alexametrics
dimanche 26 mai 2024
Heure de Tunis : 04:58
BN TV
Bouderbala : les opposants à Saïed s’expriment librement dans les médias
28/02/2023 | 16:09
4 min
Bouderbala : les opposants à Saïed s’expriment librement dans les médias


L'avocat et député, Brahim Bouderbala a indiqué que le prochain parlement devrait tenir sa première plénière suite à la publication des résultats définitifs dans le Journal officiel de la République tunisienne. Il a aussi assuré que la liberté de presse était garantie et que les opposants au président de la République, Kaïs Saïed, s'exprimaient librement.


Invité le 28 février 2023 par Zina Zidi à « Studio Shems » sur Shems Fm, Brahim Bouderbala a considéré qu’il y avait seulement deux partis ayant des députés au sein de l’Assemblée des représentants du peuple. Il s’agit du Mouvement Echâab et « Saout Al Joumhouria ». Le reste représente des indépendants. « Il est encore tôt pour parler de bloc parlementaire… Nous ne savons pas encore comment fonctionnera le prochain parlement… Il y a aura en premier lieu l’élaboration d’un règlement intérieur… Il tranchera dans la question des blocs, de l’existence de commissions et de la relation entre les députés et avec les médias… Une commission sera chargée d’élaborer ce document », a-t-il ajouté.


Brahim Bouderbala a affirmé que le parlement était maître de lui-même et que les élus trancheront au niveau de son organisation et de son fonctionnement. En plus de l’organisation interne de l’assemblée, les élus devront étudier les projets de loi. Brahim Bouderbala a assuré que les députés feront tout ce qui est en leur possible afin d’accélérer la mise en place du Conseil national des régions et des districts.

Concernant la campagne d’arrestations visant plusieurs personnalités politiques, Brahim Bouderbala a affirmé que les juges d’instruction étaient en droit de prendre certaines mesures dans le cadre de l’enquête telles que l’émission de mandat de dépôt. Il a exprimé son attachement à la présomption d’innocence. Il a estimé que les avocats de la défense dans l’affaire de complot contre l’État défendaient les intérêts de leurs clients et qu’il était légitime d’affirmer que le dossier était vide et qu’il n’y avait pas de preuves.




« Nous espérons juste que la justice sera au niveau et conservera son indépendance de façon à ce que les peines prononcées soient justes…. Chaque jugement est émis par les tribunaux sur la base d’une série d'arguments et de preuves… De telles poursuites impliquent sûrement de véritables soupçons… D’un point de vue juridique, il s’agit d’une instruction dont nous devons préserver le secret », a-t-il déclaré.

Brahim Bouderbala a indiqué que l’État disposait de ses propres institutions responsables du maintien de la sécurité nationale notamment au niveau alimentaire. Il a, également, estimé que la question de la candidature du président de la République, Kaïs Saïed aux prochaines élections n’était pas encore d’actualité et qu’il était encore tôt pour se poser ce genre de question. Néanmoins, il a évoqué les résultats des derniers sondages et la continuité du processus entamé depuis le 25 juillet 2021. Il a conclu que le président devait rester à la tête de l’État en se présentant à la présidentielle de 2024.

« La lutte contre la corruption nécessite beaucoup de temps… Nous sommes sur la bonne voie, car je suis présent ici… Je considère que le 14-Janvier nous a permis de jouir de la liberté de la presse et de communiquer directement avec le peuple… Nous devons mettre fin au sentiment de désespoir qui s’est propagé dans le pays et redonner espoir », a-t-il dit.


Brahim Bouderbala a considéré que la presse depuis le 25 juillet 2021 était libre et que les opposants à ce processus s’expriment librement dans les médias. Les arrestations sont, selon lui, justifiées et résultent des actes contraires à la loi de ceux qui les ont commis. Il a indiqué que même ceux qui s’attaquaient au chef de l’État jouissaient encore de leur liberté. Évoquant le décret n°54, l’avocat a appelé à éviter les propos diffamatoires et à critiquer et présenter son avis dans le cadre du respect.


S.G

28/02/2023 | 16:09
4 min
Suivez-nous
Commentaires
nazou de la chameliere
Bah oui !!!
a posté le 01-03-2023 à 13:32
Les opposants au facho s'expriment librement !!!
Et c'est pour ça, qu'ils sont en taule !!!
Bah oui ,ceux qui sont libres ,sont au trou .
Et ceux qui manipulent l'opinion, qui organisent des faux coups d'état, sont non seulement libres, mais ils sont egalement ,promus !!!

Bah voui !!!
Abir
Il veut présider "le parlement"!?
a posté le 28-02-2023 à 18:33
Il a voulu être député, il a eu, maintenant, il veut être président du parlement, je crois yapata choya vu l'incompatibilité entre les clans ! Mais s'il aura ce poste, il va demander le fauteuil à Carthage, ce fauteuil qui est devenu accessible à n'importe qui, depuis la merdolation
CHKOBBA
Changer de metier vous dites?
a posté le 28-02-2023 à 18:15
Doueou! parce que tous les putschistes ont déjà fait des réservations à Boufarda..
Abel Chater
Comment un tel menteur hypocrite sans foi ni loi, comme ce Brahim Bouderbela, avait-il pu occuper le poste de bâtonnier des avocats tunisiens !!!
a posté le 28-02-2023 à 17:53
Maintenant, il passe à la vitesse supérieure de sa trahison contre le métier d'avocat. Il ment excessivement, dans l'idée de s'approcher du président Kaïs Saïed, afin de le nommer président du nouveau parlement inconstitutionnel, car il est impossible que les nouveaux pions du coup d'Etat du 25 juillet 2021, lui réservent la moindre confiance ou la moindre sympathie, du moment qu'ils lui connaissent son passé et son présent d'avide de pouvoir et de commerçant du mensonge et de la trahison.
Il n'aura jamais de voix même semi-démocratiques, pour qu'il puisse voler le poste de président du parlement putschiste, élu par 4% des électeurs tunisiens. Cet homme est haï par tous les Tunisiens. C'est un duplicata d'Ahmed Chaftar.
Allah yèhlik Ass-hab el-charr.
Momo
Un fou du roi
a posté le 28-02-2023 à 16:58
Je ne sais pas ou ce monsieur a appris son droit ! je ne sais pas comment ses confrères l'ont élu bâtonnier, et je plains ses clients ! Un avocat qui ne reconnait pas la présomption d'innocence devrait changer de métier.
Djodjo
LooooooL
a posté le 28-02-2023 à 16:34
On peut parler librement dans les médias ? Loool, c'est la blague du jour, faudrait poser la question à mosaïque fm.
@mosaïque...
Bouderbala
a posté le à 01:13
Il a dit "parler" pas "diffamer, insulter, calomnier, comploter, etc."
Le fouineur
@ B.N.
a posté le 28-02-2023 à 16:31
Ce Bouderbela, ni d'ailleurs ses complices, n'est pas encore député.
L'assemblée du " peuple " n'a pas encore tenu sa première séance d'investiture !!!
En outre, cette assemblée illigitime n'a aucune valeur juridique et parlementaire.
Ce machin ne représente aucunement le peuple.
Et peut être, elle ne verra jamais le jour.
BN dit juste
il est député
a posté le à 01:21
La liste définitive est validée par le justice et il est dessus.
T'as pas bien fouiné.
A con con et demi, comme dit l'adage.