alexametrics
jeudi 30 mai 2024
Heure de Tunis : 22:51
A la Une
Conseils locaux et régionaux : ça rame déjà !
08/04/2024 | 09:31
5 min
Conseils locaux et régionaux : ça rame déjà !

 

Ils viennent d’être installés. Ils forment le principal jalon du projet politique du président de la République. Il s’agit des conseils locaux et régionaux qui incarnent l’essence même de la gouvernance par les bases. Cependant, à peine mis en place que les polémiques et querelles commencent à éclater au grand jour. Retour sur un système de gouvernance particulier. 

 

Après les élections locales, la mise en place des conseils locaux, des conseils régionaux et les dernières procédures mettant en place le conseil national des régions et des districts, constituant la deuxième chambre parlementaire, viennent d’être achevées. Ce processus marque l’accomplissement du projet politique présidentiel ayant pour objectif de consolider le développement régional. Cependant, les choses semblent mal commencer. 

En effet, le démarrage a été marqué par des polémiques et des querelles révélées publiquement, et ce sont des élus locaux et régionaux du gouvernorat de Kairouan qui ont annoncé la couleur. Ces derniers ont rendu publique une motion de blâme adressée au premier délégué du gouvernorat de Kairouan,  Sami Aydi, lui reprochant de ne pas avoir invité Hédi Mabrouki, membre du conseil du troisième district, formé par les gouvernorats de Kairouan, Kasserine, Mahdia, Monastir, Sousse et Siliana à un repas de rupture de jeûne

Il s’agit d’un simple repas de courtoisie que les participants étaient censés partager dans la joie et la bonne humeur, or les choses ont mal tourné se transformant en un scandale secouant l’image des conseils locaux régionaux.  


Dans la même semaine, un deuxième scandale éclate. Cette fois-ci, l’étincelle vient du gouvernorat de Sousse. Les accusations sont graves et font état de violations électorales, remettant en cause l’intégrité de l’Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie). C’est dire que neuf des seize membres du conseil régional de Sousse ont accusé l’instance d’avoir fermé les yeux face à des crimes électoraux flagrants lors de la campagne électorale et des élections des personnes représentant le gouvernorat de Sousse au Conseil national des régions et des districts. Les neuf membres en question ont assuré avoir constaté des crimes et des atteintes à la loi à l’occasion de la campagne électorale en plus du jour même de l’élection. 

Ils ont indiqué que des entités externes au conseil régional de Sousse ont usé de leur pouvoir et de leurs ressources financières afin d’influencer les élections et les résultats. Les signataires du communiqué ont, d’une part, critiqué le silence de l’Isie et son inaction et ont, d’une autre part, appelé les autorités tunisiennes à intervenir. Ils ont annoncé le gel des activités du conseil régional de Sousse et ont menacé de démissionner en cas d’absence de réaction à leur communiqué.

 


Le même genre d’accusations a été formulé par le président et les membres du conseil régional de Nabeul. Ils assurent qu’il y a eu des dépassements et des violations flagrantes lors de la campagne électorale relative à l’élection des membres du conseil national des régions et des districts du gouvernorat de Nabeul. Ils précisent dans un communiqué, partagé sur les réseaux sociaux, que certains électeurs et candidats ont commis des violations juridiques en prêtant serment entre eux, outre l’intervention du centre des recherches et des études alternatives CRéA dans le processus électoral ayant impacté les résultats des élections. Les signataires du communiqué vont encore plus loin et assurent que les membres du conseil régional avaient été contactés et menacés le jour du scrutin, et ce, par un appel provenant du même numéro public. 


Cela ne s’arrête pas là, et la liste s’allonge, avec la réclamation des membres du conseil local d’El Omrane adressée directement au président de la République. En effet, les membres du conseil se plaignent d’une injustice de la part du délégué de la région, n’ayant pas accepté de leur accorder un local. Ils indiquent dans leur réclamation qu’ils avaient pourtant acheté la peinture nécessaire pour aménager un local disponible. Sauf que le délégué les auraient complètement ignorés. Les membres du conseil font prévaloir leur statut d’élus et accusent le délégué d’entraver le processus de réformes et de développement. 

 

La liste des scandales semble s'allonger en très peu de temps, nous assistons à une autre polémique déclenchée sur les réseaux sociaux par le membre du conseil régional de Tunis représentant le conseil local du Kram, Hssan Chaouali. Ce dernier a publié un statut ayant suscité une vive polémique. Il a indiqué qu’il était prêt à défendre la candidature de Kaïs Saïed à la présidentielle même s’il devait « tirer des balles ». Or, il y a un an de cela, ce même élu faisait part de son soutien absolu au président du mouvement Ennahdha, Rached Ghannouchi.


Face à cette polémique, le président du conseil local du Kram, Slim Ben Achour a publié à son tour un statut sans citer de nom indiquant : « Il souffre d’une schizophrénie claire. Il doit absolument subir une contre-visite médicale tout en lui retirant la confiance ». 

 

En tout état de cause, le bal semble être bel et bien ouvert pour le grand bêtisier des conseils locaux et régionaux. Mis en place essentiellement pour assurer l’inclusion, le développement régional et la lutte contre la marginalisation, ces conseils se distinguent, du moins jusqu’à présent, l’anarchie totale. En l’absence d’un texte de loi clair définissant leurs prérogatives et organisant leur fonctionnement, la liste des scandales et débordements ne risque que de s’allonger davantage. 

 

Sarra Hlaoui

08/04/2024 | 09:31
5 min
Suivez-nous
Commentaires
Sidi bou zomara
'?lucubrations saidiques mhiliennes
a posté le 12-04-2024 à 16:22
'?a rame direction Lampedusa
Hassine
Proverbe tun
a posté le 11-04-2024 à 11:51
Déjà au port et on commence à ramer
bouraoui
les affamés et les rapaces
a posté le 08-04-2024 à 15:33
les arabes se sont entendus pour ne jamais s'entendre
Mourad
Quel cirque
a posté le 08-04-2024 à 13:18
Les conséquences de l'amateurisme de saied. Il faut dégager tous ces clowns.