et bien outillées pour lutter contre d’éventuelles cyberattaques. A défaut, leur pérennité se trouve menacée. « Sur les dernières années, les attaques qui ont marqué le plus et les services publics et les entreprises sont les attaques par rançonlogiciels. Celles-ci permettent de récupérer l’intégralité des informations importantes (…) ce qui peut porter énormément préjudice dans la mesure où (ces attaques) vont permettre de réaliser des campagnes d’hameçonnage très efficaces », avance M. Grunemwald. « On a vu des pays cesser de fonctionner correctement suite à des attaques massives », ajoute-t-il pour ainsi souligner la gravité des répercussions en cas de cyberattaques.

 

Le manque de vigilance et l’absence de mesures préventives exacerbent davantage les risques dans un cyberespace dominé par des groupes de cybercriminels de plus en plus organisés et sophistiqués. « Il y a quelques années en arrière on avait des petits groupes de cybercriminels qui travaillaient dans leur coin, plutôt des délinquants qui essayent de gagner quelques euros et aujourd’hui ce sont des groupes bien structurés qui vont mettre à la disposition des petits attaquants des outils, des armes numériques qui leur permettront d’atteindre des cibles qu’ils ne pouvaient pas attaquer normalement », explique M. Grunemwald en référence aux groupes éditeurs de logiciels malveillants « les rançanlogiciels », notamment. 

 

 

Même si ces groupes peuvent aujourd’hui causer de nombreux préjudices en cas d’attaques, il existe, cependant, des outils sophistiqués pour minimiser les risques, éventuellement, contenir une attaque et alléger ses répercussions. La sensibilisation et la formation du personnel en plus du déploiement des mesures préventives devraient permettre aux entreprises, les PME notamment, d’être prête en cas d’attaque. Car, notons-le, il ne s’agit plus aujourd’hui de savoir si une cyberattaque pourrait avoir lieu mais plutôt quand et comment.

 

« Il existe aujourd’hui des supports de formations qui sont adaptés au niveau et au public visé. Le premier conseil est donc de n’oublier personne, du dirigeant à l’utilisateur (…) Il faut aussi sensibiliser la direction à la nécessité d’allouer un budget pour la cybersécurité (…), ceux qui s’occupent de l’informatique doivent être supportés par la direction et avoir les éléments nécessaires pour mener une vraie politique, une vraie gouvernance de la cybersécurité. Il y a ensuite des petits gestes que l’on peut inculquer aux utilisateurs ; mettre un bon mot de passe, mettre à jour les logiciels », souligne expert en cybersécurité chez ESET France et Afrique francophone.

 

Nadya Jennene

 

17/03/2023 | 11:13
3 min
Suivez-nous