alexametrics
mercredi 29 mai 2024
Heure de Tunis : 10:13
Chroniques
Certains oublient que la roue tourne
Par Ikhlas Latif
19/04/2024 | 16:59
4 min
Certains oublient que la roue tourne

 

Article 85 du Code de procédure pénale :

« La détention préventive ne peut dépasser six mois.

Si l'intérêt de l'instruction le justifie, le juge d'instruction peut, après avis du Procureur de la République, et par ordonnance motivée, décider de prolonger la détention, deux fois, en cas de crime, sans que chaque durée dépasse quatre mois ».

 

Aujourd’hui, en Tunisie, nous avons des prisonniers qui croupissent en prison illégalement. Il ne s’agit pas d’une opinion, mais d’un fait. Khayem Turki, Kamel Letaief, Ghazi Chaouachi, Abdelhamid Jelassi, Jaouhar Ben Mbarek, Issam Chebbi, Ridha Belhaj… étaient en détention préventive depuis quatorze mois. Dépassés ces délais, ils sont désormais séquestrés.

Le président de la République, ses porte-voix et les porte-paroles des juridictions concernées par l’affaire, nous assènent depuis un moment que toutes les procédures ont été respectées, qu’il n’y a pas eu de violations et que c’est l’État de droit qui prévaut.

Pourtant, les péripéties de l’affaire dite de complot contre la sûreté de l’État ont été nombreuses et étonnamment à la limite de ce qu’on peut appeler justice. Si le caractère politique de cette affaire n’est plus à démontrer (du moins pour les personnes dotées du minimum requis de jugeote), le pouvoir a toujours affirmé le contraire en avançant qu’il s’agissait d’une affaire traitée dans le respect de la loi et sans aucune ingérence. On nous disait que la justice prenait son cours normal et que personne ne serait au-dessus de la loi donc forcément pas au-dessous.

 

Cependant, à ce stade de ce qui est devenu un feuilleton de mauvais goût, on ne voit pas comment le pouvoir pourrait justifier la non-libération des détenus. Il ne peut plus avancer le respect des procédures, parce que la loi est bien claire à ce propos et sans équivoque.

Le Code de procédure pénale établit que la détention préventive ne peut dépasser six mois avec deux prolongations au maximum chacune de quatre mois : en tout, quatorze mois. On y est depuis hier minuit, mais la porte de la prison est restée fermée. Même les familles des détenus qui attendaient avec espoir d’accueillir leurs proches ont été empêchées d’approcher du périmètre de la Mornaguia, leurs papiers confisqués. Des pratiques qui nous rappellent les années Ben Ali, mais cela importe peu pour les porte-voix du régime excités par les relents d’injustice et se délectant du malheur qui s’abat sur des opposants et leurs proches. Piétiner la loi ne semble pas déranger, rompre le rapport de confiance entre le citoyen et son État ne compte pas, pourvu que les dissidents moisissent et que le projet juillettiste se poursuive en mode rouleau compresseur.

 

Le fait que la détention préventive soit déjà une mesure exceptionnelle a été effacé des esprits. Normalement, un accusé, qui ne représente aucun danger pour la société, reste libre jusqu'à ce que sa condamnation soit prouvée par un pouvoir judiciaire indépendant et impartial qui applique la loi dans le cadre d'un procès équitable.

Par ailleurs, quand la détention préventive est ordonnée, les règles à observer sont bien définies par la loi, notamment le respect des délais et que la détention se doit d’être motivée en comportant les motifs de fait et de droit la justifiant. Or dans le cas d’espèce, ceux qui connaissent les détails de l’affaire n’ont pu que s’arracher les cheveux face aux absurdités, faute de pouvoir en parler publiquement puisque le juge d’instruction l’interdit.

L’article 86 en question ici dispose également que les procédures en cours ne peuvent « entraîner le dépassement de la durée maximale de la détention préventive de l’inculpé, le juge d’instruction ou la chambre d’accusation doivent ordonner d’office sa mise en liberté provisoire, sans que cela n’empêche la prescription des mesures nécessaires pour garantir sa comparution ».

Tout ceci est plus que limpide. On attend ainsi les explications ou plutôt les justifications derrière le maintien en détention/séquestration de personnes qui devaient être libérées.

 

On peut ne pas être d’accord avec quelqu’un, voire vomir ses idées et tout ce qu’il représente, mais ne pas lui souhaiter la prison pour la simple raison qu’il pense différemment que soi. On peut ne pas être d’accord avec une personne sur qui pèsent de sérieux soupçons de délits ou de crimes, mais ne lui souhaiter qu’un procès équitable qui fera établir la vérité dans le respect de la loi. Tout cela semble être le dernier souci du régime et des ses acolytes qui piétinent même allégrement le plus basique des droits celui de la présomption d’innocence. Il ne faudra pas s’étonner après de l’ensauvagement ambiant et de la mauvaise-joie fièrement affichée. Il ne faudra pas s’étonner de la déliquescence de l’État et de l’effondrement des valeurs qui font une nation.

 

Enfin, certains oublient que la roue tourne. Elle tournera sûrement. Personne ne peut arrêter la marche de l’Histoire. A ce moment-là, ceux qui ont provoqué l’injustice ou l’ayant cautionnée paieront. Ce que je leur souhaite, c’est un procès équitable dans le respect total des procédures, mais aussi une opinion publique respectueuse qui ne se délecterait pas maladivement de leur chute.

Par Ikhlas Latif
19/04/2024 | 16:59
4 min
Suivez-nous
Commentaires
Tounsi
Pourquoi ?
a posté le 20-04-2024 à 11:12
La roue tournera d'autant plus rapidement si les citoyens (via leurs médias) exigent des réponses claires à des questions liées à nos droits fondamentaux et nos codes du vivre ensemble. Par exemple:

- Le 10 août 2022, le tribunal administratif de Tunis a ordonné la réintégration de 49 des 57 magistrats révoqués. Pourquoi n'ont-ils pas été réintégrés ?

- Pourquoi n'a-t-on toujours pas de cour constitutionnelle ?

- Comment est constitué le haut conseil de la magistrature ? Cette procédure garantit-elle l'indépendance des magistrats ? A-t-on besoin de magistrats indépendants ?

- Qu'en est-il de l'indépendance des instances constitutionnelles dites INDEPENDANTES (ISIE, HAICA, etc.) ?

La roue tournera, mais seul le peuple décide s'il souhaite que sa roue avance ou recule... '?' #'?'?'
AYADI
M'?ME LES ENNEMIS SE RESPECTENT
a posté le 20-04-2024 à 07:16
Le roi brayane avait dit au tueur de son fils Hector héritier du trône de Troy par le guerrier Achelis: le matin tu es mon ennemi, le soir tu resterais toujours mon ennemi, mais même les ennemis se respectent'?' même la mort je ne l'espére pas à mon ennemi . Que dire de la prison. Et après tout de quoi le régime avait peur du moment qu'il est le Roi? Comme ils ont dit'?' HAKIM LIKWAZI'?' Je m'excuse du mot. Je suis vieux ,j'espère un jour je me reveillerais un matin et je trouverais la Tunisie comme je pense.
A1
Agir ensemble
a posté le à 11:20
Monsieur Mr Ayadi, en vous réveillant vous n'allez jamais trouver la Tunisie comme vous le pensez si vous ne faites rien ! Si les Tunisiens n'agissent pas voire ne souhaitent pas que leur patrie se porte mieux rien ne changera. Sommes nous capables d'agir ensemble pour le bien de notre patrie et un meilleur avenir pour nos enfants ?
Lol
Elle ne peut que tourner
a posté le 20-04-2024 à 07:06
Les lois et procédures douteuses héritées de la dictature post coloniale sont toujours là.
Ceux qui sont passés au pouvoir en profitent a chaque fois en oubliant que ces armes interdites seront dirigées contre eux quand la roue tournera.
Regardez vos prédécesseurs et apprenez avant qu'il ne soit trop tard.
Hannibal
Trop tard
a posté le 19-04-2024 à 21:33
KS est allé très loin dans la répression,il ne peut pas faire marche arrière ça serait se contredire.il ne lui reste plus que la fuite en avant avec toute les conséquences néfastes pour le pays.
Fares
Question
a posté le 19-04-2024 à 17:55
Mais est-ce que kais saied connaît la loi? Est-il vraiment un juriste de formation? Avec toute l'injustice qu'on voit, le doute est bien permis. Je ne poserai pas de question sur son intégrité, il est un nadhif certifié ISO d'après dziri.
A4
Et pourtant elle tourne, comme dirait l'autre.
a posté le 19-04-2024 à 17:54
DROLE DE REVE
Ecrit par A4 - Tunis, le 11 Mars 2024

Cette nuit, j'ai fait un drôle de rêve:
J'étais le roi de la république
Un vrai roi qui a trouvé la fève
Dans un grand gâteau au basilic

J'étais là, dominant et très fier
D'avoir battu l'ancien roitelet
Malgré ses man'?uvres meurtrières
Et ses coups bas jamais égalés

Il faut vous dire que pour le battre
J'ai dû opter pour la bonne tactique
Tous mes discours étaient verdâtres
Tous mes propos étaient archaïques

Toute ma campagne explicative
Promettait un retour en arrière
Au temps bénit des coopératives
Contre les affreux hommes d'affaires

J'ai promis de fermer les usines
Qui nous exploitent en toutes saisons
D'arrêter les magouilles et combines
Et bâtir de nouvelles prisons

J'ai promis et répété sans cesse
Dans mes discours et allocutions
D'insérer le droit à la paresse
Dans ma future constitution

Une nouvelle taillée sur mesure
Suivant mes désirs et ambitions
Une nouvelle qui rend la vie dure
A ces traîtres de l'opposition

Rien qu'avec mon article premier
J'enverrai en taule tous ces fêlés
Toutes ces ordures, tous ces fumiers
Et à leur tête l'ancien roitelet

C'est ainsi que je serai fidèle
A toutes nos coutumes et traditions
Je vous le dis même si c'est cruel:
Nous n'aimons que la démolition

Mais malheur, c'est la déconfiture
Mon vieux réveil a soudain sonné
Pour me priver de ma dictature
Où toutes les bouches seraient bâillonnées !
Fares
@A4 Message reçu
a posté le à 19:06
Monsieur A4, vous n'avez pas honte? Est-ce que vous croyez qu'on a pas compris votre petit jeu là? Vous continuez à publier ce poème afin de nous amadouiller et nous laver les cerveaux? Pourquoi n'annonciez vous pas directement votre candidature aux présidentielles au lieu de passer par ses manoeuvres tordues: "A4 2024" j'avoue que ça rime mieux que "Saied 2024". Soyons superficiels jusqu'au bout.

Blague à part, j'ai bien aimé relire ce poème. Certains condidats (avec un O svp, le chiffre 0 fera aussi l'affaire) devraient s'en inspirer pour échafauder leur programmes. Tout peuple médiocre mérite bien un président médiocrissime.

A4
A4 2024 !
a posté le à 21:01
Bien trouvé !
Je vous nomme directeur général de ma campagne explicative !!!
Fares
Qualifications
a posté le à 08:43
Merci pour cette nomination, mais je crains ne pas être qualifié pour ce poste. La seule chose que je sait lécher est un cornet de glace pendant une journée de canicule. Je ne joue pas très bien au bendir non plus. Heureusement que notre pays regorge de telles compétences.
A4
Le réveil a sonné !
a posté le à 11:54
Fini le rêve. Merci pour votre participation.
Chelbi
Ils sont libres
a posté le 19-04-2024 à 17:25
Celui qui a piétine la loi suprême du pays à savoir la constitution, n'aura aucun souci à piétiner des lois inférieures.

Je me rappelle de Ghazi Chaouachi dans un interview s'adresser a « Dieu Autoproclamé »: « '?'on ne doute pas de votre intégrité Mr Le Président ». Si seulement lui et beaucoup d'autres - y compris vous Business News - ont commencer à douter de son intégrité avant le 25/7 malgré l'accumulation de plusieurs indices clairs, peut-être on s'est pas rendu la et Ghazi et tout le pays aura préservé un acquis très précieux: la liberté.

Ils sont libres et sauront encore plus libres. C'est une affaire de temps.